Vous êtes sur la page 1sur 42

TRAITEMENT DU GAZ

NATUREL

• Dégazolinage
DEGAZOLINAGE DU GAZ NATUREL

1. LE BUT DE DEGAZOLINAGE

2. DIFFERENTES SOLUTIONS

3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DIFFERENTS PROCEDES

4. LOCALISATION PROCESS

Titre / Date / Lieu 2


INTRODUCTION

 Lors de l’extraction du gaz naturel, la détente, à la tête de puits par exemple,


génère du froid et provoque ainsi la condensation des hydrocarbures C5 à C8,
qui étaient gazeux aux conditions du réservoir.

 Les liquides récupérés, appelés « condensats » de gaz naturel correspondent à


un pétrole extrêmement léger, de très haute valeur (donnant de l’essence et
du naphta).

 Tout le reste (hydrocarbures C1 à C4, CO2, H2S et He) est gazeux à


température ambiante et acheminé par gazoduc vers une usine de traitement
du gaz. Il faut donc deux réseaux de collectes, un pour le gaz et un pour les
condensats.
INTRODUCTION

 Il est nécessaire de débarrasser le gaz riche d’une partie de ses hydrocarbures


condensables afin de pouvoir le transporter sans risquer la formation de
bouchons liquides.

 En effet, ces bouchons perturberaient fortement le régime d’écoulement,


c’est pour cette raison qu’une spécification de point de rosée HC est imposée
pour le transport du gaz naturel.

 D’autre part, la récupération de ces produits peut s’avérer très intéressante


financièrement.
INTRODUCTION
BUT DU DEGAZOLINAGE

 Pour permettre la recompression du gaz naturel. Pour pouvoir l’expédier il faut


impérativement se débarrasser des condensats susceptibles d’endommager
sérieusement les unités de recompression.

 Les lourds dans le gaz (C5+) peuvent se condenser dans les lignes de transport
en provoquant une réduction de la section de passage du gaz dans les lignes
et par conséquence, une augmentation des pertes de charge. Il est donc
important de respecter les normes et spécifications du gaz commercial.

 Danger : Pour les consommateurs (en effet un brûleur à gaz ne doit pas
recevoir de liquide sinon la flamme s’éteint et du coup il y a un risque
d’explosion du nuage gazeux formé…

 ces condensats correspondent à un pétrole extrêmement léger. Ce produit, à


haute valeur ajouté, sera utilisé dans les raffineries ou il sera mélangé avec les
bruts.
BUT DU DEGAZOLINAGE

 les gisements de gaz naturel peuvent être de composition différentes. Pour


cela, ils sont classés en différentes catégories selon leur composition : le gaz
sec, le gaz humide ou encore le gaz à condensat.

A = Gaz Sec (jamais de liquides)


B = Gaz Humide (liquides en
surfaces)
C = Gaz à Condensats (peut déposer
des liquides dans le réservoir)
Désignation commerciale usuelle des hydrocarbures légers du gaz naturel

GNL : Gaz Naturel Liquéfié


(LNG : Liquified Natural Gas
en anglais)
LGN : Liquides de Gaz Naturel
(NGL : Natural Gas Liquids en
anglais)
GPL : Gaz de Pétrole Liquifié
(LPG Liquified Petroleum Gas
en anglais)
Spécifications requises pour le Gaz Commercial
Spécifications requises pour les Condensats extraits du GN
Spécifications requises pour les Condensats extraits du GN

 La tension de vapeur Reid (TVR) est la pression développée par les vapeurs
d’un produit pétrolier contenu dans une bombe normalisée à la température
de 37,8°C. Cet essai s’applique surtout aux carburants auto.

 La valeur de la tension de vapeur Reid dépend directement de la teneur du


produit en constituants volatils à forte tension de vapeur.

 La TVR intervient également pour caractériser l'aptitude d'un carburant à se


vaporiser.
Relation entre l’enveloppes d'un gaz et sa composition
Relation entre l’enveloppes d'un gaz et sa composition

 la première goutte d’HC liquide apparait au point A (le point A se situe sur la
courbe de rosée).
 le gaz passe par des séparateurs (séparateur primaire….) où les condensats déjà
générés ont été retirés.

