Vous êtes sur la page 1sur 22

Cancer bronchique

primitif

1
I /Facteurs de risque :
Liés à l’environnement : Le tabac est le
facteur de risque essentiel , mais il en existe
d’autres professionnels en particulier. Le
pronostic des non fumeurs atteints de K
bronchique est moins mauvais que celui des
fumeurs.
-Antécédents familiaux de k bronchique.

2
II / Dépistage:
Il vise à identifier la maladie à un
stade où elle est asymptomatique
et guérissable.

Il n’a pas fait ses preuves dans le


cancer bronchique.

3
III / Signes d’appel :
Dans la plupart des cas , les K bronchiques
sont diagnostiqués tardivement.

Les symptômes et signes évocateurs


peuvent être liés à : - La tumeur
- Son extension loco-régionale
- Sa dissémination métastatique
- Un syndrome paranéoplasique

4
VI)CLINIQUE

5
A / La tumeur :
Toux
Wheezing
Broncho-pneumopathies
Suppuration
Envahissement loco-régional : ( douleur,
dyspnée, paralysie phrénique, dysphonie,
dysphagie, fistule, syndrome pleural,
compression cave superieure trachéo-
oesophagienne ).
Hémoptysie
6
Hippocratisme digital
Signes généraux :
- Asthénie
- Anorexie
- Amaigrissement
Signe clinique en rapport avec la
métastase
- Foie.
-Os.
-Surrénales.
-Cerveau… 8
Scintigraphie osseuse:
métastases osseuses diffuses

TDM abdominal: métastase surrénalienne

                                              
IRM cérébrale
V)Paraclinique
A/ La radiographie : C’est l’examen
initial qui permet de faire l’hypothèse
d’un K broncho-pulmonaire après
l’examen clinique:
Lésion primitive : Opacité
Rétractile, systématisée : Atélectasie
Non rétractile
Médiastino-hilaire
12
Diagnostic: imagerie
Radiographie
pulmonaire (face
et profil):
normale dans 5
% des cas.
B/ Le Scanner : La TDM du thorax est
considérée comme l’outil de base pour le
diagnostic.

 Lésion primitive :
opacité systématisée → atélectasie
Parenchyme : opacité ronde pulmonaire
aux limites floues et irrégulières. Images
homogènes mais parfois excavées.

14
Un scanner
thoracique:
caractéristiques de
la masse
PET Scan : Il est devenu un élément essentiel

du bilan d’extension des K broncho-
pulmonaires; Sa seule limite est l’extension
cérébrale.
Au total : Suspicion de K ( Clinique, Rx

thorax )
T D M thoracique : - la tumeur ,
son drainage lymphatique , les métastases.

16
C/ L’Endoscopie bronchique

C’est l’examen de base pour le


diagnostic des obstructions bronchiques.
Elle permet de : Localiser la lésion
Décrire la lésion
Faire des prélèvements:
(aspiration , lavage ,
biopsie )

17
VI) anatomopatholigie:
a ) Carcinomes épidermoïdes
b ) Adénocarcinomes:

18
VII/ Bilan d’extension :
Il porte sur les sites métastiques les plus
fréquents.
T D M surrénalien , cérébral , échographie
abdominale ,…

19
Traitement
La décision thérapeutique doit être
multidisciplinaire et suivre les recommandations
de bonne pratique.
Les moyens : Chirurgie
Chimiothérapie
Radiothérapie

20
A /Sur la lésion primitive :
Principe : recherche de l’éradication sinon
du contrôle.
En général lobectomie ou pneumectomie
Parfois, chimiothérapie ou une radiothérapie
associée.
B / Sur les métastases :
Situation exceptionnellement curative, le plus
Souvent palliative; Traitement en fonction du
Type et du risque potentiel de la métastase.

21
Pour le k bronchique
Les 2/3 des patients sont inopérables au
moment du diagnostic.
La grande majorité des opérés rechute.
80% des rechutes se font à distance sous forme
de métastases.
Peu de chance d’augmenter le taux de
guérison par un traitement local.
Nécessité de trouver un traitement général
efficace.

22