Vous êtes sur la page 1sur 130

Economie d’Entreprise

ISM-Dakar
IIA-L1
BADJI
Qu’est-ce que
l’économie?
A quoi ça sert ?

2
Origines du mot économie

• ARISTOTE & PLATON ( 5 siècle BC ) :


"Science d'acquérir des richesses"
• OIKIANOMIA ; OIKONOMOS
• OIKOS ou OIKIA ( maison)
• NOMOS ou NOMIA ( gérer )
• Etymologiquement : l’art de bien gérer la
maison
Origines du mot économie
• Economie Politique
• Antoine De MONTCHRESTIEN 1615

• Polis ( Cité )
• Economie OIKONOMOS ; OIKIA
NOMOS
Passage de la maison à la cité
Origines du mot économie
Antoine De MONTCHRESTIEN ( 1615)

Economie Politique

Analyse Economique

Science Economique

Economics
Economie Politique - Politique
Economique
Economie Politique
Science économique: Science de l’administration des
ressources rares dans une société humaine qui se
propose de réduire les tensions qui existent entre les
désirs illimités et les moyens limités des agents
économiques ( Denise FLOUZAT )

Politique Economique
processus de formulation et de mise en œuvre des
décisions économiques par les pouvoirs publics .
L’économie politique permet de :
• Décrire les mécanismes économiques
• Analyser la situation actuelle et prévoir l’avenir
• Aider à la prise de décisions

La politique économique c’est l’intervention de


l’Etat dans l’économie

Trois objectifs :
• Augmentation du bien-être
• Stabilité économique, sociale et politique
• Répartition équitable des ressources
Le problème allocatif

Ressources Besoins
RARES ILLIMITÉS
COMMENT CHOISIR ?
MARCHÉS COMPÉTITIFS
(OFFRE ET DEMANDE)
Quelles sont les 3
questions
fondamentales ?

9
Les 3 questions fondamentales

QUOI PRODUIRE ?

COMMENT PRODUIRE ?

POUR QUI PRODUIRE ?


Définition de
SAMUELSON
• La science économique est la science qui
étudie la manière dont les hommes dans
la société choisissent d’utiliser des
ressources rares qui ont des usages
mutuellement exclusifs pour produire des
biens et des services divers et les
répartissent pour une consommation
présente ou future entre les différents
membres de la société
Le problème allocatif

Ressources Besoins
RARES ILLIMITÉS
COMMENT CHOISIR ?
MARCHÉS COMPÉTITIFS
(OFFRE ET DEMANDE)
La rareté des ressources

Thomas Carlyle (écrivain écossais


1795-1881)

appelait l’économie la

« triste science »
Définition de
SAMUELSON
• La science économique est la science qui
étudie la manière dont les hommes dans
la société choisissent d’utiliser des
ressources rares qui ont des usages
mutuellement exclusifs pour produire des
biens et des services divers et les
répartissent pour une consommation
présente ou future entre les différents
membres de la société
But de l’économie
Ressources
Ressources
rares
Besoins
Besoins
illimités

Satisfaire
Satisfaireleleplus
plusdedebesoins
besoinspossibles
possibles
en
enrationalisant
rationalisantl’utilisation
l’utilisationdes
desressources
ressources

Travail Rôle de l’Etat Monnaie Production


L’économie, une science de gestion des
ressources

Produire

Ressources
Besoins
Besoins illimités
illimités Economie rares

Consommer
Les niveaux de l’économie
Les 3 grandes questions
de la micro
• Que produire ?
• Comment produire ?
• Pour qui produire ?

Les 3 grandes questions


de la macro
• Comment agir sur le
niveau de vie ?
• Comment déterminer le
coût de la vie ?
• Comment gérer les cycles ?
Les besoins
Les besoins

Non économiques Économiques


(ne s’achètent pas !) (réclament une activité
de production)

 somatiques (respirer, dormir)


 moraux
 spirituels
 affectifs
 sociaux (parler, chanter)
Les besoins économiques
Primaires Secondaires Tertiaires
(vitaux) (socio-culturels) (de luxe)

Nécessaires à la vie Nécessaires à la vie


dans une société

Physiologiques Sociologiques Psychologiques

Exemples ? Exemples ? Exemples ?


nourriture, lectures, bijoux,
vêtements, voyages, bateau
logement sports, résidence secondaire
distractions

Un indien d’Amazonie, a-t-il les mêmes besoins qu’un New Yorkais ?


