Vous êtes sur la page 1sur 22

Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Partie 4 B: Homogénéisation des milieux aléatoires


Bornes et estimations d’ordre deux
• 1 Principes généraux
• 1.1 Microstructure et information statistique
• 1.2 Chargement macrohomogène
• 2 Matériaux biphasés
• 2.1 Polarisations locales et moyennes par phases
• 2.2 Estimations de Hashin et Shtrikman
• 2.3 Bornes de Hashin et Shtrikman
• 2.4 Estimation de Mori et Tanaka
• 2.5 Estimation autocohérente
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 1
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

1. Inclusion dans un milieu


1.1 Microstructure et information statistique
• Milieux aléatoires :
Volume V fini constitué de r phases linéaires et homogènes
occupant des volumes Vr disjoints et complémentaires.
• Information statistique : isotropie de distribution des phases
c r : fractions volumiques des diverses phases
n
 cr 1
r 1

Probabilité d’ordre deux (ou covariances) : Crs(h)


 probabilité que y  phase r et que y+h  phase s.
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 2
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

1.2 Chargement macrohomogène


V soumis à un chargement macrohomogène :

  et  ont 2 échelles de variation :


– fluctuent à l’échelle locale (microscopique)
–  des domaines R(x) connexes, translatés en x d’un domaine
de référence R (volume élémentaire), tel que :
 x  V  (x)   R (x)
,  (x)   R (x)
,
avec, si x  x    taille(R) :  (x)   (x ),
 (x)   (x ).
Champs macroscopiques quasi uniformes ou fluctuant à
une échelle supérieure à celle de V.
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 3
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Chargement et champs macroscopiques

,  sont considérés uniformes à l’échelle de V.


• Déplacement macro u :
-
 x  V u (x)  .x u(x) = E.x

• Écart entre déplacement réel u et ce champ macro u :


 x  V u(x)  u(x)  u(x), (x) = E+ ’(x)

u´ fluctuation locale d’intensité bornée avec  R (x)


 0.
<(x)> = E

 S passant par x et de normale n : (x).n = .n + ’(x).n


<(x)> = 
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 4
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Conséquences de la macrohomogénéité :

 Indépendance des fluctuations du champ local vis à vis du


détail des conditions aux limites :
Calcul de  et  loin du bord de V sans connaître le détail des
conditions aux limites sur V.

 Lemme de Hill (relation de macrohomogénéité)

 :     :  , = E
v v v

 S.A.,  C.A. avec deux échelles de variations.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 5
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Modules effectifs
• Tenseur de localisation A(x) : ij = Aijkl <ij>
LH =<L:A>
1 h h h h t
et par définition énergétique w(E)= E : L : E  L = < A:L:A>
2

• Tenseur de concentration B(x) : ij = Bijkl <ij>


MH =<M:B>
1 h h h h t
et par définition énergétique w()=
2  : M :   M = < B:M:B>

Un domaine V formé de constituants hétérogènes, soumis à


un chargement macrohomogène se comporte comme un
domaine homogène soumis à un même chargement, de même
géométrie, et de modules effectifs équivalents LH (MH).
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 6
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________
n n
L  L:A
h
v
  cr L r : A r  L1   cr [L r  L1 ] : A r
r 1 r2
n n
Mh  M : B v
  c r M r : B r  M 1   c r [M r  M 1 ] : B r
r 1 r2

 r  [1, n] A r  A vr

Br  B vr
Ici: Approches en LOCALISATION

• Il ’suffit’ de connaître les moyennes des tenseurs de


localisations des (n-1) phases de V pour calculer les
propriétés linéaires effectives de V.
 Malheureusement cette opération est impossible
:description incomplète et complexe de la microstructure.
ESTIMATIONS - Infos STATISTIQUES
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 7
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

2. Matériaux biphasés
2.1 Polarisations locales et moyennes par phases
Champ local dans V biphasé est solution d’un problème de thermoélasticité :

On considère V constitué du matériau de référence (L0), homogène, soumis aux


mêmes conditions aux limites que le milieu biphasé (L(x)) mais qui subit en
plus des déformations de transformation hétérogènes caractérisées par un
champ de polarisation (x) :
Idée : (x)= L :(x) (x) 0 (x) = [L(x) - L0] :(x)
(si L(x) = L0 , polarisation nulle
-> polarisation homogène dans
matériau de référence inclusion HS)
contrainte dans le matériau courant
générée par une transformation, ou
contrainte résiduelle
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 8
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

• Moyenne de la polarisation sur une phase (i) :

  i  i  [L i  L ] : i  i  L : i , 0 0

i , i contrainte et déformation moyennes dans la phase (i).

• Moyennes par phases de la déformation, de la contrainte ou de la


polarisation sont uniformes dans V c’est à dire macroscopiques :
On vérifie

  E  c11  c 2  2 1
1  [L1  L 2 ]1 : [Lh  L 2 ] : E
c1
    c11  c 2 2
1
  c11  c 2  2  2  [L 2  L1 ]1 : [Lh  L1 ] : E
c2

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 9
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

2.2 Estimation de Hashin et Shtrikman


Objet : estimer le champ local dans V, , par le champ apparaissant
dans le problème thermoélastique, *, sur le milieu homogène de
référence L0 dans le cas où la polarisation  est homogène par
phase.

r  [ L r  L ] :  0 *
r   E  c11*  c 2  2*
En supposant que l’on sache calculer ces moyennes par phases en
fonction du chargement macro et des polarisations par phases :
1*  E  P110 : 1  P120 : 2    c 2P0 : [ 1  2 ] Linéarité  superposition
des solutions élémentaires
2*  E  P210 : 1  P220 : 2    c1P0 : [ 2  1 ]
P0 tenseur d’ordre 4 dépendant de L0 et de la répartition des phases, dont
dérivent les polarisations P0ij.
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 10
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Tenseurs de Hashin et Shtrikman

