Vous êtes sur la page 1sur 62

Comptabilité du CSE : rôle et

responsabilités du trésorier

1
Les CSE ont des obligations comptables variables selon le taille et le
trésorier a des responsabilités clés dans le respect de ces obligations.
Quelles sont-elles ? Quelle vigilance par rapport à l'URSSAF ?
Qui sommes nous ?
 Notre métier :
Happy-Formation propose des formations exclusivement à l’attention des
représentants du personnel.
 Notre expérience :
Nos formateurs ont tous exercé des responsabilités RH ou syndicales. Ils ont
participé à de très nombreuses négociations, concertations et consultations.
Observateurs et acteurs privilégiés, ils s’appuient sur de longues années
d’expériences pratiques pour transmettre.
 Notre philosophie :
Dans un monde en pleine mutation, la formation des représentants du
personnel demeure l’étape primordiale pour défendre les intérêts des
salariés.
Indépendant des mouvements syndicaux, nous souhaitons mettre au service
des représentants du personnel les moyens et compétences requises afin de
rendre le dialogue social plus équilibré et plus globalement œuvrer pour une
société plus juste et plus respectueuse.
 Nous publions un blog gratuit à l’attention des représentants du personnel.
Infos, conseils, quizz, modèles de lettres…
https://www.happyce.fr

 Nous proposons un logiciel de comptabilité simplifiée pour les « petits » CSE.


https://www.happy_compta.fr
4 Le CSE, deux missions

 Les CE doivent fondamentalement assurer deux missions : contrôler le


fonctionnement économique de leur entreprise et proposer aux
salariés des activités culturelles et sociales.
 Ces deux missions sont alimentées par deux budgets distincts, gérés
séparément : le budget de fonctionnement et le budget des activités
culturelles et sociales (ASC).
 Le principe fondamental de séparation stricte entre deux budgets non
fongibles, relève d’une obligation légale sauf sous certaines conditions
(ordonnances macron).
Le trésorier
désignation et missions
5
6 Le Code du travail prévoit la désignation d’un
secrétaire et d’un trésorier, au côté du président.

 La désignation d’un trésorier est obligatoire


 Article L2315-23  :
 Le comité désigne un secrétaire et un trésorier parmi ses membres titulaires.
Les situations de cessation anticipées du mandat
7
8 La démission du trésorier

 Le trésorier peut démissionner de son mandat de trésorier. Il restera, si il


le souhaite, membre élu du CSE.
 Il peut le faire librement sans se justifier.
 La démission du mandat de trésorier du CSE ne répond à aucune forme
préétablie. Néanmoins, il convient d’adresser une lettre en
recommandée. 
9 La révocation
 Le trésorier peut être révoqué en cours de mandat. Il est souhaitable d’avoir
prévu, dans le règlement intérieur, les modalités de révocation du trésorier et
envisagé son remplacement.
 Il est possible que le trésorier adjoint puisse remplacer le trésorier titulaire mais
ce n’est pas une obligation.
10 LA DÉTERMINATION
DES MISSIONS DU TRÉSORIER

 Le fait d’avoir défini, dans son règlement intérieur, les


fonctions/missions du trésorier permet de sécuriser son mandat et de
délimiter ses responsabilités.
 Tout trésorier a donc tout intérêt à obtenir une liste de ses
missions au contour précis.
11 D’une manière générale