As-tu les mêmes besoins à Noël qu’en juillet ?
Les besoins économiques

Satisfaction des besoins en fonction


de l’accroissement du revenu
de luxe

+
Besoins
socio-culturels

-
vitaux
- Revenus +
Biens et services
Biens Services

Matériel Immatériel

Economiques Libres Economiques Libres


Les types de biens
INPUTS : tout ce qui
sert à produire

OUTPUTS :
les biens et services
produits
Les types de biens
• Les services : « objets » immatériels

•Les biens : objets matériels


• Les biens de production : qui servent
à produire d’autres biens ou des services

• Les biens de consommation


Biens de production ou de consommation ?
Les types de biens
• Les biens de production
durables consomptibles

• Les biens de consommation


durables consomptibles
Les types de biens
• Les biens individuels

Biens à usage exclusif financés par le


bénéficiaire.

• Les biens collectifs


Biens indivisibles.
Le fait qu’un individu en profite n’en
prive pas les autres.
Les échanges
D’abord l’homme vivait en autarcie...
... puis il comprit les avantages de la spécialisation...
et inventa le troc.
... mais le troc n’est pas toujours chose facile !

... alors l’homme perfectionna ses moyens d’échange...


Les 5 agents économiques
Agent économique n°1

• Les ménages
individuels ou collectifs

• Principale fonction
économique :
Consommer
Agent économique n°2

• Les entreprises

• Principale fonction
économique :
produire des biens et
des services
Agent économique n°3

• Les Administrations
(communales,
cantonales, fédérales)

• Principale fonction
économique :
Rendre des services
non marchands
Agent économique n°4

• Les banques

• Principale fonction
économique :
Collecter les dépôts
des entreprises et des
ménages et faire des
crédits
Agent économique n°5

• Le «  reste du monde »

• Principale fonction
économique :
Exporter et Importer des
biens et des services
Les relations entre agents
économiques
Somme d’argent disponible

Travail, capital
Au sens du recensement, il
s ’agit de l ’ensemble Activité
des humaine rémunérée qui
produit de la valeur pour autrui
personnes partageant le même
logement.

Les ménages Les


entreprises

Agents économiques dont la


Choses produites par le travailfonction principale est de
produire des biens et services
destinés à être vendus.

Biens et services

Ce qui a une valeur économique sans


être matériel
Travail, capital

Monnaie
Monnaie
Instrument légal de paiement

Les ménages Les


entreprises

La monnaie ne sert donc que


Monnaie d’intermédiaire dans
l’échange Travail / Biens
Biens et services
Travail, capital
Marché du travail
Monnaie

Lieu public de rencontre


entre Etat
acheteurs et
vendeurs de biens ou de
Les ménages services Les
Agents économiques dont la fonctionbanque entreprises
principale est de produire des biens et
services non marchands destinés à tous less autres agents économiques et à
Agents économiques dont
effectuer des opérations de répartition du revenu et du patrimoine.
le rôle est de collecter
l ’épargne et de distribuer
Monnaie des crédits
Marché des produits
Biens et services
Travail, capital
Marché du travail
Monnaie
Placer les termes suivants
dans le circuit :
Etat

Les ménages - Epargne Les


- Production
banque entreprises
- Crédits
s
- Impôts
- Revenus de transfert
Monnaie
- Salaires
Marché des produits
- Consommation
Biens et services
Travail, capital
Marché du travail
Monnaie
Salaires Salaires
-> <-
ôts rts Im
p fe pô
Im ans Etat ts
- Tr
<
Les ménages Les
Ep
ar banque -entreprises
>
s
Consommation ->

gn it
e s éd
-> Cr

Monnaie
Marché des produits <-Production
Biens et services

Cliquer sur les mots pour voir les définitions


t s…
fai Travail, capital
En Marché du travail

Etat

Les ménages Les


banque entreprises
s

Création de
monnaie par
Marché financier les banques
grâce aux
crédits

Cliquer sur les mots pour voir les définitions


Les systèmes économiques

                                                                                    
Le but de l'économique: la satisfaction des besoins humains
Capital no 143 – août 2003 – Dossier spécial
Capital no 143 – août 2003 – Dossier spécial
Le choix …
Les systèmes économiques
Liberté des individus

Intervention de l’Etat

Economie socialiste Economie sociale


de marché de marché
Economie planifiée Economie de marché
• L’Etat impose tout, détermine • Liberté individuelle
même les besoins individuels • Propriété privée
• Les biens appartiennent à • Libre concurrence (=> O&D)
l’Etat
Conséquences :
Conséquences : • Les plus faibles sont de côté
• Pas de motivation à travailler • Abandon des activités non
• Insatisfaction des besoins
rentables
Les systèmes économiques
Liberté des individus

Intervention de l’Etat

Economie sociale
de marché
Le principe de la liberté individuelle et le rôle de coordination du
marché sont à la base du système économique suisse.