L'enveloppe de phase
évolue au fur et à
mesure de la
condensation des
hydrocarbures lourds et
jusqu'à obtenir une
enveloppe de phase qui
garantit de ne plus avoir
de condensation dans
l'ouvrage en aval du
traitement.
Relation entre l’enveloppes d'un gaz et sa composition

 Les segments AB et BC qui sont deux échangeurs en série (refroidissement du


gaz). La pression reste quasiment constante (faible pertes de charge) et la
température décroît rapidement. Le fait de rentrer dans l'enveloppe de phase
entraîne une condensation d'hydrocarbures lourds qui seront soutirés dans
des séparateurs aux points B et C.
 Le segment CD représente une détente du gaz HP via une vanne. Cette
détente permet de refroidir le gaz (effet Joule – Thomson) et une nouvelle
extraction d'hydrocarbures lourds est réalisée en aval de la vanne de détente
(point D).
 Le segment DE représente une recompression du gaz qui entraîne aussi un
réchauffement du gaz.
 Le segment EF représente les pertes de charges à température ambiante dans
le réseau.
notre objectif est atteint puisque le but de l'opération est d'éviter la
condensation dans le réseau FE. En effet, le point E se situe en dehors de la
nouvelle enveloppe de phase du gaz.
DIFFERENTES SOLUTIONS

 La récupération des LGN peut être réalisée à l'aide de procédés basés sur:

1. Condensation des composants lourds en abaissant la température du gaz brut.

2. Absorption de composants lourds dans les huiles légère.

3. Adsorption des composants lourds sur les adsorbants sélectifs.

4. Perméation de composants lourds à travers des membranes sélectives

Le Choix du procédé dépend principalement de:


 Quantité de composants liquéfiables et degré souhaité de récupération.

 Conditions d'entrée (pression d'alimentation, température et composition du gaz)

 conditions des gaz résiduels (pression, PCI, densité).


DIFFERENTES SOLUTIONS/ Par absorption

PFD simplifié d'une installation d'absorption


• Le gaz brut entre dans le
séparateur d’entrée où
les liquides sont
séparés. Le gaz entre
ensuite dans une série
d'échangeurs de chaleur
pour réduire sa
température.
• Le gaz est acheminé
vers le bas de
l'absorbeur où il est mis
en contact avec une
huile introduite en haut
de la colonne.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ Par absorption

• La colonne peut être à plateaux ou à garnissage. L'huile absorbe physiquement les


hydrocarbures plus lourds du gaz. Les composants les plus légers restent dans le gaz et
sortent du haut de l'absorbeur.
L'huile riche s'écoule vers le déméthaniseur, où un profil de température est assuré dans
la colonne afin de chasser les hydrocarbures légers qui ont été absorbés. Une partie de
l'huile pauvres est également acheminée vers le haut du déméthaniseur pour éviter les
pertes en LGN.
L’huile riche du déethaniseur est ensuite acheminée vers une tour de fractionnement
fonctionnant à basse pression où les LGN sont libérés de l'huile. Cette colonne permet de
contrôler la qualité de l’huile (pauvre ) circulée vers la colonne d’absorption . Le
refroidissement de l’huile et du gaz est toujours le paramètre clé à contrôler pour
exploiter efficacement une usine à huile.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ Par absorption

la récupération d'éthane est limitée à moins de 50%, pour éviter d’avoir des pertes
excessives de méthane dans le déméthaniseur, ce qui entraînerait une circulation
importante du solvant. Le fluide absorbant est généralement un mélange de composés
paraffiniques ayant une masse moléculaire comprise entre 100 et 200.
Ce type de procédé a été utilisé à partir du début du 20ème siècle et les unités basant sur
l’absorption sont encore utilisées aujourd'hui. Cependant, les installations de traitement
modernes se basent sur la réfrigération simple ou le turbo-expander.
L’inconvénient de ce procédé est qu’on utilise une opération importante qui nécessite des
besoins énergétiques excessifs.

De nombreuses installations de récupération à l’huile sont conçues pour fonctionner à


l'origine à des températures modérées. Dans ces procédés, un système de réfrigération
est inclus permettant de refroidir à la fois l'huile pauvre et le gaz avant d'entrer dans
l'absorbeur. Une température basse améliore l'absorption et permet la circulation de moins
de solvant.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ Par adsorption

 Dans ce procédé, un solide est utilisé pour adsorber les hydrocarbures plus
lourds tout en laissant passer les hydrocarbures plus légers.
 Des gels de silice, de l'alumine et des zéolites synthétiques sont utilisés comme
adsorbants.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ Par membranes sélectives

 La récupération des LGN à l'aide de membranes perméantes est une


technologie récente adaptée au traitement du point de rosée des gaz et des
hydrocarbures associés.