 Le trésorier est chargé de


l’établissement des comptes et de la
gestion financière quotidienne du CSE.
12 ½ - Plus précisément, le trésorier
s’occupe :
 De définir des règles de contrôle interne permettant une sécurisation de
l’ensemble des flux financiers (encaissements, décaissements) ;
 De régler les dépenses, d’encaisser les chèques et les espèces, de
déposer régulièrement ces chèques et espèces en banque ;
 D’enregistrer tous les flux financiers du CSE en comptabilité et
d’archiver les pièces comptables justificatives ;
 D’élaborer les comptes du CSE ;
 De gérer le patrimoine du CSE ;
 De garantir la bonne conformité aux regards des textes et lois en
vigueur.
13 2/2 - Plus précisément, le trésorier
s’occupe :
 De gérer les contrats divers conclus par le CSE ;
 De s’occuper des rapports avec les organismes d’affiliation, de
recouvrement, sociaux et/ou fiscaux lorsque le CSE a du personnel ;
 De s’assurer que les activités du CSE sont couvertes par une assurance
responsabilité civile ;
 D’établir un budget prévisionnel pour le fonctionnement et un autre
pour les activités sociales et culturelles (ASC) ;
 De faire une présentation annuelle des comptes du CSE ;
 De présenter un rapport d’activités.
14 Le règlement intérieur
15 Questions pouvant être traitées par le
règlement intérieur
 Qui a la signature sur le ou les comptes bancaires ?
 Quel est le seuil des dépenses pouvant être engagées par le trésorier
sans autorisation préalable du CSE ?
 Double signature, dans quels cas ?
 Qui signe les contrats avec les fournisseurs ?
 Pourcentage et mode de calculs des deux budgets du CSE ?
 Echéancier des versements ?
 Etablissement d’un budget prévisionnel ?
 Placement financier.
16
L’engagement de dépenses

Par exemple
Somme > inférieur à 400 € : le trésorier à plein pouvoir.
Somme comprise entre 400€ et 1000€ : dépense voté en réunion +
chèque signé par le trésorier.
Somme comprise entre 1001€ et 5000 € : dépense voté en réunion +
double signature trésorier/secrétaire.
Somme> à 5000 € : avoir au moins deux devis comparatifs+ dépense
voté en réunion + double signature trésorier/secrétaire
Les budgets du CSE
17
18 Les deux budgets
 Budget de fonctionnement (Article L2315-61) :
L'employeur verse au CSE une subvention de fonctionnement d'un montant annuel
équivalent à 0,2 % (0,22% pour les entreprise> 2000) de la masse salariale brute. Ce
montant s'ajoute à la subvention destinée aux activités sociales et culturelles, sauf si
l'employeur fait déjà bénéficier le comité d'une somme ou de moyens en personnel
équivalents à 0,2 % de la masse salariale brute

 Budget des activités sociales et culturelles (Article L2312-81):


La contribution versée chaque année par l'employeur pour financer des institutions
sociales du CSE ne peut, en aucun cas, être inférieure au total le plus élevé des
sommes affectées aux dépenses sociales de l'entreprise atteint au cours des trois
dernières années précédant la prise en charge des activités sociales et culturelles par
le CSE, à l'exclusion des dépenses temporaires lorsque les besoins correspondants
ont disparu.
19 C’est quoi la masse salariale brute

 Sauf engagement plus favorable, la masse


salariale servant au calcul de la subvention de
fonctionnement s’entend de la masse
salariale brute constituée par l’ensemble des
gains et rémunérations soumis à cotisations
de sécurité sociale (par application de l’article
L. 242-1 du code de la sécurité sociale).
20 C’est quoi la masse salariale brute
Concrètement il s’agit des :
 salaires, appointements et commissions
 indemnités de congés payés, y compris en cas d’affiliation de l’entreprise à une caisse de congés payés
 indemnités compensatrices de congés payés
 primes et gratifications
 -la fraction soumise à cotisations des gratifications de stages
 -la part salariale des cotisations de sécurité sociale
 indemnités journalières complémentaires versées par l’employeur en cas d’arrêt de travail pour maladie ;
 indemnités de conversion monétaire de compte-épargne temps
 indemnités de panier dans leur totalité sous réserve qu’elles ne correspondent pas à des frais professionnels
 indemnités légales et conventionnelles de rupture (licenciement, retraite, rupture conventionnelle,
transaction, etc.) pour leur fraction soumise à cotisations de sécurité sociale.
21 Conditions de versement
L’assiette à retenir pour calculer le montant dû au CSE au titre de la subvention de
fonctionnement est la masse salariale brute versée par l’entreprise pour l’année en
cours.