Art. 2 Art. 26
1 La Confédération suisse protège la 1 La propriété est garantie.
liberté et les droits du peuple …
2 Elle favorise la prospérité Art. 27
commune … 1 La liberté économique est garantie.
Libéral Corporatiste Social-démo.
(=Résiduel) (=Conservateur) (=Universaliste)
Modèle Référence au Cotisation fondée Démarchandisation
d’organisation marché centrale - sur le travail. maximale. Partage
Etat protecteur Centralité des d’un « bien
minimal « veilleur statuts et des corps commun », sur la
de nuit ». Minima professionnels. base de la
de survie pour Solidarité entre citoyenneté,
pallier les égaux. égalitarisme des
accidents non positions et des
assurables. droits d’accès
Forme de Inégalités Inégalités de degré Réduction maximale
stratification économiques intermédiaire mais des inégalités et
sociale fortes mais faibles séparation des objectif de fluidité
barrières sociales. groupes sociaux. sociale. Problèmes
Problèmes de Quid si chômage ? de free-riding
pauvreté extrême. (clandestins).

Pays US UK Allemagne Suède


Libéral Corporatiste Social-démo.
(=Résiduel) (=Conservateur) (=Universaliste)

Etat -- + ++

Marché ++ (+/-)? --

"Société (+/-) ? + (-)?


civile"
Pays US UK NZ Allemagne Suède
Objectifs de l’Etat
Pour que le bien-être touche le plus de monde possible,
l’Etat doit atteindre un certain nombre d’objectifs :
• Stabilité des prix
• Eviter le chômage
• Permettre la croissance (= augmentation du bien-être)
• Equilibrer les importations et les exportations
• Eviter un dépeuplement des campagnes
• Empêcher la fuite des industries
Bref, assurer un développement économique pour tous.
•Marchés & Formation
des prix
Thèmes abordés
• Qu’est-ce qu’un marché?
• La courbe d’offre
• La courbe de demande
• L’équilibre du marché
• Les déplacements de l’équilibre
• Réglementation des prix

67
Qu’est-ce qu’un marché?
• Un marché est caractérisé par des échanges volontaires
entre des acheteurs (demande) et des vendeurs (offre)
• L’interaction entre acheteurs et vendeurs détermine un
prix et une quantité d’équilibre

 Les contours d’un marché


 géographie:marché de l’automobile au Gabon
ou en AFRIQUE
 typede produit: marché de Peugeot (407) ou de
Renault (Mégane) ?
68
Analyse du marché
• Notion de marché
Selon leur nature
Le marché des biens et des services
Le marché du travail
Le marché des capitaux
Le marché monetaire

69
Analyse du marché
• Selon leur structure (Stackelberg)
OFFREURS
D Un Quelques Plusieurs

E
Un Monopole Monopsone Monopsone
Bilatéral contrarié
M Quelques Monopole Oligopole Oligopsone
A contrarié Bilatéral

N Plusieurs Monopole Oligopole Concurrence pure et


parfaite
D
E
U
R 70
Qu’est-ce qu’un marché en CPP?
Un marché en concurrence pure et
parfaite respecte les hypothèses suivantes:
1. Atomicité:
Un grand nombre d'acheteurs et de vendeurs, tous de petite taille
par rapport à la taille du marché. Aucun vendeur ni acheteur ne
peut influencer le prix de vente par une action individuelle.

2. Homogénéité:
Le produit vendu est homogène (non différencié). Les biens offerts
par l’ensemble des firmes en présence sont de parfaits substituts.
L'acheteur est indifférent quant au choix du vendeur.

71
Qu’est-ce qu’un marché en CPP?
3. Fluidité:
Mobilité complète de tous les facteurs de production (absence de
barrières à l'entrée ou à la sortie). De nouvelles firmes peuvent
entrer sur le marché si elles identifient la possibilité de réaliser des
profits économiques. Elles peuvent également en sortir si elles
enregistrent des pertes économiques.

