Vous êtes sur la page 1sur 24

Cas cliniques

Dysphagie
Dr senoussi
Cas clinique 1
HDM
• Patient agé de 40 ans, travail dans une station
d‘essence , présente depuis quelques mois les
symptômes suivants
– Brûlures épigastriques à irradiation ascendante,
associées à des « aigreurs », ce qui le « gène
beaucoup dans son travail »
– Il porte ceinture lombaire suite a des lombalgies ;il
rattache RGO a cette ceinture.
Antécédents

– HTA
– Intoxication alcoolo-tabagique chronique
– Surcharge pondérale (90 kg pour 172 cm).
Quel diagnostic retenez-vous et
sur quel(s) critère(s) ?
1. Reflux gastro-œsophagien non compliqué :
– Pyrosis, régurgitations acides, , facteurs favorisants :
surpoids, ceinture lombaire
– Non compliqué car : pas de signe clinique d’alarme :
AEG, extériorisation sanguine
Quel(s) examen(s) complémentaire(s) demandez-vous pour
justifier votre diagnostic ? Justifiez.

1. Aucun
– Symptomatologie typique
– < 50 ans
– Pas de signe clinique d’alarme
Suite
• Le patient est traité pendant 8 semaines, mais
l’observance ne semble pas être excellente.
• Les symptômes s’aggrave par persistance RGO
sensations de blocage lors de la déglutition de
grosses bouchées, ainsi que de douleurs,
également à la déglutition
Quel diagnostic évoquez-vous à
présent ? Justifiez
1. œsophagite peptique compliquant un RGO

– Odynophagie et dysphagie

– RGO connu et mauvaise observance du traitement


1. Quelle(s) exploration(s) complémentaires
préconisez-vous et que rechercher vous en
particulier ?
1. Endoscopie œso-gastro-duodénale
– Diagnostic positif
– Diagnostic de sévérité
• Classifications de Savary-Miller et de Los Angeles
– Recherche d’un facteur favorisant : hernie hiatale ?
– Recherche de lésion associée :
endobrachyœsophage ? Ulcère de Barrett ?
endoscopie
• mis en évidence d’un (EBO), de 5 cm de longueur
maximal avec un ulcère de Barrett de 12 mm. Au
dessus, sur 3 cm, il existe plusieurs ulcérations
longitudinales en rails, dont deux sont confluentes
(érosion continue entre les sommets de deux plis)

– Expliquer les termes soulignés


• EBO : métaplasie gastrique ou intestinale de
l’épithélium œsophagien, suite à l’exposition
prolongée à au suc gastrique acide
• Ulcère de Barrett : ulcère au sein de la métaplasie
EBO
Œsophagite sévère
Suite…
• Le patient est perdu de vue. Il revient vous
voir 8 ans après. Il vous décrit depuis plusieurs
mois des blocages à la déglutition,
notamment sur les solides, qui ont tendance à
s’aggraver. Il a perdu 8 kg en 6 mois et pèse
désormais 67 kg pour 1,72 m.
• Quels sont les éléments sémiologiques en
faveur d’une dysphasie organique ? Quelles
sont vos hypothèses diagnostiques ?
• Dysphagie organique
– Progressive
– Electivité sur les solides
– Terrain : EBO connu sur RGO, éthylo-tabagisme
(FDR carcinome épidermoïde de l’œsophage)
– AEG : oui, mais peut se voir dans les troubles
moteurs sévères de l’œsophage
• Hypothèses
1.Adénocarcinome de l’œsophage
2.Carcinome épidermoïde de l’œsophage
3.Sténose peptique
4.(Anneau fibreux de Schatzki)
Adénocarcinome du bas
œsophage
Cas clinique 2
HDM
• Omar, 36 ans ;avocat, Antécédents : Tabagisme
actif à 5 PA, migraines

• arrive à votre consultation, pour gène a la


déglutition d’installation progressive,type
paradoxale avec parfois des vomissement
postprandiaux précoces:

– Hb : 9,2 d/dL, VGM 71, GB 9100/mm3, plaquettes 520
000/mm3, ferritinémie : 12 ug/l
• Dans ce cas:
Traiter le malade
ou
explorer
Dyspahgie hantise de KC
• FOGD en 1; passage du
cardia avec ressaut
ressenti +++
parfois stase ,dilatation
œsophagienne, absence
de contraction
Quel est l’examen a
demender pour bien
explorer les stenose

TOGD; : dilatation du corps


œsophagien, avec un
rétrécissement de son
extrémité en bec
d’oiseau;ou en queu de
radis
Suite…
• Pour confirmer le dg on a completer par
manometrie haute:
Quels sont les signes specifiques::

*absence d’onde de péristaltisme (signe constant pour


DG)
*absence de relaxation SIO (inconstant, facultatif au
DG)
• Le patient doit etre programmer pour une
dilation pnematique:
• Quel est l’examen a demender avant la
dilatation a titre preventif??
EEH ou TDM pour eliminer une acahalsie
secondaire
--Mimant cliniquement et manométriquement une achalasie primitive
--Elle est secondaire à:
*le plus SVT infiltration néoplasique de la jonction oeso-gastrique(tm du
cardia sous muqueux,ou envahissement tm extrinsèque)
*parfois atteinte para-néoplasique des ggl nerveux oesophagien(kc pulmonair
à petite cellules)
--clinique:AEG rapide(elemine echalasie I)
--DG: TDM ou EEH objective la TM
• :
Surveillance post dilatation
• Clinique :
– Regime liquide tiede 24h
– Alimentation slide
– IPP avec pansement gastrique

• EODG de contrôle 21 jours:


Si percistance redilatation 3 seances
Si echec injection de toxine boutilique,
Si echec chirurgie