Vous êtes sur la page 1sur 147

ELECTRONIQUE INDUSTRIELLE

I/ GENERALITES ET RAPPELS
II/ FONCTIONS DE DE L’ELECTRONIQUE DE PUISSANCE
III/ LES COMPOSANTS DE PUISSANCES
IV/ REDRESSEURS ET REDRESSEURS COMMANDES
V/ HACHEURS
VI/ GRADATEURS
VI/ ONDULEURS
VIII/ APPLICATIONS
1/ CHARGEUR DE BATTERIE
2/ ALIMENTATION SANS INTERRUPTION ( ASI..UPS)
3/ DEMARRAGE PROGRESSIF DES MOTEURS INDUSTRIELS
4/ COMMANDE DES MOTEURS INDUSTRIELS PAR VARIATEUR DE VITESSE
5/ ALIMENTATION A DECOUPAGE
1
6/VARIATEUR DE VITESSE POUR MOTEUR A COURANT CONTINU
CHAPITRE I

LS
PE
A P
R
ET
ES
I T
A L
ER
EN
G
2
I/ GENERALITES
L’électronique de puissance est l’ensemble des techniques qui s’intéressent à l’
énergie contenue dans les signaux électriques, contrairement aux autres
disciplines électroniques, qui elles s'intéressent principalement à l’information
contenue dans ces signaux. La gamme de puissance traitée en électronique de
puissance varie de quelques micro Watt à plusieurs Mégawatts.
L’électronique de puissance repose sur des dispositifs permettant de changer la
forme de l’énergie électrique, (convertisseurs) et des dispositifs transducteurs (le
plus couramment des turbines et des moteurs électriques). L’électronique de
puissance a comme champ d’application l’électrotechnique domestique et
industrielle où elle remplace les anciennes solutions électromécaniques

L'électronique de puissance (EdP) est souvent définie à partir d'un seuil de


puissance, de courant ou de tension. Il serait préférable de la définir à partir de sa
finalité, il s'agit alors du traitement de l'électricité en tant qu'énergie (ex.
alimentation d'appareil électronique, poste de soudure, chargeur, onduleur ),
alors que, pour l'électronique signal, l'électricité est un moyen de transmission et
de traitement de l'information (ex. radio, télévision, fonctions analogiques,
numériques ). Ces deux familles d'électroniques sont très souvent associées : un
ordinateur a besoin d'une alimentation en énergie et de la même façon, un 3
variateur de vitesse de moteur est commandé par un processeur.
Bien que souvent intimement associée à l'électronique signal, l'EdP fait appel à
d'autres connaissances :
- Semi-conducteurs de puissance (MOSFET, IGBT, …)
- Composants magnétiques (transformateurs et inductances)
- Moyens de dissipation de puissance (dissipateurs, substrats métalliques,
aéraulique)
- CEM (Compatibilité électromagnétique) le voisinage des courants forts et des
signaux de commande sensibles impose de prendre des précautions pour éviter les
perturbations
- Sécurité électrique connaissance des normes, réseaux, isolements
- Stockage de l'énergie électrique (condensateurs, inductances, batteries.
Une connaissance nécessaire dans tous ces domaines fait que l'EdP est devenue
une spécialité.
L'EdP a permis de faire évoluer de très nombreuses applications du domaine de
l'électrotechnique :
- L'éclairage à incandescence vers le fluo-compact qui a un bien meilleur
rendement
- La commande des moteurs industriels par des variateurs de vitesse a permis de
contrôler très précisément le procédé qui lui est associé
- Par rapport à un poste de soudure classique, l'introduction de l'EdP a entraîné
4
une réduction de poids et de volume telle qu'il est devenu portatif
2/ RAPPELS
1. Quelle est la caractéristique i = f(u) d'une diode idéale en convention récepteur ?

Quel est le modèle équivalent d'une diode idéale passante ?

. Quel est le nom de ce composant ?

un transistor
un hacheur
                               un thyristor
5
une diode
4.Pour amorcer un thyristor, il faut:
uAK<0 et une impulsion ig.
uAK>0 et une impulsion ig.
uAK<0
uAK>0

5. La tension u est la tension de sortie d'un hacheur; le rapport cyclique est :

a = t0/T
a = (T-t0)/T
a = U0/u
                        
                         
                       
6. La valeur moyenne <u> de la tension u (question 5)
vaut:
<u> = U0 t0 / T
<u> = U0
<u> = U0 2 / p
<u> = U0 / 2 6
7. Faire correspondre chaque convertisseur, au nom qui lui correspond.