4. Transparence:
Information complète et parfaite. Les consommateurs connaissent
les caractéristiques et les prix de tous les produits sur le marché.

72
L’Offre d’un bien
• L’offre d’un bien émane des entreprises
• Recherche de profit
• Définition: elle indique la quantité de ce bien que les offreurs sont
prêts à mettre sur le marché pour un prix donné .
• La fonction d’offre

73
La courbe d’offre
• Représentation graphique de la relation qui existe entre le prix d’un
bien et la quantité offerte
• Elle indique les quantités que les offreurs sont prêts à mettre sur le
marché pour chaque niveau de prix, ceteris paribus
• Elle indique aussi le prix minimum exigé pour chaque unité produite.

74
La courbe d’offre (suite)
Déplacement le long de
• Loi de l’offre Prix la courbe: O
si P augmente alors
• ceteris paribus, la Q augmente
quantité offerte d’un
bien augmente
lorsque le prix
augmente P2

• l’offre est donc une P1


fonction croissante du
prix

Q1 Q2 Quantité

75
La courbe d’offre (suite)

• Déterminants de l’offre
• prix du produit
• prix des facteurs de production (intrants)
• technologie
• autres facteurs (anticipations, taxes, etc.)

Qo  f (Px,Pf ,T,...)
x

76
La courbe d’offre (suite)

• En définissant la courbe d’offre, nous supposions que tous les


déterminants autre que le prix du produit demeuraient constants:

Qo  f (Px,P f ,T ,...)
x

77
La courbe d’offre (suite)

• Déplacements de l’offre
• lorsqu’un facteur autre que le prix du produit varie, c’est toute la courbe qui
se déplace
• variation du prix des facteurs
• changement technologique, etc.

78
Fig. 2.1

La courbe d’offre

• Implantation d’une P
O O’
nouvelle technologie
• La courbe d’offre
augmente
• Pour chaque niveau P2
de P, les quantités
offertes sont plus P1
grandes

Q1 Q2 Q3 Q
La courbe d’offre

• Le prix des facteurs P


O’ O
augmente
• La courbe d’offre
diminue
• Pour chaque niveau P2
de P, les quantités
offertes sont plus P1
petites

Q3 Q1 Q2 Q
La demande d’un bien
• La demande d’un bien émane des consommateurs
• Définition
• Maximisation de la satisfaction
• Fonction de demande

81
La courbe de demande
• Représentation graphique de la relation qui existe
entre le prix d’un bien et la quantité demandée
• Elle indique les quantités que les demandeurs sont
prêts à acheter pour chaque niveau de prix, ceteris
paribus
• Elle indique aussi le prix maximum que les
consommateurs sont prêts à payer pour chaque unité

82
La courbe de demande (suite)
• Loi de la demande Prix Déplacement le
long de la courbe:
• ceteris paribus, la si P diminue alors
quantité demandée Q augmente
P1
d’un bien diminue
lorsque le prix
augmente
• la demande est donc P2
une fonction
décroissante du prix
D

Q1 Q2 Quantité

83
La courbe de demande (suite)

• Déterminants de la demande
• prix du produit
• prix des produits substituts et complémentaires
• revenu des consommateurs
• autres facteurs (goûts, anticipations,etc.)

Qd  f (Px,Ps, Pc,R,...)
x

84
La courbe de demande (suite)

• En définissant la courbe de demande, nous supposions que tous les


déterminants autre que le prix du produit demeuraient constants:

Qd  f (Px,P s, P c, R,...)
x

85
La courbe de demande (suite)

• Déplacements de la demande
• lorsqu’un facteur autre que le prix du produit varie, c’est toute la courbe qui
se déplace
• variation du prix des produits substituts et complémentaires
• variation du revenu
• changement dans les goûts, etc.

