Vous êtes sur la page 1sur 111

Cours

du Droit commercial et des


sociétés
Semestre 2 - ME -

Préparé et animé par:


Pr. Mahmoud MAISSINE
Professeur chercheur en Droit privé

Année universitaire: 2019-2020


Plan
 Introduction:
 Introduction au droit
 Environnement juridique du Droit commercial
 Première partie: Le commerçant
 Chapitre 1: Le statut des commerçants
 Chapitre 2: Actes de commerce et activités commerciales
 Chapitre 3: droits et obligations des commerçants
 Deuxième partie: Fonds de commerce
 Chapitre 1: Le statut juridique du FC
 Chapitre 2: Les opérations relatives au FC
 Troisième partie: les sociétés commerciales
 Chapitre 1: Le contrat de société
 Chapitre 2: Les sociétés de personne
 Chapitre 3: Les sociétés de capitaux
Introduction au Droit
1- qu’est-ce que le droit?

Le mot « DROIT » a deux sens différents :


 Ildésigne, en premier lieu, l'ensemble des règles
générales applicables aux individus dans un Etat :
c'est le droit objectif  ; c’est l’ensemble des
règles de droit (c’est-à dire des règles juridiques)
qui gouvernent la vie des personnes en société
dont l’inobservation est sanctionnée par les
pouvoirs publics : c’est le droit positif.
 Le rôle du droit objectif est d'assurer l'ordre social,
de régler la vie en société.
 L'absence de règles engendrerait, en effet, le
désordre et la confusion.
• En second sens le droit signifie l’ensemble des
prérogatives que possèdent les individus, il
s’agit des droits de chacun (droits individuels),
ils sont personnels et protégés par le droit
positif; ce sont les droits subjectifs tel que:
droit de propriété, droit de vote, droit
d’auteur… Confère aux individus
Le droit objectif ------------------------ des droits
subjectifs
Relation entre le droit objectif et les droits
subjectifs

le droit objectif et les droits subjectifs entretiennent


des rapports profondément étroits: c’est le droit
objectif qui fixe et protège l’ensemble des droits
subjectifs de chaque individu , il permet ainsi à
toute personne d’invoquer ses droits subjectifs. De
même, l’évolution des droits subjectifs est
conditionnée par celle du droit objectif lui-même.
Exemple
- Le code électoral - Le droit de vote
- Le DOC - Le droit du vendeur au paiement
- Le droit de travail - Le droit au congé de maternité
- Le droit de la famille - Le droit accordé aux parents
de voir leurs enfants (cas de divorce)
2- caractères de règles de droit
La règle de La règle de
droit est droit est
générale obligatoire

règle de
La
La règle de droit
est coercitive droit est
(contraignante) (impersonnelle
)

La règle de droit
est permanente
3- Les différentes branches du Droit

Le droit national Le droit international

Droit privé Droit public Droit Droit


international international
 Droit privé: public:
civil Il régit les Règles
 Droit
 Droit rapports des applicables
constitution
commercia particuliers aux rapports
nel
l entre eux entre les
 Droit
Droit lorsqu’il Etats.
administratif
social existe un Il définit les
 Droit fiscal
 Droit de élément pouvoirs des
la famille étranger. organisation
Exemple: s
Droit mixte: a un lien étroit international
avec les deux branches de Mariage
mixte es (ONU)
Droit , il s’agit
essentiellement de Droit nationalité
pénal et Droit processuel
4- les sources de la règle de droit
Sources Sources
modernes historiques
Sources Sources
La
directes indirectes
jurisprudence
La loi: :
La religion:
Le pouvoir Jugements
Le droit
législatif prononcés
musulman (le
- Projet de loi par les
coran/ la
- Proposition diverses
sunna/
de loi juridictions
l’Idjmaa et le
(cour de
Qiyas)
cassation ou
Le règlement:
cour
Le pouvoir
La doctrine:
suprême) Le droit
exécutif
juges étranger
- dahir/
Avocats
décret/ arrêté
les traités et Professeurs de
les droit
conventions Chercheurs en La coutume
internationale droit
s
5- la personnalité juridique
 La personnalité juridique désigne l'aptitude à
être traité comme sujet de droit, elle
commence à la naissance et prend fin au
décès.
 Un sujet de droit est une expression qui
désigne le mot « personne ». Sur le plan
juridique, on distingue deux catégories de
personnes : personnes physiques et
personnes morales.
A – la personne physique
Tout être humain est une personne
physique

Chaque personne est un sujet de droit

Sujet actif: elle possède de Sujet passif: elle répond à des


droits obligations

Chaque personne a une capacité juridique: aptitude à jouir et à


exercer ses droits

La capacité de La capacité d’exercice


jouissance
Sous conditions: âge
de majorité…
Incapacité juridique

Limitée: totale:
Age de discernement, Moins de 12 ans, le
Le prodigue, le faible dément
d’esprit… celui qui a perdu la
raison…
B- la personne morale
• Une personne morale est un regroupement
de personnes physiques constituant un seul
sujet de droit et ayant le même objectif . C’est
le cas des sociétés, des coopératives, des
associations, des entreprises, des syndicats…
• La personne morale devient personne
juridique à sa constitution après avoir
accompli certaines formalités juridiques .
• On distingue:
Personnes morales

De droit
De droit public
privé

Ont sous la
tutelle des
A but Sans but
autorités
lucratif lucratif
publiques.
Exemple: Exemples:
Exemple:
Entreprises Syndicats
Administrations
Sociétés Associatio
publiques
commercial ns
Collectivité
locales es
L’Etat
Environnement juridique du Droit
commercial
1- Définition
Le Droit commercial peut se définir comme la branche
du droit privé relative aux opérations juridiques
accomplies par les commerçants entre eux ou avec leurs
clients dans le cadre d’une activité professionnelle.
C’est l’ensemble des règles juridiques applicables aux
commerçants à l’occasion de l’exercice de leurs activités
professionnelles.
2- Evolution historique du Droit commercial
 les origines du droit commercial remontent à des
époques très reculés;
 les règles du droit commercial sont apparues en même
temps que l’activité commerciale;
 pas de droit commercial formalisé ; mais des règles
simples, spécifiques aux relations de commerce et
d’échanges; pas de traces écrites; un droit coutumier;
 pas de distinction entre le droit commercial et droit
civil;
Naissance du Droit commercial
En Droits Antiques

- Le DC est né avec le commerce;


- Les traces écrites apparaissent avec les Babyloniens (code
d’Hammourabi vers 1750 avant JC) droit terrestre;
- Avec les Phéniciens et les Grecs : la formation de traits spécifiques
du droit maritime ( apparition de théorie de l’avarie commune)
- Institution d’usages et de coutumes souples: le développement
d’échanges des produits et de services;
2- Objet du Droit commercial
Deux conceptions sont formulées à ce propos:
subjective et objective


Elle se fonde sur le commerçant
(sujet de droit)

Le droit commercial est le droit des
commerçants dans le sens large.
La conception

Le commerçant est le composant
essentiel du droit commercial
subjective: ●
Par conséquent, le droit
personnelle commercial est le droit de ceux qui
exercent des activités
commerciales et en font leur
profession habituelle;

Le DC est un droit de professionnel

L’activité commerciale est la base du
droit commercial (en abstraction de la
personne qui accomplie cette activité)

Par conséquent, le DC régit les actes
de commerce (énumérés par la loi) et
s’applique à ceux qui les exercent