Comme il n’est pas toujours possible d’en connaître avec exactitude le montant avant la fin
de l’année, le montant de la subvention peut être calculé sur la base de la masse salariale
de l’année précédente. Dans ce cas, il est nécessaire de procéder à la fin de l’année à un
réajustement (circ. DRT 1983-3 du 6 mai 1983, § 2-1).

Le budget de fonctionnement doit être versé annuellement. L’employeur peut soit verser
au début de l’année le montant total de la subvention, soit effectuer plusieurs versements
étalés dans le temps, sous réserve qu’ils permettent d’assurer un fonctionnement normal
du comité (circ. DRT 1983-3 du 6 mai 1983, § 2-1).
22 Conditions de versement
Le refus de communiquer au CE le montant de la masse salariale servant de base au calcul
de la subvention de fonctionnement constitue un délit d’entrave au fonctionnement
régulier du comité (cass. crim. 11 février 2003, n° 01-88650, B. crim. n° 31).
Le budget du fonctionnement
23
24 La règle de base
 Il est illégal d’utiliser le budget alloué au fonctionnement du CSE pour le
fonctionnement des Activités Sociales et Culturelles

 Une stricte étanchéité doit être mise en place entre les deux budgets

 Sauf que la loi travail à


légèrement modifié la donne …..
25 Transfert des budgets :

 En effet dorénavant le CSE peut transférer le surplus de


l’un de ces budgets à l’autre budget . Cette possibilité
est nouvelle par rapport aux pratiques autorisées pour le
Comité d’Entreprise, Article L2315-61.
26 Transfert des budgets :

 Tout ou partie du montant de l'excédent annuel du budget destiné aux ASC au


budget de fonctionnement ou à des associations, dans la limite de 10 % de cet
excédent.
 Tout ou partie du montant de l'excédent annuel du budget de fonctionnement au
financement des ASC, dans la limite de 10 % de cet excédent.
27 Transfert des budgets :

 Le transfert de l’excédent ne peut se faire qu’après


clôture des comptes.

 Cette décision doit faire l’objet d’une délibération


en séance plénière , l’employeur ne prend pas part
au vote.
Utilisation du budget de fonctionnement :
28

Le CE prend en charge sur la subvention de fonctionnement :


 la formation économique des membres du CE (frais d’inscription, de formation et,
éventuellement, de déplacement) ;
 les frais occasionnés par les experts, non rémunérés par l’employeur et auxquels le comité
peut faire appel pour la préparation de ses travaux ;
 les moyens de fonctionnement administratif du comité tels que l’emploi du personnel
recruté pour faciliter l’exercice des attributions économiques et professionnelles du comité,
par exemple pour assurer le secrétariat des réunions du comité ;
 les frais courants de fonctionnement (ex. : documentation, papeterie, frais d’abonnement et
de communications téléphoniques).
Utilisation du budget de fonctionnement :
29

 Formation DS :

Le CE peut décider, par une délibération, de dédier une partie de son budget de
fonctionnement au financement de la formation des DS.

Interdiction des dépenses faites au profit des syndicats - Le budget de fonctionnement du CE
ne peut pas profiter aux syndicats (cass. soc. 27 mars 2012, n° 11-10825, BC V n° 109). En
conséquence, le CSE ne peut valablement pas décider de prendre en charge sur ce budget des
formations ou des publications sans lien avec ses attributions économiques.
Utilisation du budget de fonctionnement :
30

La tentation « commerciale » :

Les objets publicitaires achetés par le Comité Social et Economique  :


Certains CSE financent l’achat d’objets publicitaires, à destination des salariés, sur le budget
de fonctionnement. Cette pratique est illégale. En effet, de nombreuses sociétés spécialisées
dans la vente d’objets publicitaires affirment que les CSE peuvent utiliser leur budget de
fonctionnement pour acquérir des objets publicitaires dans le but de promouvoir l’activité du
CSE. Ces sociétés proposent aux CSE d’apposer leur logo sur les objets avant de les distribuer.
Ils prétendent que c’est l’unique condition pour que les CSE ne soient pas hors la loi.
La subvention des activités sociales et
culturelles
31
32 Quel est le montant de la contribution versée par
l’employeur pour financer les activités sociales et
culturelles de l’entreprise ?