86
Fig. 2.2

La courbe de demande

• Augmentation du P D D’
revenu
P2
• La courbe de demande
augmente
• Pour chaque niveau de P1
P, les quantités
demandées sont plus
grandes

Q2 Q1 Q3 Q
La courbe de demande

• Diminution du prix d’un P D’ D


substitut
P2
• La courbe de demande
diminue
• Pour chaque niveau de P1
P, les quantités
demandées sont plus
petites

Q3 Q2 Q1 Q
L’équilibre du marché
À Pe les quantités
• Le prix et la quantité Prix demandées sont égales aux
d’équilibre sont quantités offertes
déterminés par O
l’intersection entre
l’offre et la demande
• Le mécanisme de Pe
marché fait en sorte
que P et Q tendent
toujours vers leur
valeur d’équilibre D

Qe Quantité
89
L’équilibre du marché
Prix O
Surplus
Pour un prix de P1
P1
- Qo > Q d
- un surplus apparaît
- le P diminuera jusqu’à Pe
Pe
- retour vers l’équilibre

Qd Qe Qo Quantité
L’équilibre du marché
Prix O

Pour un prix de P2
- Qd > Qo
- une pénurie apparaît
Pe - le P augmentera jusqu’à Pe
- retour vers l’équilibre

P2
Pénurie
D

Qo Qe Qd Quantité
Déplacements de l’équilibre

• Si une des deux courbes se déplace, on peut prédire l’effet que ceci
aura sur le prix et la quantité d’équilibre
• Mais si les deux courbes se déplacent simultanément, alors il est
impossible de prédire l’effet que ceci aura soit sur le prix, soit sur la
quantité d’équilibre

92
Fig. 2.4

Déplacement de l’équilibre
• Prix des facteurs P
diminue D O O’

• L’offre augmente
• Un surplus apparaît:
Q3 - Q1
P1
• Retour vers un P2
nouveau P
d’équilibre: P2

Q1 Q2 Q3 Q
Fig. 2.6

Déplacements de l’équilibre

• Nouvelle technologie  P D D’ O O’
 de l’offre
• Prix des substituts  
de la demande P2
P1
• L’augmentation du prix
était-elle prévisible?

Q1 Q2 Q
Déplacements de l’équilibre (suite)

• Lorsque l’offre et la demande se déplacent ensemble, l’impact sur Pe


et Qe est déterminé par:
• L’ampleur et la direction des déplacements
• La pente des courbes

95
Les couts de l’entreprise
• Coûts fixes : coûts indépendants du volume de
production. La firme doit les assumer même si elle
cesse de produire.
Ex : loyer, assurances, impôt foncier, permis, intérêt sur le capital
emprunté, frais fixes de téléphone …
• Coûts variables : coûts qui varient en fonction du
volume de production.
Ex : salaires, coût des matières premières, énergie …

96
Les couts de l’entreprise

• Coûts irrécupérables : coûts déjà assumés et impossible à


recouvrir.
Ex : Achat d’un équipement très spécialisé qui ne peut servir à aucune
autre firme. Ne peut être considéré comme un coût fixe car cette
dépense est irrécupérable, même si la firme cesse ses opérations
• Coût total : CT(q) = CF + CV

97
Analyse des
couts
CT
Coût total moyen (CTM) = --------
Q

CF CV
Coût total moyen (CTM) = -------- + --------
Q Q

Coût total moyen (CTM) = CFM + CVM

98
Analyse des couts
• Le cout marginal:
ΔCT
Coût marginal (Cm) = -------- (cas discret)
ΔQ

dCT
Coût marginal (Cm) = -------- (cas continu)
dQ

99
Application
Quantité CF CV
0 50 0
1 50 50
2 50 78
3 50 98
4 50 112
5 50 130
6 50 150
7 50 175
8 50 204
9 50 242
10 50 300
11 50 385

100
CFM,CVM,CM et Cm
Quantité CF CV CT Cm CFM CVM CTM
0 50 0 50 - - - -
1 50 50 100 50 50 50 100
2 50 78 128 28 25 39 64
3 50 98 148 20 16.7 32.7 49.3
4 50 112 162 14 12.5 28 40.5
5 50 130 180 18 10 26 36
6 50 150 200 20 8.3 25 33.3
7 50 175 225 25 7.1 25 32.1
8 50 204 254 29 6.3 25.5 31.8
9 50 242 292 38 5.6 26.9 32.4
10 50 300 350 58 5 30 35
11 50 385 435 85 4.5 35 39.5
101
Exemple : Compléter le tableau suivant

Q CF CV CT CFM CVM CTM Cm

1 60 …

2 100 10

3 45

4 13,75

5 27

6 45

102
Exemple : Compléter le tableau
suivant
Q CFT CVT CT CFM CVM CTM Cm
1 60 30 90 60 30 90 …
2 60 40 100 30 20 50 10
3 60 45 105 20 15 35 5
4 60 55 115 15 13,75 28,75 10