   Schéma d'un procédé de membrane de séparation de gaz


DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température.

 Les procédés d’extraction des C5+ les plus utilisés sont basés sur la
diminution de la température du gaz. Cette réfrigération permet de condenser
les hydrocarbures les plus lourds avec un taux de récupération qui dépend
essentiellement de la chute de température atteinte.
procédés d’extraction des

la réfrigération par détente isenthalpique (détente vanne),


condensats

la réfrigération par détente polytropique (turbine


d'expansion),

la réfrigération par machine frigorifique (réfrigération par


cycle extérieur).
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température.

 S'il n'y a pas de marché local pour l'éthane, ou aucun moyen de transporter un
produit à pression de vapeur élevée, seul le propane et les composants plus
lourds peuvent avoir un intérêt économique à la récupération.
 L’installation peut être conçue pour la récupération du propane, avec la
possibilité de passer en mode récupération d’éthane si ou lorsque la demande
locale en éthane justifie le coût de refroidissement. De nombreuses usines en
Amérique du Nord sont conçues pour fonctionner en deux modes:
récupération propane ou récupération éthane.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
détente isenthalpique.

 Appelée aussi "Cold frac", la détente d'un gaz haute pression via une vanne
permet de refroidir le gaz par effet Joule-Thomson (environ 0.5 °C par bar).

 Ce procédé simple impose d'effectuer une injection de DEG ou MEG en amont


de la vanne, si une étape de déshydratation n’a pas été prévue en amont, afin
d'éviter de former des hydrates.
 Les condensats (essentiellement des C5+) sont récupérés avec un taux faible
dans un séparateur froid LTS (low température separator).
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
détente isenthalpique.

Low Temperature Separation


Process (LTS)

Low Temperature
Separation Process With
Gas/Gas Heat Exchanger
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
détente isenthalpique.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
détente isenthalpique.

Avantages / Inconvénients du processus J-T


Advantages Inconvénients

• Procédé simple • Faible récupération d'hydrocarbures


• Pas sensible aux variations de débit •   Récupération de liquide affectée
• Facile à entretenir et à utiliser par les variations de pression en
amont
• Faibles coûts d'investissement
•   Requiert une pression élevée en
amont
•   Gaz résiduel disponible à basse
pression
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/
réfrigération par cycle mécanique extérieur

 L'abaissement de la température du gaz est obtenu par l'utilisation d'un cycle


de réfrigération mécanique externe
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
cycle mécanique extérieur

 Procédé LTS basé sur l'utilisation d'un échangeur de chaleur à cycle de


réfrigération externe avec échangeur de chaleur gaz / gaz et gaz /
liquide en parallèle.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
cycle mécanique extérieur

 Procédé LTS basé sur l'utilisation d'un échangeur de chaleur gaz / gaz,
échangeur à cycle de réfrigération externe et échangeur de chaleur
gaz / liquide en série
Procédé JT pour la recuperation du C3+

 Pour utiliser efficacement le procédé J-T, le gaz doit être à une


pression d'entrée élevée. Des pressions supérieures à 6900
kPa (abs) sont indiquées dans ces installations.

• Si la pression du gaz est trop basse, une compression à


l'entrée est nécessaire. Le gaz doit d'abord être déshydraté
par tamis moléculaires ou l'alumine.

L'injection du méthanol
a été utilisée avec succès
dans ce type de procédé.
Procédé JT pour la recuperation du C3+

• Après séchage, le gaz est refroidi par échange de chaleur avec le


gaz résiduel froid et également par échange de chaleur avec les
liquides du séparateur froid .
• Après refroidissement, le gaz est détendu à travers la vanne J-T
et envoyé au séparateur froid.
• Le liquide de ce séparateur est l’alimentation du dééthaniseur.
Cette colonne est nécessaire car les liquides contiennent le
méthane et d’éthane. Cette colonne est munie d’une
alimentation froide supérieure.
• Le produit de tête de la colonne est utilisé pour refroidir
l’alimentation et est ensuite recomprimé si nécessaire.
Procédé JT avec refrigeration pour la recuperation du C3+

Une réfrigération mécanique peut être ajoutée au


procédé J-T pour augmenter la récupération
d'éthane/propane sans ajouter de turbo-expander.
Le procédé J-T offre un procédé simple et flexible pour
des taux de récupération de C2 et C3 relativement faibles
lorsqu'un turbo-expander n’est pas justifié.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
turboexpander