 La contribution annuelle versée par l’employeur au comité


social et économique pour financer les activités sociales et
culturelles de l’entreprise est fixée par accord
d’entreprise.

 Ce montant est fixé en pourcentage de la masse salariale.


Etablir un budget prévisionnel
33
34 Le budget prévisionnel des activités sociales
et culturelles :

 Attention il faut mettre en place un suivi budgétaire tout au long de l’année pour
éviter les atterrissages difficiles ;

 Il existe de nombreuse solutions informatiques réalisant automatiquement ce suivi


budgétaire ;

 Il est également conseillé de faire votre le budget en réunion plénière et de prévoir


une présentation de celui-ci à l’ensemble des élus.
La comptabilité
35
36 Pour tous les CSE

 Obligation de se conformer aux obligations comptables telles que


définies à l’article L. 123-12 du Code de commerce soit :
 L'enregistrement comptable et chronologique des mouvements affectant le
patrimoine ;
 Un contrôle par inventaire, au moins une fois tous les douze mois, de
l'existence et de la valeur des éléments actifs et passifs du patrimoine ;
 L'établissement des comptes annuels à la clôture de l'exercice au vu des
enregistrements comptables et de l'inventaire, en distinguant le bilan, le
compte de résultat et une annexe.
37 Pour tous les CSE

 Obligation de tenir les comptes annuels selon les modalités définies par le
règlement de l’Autorité des Normes Comptables (ANC).

 Petits Ce :
AUTORITE DES NORMES COMPTABLES-Note-de-présentation-petit-CE.pdf (500 Ko)

 Gros ce : Note-de-présentation-N°-2015-01-du-2-avril-2015.pdf (900 Ko)

 Obligation de conserver les documents comptables pendant 10 ans à compter


de la clôture de l’exercice.
38 Pour tous les CSE

 Les comptes annuels seront présentés et approuvés


lors d’une réunion plénière spécifique (
Code du travail - Article L2315-68).
 Elaboration d’un rapport de gestion, comportant des
informations qualitatives sur les activités et la gestion
financière du CE ( bilan des activités, recours à
expertise, frais de communication, bilan des ASC, lieu
de ces activités, justifier le choix des prestataires,…)
précisant des informations sur les transactions
significatives qu’il a effectuées.
39 Pour tous les CSE

 Au plus tard trois jours avant la réunion, ces


documents devront être transmis aux membres du
CSE (Article L2315-71).

 Le CSE devra porter à la connaissance des salariés de


l'entreprise, « par tout moyen », ses comptes annuels
et le rapport de gestion (Article L2315-72).
L’encadrement de la tenue des comptes du
comité
40
L’ORGANISATION COMPTABLE DU COMITÉ
41 3 types de comptabilité

 Les seuils définissant les obligations comptables


 Comptabilité ultra-simplifiée : Moins de 153 000 € de ressources (rapport annuel de
gestion simplifié ;
 Comptabilité simplifiée : Plus de 153 000 € de ressources et moins de 2 des 3 seuils (50
salariés, 3,1 millions d’e de ressources, 1,55 million de total de bilan) : Possibilité de
n’enregistrer les créances et dettes du CE qu’à la clôture de l’exercice. La présentation de
cette comptabilité devra être confiée à un expert-comptable dont le coût sera pris en
charge sur le budget de fonctionnement ;
 Comptabilité classique : Dépassement au moins de 2 des 3 seuils : comptabilité de droit
commun et nomination d’un commissaire aux comptes et suppléant, distincts de ceux de
l’entreprise
Ressources du CE Ressources du CE + 3 critères
42 Supérieures 50 salariés en ETP
inférieures à 153 à 153 000€ 1,55 M€ de bilan
000€* 3,1 M€ de ressources