5 60 75 135 12 15 27 20

6 60 120 180 10 20 30 45

103
Exemple •2 Soit la fonction de coût total suivante :
• CT = 2500 + 10Q + 4Q2
• Calculer :
1) Le CF
2) Le CFM
3) Le CV
4) Le CVM
5) Le CTM
6) Le Cm
7) La quantité qui minimise le CTM
8) La quantité qui minimise le CVM

104
Relation entre CM , CVM et Cm

P Cm

CTM
CVM

a b

P c
d

o q* q

105
Seuil de fermiture
P Cm

CTM
CVM

a b

P c RM = Rm
d
Pertes économiques
Seuil de fermeture
Minimum du CVM
o q* q

106
Seuil de Rentabilité
P Cm

CTM
CVM

a b
P RM = Rm

Seuil de rentabilité
Minimum du CTM

o q* q

107
L’intervention de l’Etat
• Prix Plancher: prix minimum au dessous duquel il est
interdit de vendre. Ce sont des prix qui permettent de
soutenir les Entreprises ( marchés agricoles).
• Prix Plafond: prix maximum au dessus duquel il est
interdit de vendre. Ce sont des prix qui permettent de
soutenir les Consommateurs (Gaz ,pain,riz …) .

108
Réglementation des prix
Le contrôle des loyers
• Prix plafond Prix - Qd > Qo
• prix fixé en-dessous du - une pénurie apparaît
- possibilité d’un marché noir
prix d’équilibre
• Conséquences: O
• pénurie
• possibilité d’un marché noir
• Ex.: contrôle des loyers

Plafond
Pénurie
D

Qo Qd Quantité
109
Réglementation des prix (suite)
Avec un sal. minimum:
• Prix plancher Sal. - Qo > Qd
• prix fixé au-dessus du - création de chômage
prix d’équilibre Surplus O
• Conséquences: Sal. min.
surplus
• Ex.: salaire minimum

Qd Qo Quantité
110
Notion d’élasticité
• L’élasticité prix de la demande
• L’élasticité croisée de la demande
• L’élasticité revenu de la demande
• L’élasticité prix de l’offre

111
Une variation de prix – deux variations de
quantités

P P

20

B B
15 15
A A
10 10

D
D
35 40 Qté 20 40 Qté

112
Comment expliquer ce phénomène?

Les acheteurs des deux marchés ne réagissent pas de la même façon à une
variation de prix. Le graphique de gauche présente une pente beaucoup plus
abrupte que celui de droite. Les consommateurs du graphique de gauche sont
donc moins sensibles aux variations de prix que ceux du graphique de droite.

Problème : L’allure d’une courbe dépend de l’échelle et des unités de mesures


choisies.

Solution : il faut une mesure de la sensibilité de la demande indépendante des


unités de mesure de prix et de quantité :
Les élasticités

113
L’élasticité-prix de la demande

• L’élasticité est une mesure de la sensibilité d’une variable


par rapport à une autre, il s’agit donc d’une mesure de
variation relative.

• L’élasticité est une mesure indépendante des unités de


mesure et de prix

• L’élasticité-prix de la demande est une mesure de l’ampleur


de la réaction de la demande suite à une variation de prix.

114
Élasticité-prix % de variation de la qté demandée
de la demande =
--------------------------------------------------
% de variation du prix
• Ep nous indique de quel % varie la quantité demandée lorsque le prix
varie de 1%, TCEPA.
• Un coefficient d’élasticité n’a pas d’unité de mesure.
• La valeur du coefficient nous indique l’ampleur de la variation.
• Le signe du coefficient nous indique le sens de la variation. Puisqu’il existe
une relation inverse entre le prix et la quantité demandée, le coefficient
d’élasticité-prix est toujours négatif.
• L ‘élasticité est une notion ponctuelle. Elle se calcule pour un point précis
sur la fonction de demande.

115
Par exemple

- 20% %ΔQd
Epd = ----------- = -2 = ----------- donc, %ΔQ d = -2 * %ΔP
10% %ΔP

Quel que soit le %ΔP, les quantités vont varier dans une proportion égale au double
du pourcentage de variation du prix.