Depuis 1960, presque toutes les nouvelles installations de récupération de LGN


à haute pression ont utilisé une variante de ce procédé de base.
Les conceptions de procédé Turboexpander utilisent la
pression du gaz d'alimentation pour produire la
réfrigération nécessaire par expansion à travers une turbine
(turboexpander). Le turboexpander récupère le travail utile
de cette expansion de gaz.
Généralement, le
détendeur est relié à un
compresseur centrifuge
pour recomprimer le gaz
résiduel du procédé.
Comme la détente est
presque isentropique,
le turbo-expander
permet d’abaisser
beaucoup plus la
température du gaz par
rapport une vanne J-T.
DIFFERENTES SOLUTIONS/ par abaissement de la température/ réfrigération par
turboexpander

• Le procédé de turbo-expaner le plus simple (et le moins efficace) pour la


récupération du C3+ utilise une colonne de dé-éthaniseur à alimentation par
le haut, sans reflux.
• Le gaz entrant est refroidi puis séparé en phases vapeur et liquide au
séparateur froid. La vapeur est acheminée vers détendeur et les liquides sont
acheminés via l'échangeur gaz alimentation / liquides vers une alimentation
au milieu de la colonne.
• La sortie du détendeur est acheminée vers le haut du dé-éthaniseur où la
vapeur et les liquides sont séparés.
• Pour une installation en mode de récupération C3, la récupération pratique
maximale est limitée à environ 90% en raison de ces pertes en haut de la
colonne.
PROCEDE DE TURBOEXPANDER/GSP POUR RECUPERATION DE C3+

Procédé turboexpander/ gas subcooled process GSP développée à l'origine par


Ortloff .
des étages sont ajoutés au-dessus de l’alimentation à expansion dans le
dééthaniseur. Le reflux de colonne est
obtenu en prenant une
partie de la vapeur du
séparateur froid et en la
condensant puis
refroidissant avant de
l’envoyer vers la tête de
colonne. Le reflux est très
efficace pour condenser
une grande partie de C3
non condensé à la sortie
du détendeur.
PROCEDE DE TURBOEXPANDER/Overhead Recycle Process OHR

Le procédé le plus simple de récupération à haute teneur en propane est un


modèle de recyclage en tête représenté à la Figure en-face.
Dans ce procédé, une
colonne d'absorption
et une colonne de
fractionnement sont
utilisées afin d’obtenir
la récupération
souhaitée.

Cette configuration
permettait une
récupération du
propane bien plus
efficace que la
conception originale du
turbo-expander.
Exemple de comparaison entre différents procédés de récupération du propane.
PROCEDES DE RECUPERATION DE LGN SOUS LICENCE

Le procédé IOR (Improved


Overhead Recycle)
Le processus de base OHR
(overhead recycle) a été
modifié par Ortloff pour un
meilleur usage du froid
disponible. Cette version
modifiée a montré de bons
résultats prouvés par
rapport l’OHR.
PROCEDES DE RECUPERATION DE LGN SOUS LICENCE

 Dans ce procédé, le reflux de tête de dééthaniseur est assuré par un soutirage


de l’absorbeur près de tête comme le montre la figure.
 L’ajout de ce reflux au dééthaniseur permet de minimiser la quantité de
propane à la tête. Les liquides de fond de l’absorbeur est envoyé pour refroidir
le gaz d’entré avant d’être envoyé au dééthaniseur.
 Ce procédé est conçu pour récupérer jusqu'à 99% de propane, tout en rejetant
98% de l'éthane.
PROCEDES DE RECUPERATION DE LGN SOUS LICENCE

Le procédé SCORE (Single Column Overhead Recycle)


Ortloff a développé plus tard
une version simplifiée du
processus IOR en combinant
l'absorbeur et le
dééthaniseur dans une seule
colonne et on assure le reflux
grâce à un condenseur de
tête qui condense les
vapeurs sortant de tête de la
colonne et les envoyer
comme reflux en deux
niveaux.
PROCEDES DE RECUPERATION DE LGN SOUS LICENCE

Les performances des procédés précédents (GSP, OHR, IOR, SCORE) sont
montrées en termes de taux de récupération de propane sur la figure ci-dessous
en prenant le GSP comme référence.
LOCALISATION PROCESS

 Le schéma bloc ci-dessous montre clairement où se situe la section


d’extraction principale des condensats (Gazoline sur le schéma) et le
complément pouvant sortir de la section fractionnement quand elle existe.

Exemple d'un ensemble produisant de la gazoline et des GPL à partir d'un gaz naturel