Vous êtes sur la page 1sur 2

Fiche de lecture

Titre : LE PAYSAGE ANGLAIS DU JARDIN A LA COMPAGNE


Écrivain : GILLY LEHMANN
Journal D’EDITION: MAPPE MONDE

La visée première des jardins anglais était de construire un


paysage idéal.
Une volonté de redorer la campagne, de faire voyager tous les
passants et de leur offrir un spectacle paysager ; par exemple
pour arriver a Londres il faut traverser toutes le campagnes
autour. On assistera a un spectacle de paysage parcellaire et
soigneusement entretenu a l'inverse des champs du nord
français .
La campagne anglaise se voue a créer un paysage idéal. Un idéal
très stratifié.
Au 18e siècle on assiste le remodelage des vastes étendues ,
même si aujourd'hui les jardins ont atteint voire dépasses la
pleine maturité.
La corrélation entre jardin et paysages prend tout son sens au
18e s.
L’un des précurseurs de cette vision est William Kent « qui
franchit la clôture et vit que toute la nature était jardin »
L’idée principale dans la conception des jardins anglais était
d’écarter la symétrie a la française et de mettre en avant les
lignes sinueuses plus naturelles même si elles étaient dessinées
par Lhomme, et donc créer une certaine illusion; l’ingrédient
premier pour ce style: le
« haha » ,fossé large et profond qui empêche les animaux
d’accéder au jardin il permettait d’éliminer tout les clôtures
pour que le regard au loin passe sans obstacles et de protéger
les terres.
les parcs du plus célèbre paysagiste anglais, Lancelot, dit «
Capability », Brown, sont faits de telle sorte que le paysage
semble arriver jusqu'aux murs de la maison.
Avec les nouvelles techniques agricoles l’homme transforma la
compagne en paysage civilisé et le cout différé du jardin français
a l’anglais le français coutait cher à installer et entretenir tandis
que le jardin anglais était à la portée de tous!
1
Fiche de lecture
Le jardin du 19e siècle, est coupé de la campagne : il se
distingue par le foisonnement d'arbres, conifères et
rhododendrons qui protégeaient le domaine des regards
indiscrets.
Style marqué par le goût de la collection qui caractérise
l'intérieur de la maison.
Ce grand jardin victorien sa fonction était de servir d'écrin à
une collection de plantes exotiques
Le jardinage devient une pratique sociale identitaire et contribue
a une certaine stabilité sociale .
Apres le processus d’industrialisation et d’urbanisation au 19 e s
il y a eu une césure entre la ville et la campagne qui a mené a
une prise de conscience du danger vis-à-vis d’où eu la création
d’un organisme national « trust » pour but de protéger les sites
naturels.
Les inquiétudes suscitaient par l’industrialisation du 19 e s
sont toujours d’actualité avec les autoroutes, aéroports ainsi
qu’une agriculture mécanisée qui contribuent à la destruction de
la campagne.
Au 20e s l’impact des jardins est nul mais il reste quand même
des convergences d’inspiration pour relier le paysage au jardin
en reprenant des thèmes du passé comme les haies d’ifs et de
buis qui entourent quelques jardins.

Haddad Nawel Manel