Les actes de commerce, qui ne sont
La conception pas réservés à l’usage des seuls
objective: commerçants, confèrent la qualité de
commerçant à ceux qui les
(réelle) accomplissent d’une manière
habituelle

par conséquent, le champ
d’application du DC est représenté par
les activités commerciales et par les
commerçants (personnes physiques ou
morales sociétés commerciales)
3- spécificité du Droit commercial
Le droit commercial est un droit :
a- des échanges:
- Le commerce c’est l’échange, la spéculation, la
recherche de lucre et la requête de richesses.
 Le droit commercial traduit un état social ou les
hommes visent à conquérir le bien-être et la richesse;
 Le Droit commercial attache une grande attention à
la circulation des créances et à leur recouvrement
 le Droit commercial, dans cette approche refuse le
gratuit, le bénévoles, et le sentimental n’y trouve pas
de place.
 le droit commercial accorde plus d’importance aux
biens, aux valeurs;
b- de l’entreprise
Esprit d’entreprendre qui exige:
 la souplesse des règles:
 pour limiter au maximum les entraves à l’action de
l’entreprise;
Laisser une grande part à la liberté des parties (modes
de résolution des conflits, liberté de preuve)
 la rapidité
le temps commercial est plus court que le temps civil en
raison de la nature des opérations commerciales qui
exigent des formalités moins compliquées; ce explique la
brièveté du délai de prescription
Le DC facilite le crédit, assure la sécurité des
transactions et leur transparence en exigeant la
publicité.
c- de professionnels:
les acteurs du droit commercial sont des professionnels
(industriels ou commerçants) ;
4- la position du Droit commercial
La question qui se pose est celle des relations du droit
commercial avec les autres branches de droit et plus
précisément avec le droit civil;
a- la relation avec le droit civil
 le droit civil ou le DOC (droit commun) réglemente les
différents rapports entre les individus : un domaine plus
large par rapport au droit commercial.
 Les dispositions du DOC sont applicables également au
matière commerciale;
 On trouve des solutions dans le DOC pour des conflits
nés de la pratique des affaires le droit commercial ne
comporte pas une réglementation complète de toutes les
activités économiques (le contrat de prêt ou de vente
Commerciale: on applique les règles du DOC)
Cette interrogation va nous conduire à un débat sur
l’autonomie ou la dépendance du Droit commercial;
 en réalité, le droit commercial est un droit
dépendant du droit civil qui est la matière mère
du droit privé, le Droit Commercial ne remplit pas les
conditions de l’autonomie d’une discipline.
 cependant, autre thèse affirme que le Droit
commercial est indépendant du Droit civil en vue de
l’existence des notions et concepts qui lui sont
propres, et assurent l’originalité et la spécialité du
Droit commercial par rapport au droit privé. Mais cela
reste insuffisant à faire une autonomie à la matière.
b- la relation avec autres branches du droit
Avec le droit de travail:
Le développement de l’activité commerciale et
industrielle a un impact sur les conditions du travail le la
masse des travailleurs.
Avec le droit international privé:
L’activité commerciale peut mettre en rapport des
personnes physiques ou morales de nationalités
différentes, et il est fait application, à l’occasion de ces
rapports, les règles du droit international privé.
Avec le droit financier:
L’activité commerciale est rattachée au domaine des
impôts et des droits douaniers.
Avec le droit constitutionnel:
Qui fixe l’étendue des libertés et parmi elles l’exercice du
commerce.
Avec le droit pénal:
Qui sanctionne certains agissements nuisibles à l’activité
commerciale
5- les sources du Droit commercial
A- les sources historiques


Droit musulman

Le droit
(Période du Maroc étranger
indépendant (avec le
avant 1912)
protectorat)
- Pas de
législation
commerciale
- Application
de droit
musulman et
les coutumes


Les usages ●
L’indépenda
et les
nce
coutumes
B- les sources écrites


1- les textes de loi:

& la constitution : la constitution de 2011
garantie la liberté d’entreprendre et d’exercice
des activités commerciales et industrielles, et de
libre concurrence (article 35);

&Le code de commerce: la loi n° 15-95 du 1
aout 1996 telle qu’elle a été complété et modifié

& le DOC : Dahir du 12 aout 1913 constituant un
droit commun applicables dans la silence du droit
commercial;
a) directes ●
&le code de commerce maritime du 31 mars
1919 abrogé par la loi n° 46-12

2- les règlements:

dispositions règlementaires prises par l’autorité
exécutives dans le but de combler les
insuffisances du code de commerce;

3- les conventions internationales:

règles uniformes pour régler les litiges relatifs
aux contrats internationaux, imposées aux pays
signataires de la convention;

& la jurisprudence: l’ensemble des
décisions (jugements – arrêts)
rendues par les différentes
juridictions du royaume et plus
particulièrement par la cour suprême;
des interprétations données par le
b) juge aux règles de droit;
Indirectes: ●
& la doctrine: son rôle est
Pour le droit d’expliquer et éclairer le droit positif (
civil, commercial..); c’est l’ensemble
en général des

travaux de réflexions des juristes,
professeurs de droit, théoriciens et
praticiens du droit qui participent à
l’interprétation et l’évaluation du
système juridique;
6- Les structures judiciaires et les modes de
règlement des conflits
a- les tribunaux de commerce
L’organisation judiciaire au Maroc reposait sur le principe de
l’unité de juridictions qui donnait compétence aux même
tribunaux pour juger les matières civiles et commerciales;
Les maux constatés dans le fonctionnement de la justice ont
conduit à envisager des réformes ayant abouti à la création des
juridictions de commerce;
La loi n° 53-95 du 12 février 1997 instituant des juridictions
de commerce, dans son article premier, prévoit la création des
tribunaux de commerce et des cours d’appel de commerce: ( leur
nombre, leurs sièges dans les régions et leur ressort sont fixés
par décret);
Il existe deux degrés de juridictions de commerce: les
tribunaux de commerce et les cours d’appel de commerce:
Les tribunaux de commerce

La composition: La compétence:
Le tribunal de commerce - Connaitre des actions relatives
aux contrat commerciaux
marocain comprend : un - Connaitre des actions entre les
président, des vices commerçants à l’occasion de
présidents et des leurs activités commerciales;
magistrats, un ministère - Connaitre les actions relatives
aux effets de commerce, des
de public composé du différends entre associés d’une
procureur du roi et d’un ou sté commerciale, et des différents
de plusieurs substituts, un à raison du fonds de commerce.
- Connaitre les demandes dont le
greffe et un secrétariat du
montant dépasse la valeur de
ministère public 20000 dh
Les cours d’appel de commerce

La composition: La compétence:
La cours d’appel de commerce - Connaitre des appels
comprend : un président, des contre les jugements
présidents de chambres et des
conseillers, un ministère de
rendus par le tribunal de
public composé d’un procureur commerce
général du roi et de ses - l’appel doit être formé
substituts, un greffe et un dans un délai de 15 jours
secrétariat du ministère public.
à compter de la date de
Elle tient ses audiences et rend
ses arrêts par un président de notification du jugement
chambre et deux conseillers, du tribunal de
assisté d’un greffier. commerce.
b- les autres modes de règlement des déférents


L’article 5 de la loi instituant les juridictions
de commerce permet le recours à l’arbitrage
L’arbitrage ●
Il s’agit de confier à une ou plusieurs
personnes privées la possibilité de trancher
les litiges entre les commerçants.


Mode de règlements des conflits
commerciaux alternatif
La médiation ●
Intervention d’une tierce partie pour
trouver une solution à l’amiable, durable,
équitable et confidentiel


Permet d’aboutir un compromis
La conciliation entre les parties concernées par le
conflit.
Première partie: Le commerçant
 Le droit commercial repose sur un acteur central qui est
le commerçant .
 Le traitement de cet acteur exige l’étude de trois
éléments, à savoir:
 Le statut des commerçants
 Les actes de commerce
 Les droits et les obligations des commerçants

Chapitre 1: le statut des commerçants


Les commerçants (les professionnels dans le sens
large) sont soumis à un statut professionnel qui
réglemente le métier de commerçant, comportant les
droits et les obligations des commerçants ainsi les
conditions d’exercice de ce métier.
o Qui est le commerçant ?
o Quelles sont les conditions d’acquisition de la
qualité de commerçant?
I. Définition de commerçant
Sont commerçants ceux qui exercent, pour
leur compte, des actes de commerce et en
font leur profession habituelle et
indépendante .
Le
commerçant