• Si le prix augmente de 1%, les quantités vont diminuer de


-2*1% : les quantités vont diminuer de 2%

• Si le prix diminue de 5%, les quantités vont augmenter de


-2*-5% : les quantités vont augmenter de 10%

116
%Qd
Epd 
% P

Qd Pinitial
Nous savons que
Epd  
P Qd in itial
%ΔQd = ΔQd / Qd initial%ΔP = ΔP / P initial

ΔQd / Qd initial
Epd = -----------------------
ΔP / P initial

Par exemple: si le prix augmente de 4$ à 5$ (cas discret)


P0 = 4$  Q0 = 800
P1 = 5$  Q1 = 750

Epd = -50/1 * 4/800 = -0,25

117
L’équation précédente présente un défaut important :

a) Supposons une hausse de prix

Point A P1 = 5$ Q1 = 2
Point B P2 = 7$ Q2 = 1
P
%ΔQ ΔQ P1
Epd = ------------ = ----- * ----- 7
%ΔP ΔP Q1 5
Ep = - 1.25
-1 5 5
Epd = ------ * ----- = ----- = - 1.25
2 2 4

1 2 Q

118
b) Supposons une baisse de prix

Point A P1 = 7$ Q1 = 1
Point B P2 = 5$ Q2 = 2
P
% ΔQ ΔQ P1 Ep = - 3.5
7
Epd = ------------ = ----- * -----
% ΔP ΔP Q1 5
Ep = - 1.25
1 7 7
Epd = ------ * ----- = ----- = - 3.5
-2 1 2

1 2 Q
Il faut donc trouver une façon de mesurer l’élasticité-prix
telle que le point initial ne soit pas important.

119
Solution : Élasticité sur un arc (méthode du point
milieu)

Q ( P1  P 2) / 2
Epd  
P (Q1  Q 2) / 2
Prix Quantité
10$ 1 (P1, Q1) = (10, 1)
(P2, Q2) = (9, 2)  Ep = -6.33
9$ 2
8$ 3 (P1, Q1) = (8, 3)
(P2, Q2) = (7, 4)  Ep = -2.14
7$ 4
6$ 5 (P1, Q1) = (6, 5)
(P2, Q2) = (5, 6)  Ep = -1
5$ 6
4$ 7 (P1, Q1) = (4, 7)
(P2, Q2) = (3, 8)  Ep = -0,46
3$ 8
2$ 9 (P1, Q1) = (2, 9)
(P2, Q2) = (1, 10)  Ep = -0.16
1$ 10
120
Calcul de l’Epd: cas continu
• Qd = 10 - 4P
• Calculons Ep à un prix de 1.00$:
P = 1.00$  Q = 6

dQ P
Epd  
Epd = -4 * 1/6 = -0,67 dP Q

121
Ep change en chaque point
Prix Qté Élasticité P
│Ep│= ∞
10$ 1
9$ 2 Ep = -6.33
8$ 3 │Ep│> 1
7$ 4 Ep = -2.14
6$ 5 │Ep│= 1
5$ 6 Ep = -1
4$ 7
3$ 8 Ep = -0,46 0 < │Ep│< 1
2$ 9
1$ 10 Ep = -0.16
Q
Ep= 0
122
Classification des Ep
 %Qd
Nous savons que
Epd 
% P
• Si %ΔQd > %ΔP alors │Ep│> 1
► la demande est élastique par rapport au prix

• Si %ΔQd = %ΔP alors │Ep│= 1


► la demande est d’élasticité unitaire

• Si %ΔQd < %ΔP alors 0 < │Ep│< 1


► la demande est inélastique par rapport au prix

• Si %ΔQd = 0 pour n’importe quel %ΔP alors Ep = 0


► la demande est parfaitement inélastique par rapport au prix

• Si %ΔQd = ∞ même pour un très petit %ΔP alors│Ep│= ∞


►la demande est parfaitement élastique par rapport au prix

123
Élasticité prix et pente
P P P

Ep = 0 Q │Ep│= ∞ Q │Ep│= 1 Q
Demande Demande Demande
parfaitement parfaitement d’élasticité unitaire
inélastique élastique La quantité varie
Quand le prix change, La quantité qui proportionnellement
la quantité vendue ne peut être vendue à la variation de prix
change pas au prix courant est
infinie
124
Élasticité prix et pente
Q Pmoyen
Epd  
P Qmoyen
• Q/P correspond à la pente de la courbe de demande
(Q=f(P))
• Plus la pente est faible (en valeur absolue), plus la
demande est inélastique
• Plus la pente est élevée (en valeur absolue), plus la
demande est élastique
• Notez que compte tenu que l’on trace le graphique avec le prix sur
l’axe vertical (i.e. demande inverse: P=f(Q)), on représente
graphiquement (1/pente).