Au moins de 2 des 3
Moins de 2 des 3 critères sont remplis :
« Petits CE » critères sont remplis : « Gros CE »
« Moyens CE » Obligation de faire
Obligation de recourir certifier leurs comptes
Application d’une à un expert-comptable. par un commissaire
comptabilité ultra Application possible aux comptes.
simplifiée d’une comptabilité Application d’une
simplifiée comptabilité de droit
commun
43
Les écritures comptables
44 Comptabilité de trésorerie

 Attention à la méthode de tenue des comptes

Les règlements comptables imposent d’enregistrer les écritures


comptables chronologiquement sans rature ni surcharge. Avec pour
les systèmes informatiques un mécanisme garantissant que l’on ne
peut modifier une écriture après sa validation.
45 Comptabilité de trésorerie
 Pour les petits CE une simple comptabilité de
trésorerie suffit :
En comptabilité de trésorerie, on enregistre les recettes (ventes) et les dépenses
(achats) au fur et à mesure de leurs réalisations, par l’intermédiaire d’une seule
écriture.
Exemple de trois écritures :
Recette Dépense
Date Libellé de l’écriture Ventilation budgétaire
s s
06/04/2016 Achat 100 chèques cinéma   750.00 € Culture-Ciné
Vente de 10 chèques à Mr
07/04/2016 50,00 €   Culture-Ciné
Dupont
Vente de 5 chèques à Madame
08/05/2016 25,00 €   Culture-Ciné
Rob
46 Les pièces
 Chaque pièce comptable doit être conservée et numérotée,
facture, copie de chèque, reçu remis lors de la perception d
‘argent liquide.

23/05/2019 12 achat tickets cinéma Gaumont fct n°1254 1 542,00 €

12
On indique au stylo le numéro de pièce sur la facture
La comptabilité analytique
47
 Elle reste facultative mais permet d’affecter une dépense ou une recette en rapport avec
l’activité ;

 Elle permet de donner au CSE des indicateurs et de mesurer les grands postes par
rapport au budget ;

 Par exemple pour une subvention ASC de 100 peut être découpée de la façon suivante
VACANCES FAMILLE 30

ENFANCE 25

SPORTS 15

CULTURE 30
Le rapprochement bancaire
48

Le plus régulièrement le trésorier doit effectuer son rapprochement bancaire :

 Le rapprochement bancaire permet de vérifier que tous les mouvements de dépenses


et de recettes ont bien fait l’objet d’un enregistrement dans les comptes du CE ;

 Il s’agit de comparer le solde du relevé bancaire et le solde des écritures comptables et


d’être capable de justifier les écarts si il y a lieu.
Les stocks – l’inventaire
49
Les espèces
Il peut arriver que l’activité du CSE implique des dépenses ou des
encaissements effectués en argent liquide.

Dans ce cas tout versement de liquide au CSE doit faire l’objet d’un
reçu.
50
Il est conseillé de posséder un carnet à souche numéroté en double
exemplaire. Le reçu doit clairement indiqué la date, la provenance
précise (encaissement Dupont – ticket cinéma) le montant.
Un exemplaire du reçu est remis au bénéficiaire , le CSE conservant
la souche.
51
La banque

Il est indispensable de posséder à minima deux comptes bancaires :

 Un compte fonctionnement ;
 Un compte activités sociales et culturelles.

En cas de réserves, il peut être utile également de posséder un compte de placement (livret
– compte à terme …).
Le CSE et L’URSSAF
52
53 URSSAF :

 Toutes les prestations en espèces ou en nature servies par les CSE ne suivent pas le
même régime social. Si la plupart d’entre elles sont soumises à cotisations, ce
principe connaît toutefois de nombreuses exceptions.

 Source : http://www.urssaf.fr
Les
54 prestations non soumises à cotisations

 CADEAUX , BONS d’ACHAT : pas de cotisations si le montant global de l’ensemble des


cadeaux et bons d’achat ne dépasse 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale (soit
171 € en 2020) (169 €)
 LES CHÈQUES-CULTURE, LES BIENS OU PRESTATIONS DE NATURE CULTURELLE
 SERVICE A LA PERSONNE : Le CSE (ou l’employeur) peuvent verser des aides aux
salariés pour financer des activités de services à la personne et de garde d’enfants hors du
domicile . Ces aides sont exonérées dans la limite d’un plafond annuel par bénéficiaire.