Personne
Personne morale
physique
Exerçant une activité commerciale pour
leur copmte

professionnelle habituelle Indépendante


 L’article
11 de la loi n° 15-95 formant code de
commerce promulguée par le dahir n° 1-96-83 du
15 RABII I 1417 (1er aout 1996) définit le
commerçant comme suit:
Toute personne qui, en dépit d'une
interdiction, d'une déchéance ou d'une
incompatibilité, exerce habituellement
une activité commerciale, est réputée
commerçant
autrement dit la qualité du commerçant s’acquiert
par l’exercice habituelle et professionnelle des
activités que le code de commerce considère
comme étant commerciales ( actes de commerce),
et qui sont énumérées dans l’article 6 & 7, ou
assimilables à celles-ci (art 8)
( les actes de commerce seront examinés dans
un chapitre isolé)
II. les conditions d’acquisition
de la qualité de commerçant
 En principe, la liberté d’exercice de l’activité
commerciale et industrielle est affirmée par l’article
35
de la constitution de 2011 pour tout le monde.
 Le principe de la liberté du commerce précise
que
l’accès à la profession commerciale est libre, sans
devoir justifier de la compétence ou solliciter une
autorisation administrative.
 Malgré ce principe, le législateur a du apporter
quelques limites de plusieurs ordres à la liberté
d’exercice du commerce en vue de protéger le
Commerçant, et l’intérêt général.
Conditions d’acquisition de la qualité de
commerçant

Conditions liées à la personne Conditions liées à l’activité

Conditions protégeant Conditions protégeant


l’intérêt privé l’intérêt général L’accomplissement des actes de commerce
1-Conditions liées à la personne: intérêt
privé
l’exercice du commerce exige une certaine
maturité
d’esprit, le législateur marocain a fixé l’age de
la
majorité à 18 ans (art 209 du code la
famille).
Néanmoins il existe des dérogations à ce
principe
la capacité
commerciale

● Le principe

● la capacité pour exercer le commerce obéit aux règles du statut
personnel (Article 12 de code de commerce)

● Le mineur ne peut pas avoir la qualité de commerçant

● Les exceptions

● La représentation :

● Pour le mineur de moins de 12ans ; la possibilité offerte pour la
gestion commerciale de son patrimoine est celle de la
représentation légale assuré par la tutelle paternelle, maternelle,
testamentaire ou dative (art 211 du code de famille)

● L’autorisation de juge n’est pas demandé, un contrôle judiciaire
est exigé si la valeur des biens dépasse 200000 dh (art 240 C.
famille), sauf le cas où le tuteur est testamentaire ou datif, une
Le mineur ●

autorisation spécifique est exigée et inscrite au registre de com.
L’autorisation:

● Le mineur de 12 ans (doué de discernement) peut gérer une
partie de ses biens à titre d’essai et d’expérience (art 226 C.F)

● A cet effet, une autorisation spécifique doit être accordée par le
juge ou par le tuteur légal sur la demande du tuteur ( datif ou
testamentaire) ou du mineur intéressé et inscrite au RC

● Cette
Cette autorisation
autorisation confère
confère au
au mineur
mineur lala pleine
pleine capacité
capacité
commerciale .

● La déclaration anticipé de majorité:

● Lorsque le mineur a atteint l'âge de 16 ans, il peut demander au
tribunal de lui accorder l'émancipation (déclaration d’anticipation)

● Le représentant légal peut demander au tribunal d'émanciper le
mineur qui a atteint l'âge précité, lorsqu'il constate qu'il est doué
de
de bon
bon sens.
sens. Et
Et il
il peut
peut exercer
exercer l’activité
l’activité commerciale.
commerciale.

● La majorité n’est pas une condition suffisante pour être
un commerçant.

● Les règles du statut personnel définissent les causes
d’incapacité du majeur à savoir : le prodigue; le faible
d'esprit et le dément.

● Le prodigue et le faible d’esprit:

● L’art 215 définit le prodigue comme étant: « Le
prodigue est celui qui dilapide ses biens par des
dépenses sans utilité ou considérées comme futiles par
les personnes raisonnables, d'une manière qui porte
Les majeurs préjudice à lui-même ou à sa famille. »
incapables ●
● Le faible d’esprit ou le déficient mental est celui qui est
atteint d'un handicap mental l'empêchant de maîtriser
sa pensée et ses actes: (art. 216 du code de famille)

● Les dispositions communes qui s’appliquent au deux
cas sont édictées par l’art. 225 du code de famille, elles
sont les mêmes pour le mineur doué de discernement
(12-18 ans) (capacité d’exercice limitée):

● - actes profitables : ils sont valables
- actes préjudiciables: ils sont nuls

● -s'ils revêtent un caractère à la fois profitable et
préjudiciable, leur validité est subordonnée à
l'approbation de son représentant légal.

le dément et celui qui a
Discontinu Volontaire:
perdu la raison:
e: La perte
Continue

Ce casLaest régi par l’article 217
personne volontaire
Les majeurs du codeade la famille. de la raison
pleine
La ●
incapables La pertecapacité
de la raison peut être:
ne dégage
personne
(suite) concernée

La personne
durant qui
ses a perdu la de la
pas
moments responsabilit
devientraison, le prodigue et le faible
desont
d'esprit lucidité.
frappés é
incapable
(art 217
d'interdiction (art 217
par jugement dudu
totalement
du code de code de
tribunal
famille) famille

● l’article 15 du code de commerce stipule qu’il est réputé
majeur pour exercer le commerce tout étranger ayant atteint
dix-huit ans révolus, même si sa loi nationale prévoit un âge
de majorité supérieur à celui qui est édicté par la loi marocaine.

● Lorsqu'un étranger n'a pas l'âge de majorité requis par la loi
marocaine et qu'il est réputé majeur par sa loi nationale, il ne
L’étranger peut exercer le commerce qu'après autorisation du président du
tribunal du lieu où il entend exercer et inscription de cette
autorisation au registre du commerce. Il est statué sans délai
sur la demande d'autorisation. (Article 16 du code de
commerce)

● Le code de commerce ne fait aucune mention des causes
d’incapacité du majeur étranger.


● La femme mariée peut exercer le
commerce sans autorisation de son
mari. Toute convention contraire est
La femme mariée
réputée nulle (Article 17 du code de
commerce)
 2-Conditions liées à la personne: intérêt
général
L’exercice de
certaines
interdiction profession est
incompatible
avec l’exercice
de la profession
commerciale
-ne peuvent
être
commerçants,
- Interdiction professionnelle: les commerçants faisantles l’objet
d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire
fonctionnaires
(art 712) de l’Etat, les
-interdiction d’exercer certaines activités pourmagistrats,
des raisonsles
politiques ou de défense nationale telle la ventemilitaires,
du matérielles
de guerre ou des explositifs (monopole de l’Etat)
parlementaires,
les personnes
exerçant une
profession
libérale
 3- Conditions liées à l’activité

- l’exercice de
la profession
L’exercice habituel commerciale
doit se faire
pour le
compte propre
de la
personne et
en son non,
autrement dit
de manière
indépendante
-accomplissement des actes de commerce de mêmeset genre
habituellement par la répétition prolongée danspersonnelle.
le temps.
- il n’est pas
- l’habitude suppose également un élément intentionnel
commerçant :
les salariés,
les dirigeants
de des
sociétés
commerciales
Les sujets des exposés

1. L’arbitrage et la médiation
2. La protection juridique et judiciaire du
consommateur
3. Le contrat de bail commercial
4. La propriété industrielle et intellectuelle
5. La réglementation de la concurrence
6. Les contrats commerciaux
7. Les moyens de paiement
8. Les entreprises en difficulté
Chapitre 2: Actes de commerce et
activités commerciales
I- la notion de l’activité commerciale
 Le code de commerce ne définit pas l’activité

commerciale ou actes de commerce, mais il


donne une
énumération plus ou moins précise de ces
activités.
 Les activités commerciales ont un régime
propre qui
nous pousse à l’examiner sur plusieurs niveaux, à
savoir:
 Définition de l’acte de commerce
 Critères de l’activité commerciale
 Le caractère non limitatif de l’énumération des
activités commerciales
1- définition de l’acte de commerce
Pour certains, l’acte de commerce est une
manifestation
de volonté destinée à produire des effets de
droits
soumis aux règles de droit commercial, il s’agit donc,
pour autres, d’un acte juridique qui est soumis aux
règles
du droit commercial, en raison de sa nature, sa
forme, ou
en raison de la qualité de commerçant de son auteur.
Pour d’autres, c’est l’acte qui réalise une
entremise
dans la circulation de richesse, cette entremise
se réalise sous forme d’entreprise.
2- Critères de l’activité commerciale
Plusieurs critères qui se complètent pour aider à
cerner
la notion de l’activité commerciale:

L’acte de
commerc
e
La spéculation

- Est un critère d’ordre économique qui donne à


l’acte accomplis un but économique,
- Il s’agit de la recherche du profit pécuniaire ou
intention spéculative
L’entremise

- est une condition pour avoir la circulation


- c’est une opération entre la production et la
consommation et permet la circulation de la
richesse
3- Le caractère non limitatif de
l’énumération des activités commerciales
- Cette énumération n’ est pas
Le code de commerce
limitative en raison de la
donne
souplesseunedesénumération
règlesn’
- Cette énumération du
estdroit
pas
Le
pluscode de commerce
ou moins
commercial: précise
limitative en raison de la on
donne
aura une
souplesse
des une
ex énumération
tension
des
activités règlesdes
du droit
activités
plus ou commerciales
commercial:moins(art
précisepar
on
commerciales
assimilation
aura activités
une ex tension des
6 à 1 0)
des
activités commerciales par
commerciales (art 6 à 1 0)
assimilation

L
L’art
’art
icle
icle
8 du
8 du
cod
cod
e
e
stip
stip
ule
ule
que
que
::
«La
«La
qual
qual
ité
ité
de
de
com
com
mer
mer
çant
çant
s'ac
s'ac
quie
quie
rt
rt
égal
égal
eme
eme
nt
nt
par
par
l'ex
l'ex
erci
erci
ce
ce
habi
habi
tuel
tuel
ou
ou
prof
prof
essi
essi
onn
onn
el
el
de
de
tout
tout
es
es
acti
acti
vité
vité
s
s
pou
pou
van
van
tt
être
être
assi
assi
milé
milé
es
es
aux
aux
acti
acti
vité
vité
s
s
énu
énu
mér
mér
ées
ées
aux
aux
arti
arti
cles
cles
6
6 et
et
7 ci-
7 ci-
des
des
sus
sus
»
»
L’extension par assimilation


Des activités apparaissent et d’autres
disparaissent

Évolution économique
ère èr e
par le s

lesal, les
de droit

un caract
par ces
s pa r les

érêt génér
de droit

cial ité
ex ercées

caract
l’ intgénéral,
par ces
m orales
L’ ag ricu l tu re:

as surées

ité
public:
L ’agric ulture cons ist e en produc tion de

pas
e rcée

ercialer
pas un
produits agricoles et ass imilés s uivie de la

m orales

de comm
L’ ag ricupar
l tul’agric
re: ulteur: c ett e

surées
vent e de ces produits

deérêt

n’ont n’ont
public:
L ’agric
act ulture cons
ivité demeure ist e en
c ivile. Mêmeproduc tion
chos de
e pour

ités
produits agricoles
l’ ac tivitet ass imilés
anale s uivie de la

personnes
é artis

Les a ctivex

de comm
asés
de l’ int
vent e de ces produits par l’agric ulteur: c ett e
act ivité demeure c ivile. Même chos e pour

pers onnes
raison
ésivit
Les activités
l’ ac tivit é artis anale

personnes

act
personnes
act ivit
Enon
En rais

Les activités
qui
échappent à
l’assimilation

SaufSauf
profession
L’exercice
profession
pourpour
pharmacien
- Activité

L’exercice
auteurs .

pharmacien
- Activité
act ivit és com merciales pour leurs

certains
l’écrivain… ne cons t. it ue pas des
auteurs
Laés
act ivit production de l’art
com merciales is t e,leurs
pour

libérale
certains
La production t it ue pas des:
intellectuelle

d’une
l’écrivain… ne cons

de de
La production de l’art is t e,

libérale
La production intellectuelle :

d’une
cas:cas:
: :
II- la typologie des actes de commerce

Les catégories des actes de commerce

Les
Les
actes de
actes de
Les actes de commer
commerce par commer
nature ce par
ce par
accessoi
forme
re
1- les actes de commerce par nature
 La commercialité provient de l’objet des actes
de commerce par nature, ils sont énumérés
dans l’article 6et 7 du code de commerce.
 L’accomplissement habituel et professionnel de
ces actes confère à la personne la qualité du
commerçant
l'achat de meubles corporels ou incorporels en vue de les
revendre soit en nature soit après les avoirs travaillés et
mis en œuvre ou en vue de les louer

la location de meubles corporels ou incorporels en vue de


leur sous-location

l'achat d'immeubles en vue de les revendre en l'état ou


après transformation

la recherche et l'exploitation des mines et carrières


l'activité industrielle ou artisanale

le transport

la banque, le crédit et les transactions financières

les opérations d'assurances à primes fixes

le courtage, la commission et toutes autres opérations


d'entremise

l'exploitation d'entrepôts et de magasins généraux

l'imprimerie et l'édition quels qu'en soient la forme et le


support

le bâtiment et les travaux publics


 les bureaux et agences d'affaires, de voyages,
d'information et de publicité

la fourniture de produits et services

l'organisation des spectacles publics

la vente aux enchères publiques

la distribution d'eau, l'électricité et de gaz

les postes et télécommunications

La domiciliation
La qualité de commerçant
s'acquiert également par
l'exercice habituel ou
professionnel des activités
suivantes :
1) toutes opérations portant sur
les navires et les aéronefs et leurs
accessoires ;
2) toutes opérations se rattachant
à l'exploitation des navires et
aéronefs et au commerce
maritime et aérien.

article 7 du code de commerce


Pour analyser ces activités commerciales, il convient
de les regrouper conformément à l’analyse économique,
dans les trois secteurs principaux à savoir :
La distribution, la production et les services
A- les activités de distribution
 L’activité de distribution consiste en l’achat pour la revente de
biens meubles ou immeubles, ou pour la location dans le cas des
biens meubles
 L’achat consiste en l’acquisition d’un bien moyennant un prix
(somme d’argent) ou un bien d’échange.
 l’opération d’achat doit être accompagnée de l’intention de
revendre . La revente donc, est une condition essentielle pour
conférer le caractère commercial à l’opération d’achat,
 La commercialité de l’opération de l’achat pour la revente se fonde
sur l’idée de spéculation et la circulation de la richesse en vue de
réaliser un profit.
 La revente des biens meubles peut être en nature ou après les
avoir travaillés et mis en œuvre
 La revente des biens immeubles peut être en l’état ou après
transformations
 La vente aux enchères publiques est une activité commerciale qui
assure également la circulation de la richesse par le biais des
intermédiaires
B- les activités de production

l’activité de production

l'activité industrielle
la recherche et ou artisanale :
l'exploitation des -ces activités consistent
mines et carrières : en transformation des
-Cette activité était matières premières
considérée comme étant -La transformation dans le
activité civile cadre d’une activité
-L’exploitation des mines industrielle faite par une
englobe l’exploitation entreprise demande le
des gisements de recours à des moyens
charbon, de pétrole, de importantes
minerais - pour l’activité artisanale,
- l’exploitation de la plupart de la doctrine
carrières : le ciment, le et de la jurisprudence ne
plâtre, les eaux lui donne pas le caractère
minérales : les industries de commercialité sauf s’il
extractives. s’agit d’une structure
organisée
l’activité de production

l'imprimerie et
l'édition quels qu'en
soient la forme et le
support : le bâtiment et les
-Il s’agit des activités travaux publics :
d’impression et d’édition - Cette activité est
sous toutes leurs formes exercée par les
(intellectuelles, entreprises de
artistiques) et sur tous constructions
les supports (papier, immobilières (bâtiments
films, cd, dvd) d’habitation, de
-Ces activités ont le rôle commerce,
d’intermédiaires entre le d’administration) ou de
producteur de l’œuvre et travaux publics (barrages,
le public, d’où la routes, ports, canaux…)
commercialité de ces
activités
C- les activités de services
Les
activités
de
transport

Les Les
activités activités
d’intermé de
diaires location

Les Les
activités activités de
financièr dépôt et de
es garde

● Transport terrestre, maritime, aérien

● Les entreprises assurant le transport
transport des marchandises et voyageurs sont
commerciales


● Location portant sur les meubles corporels
(machine) ou incorporels (fonds de commerce)
Location en vue de leur sous- location