Soit le tenseur d’influence de Hill : L*  [P0 ]1  L0


• On peut estimer les tenseurs de localisation pour chaque phase :
2
A r  A rHS  [L*  Lr ]1 : [ cr [L*  Lr ]1 ]1
r 1 2
L  L1   c r [L1  Lr ] : A r
H

r 2

• Ce tenseur permet de calculer une estimation du tenseur des modules


effectifs appelé tenseur des modules de Hashin et Shtrikman :
2 2
LHS  [ cr Lr : [L*  Lr ]1 ] : [ cr [L*  Lr1 ]]1
r 1 r 1

1 1
L  L1  c 2 [ L2  L1 ] : [ I  c1[ L  L1 ] : [ L2  L1 ]]
HS *

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 11
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Hashin et Shtrikman :
modules de compressibilité et cisaillement isotropes

Reste à préciser le milieu de référence


_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 12
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

2.3 Bornes de Hashin et Shtrikman Polarisation homogène par phase


0 0 HS 0 HS 0
Si L1  L2 alors L (L1 )  L (L2 )
(au sens de l ’énergie potentielle macroscopique associée)

on montre que

Encadrement du tenseur des modules effectifs tel que :


HS  HS 
E:L :E  E:L :E  E:L h
:E
HS- HS
LHS- calculé à partir du plus grand minorant L = L ({3 inf(k1,k2), 2 inf(1,2)})
des tenseurs des modules des constituants

LHS+ calculé à partir du plus petit majorant HS+ HS


L = L ({3 sup(k1,k2), 2 sup(1,2)})
des tenseurs des modules des constituants

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 13
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Matériau isotrope à phases isotropes [BOURGEOIS 94]

Généralisation à n phases,

• Tenseur de localisation des déformations :

  
1
 
  
n 1
A  T :   c r Tr 

r r

r

avec T  L r  L max : S E 1
r I : L max : S E 1
r
 r 1 

• Tenseurs de Hashin et Shtrikman :

1
 n
  
n
L HS 
   c r L r : Tr  :   cr Tr 
 r 1   r 1 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 14
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Quelques propriétés

Les tenseurs de Hashin et Shtrikman sont les meilleures estimations


des modules effectifs avec des champs de polarisation homogènes par phase

• Milieu de référence beaucoup plus souple que les constituants

LHS = LR

• Milieu de référence beaucoup plus rigide que les constituants

LHS = LV

HS  HS 
L L R
L L h
L V

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 15
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Module d'Young pour un matériau composite isotrope de type Al/SiCp


4

3,5

3
Reuss
E composite/E matrice

2,5 Voigt
EF
2 Eshelby
(FC)
HS+
1,5
HS-
1

0,5

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5

fraction volumique (%)


_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 16
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

2.4 Estimation de Mori et Tanaka

Théorie de l'inclusion d'Eshelby avec le milieu infini ayant les propriétés de la matrice

• Matériau biphasé et polarisation homogène par phase :

LHS=Lo+<T>:[I-Po:<T>]-1

avec <T>=ciTi

Ti=[Li-Lo]:[L*+Li]-1:[Po]-1 (renfort sphérique, répartition isotrope)

Si Lo=Lm LMT=Lm+ciTi:[I-ciPm:Ti]-1

Faibles concentrations :
LMT = LFC
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 17
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Matériau isotrope à phases isotropes [BOURGEOIS 94]


Généralisation à n phases,

• Tenseur de localisation des déformations : Lo : tenseur des modules de la matrice

  
1
 
  
n 1
A r  Tr   c r Tr  avec Tr  L r  L o S E 1
r I : Lo : S E 1
r
 r 0 
• Estimation de Mori et Tanaka :
1
 n   n 
LMT    cr L r : Tr  :   c r Tr 
 r0   r 0 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 18
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Quelques propriétés

Si la matrice = phase la plus raide  LMT=borne supérieure

Si la matrice = phase la plus souple  LMT=borne inférieure

MT exact si faibles intéractions entre les phases

MT prend en compte la polarisation due à l'ensemble


des inclusions voisines

Résultats satisfaisants jusqu'à ci # 10 à 20%

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 19
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

2.5 Estimation autocohérente


• Hashin et Shtrikman :
tenseur des modules du tenseur des modules
milieu de référence effectifs
Lo LHS(Lo)
• Estimation autocohérente :
Le milieu de référence Lo est le Milieu Homogène Equivalent,
l'estimation du tenseur des modules effectifs est solution de :
LAC=LHS(LAC)
définition implicite du tenseur des modules

Calcul par itération + critère de convergence

L o
( i 1) L HS
L  o
(i )
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 20
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Matériau isotrope à phases isotropes [BOURGEOIS 94]

Généralisation à n phases,

• Tenseur de localisation des déformations : Lo : tenseur des modules de la matrice

Ar  I  S : L  E
r
AC 1

: Lr  L AC

1

• Estimation autocohérente :
n
L AC
 Lo   cr  Lr  Lo  : A r
r 1

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 21
Méthodes de Changement d’Échelle : Homogénéisation des Milieux Aléatoires - Bornes et estimations d’ordre 2
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Module d'Young pour un matériau composite isotrope de type Al/SiCp


4

3,5

3
Reuss
E composite/E matrice

2,5 Voigt
EF
2 Eshelby
(FC)
HS+
1,5
HS-
1 AC

0,5

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5

fraction volumique (%)


_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
__

S. DRAPIER 22