Source : /www.urssaf.fr
Les
55 prestations non soumises à cotisations
 Participation aux vacances Les participations favorisant le départ en vacances de la
famille ou des enfants seuls, même si elles ne sont pas modulées en fonction des
ressources familiales sont exonérées de cotisations, sous réserve de justification des
dépenses de vacances.
 Participation aux voyages Les réductions tarifaires accordées par le CSE à l’occasion de
voyages touristiques, quelle que soit leur forme (réductions directement supportées par le
CSE ou remboursement direct au salarié sur présentation du justificatif), sont exonérées de
cotisations
 Participation aux activités sportives Les réductions tarifaires accordées pour la
pratique d’activités sportives sont exonérées de cotisations, qu’il s’agisse de réductions
directement supportées par le CSE ou du remboursement total ou partiel des sommes
payées par le salarié sur présentation du justificatif.
Les
56 prestations non soumises à cotisations
Chèques vacances
 sont acquis, sans intervention de l’employeur, par le seul CSE qui les
attribue en fonction de critères non discriminants - déterminés
librement par ses soins et connus des salariés, ces aides s’intègrent
dans les activités sociales du comité et sont à ce titre exonérées de
cotisations et de contributions sociales.
Le principe de non-discrimination interdit au CSE d’attribuer cet
avantage en contrepartie de l’atteinte d’objectifs professionnels liés au
contrat de travail.
Les
57 prestations non soumises à cotisations
BON A SAVOIR :

Le principe de non-discrimination interdit aux CSE de réserver ces avantages à certains salariés en fonction de leur statut
professionnel.

Il n'est pas possible d'exclure des bénéficiaires en fonction :

du niveau de rémunération du salarié (mais le CSE peut adapter le niveau de prise en charge en fonction de la rémunération) ;
de la forme du contrat (CDD, CDI, temps partiel)... ;

Les critères déterminés par le CSE devront être connus de tous les salariés au sein de l’entreprise.

Toute participation, prime ou avantage alloué par le CSE à l’occasion de vacances, quelle que soit sa forme ou sa dénomination,
sera également considérée par l’Urssaf comme un complément de rémunération soumis à cotisations, dès lors :

qu’elle est d’un montant uniforme ;


qu’elle est versée à tous les salariés de l’entreprise;
ou qu’elle est sans justification des dépenses engagées.

Source :
58 URSSAF : les bons d’achats

 Une tolérance résultant d’une simple lettre-circulaire ACOSS ne lie ni l’URSSAF ni les
tribunaux. L'URSSAF peut, par exemple, ne pas suivre les préconisations de l’ACOSS. Elle
peut donc tout à fait réintégrer dans l’assiette des cotisations et contributions sociales les
bons d’achat et cadeaux en nature attribués par une association à ses salariés à
l’occasion des fêtes de Noël, peu importe que l’instruction ministérielle du 17 avril 1985
ou une circulaire ACOSS (lettre-circ. ACOSS 2011-24 du 21 mars 2011), dépourvues de
portée normative, ne tolèrent le contraire (cass. civ., 2e ch., 30 mars 2017, n° 15-
25453 FPB).
Résumé des obligations :
59
60 Les fondamentaux

 La tenue d’une comptabilité sous-tend bien évidemment l’établissement


de documents comptables

Les fondamentaux

Séparation entre Justification Conservation des


les ASC et le exhaustive des documents
fonctionnement dépenses réalisées comptables
61 Le trésorier : Le gestionnaire du CSE

Inscrire sa démarche dans le cadre des obligations légales

Mettre en place un contrôle interne

Etablir un budget prévisionnel

Tenir à jour la comptabilité du CE

Assurer un suivi du réalisé / budget

Rendre des comptes


Questions/réponses
Merci.

Vous aimerez peut-être aussi