● Le loueur a un but de maximiser le profit en
proposant ces biens à la location


● l'exploitation d'entrepôts et de magasins
généraux

● Il s’agit des activités qui permettent de recevoir
en dépôt les objets mobiliers en contrepartie
d’un salaire

● Activités bancaires: les banquiers sont considérés comme
des commerçants

● Ces activités comprennent la réception de fonds de public,
les opérations de crédit, de change, la mise en dispositions
des clients des moyens de paiement
activités financières ●
● Les transactions financières qui peuvent être des
opérations de bourse sur valeurs mobilières, l’acquisition
des titres négociables du trésor, les opérations de garantie

● les opérations d'assurances à primes fixes faites par des
sociétés de capitaux sous la surveillance de L’Etat


● les opérations d'entremise: un rôle d’intermédiation
sans intervenir ni dans la vente ni dans la production

● le courtage: la rapprochement des parties pour
conclure un contrat moyennant une contrepartie
activités ●
● la commission: le commissionnaire dispose d’un
mandat particulier qui l’habilite à conclure en son
d’intermédiaires propre nom pour le compte d’un ou plusieurs
intervenants

● agences d'affaires, de voyages, d'information et de
publicité

la fourniture de produits et
services : activité qui consiste à
assurer des prestations successives
de biens matériels ou de services

l'organisation des spectacles
publics: théâtre, cinéma, cirques…
en raison de l’existence de l’intention
du profit chez les organisateurs

la distribution d'eau, l'électricité
et de gaz: le distributeur de ces
produits joue le rôle de
Autres services l’intermédiaire entre le producteur et
le consommateur

les postes et
télécommunications: suite à la
démonopolisation du secteur qui
était un domaine de l’Etat

La domiciliation: activité qui
consiste à la proposition des services
de domiciliation à des personnes
physiques ou morales, il s’agit de
fournir un siège social à ces
personnes (adresse)
2- les actes de commerce par forme
• C’est la forme de l’acte qui confère à celui-ci la
qualité de commercialité quel que soit l’objet (la
primauté à la forme sur le fond), qu’il soit
accompli par un commerçant ou un non
commerçant, à titre isolé ou habituellement,
dans le cadre d’une activité commerciale ou
civile
• C’est le code de commerce (art 9) ou des textes
spéciaux (loi de la S A) qui confèrent le
caractère de commercialité par forme à ces
actes.
• La commercialité formelle concerne deux
catégories d’institutions fondamentales:
 La lettre de change
 Les sociétés commerciales par la forme

Ce sont les lois réglementant les sociétés
Les sociétés commerciales qui leurs confèrent le caractère
commercial par la forme. Il s’agit: -de la
commerciales loi n°17-95 sur les sociétés anonymes SA -la loi
par la forme n°05-96 sur les SNC, SCS, SCA, SARL

Elles sont commerciales par la forme quelle que soit
leur objet, civil ou commercial


La lettre de change est réputée acte de commerce par sa
forme quelle que soit la personne qui la signe, et elle se met
au droit commercial et la compétence des tribunaux de
commerce
la lettre de ●
La LC est moyen de paiement et de crédit, c’est un écrit par
lequel une personne (le tireur) donne l’ordre à une autre
personne (le tiré) de payer une somme d’argent au
change bénéficiaire


Le BO est moyen de paiement et de crédit.

le BO n’acquiert le caractère de la commercialité que
lorsque résulte d’une transaction commerciale, même
Le billet à ordre s’il est signé par un non-commerçant
et le chèque ●
Le chèque est un moyen de paiement et non de crédit

Le chèque est commercial s’il se rapporte à une
obligation commerciale (par accessoire)
3- les actes de commerce par accessoire

Ce sont des Príncipe : Conditions:


Ces actes
actes visés par La doivent être
l’article 10 du commercialit accomplis par
CC : é par une personne
Les faits et les accessoire se qui a la qualité
actes fonde sur la de commerçant
accomplis par règle selon Ils doivent être
laquelle accomplis par
le
«l’accessoir le commerçant
commerçant à
pour le besoin
l’occasion de e suit le
de son
son commerce principal» commerce
Pour
Pour le
le non-commerçant
non-commerçant (la
(la partie
partie civile)
civile) Pour
Pour le
le commerçant
commerçant (la
(la partie
partie commerciale)
commerciale)

le tribunal civil Le tribunal commercial


La
La compétence
compétence judiciaire
judiciaire pour
pour le
le tribunal
tribunal civil
civil
III- régime juridique des actes de
commerce
Particularisme du régime des actes de
commerce

Preuve de Exécution de
Prescription
l’acte l’acte
Preuve de l’acte

La liberté de preuve
la rapidité du monde des
le DOC exige la forme affaires demande
écrite (authentique ou l’institution de règles plus
seing prive) pour toute souples en matière de
valeur dépassant 10000 preuve, L’art 334 du CC
dh (art 443) instaure la liberté de preuve
Le recours exceptionnel comme principe :
au témoignage dans des documents comptables,
des témoignages, des
certaines situations et
factures, supports
sous certaines informatiques, ou des
conditions. (art 448) présomptions…
Exécution de l’acte

Elle oblige chaque partie Pour l’exécution de


dans l’obligation à une l’obligation, l’art 243 du DOC
même chose permet au juge d’accorder
des délais modérés pour le
Dans les contrats civils,
paiement
la solidarité ne se Ce délai de grâce, ne peut
présume pas être accordé en matière
Le code du commerce commerciale, ni par la loi, ni
prévoit clairement la par la justice pour le
présomption de la paiement d’un chèque ou
solidarité en matière d’une lettre de change sauf
d’obligations en cas de force majeure (art
commerciales. (art 335) 231 &304)
Prescription
La prescription est un mode d’extinction des obligations
qui prive le créancier d’agir contre le débiteur

Délai de prescription est


de 5 ans (art 5 du CC)
Délai de conservation
des livres de commerce
Délai de prescription est est de 10 ans (art 22 du
de 15 ans sauf exception CC)
( art 387 du COD) Dispositions spéciales
contraires en matière
commercial ( art 228 &
295)
Chapitre 3: droits et obligations des
commerçants
droits et obligations des commerçants

Obligations Droits
Droits rattachés à la
qualité de
Immatriculati La tenue commerçant :
on au de la Le droit au bail
registre de comptabili Droit à protection de
commerce té la propriété
industrielle
Autres obligations: Droit à l’exploitation
 Ouverture d’un compte de son fons de
bancaire commerce
Obligations fiscales Droit de profiter de
Obligations de loyauté tous les avantages
liés au droit
Respect de droit social
commercial
I- l’immatriculation au registre du
Le registre ducommerce
commerce est un registre
administratif tenu au greffe du tribunal,
(art 27 à 78)
destiné à dénombrer les commerçants et
les sociétés commerciales établis dans le
ressort du tribunal, et à centraliser les
renseignements pouvant intéresser les
tiers sur l’état et la capacité des
commerçants. C’est un mode de publicité.

Registre
électronique
Dans lequel
sont tenus les
registres locaux
et le registre
central à
travers une
plateforme
électronique
 L'organisation du registre du commerce
Les objectifs du registre de commerce
central

centraliser, pour l'ensemble


du Royaume, les
D’après l’art 33 du renseignements mentionnés
code de commerce dans les divers registres locaux

le registre central
est destiné à :

publier, au début de chaque année,


un recueil donnant tous
renseignements sur les noms de
commerçants, les dénominations
commerciales et les enseignes qui lui
sont transmis
L’accès au registre du commerce

Le registre local Le registre central

Toute personne peut s’en faire délivrer un extrait certifié des inscriptions qui sont portées au registre du commerce ou un certificat attestant qu'il n'existe point d'inscription ou que l'inscription existante a été rayée. Le registre est public. il est consulté à travers la plateforme électronique de création et d’accompagnement d’entreprises par voie électronique
Les copies, extraits ou certificats sont certifiés conformes par le secrétaire-greffier chargé de la tenue du registre (art 29 du CC) (art 32 du CC)
Dispositions générales
Sont tenues de se faire immatriculer au registre du commerce
toutes les personnes physiques et morales, marocaines ou
étrangères, exerçant une activité commerciale sur le
territoire du Royaume.
L'obligation d'immatriculation s'impose en outre :
1) à toute succursale ou agence d'entreprise marocaine ou
étrangère
2) à toute représentation commerciale ou agence
commerciale des Etats, collectivités ou établissements publics
étrangers Les radiations:
Les Les inscriptions
3) aux établissements publics marocains à caractère industriel
Sur demande ou
immatriculations
ou commercial, soumis par modificatives
leurs lois à l'immatriculation au
registre du commerce d’office
4) à tout groupement d'intérêt économique (art 37 du
CC)

● sont faites sur demande écrite du commerçant lui-
même ou de son mandataire muni d'une procuration
écrite qui doit être jointe à la demande.