125
Élasticité prix et pente
P P

P1

P2

Q1Q2 Q Q1 Q2 Q

0 < │Ep│< 1 │Ep│> 1


Demande inélastique Demande élastique
La quantité varie moins que La quantité varie plus que
proportionnellement à la proportionnellement à la
variation de prix variation de prix

126
Facteurs influençant l’Ep
• Présence de substituts
• Bien nécessaire vs. bien superflu
• Proportion du budget consacrée au bien
• Temps: court terme vs. long terme
• etc.

127
Utilité de l’élasticité-prix de la demande:
Lien entre Ep de la demande et RT
Perte de
P P Recettes
totales

P1=18 A │Ep │ > 1


A
Perte de B
P2=16
Recettes │Ep │ < 1 Gains de
totales A Recettes
P1 = 6
B
Gains de C totales
C
P2= 4 B Recettes
B A totales

Q1= Q2= Q Q1= Q2= Q


700 800 100 200
P0=6$ Q0=700 RT0=4200$ (B+C) P0=18$ Q0=100 RT0=1800$ (A+B)
P1=4$ Q1=800 RT1=3200$ (A+B) P1=16$ Q1=200 RT1=3200$ (B+C)

128
Utilité de l’élasticité-prix de la demande

%Qd
Nous savons que
Epd 
Si % ΔQd = % ΔP
% P
 │Ep │ = 1
Gains = pertes  RT est constante
Si on se situe au point ou │Ep │ = 1, la recette totale est maximale

Si % ΔQd > % ΔP  │Ep │ > 1


Gains > pertes  RT augmente
Si on se situe sur la portion élastique de la demande │Ep │ > 1,
une diminution du prix fait augmenter la recette totale.

Si % ΔQd < % ΔP  │Ep │ < 1


Gains < pertes  RT diminue
Si on se situe sur la portion inélastique de la demande │Ep │ < 1,
une diminution du prix fait diminuer la recette totale.

129
L’élasticité prix croisée
• Mesure de la sensibilité de la quantité demandée d’un bien (X) aux
variations du prix d’un autre bien (Y)

%Q Q / Q Q P
Ec    
x x x x y
xy
%P P / P P Q
y y y y x

130
Exemple de calcul
• Supposons que Py affecte Qx de la façon suivante:
Py1 = 10$  Qx1 = 100
Py2 = 11$  Qx2 = 107

Ecxy 
 Q 2  Q1 / Q1 107  100  / 100
  0,7
 P 2  P1 / P1 11  10 / 10
131
Classification des Ecxy
Ecxy  0
• Biens substituts

• Biens complémentaires Ecxy  0

compléments substituts

132
L’élasticité revenu
• Mesure la sensibilité de la quantité demandée d’un bien à une
variation de revenu des consommateurs

%Q Q/ Q Q R
ER    
%R R / R R Q

133
Exemple de calcul
• Supposons que R affecte Qx de la façon suivante:
R1 = 30 000$  Q1 = 100
R2 = 33 000$  Q2 = 105

Q  Q / Q 105 100 /100


ER    0,5
2 1 1

R  R  / R 33000 30000 / 30000


2 1 1

134
Classification des ER

• Bien normal ER  0
• bien essentiel 0  ER  1
• bien de luxe
ER  1
• Bien inférieur
ER  0

135
ER et déplacements de la demande

• Bien normal
•  Revenu  augmentation de la demande
•  Revenu  diminution de la demande

• Bien inférieur
•  Revenu  diminution de la demande
•  Revenu  augmentation de la demande

136
L’élasticité prix de l’offre
• Mesure de la sensibilité de la quantité offerte aux variations de prix
du bien

%Q Q / Q Q P
Ep    
%P P / P P Q
137
Ep de l’offre: cas discret
Calculons Ep si le prix varie de $10 à $11
P1 = 10$  Q1 = 150
P2 = 11$  Q2 = 160

Q  Q / Q 160 150/150
Ep    0,67
2 1 1

P  P  / P
2 1 11 10 /10
1

138
Ep de l’offre: cas continu
• Qo = 10P + 50
• Calculons Ep à un prix de 11$
P = 11$  Q = 160

dQ P 11
Ep    10   0,69
dP Q 160
139
Classification des Ep de l’offre

• Inélastique
0  Ep 1
• Élasticité unitaire
Ep 1
• Élastique
Ep  1

140