Les immatriculations

● L'immatriculation d'une société ne peut être requise que
par les gérants ou par les membres des organes
d'administration, de direction ou de gestion et, par le
directeur, s'il s'agit d'un établissement public, d'une
succursale, d'une agence ou d'une représentation
commerciale

● L'immatriculation a un caractère personnel. Nul assujetti
ou société commerciale ne peut être immatriculé à titre
principal dans plusieurs registres locaux ou dans un
même registre local sous plusieurs numéros

● Doivent aussi être déclarés: le nantissement du fonds de
commerce; les brevets d'invention exploités et les
marques; la cession du fonds de commerce; les décisions
judiciaires prononçant l'interdiction du commerçant; les
décisions judiciaires en matière de redressement ou de
liquidation judiciaire;… voir l’art 43 & 46 du CC.

● L'immatriculation des personnes physiques et des
personnes morales de droit public ou de droit privé ou
des succursales… doit être requise dans les trois mois
de l'ouverture de l'établissement commercial ou de
l'acquisition du fonds de commerce.
inscriptions
Les inscriptions
modificatives
Tout changement ou modification se

modificatives

rapportant aux faits inscrits sur le registre


du commerce doit faire l'objet d'une
demande d'inscription modificative dans un
délai d’un mois. Exp: En cas d'ouverture
d'une ou plusieurs succursales ou agences,
Les ou en cas de création d'une nouvelle
radiations activité, il y a lieu à inscription modificative.

est radié sur demande : tout commerçant cesse d'exercer son


Les radiations


commerce
commerce ou ou vient
vient à
à décéder,
décéder, sans
sans qu'il
qu'il y
y ait
ait cession
cession de
de fonds
fonds de
de
commerce ou quand une société est dissoute.

● En cas d'acquisition ou de location d'un fonds de commerce.

● En cas de décès du commerçant et si le commerce doit être continué
dans l'indivision

● Est radié d'office tout commerçant: tout commerçant frappé d'une
interdiction d'exercer une activité commerciale en vertu d'une
décision judiciaire; décédé depuis plus d'un an; cessé effectivement
depuis plus de trois ans l'exercice de l'activité pour laquelle elle a
été inscrite; à compter de la clôture d'une procédure de
redressement ou de liquidation judiciaire; au terme d'un délai d’un
an courant à compter de la date de la mention de la dissolution
Les effets des inscriptions au registre de
commerce

Pour les commerçants

-Acquisition de la
qualité du En cas de cession ou de
commerçant location d' un fonds de
(personne physique commerce, la personne
ou morale) avec immatriculée reste
toutes les solidairement
conséquences qui responsable des dettes
découlent de cette de son successeur ou de
qualité. (art 58 du CC) son locataire tant
qu'elle ne s'est pas fait
-Les sociétés commerciales radier du registre du
jouissent de la personnalité commerce ou qu'elle n'a
morale à dater de leur pas fait modifier son
immatriculation au RC (art inscription avec la
20 de loi des SA et art 2 de mention expresse de la
la loi des autres sociétés) vente ou la location .
(art 60 du
Les effets des inscriptions au registre de
commerce

Pour les tiers (art 61 du CC)

Les personnes assujetties à


l'immatriculation au RC ne
peuvent, dans l'exercice de
leur activité commerciale,
opposer aux tiers les faits et
Seuls les faits et actes sujets à mention
actes modificative que si ces
régulièrement derniers ont été inscrits au
inscrits au registre registre du commerce.
du commerce sont Les tiers peuvent toutefois
opposables aux tiers s’en prévoir , à moins que les
assujettis établissent qu'au
moment où ils ont traité, les
tiers en cause avaient
connaissance de ces faits et
actes.
Les sanctions (art 62 à 68 du CC)

● une amende de 1.000 à 5.000 dirhams pour:
- Le défaut d’immatriculation dans les
délais prescrits
- immatriculation à titre principal dans
plusieurs registres locaux ou dans un même registre
local sous plusieurs numéros, le juge procède d'office
aux radiations nécessaires.
- l’inobservation de l'indication de certaines
mentions sur les papiers de commerce des
commerçants et des sociétés commerciales

● est punie d'un emprisonnement d'un mois à un
an et d'une amende de 1.000 à 50.000 dirhams
ou de l'une de ces deux peines seulement:
-Toute indication inexacte donnée
de mauvaise foi en vue de l'immatriculation ou de
l'inscription au registre du commerce.
-Toute indication inexacte
donnée de mauvaise foi, figurant dans la mention
portée sur les papiers de commerce des
commerçants et des sociétés commerciales,
-En état de récidive,
dans les cinq années qui suivent le prononcé de la
première condamnation devenue irrévocable, ces
peines prévues sont portées au double.
II- Les obligations comptables et la
conservation des correspondances
1- la notion de la comptabilité

Le commerçant tient une Définition:


comptabilité La comptabilité est une
conformément aux technique qui permet
dispositions de la loi n° 9- d’enregistrer en unités
monétaires les mouvements
88 relative aux obligations
de valeurs qui affectent le
comptables des patrimoine de l’entreprise et
commerçants promulguée de déterminer les résultats
par le dahir n° 1-92-138 du globaux de son exploitation
30 joumada II 1413 (25 au cours d’une période
décembre 1992) définie
2- Les documents comptables


● Il enregistre chronologiquement les mouvements qui
affectent les actifs et les passifs de l’entreprise
Le livre journal opération par opération et jour par jour, en précisant
l’origine et les pièces justificative de chaque
opération.


● Il enregistre le fonctionnement des comptes de
l’entreprise en liaison avec le livre journal
Le grand livre ●
● Les écritures comptables sont reportées du livre
journal sur le grand livre pour décrire l’évolution des
différents comptes


● La valeur des éléments actifs et passifs de l’Ese doivent
faire l’objet d’un inventaire au moins une fois par exercice
Le livre d’inventaire ●
● C’est un tableau descriptif des divers éléments de l’actif
et de passif, il réunit les éléments qui expriment la
situation de l’entreprise

● Sont des états périodiques présentant la
situation et les résultats de l’entreprise:

● - Le bilan : tableau synthétique en deux
colonnes décrivant les actifs et les
passifs de l’entreprise

● - Le compte de produits et charges CPC:
il fait le résultat d’exercice par
différence entre les produits et les
charges

● - l’état des soldes: il décrit la formation
du résultat net et celle de
l’autofinancement
Les états de ●
● - Le tableau de financement: il met en
synthèses évidence l’évolution financière de
l’entreprise au cours de l’exercice en
décrivant les ressources dont elle a
disposé et les emplois qu’elle en
effectués.

● L’état des informations
complémentaires: il fournit toutes
informations complémentaires lorsque
l’application d’une prescription
comptable ne suffit pas pour donner
une image fidèle de la situation de
l’entreprise.
Présentation et conservation des

L’article 22 de la loi n° 9-88 décide
que les documents comptables sont
établis en monnaie nationale et que
les documents relatifs à

documents
l’enregistrement des opérations et à
l’inventaire sont établis et tenus sans
blanc ni altération d’aucune sorte.

Le livre journal et le livre d’inventaire
sont cotés et paraphés par le greffier
du TPI du siège de l’entreprise

Les documents comptables et les
pièces justificatives doivent être
conservés pendant 10 ans, la même
chose pour les originaux des
correspondance reçues et les copies
des correspondances envoyées
3- La valeur probante des documents

commerçants
Entre commerçants
comptables

l’article 19 du code de commerce considère que la
comptabilité régulièrement tenue est admise par le
juge pour faire preuve entre commerçants à raison
des faits de commerce.

Il faut la réunion de trois conditions: une
comptabilité régulière; le litige doit opposer des
commerçants; à raison des faits de commerce

Les tiers peuvent opposer au commerçant le
contenu de sa comptabilité même irrégulièrement

Entre
et
Entre commerçants et tenue. (art 20 du CC)

commerçants
non commerçants


Le non-commerçant n’est pas soumis aux
obligations comptables aux quelles est
soumis le commerçant

Les documents comptables tenus par le
commerçant ne servent pas de preuve
contre le non commerçant

Le non-commerçant peut opposer au
commerçant le contenu de sa comptabilité
Entre
4- La représentation ou la communication des
documents comptables

La représentation consiste à extraire de la comptabilité les seules


écritures qui intéressent le litige soumis au tribunal

le tribunal peut ordonner à la requête de l'une des


d'office parties
La communication est la production intégrale
des documents comptables

Ordonnance de la communication des documents


comptables

Les affaires de
Les affaires Les affaires redressement
de de partage ou liquidation
succession judicaire
5- les sanctions pour l’inobservation des
obligations comptables
l’irrégularité de la comptabilité est constatée par plusieurs
faits:
 Avoir tenu une comptabilité fictive
 Fait disparaitre des documents comptables de
l’entreprise
 Tenir une comptabilité
Lesincomplète
sanctions ou irrégulière…

Déchéance Sanctions
commerciale: pénales:
Interdiction de Les peines sont:
Sanctions diriger, gérer, Un à cinq ans
patrimoniales: administrer ou d’emprisonneme
Ouverture d'une contrôler une nt
procédure de entreprise 10000 à 100000
redressement commerciale, et la dh
ou liquidation radiation de La peine est
judicaire l’intéressé du doublé si
registre de l’intéressé dirige
commerce une société coté
III- les autres obligations

Autres
obligatio
ns

Respecter le
droit social: les
conditions de
travail, la
sécurité sociale

ouvrir
ouvrir un
un compte
compte
dans
dans un
un
établissement
établissement
bancaire
bancaire ou
ou dans
dans
un
un centre
centre de
de
chèques
chèques postaux.
postaux.

Les obligations
fiscales:
paiement des
impôts
Deuxième partie: Le Fonds du Commerce

Pour développer son activité et attirer la


clientèle, le
commerçant doit disposer pour cela de moyens
(financiers, humains, matériels et immatériels) et
la
réunion de ces moyens donne lieu à la création
de la
notion de fonds de commerce.
Pour mieux cerner la réalité juridique du fonds de
commerce, il convient d’étudier :
 Le statut juridique du fonds de commerce
 Les opérations relatives au fonds de commerce
Chapitre I: Le statut juridique du Fonds de
Commerce
1- la notion du fonds de commerce
Le fonds de commerce est un bien
meuble incorporel constitué par
l'ensemble de biens mobiliers
affectés à l'exercice d'une ou de
plusieurs activités commerciales

art
79 du CC

Le fonds de commerce comprend


obligatoirement la clientèle et l'achalandage

art 80 du CC
2- les éléments du fonds de commerce

les éléments du fonds de commerce

Eléments
Eléments corporels
corporels Eléments
Eléments incorporels
incorporels

Matériel et outillage marchandises Clientèle


Clientèle et
et achalandage
achalandage
A- les éléments corporels


● Ce sont des biens meubles qui
servent à l’exploitation du fonds de
commerce et qui sont pas destinés à
Matériel et outillage
être vendus ( machines, matériel de
bureau, biens d’équipements,
outillage industriel…)


● Ce sont des biens corporels destinés à être vendus
soit en état soit après avoir été travaillés ou
transformés, elles comprennent: les matières
premières, les produits en cours de transformation et
Marchandises les produits finis.

● Elles ne sont jamais comprises dans le nantissement
du fonds de commerce (elles sont exclues) et en cas
de cession de FC, elles font l’objet d’une évaluation
distincte.
B- les éléments incorporels


● La clientèle est des personnes qui fournissent
La clientèle et habituellement chez un commerçant, les clients sont
fidèles et permanents et liés à la personne du commerçant
l’achalandage ●
● L’achalandage est des clients de passage attiré par
l’implantation du FC pour des achats occasionnels


● Appellation sous laquelle le commerçant exerce son
activité, il peut être transmis avec le FC
Le nom commercial ●
● Il est protégé juridiquement contre les usurpations
ou les confisions voulues par le biais de l’action en
concurrence déloyale


● Le commerçant n’est pas toujours propriétaire des lieux où il
exerce son commerce, il peut avoir la qualité de locataire,
dans ce cas il jouit de droit au renouvellement du bail
Le droit au bail commercial, à défaut le bailleur doit lui verser une indemnité
d’éviction

● Le droit au bail peut être transmis avec le FC

● Est un emblème figuratif, un signe visible permettant
de distinguer et d’individualiser un établissement
L’enseigne commercial .

● Il peut être sous forme d’un sigle, un logo, une forme
ou une image, et il bénéficie d’une protection.

Les licences et les ●


● Leur obtention est préalable à l’exercice de
autorisations certaines activités ( transport, pharmacie…)
administratives ●
● Sont susceptibles d’etre transmis avec le FC.


● Sont constitués par les brevets d’invention, les
dessins et les modèles industriels, les marques
Les droits de propriété de fabrique.
industrielle ●
● Ils confèrent à leurs titulaires des monopoles
d’exploitation.
Chapitre II: Les opérations relatives
au Fonds de Commerce

Les opérations relatives au Fonds de Commerce

L’exploitation du Le La transmission du
FC nantissement FC

Par son
Par un
propriétaire
non-
:
- Personnell propriétair L’apport
e: La vente
e en
La du FC
- la gérance société
gérance
salariée
libre
A-L’exploitation du Fonds de Commerce
Exploitation du FC par son propriétaire

Exploitation personnelle

Elle peut assurée par:


1- le propriétaire personne physique qui a la qualité de
commerçant.
2- pour les sociétés commerciales (qui possède la qualité de
commerçant à raison de sa forme), il s’agit du gérant (pour la
SARL, la SNC) et le conseil d’administration (pour la SA )
 Exploitation du FC par un non- propriétaire:
la gérance libre (art 152 – 158 du CC)


● Elle consiste à louer le fonds de commerce par son
propriétaire (le bailleur) en contrepartie d’un loyer
ou d’une participation aux bénéfices, ou les deux
à la fois.

● La gérance libre ou location gérance est
distinguée de la gérance salariée par l’inexistence
d’un contrat de travail et du lien de subordination.


● Le contrat de gérance libre et la fin de la gérance libre
sont publiés dans la quinzaine de sa date, sous forme
d'extrait au Bulletin officiel et dans un journal
d'annonces légales.

● Le bailleur est tenu, soit de se faire radier du registre de
commerce, soit de faire modifier son inscription
personnelle avec la mention expresse de la mise en
gérance libre.

● Pour le bailleur de fonds:

● Est solidairement responsable avec le gérant
libre des dettes contractées par celui-ci à
l'occasion de l'exploitation du fonds, jusqu'à la
publication du contrat de gérance libre et
pendant une période de 6 mois suivant la date
de cette publication.

● Le bailleur doit délivrer au gérant tous les

les responsabilités des


biens composant le fonds de commerce

● Pour le gérant libre:

● Le gérant doit verser au propriétaire une
redevance à titre de loyer

Le gérant est tenu d’indiquer sur tous les
parties ●

documents relatifs à son activité commerciale,


ainsi que sur toutes les pièces signées par lui
en son nom : - Son numéro d’immatriculation
au registre de commerce - Le siège du tribunal
ou il est immatriculé - Sa qualité de gérant
libre du fonds

● La fin de la gérance libre rend immédiatement
exigibles les dettes afférentes à l'exploitation
du fonds contractées par le gérant libre
pendant la durée de la gérance.

● Le gérant libre ne peut pas changer la
destination du fonds de commerce ni le
vendre ou le louer ou le donner en
nantissement

● Toute infraction à ses dispositions est passible
d’une amende de 2.000 à 10.000

Le bailleur du fonds perd la
qualité du commerçant et doit
cesser d’exploiter du dit fonds.

Lorsque le contrat de gérance
libre est de nature à porter
préjudice aux créanciers du
bailleur du fonds, le tribunal du
ressort peut déclarer exigibles
Les effets de la les créances antérieures ayant
gérance libre pour cause l'exploitation dudit
fonds.

Le gérant libre acquiert la
qualité de commerçant et il est
soumis à toutes les obligations
qui en découlent

l'exploitation du fonds par le
gérant libre se fait à ses
risques et périls.
B- La transmission de Fonds du Commerce
I- la vente du fonds de commerce
La vente du fonds de commerce est acte de commerce, un
contrat commercial régi par les dispositions du code de
commerce, qui établit les conditions de ce contrat et institue
les mesures de protection nécessaires.
1- Les conditions de contrat de vente du fonds de
commerce

Les conditions de Les conditions de


forme Sont les conditions
fond
a- la forme écrite du contrat: exigées
Par acte en la forme par le droit commun à
authentique ou sous seing savoir:
privé , qui doit comporter un
a- la capacité
certain nombre d’indications
b- le consentement
b- la publicité:
c- l’objet
La vente est inscrite au RC, et
publié par le secrétaire- d- la cause
greffier au bulletin officiel et Le contrat de vente du FC
dans un journal d’annonces doit également
légales mentionner le prix de la
c- des sanctions prévues vente qui avoir une valeur
2- les mesures de protection

a- les mesures de protection en faveur des parties du


contrat
Les obligations des parties du
contrat
Les obligations
-Délivrer à l’acheteur ledu Les obligations de
fonds vendu vendeur
(transférer la l’acheteur
propriété)
-Garantir les vices cachés - Payer le prix convenu et
qui peuvent avoir un effet les frais de vente
négatif sur l’exploitation -Le montant de la vente
du FC. doit être déposé auprès
-Garantir l’acheteur contre d’une instance dument
l’éviction, contre tout habilitée à conserver les
trouble de droit émanant dépôts (notaire) (art 81 du
d’une tierce personne CC)
(vente ou location du FC à
une autre personne) ou
émanant du vendeur en
personne (clause
d’interdiction de
rétablissement,
La protection du vendeur

Le privilège du
- Le vendeur tant qu’il n’a pas été L’action résolutoire
vendeur
payé, dispose d’un droit qu’in lui - C’est le droit conféré au
permet de se faire payer
prioritairement sur le prix du vendeur de faire résoudre
fonds en cas de revente. la vente et de reprendre
-Le privilège offre au vendeur le la possession du fonds.
droit de préférence et le droit de - Elle doit être
suite. mentionnée et réservée
-Le droit de préférence permet au expressément dans
vendeur de se faire payer par l’inscription du privilège
référence sur les autres
(art 99 du CC)
créanciers.
-Le droit de suite permet de -Elle peu être amiable ou
demander la vente du FC se judiciaire.
trouvant entre les mains de - le vendeur qui veut
l’acheteur ou entre les mains des utiliser cette garantie,
autres acquéreurs. doit la notifier aux
-Le continu du privilège est créanciers inscrits sur le
déterminé par l’art 91 du CC fonds.
-Le privilège doit être inscrit au
registre de commerce dans 15
jours de la vente et il ne doit pas
b- les mesures de protection en faveur des créanciers du vendeur

La publicité L’opposition
- Pour informer les créanciers - Les créanciers du vendeur
peuvent former opposition au
du vendeur, et à leur
paiement du prix de vente du FC
permettre de faire opposition - l’opposition doit être faite dans
et enchère du sixième.
- L’acte de vente doit au les 15 jours, au plus tard, après
la seconde insertion, et doit
préalable être enregistré pour
mentionnée, à peine de nullité, le
avoir date certaine
- Il doit être ensuite déposé montant et les causes de
créance, elle doit également
dans les 15 jours de sa date
suivre les formalités fixées par le
au SG du tribunal qui l’inscrit
code (art 84)
sous forme d’extrait au RC ,
ensuite et extrait est publié La surenchère du
dans le bulletin officiel et dans sixième
les journaux d’annonces
- Si les créanciers du vendeur
légales sans délai. Cette
estiment que le prix de vente du
publication doit être
fonds ne correspond pas à sa
renouvelée par l’acquéreur
valeur réelle, ils peuvent
entre le 8ème
ème et le 15ème
ème jours
demander la vente du fonds aux
après la première insertion
enchères publiques en majorant
le prix initial du sixième 1/6 de la
valeur des éléments incorporels
II- L’apport du fonds de commerce en
société

Est rémunéré par Est rémunéré par le


l’attribution de parts paiement d’un prix
sociales ou d’actions équivalent à la valeur
au profit de du fonds.
l’apporteur du fonds.
Les spécifiés de l’apport du fonds de commerce

Les droits des


La publicité légale
associés

- Les associés ou
- Cette opération doit faire
l’un d’eux peuvent former,
l’objet d’une publicité dans
dans les 30 jours qui
un journal d’annonces
suivent la seconde
légales et au bulletin officiel
publication, une demande
dans les mêmes mesures
en annulation de la société
pour la vente du FC
- Dans les 15 jours au plus ou de l’apport.
- A défaut ou si l’annulation
tard après la seconde
n’est pas prononcées, la
publication, les créanciers
société est tenue
de l’apporteur doivent faire
solidairement avec
une déclaration au greffe
l’apporteur au paiement
du tribunal.
des dettes déclarées.
C- Le nantissement de Fonds du Commerce
Art 106 -110 du CC
Le nantissement est un contrat par le quel le débiteur,
affecte un bien à la garantie d’une obligation (crédit,
dette, engagement)

C’est un gage qui accorde au créancier inscrit un rang


préférentiel par rapport aux autres créanciers sur la
valeur du bien nanti

Le fonds de commerce ou certains de ces


éléments peuvent être offerts en gage sans
possession, pour garantir un crédit ou un
engagement.
Par le nantissement, le débiteur affecte son
fonds de commerce, à titre de sûreté réelle,
au paiement d’une dette.
A- conditions de nantissement du fonds de
commerce

Les conditions de fond Les conditions de forme


-Sont susceptibles d’être - Le nantissement doit
compris dans le d’être constaté par un acte
nantissement les éléments authentique ou sous seing
énumérés dans l’art 8 du privé
code, à l’exclusion de la Un extrait de l’acte doit
marchandise. ( car elle est être inscrit au RC dans les
destinée à la vente) 15 jours de sa date. (art
-A défaut de désignation 108 du CC)
précise dans l’acte qui le - Cette inscription n’est pas
constitue, le nantissement soumise à la publication
ne comprend que: dans les journaux.
° le nom commercial - Si le nantissement porte
° l’enseigne sur le droit de propriété
° le droit au bail industrielle, une inscription
° la clientèle et complémentaire doit être
l’achalandage (art 107 prise à l’office marocain de
du code) la propriété industrielle.
B- les effets de nantissement du fonds de
commerce

1- effets en faveur du créancier nanti

Droit de préférence Droit de suite

-C’est un droit qui permet - Le créancier nanti


au créancier nanti , de se (privilégié) non payé,
faire payer par (privilège) dispose un droit de
préférence, sur le prix du suite qui lui permet de
fonds . demander la vente du
- Le créancier privilégié FC même si la
est payer avant les propriété du fonds était
créanciers passé à une tierce
chirographaires. personne.
2- effets à l’encontre du propriétaire du FC (le débiteur)

Cas de Cas de vente Cas de


déplacement du séparé d’un résiliation de
FC élément du FC bail
- Cette vente peut
La résiliation
Les créances diminuer la valeur
du FC ou peut diminuer
deviennent
provoquer sa la valeur du FC.
exigibles dans - Le propriétaire
deus cas: disparition.
-s’il y a une
- il faut notifier les doit notifier sa
créanciers au demande de
dépréciation de la moins 15 j. dans résiliation du
valeur du FC. un délai de 10 j
-Si le propriétaire bail aux
après cette
créanciers, et le
n’a pas fait notification, tout
créancier, que sa jugement ne
connaitre les
créance soit ou peut intervenir
créanciers son
non échue, pourra que 30 j après
intention de
demander au cette
déplacer son tribunal la vente notification
fonds au moins global de tous les
15 j à l’avance éléments
du FC.
Merci pour votre
attention

Pr : MAISSINE MAHMOUD