.Redresseur Redresseur Redresseur Redresseur


.Hacheur Hacheur Hacheur Hacheur
.Onduleur Onduleur Onduleur Onduleur
.Transformateur Transformateur Transformateur Transformateur

8. Un onduleur sert à:
.régler la vitesse d'une Machine à Courant Continu
.régler la vitesse d'un moteur asynchrone
.alimentation de secours
.modifier la fréquence de la tension d'entrée
9. Quel(s) dispositif(s) ne permet pas de faire varier la vitesse de rotation
d'une Machine à Courant Continu:
.pont mixte
.pont à quatre diodes (pont de Graëtz)
.hacheur 7

.onduleur
10. La valeur efficace de cette tension est:
U= Umax /  2
U=Umax
U=0

11. Dans un pont mixte, quel paramètre permet de faire varier la valeur moyenne
de la tension de sortie:

.le rapport cyclique


.l'angle de retard à l'amorçage
.la fréquence de la tension d'alimentation

12. Que faut il faire, pour lisser le courant dans une charge (M.C.C. par exemple),
à la sortie d'un pont redresseur ?

.placer un condensateur de capacité suffisante en parallèle avec la charge.


.placer une bobine d'inductance suffisante en série avec la charge.
.placer un résistor de résistance élevé en série avec la charge. 8
.placer un résistor de faible résistance en série avec la charge.
13. Un hacheur alimente une charge inductive; quel est le rôle de
la diode de "roue libre" ? (deux réponses possibles.)
. redresser la tension
. éviter les surtensions
. lisser le courant
. permettre une conduction ininterrompue

14. On alimente une M.C.C. à l'aide d'un pont mixte. Si l'on


augmente le retard à l'amorçage des thyristors le moteur tourne:
. plus vite
. a la même vitesse
. moins vite
. le thyristor explose

15. Quel est le rôle d'un pont de diodes ?


. redresser la tension
. effectuer un redressement double alternance
. régler la vitesse d'un M.C.C.
. effectuer un redressement simple alternance.
9
Les fonctions de l ’électronique de
puissance

10
11
12
13
14
15
3.

diode Transistor

thyristor
IGBT

GTO

TRIAC MOSFET
16
17
18
Diode de puissance

La diode de puissance est un composant non commandable (ni à la fermeture ni à


l’ouverture).
Elle n’est pas réversible en tension et ne supporte qu’une tension anode-cathode
négative (vAK < 0) à l’état bloqué. Elle n’est pas réversible en courant et ne supporte
qu’un courant dans le sens anode-cathode positif à l’état passant (iAK > 0).

Le fonctionnement de la diode s’opère suivant deux modes :


• diode passante (ou ON), tension vAK = 0 pour iAK > 0
• diode bloquée (ou OFF), tension iAK = 0 pour vAK < 0
On dit aussi que la diode a une caractéristique à deux segments
• il est ouvert OFF tant que la tension à ses bornes est négative
En résumé, une diode se comporte comme un interrupteur parfait
dont les commutations sont exclusivement spontanées : 19
• il est fermé ON tant que le courant qui le traverse est positif (conve
Thyristor
Le thyristor est un composant commandé à la fermeture, mais pas à l’ouverture
Il est réversible en tension et supporte des tensions vAK aussi bien positives que
négatives.
Il n’est pas réversible en courant et ne permet que des courants iAK positifs,
c’est à dire dans le sens anode-cathode, à l’état passant.

Le composant est bloqué (OFF) si le courant


iAK est nul (quelque soit la tension vAK). Si la
tension vAK est positive, le thyristor est
amorçable.
L’amorçage (A) est obtenu par un courant de
gâchette iG positif d’amplitude suffisante alors
que la tension vAK est positive.
L’état passant (ON) est caractérisé par une
tension vAK nulle et un courant iAK positif.

Le blocage (B) apparaît dès annulation du courant iAK. On ne peut pas commander
ce changement, mais on en distingue deux types : La commutation naturelle par
annulation du courant iAK ou la commutation forcée par inversion de la tension vAK.
20
GTO

On peut l'assimiler à un thyristor équipé d'une commande de blocage dont le gain


est cependant très faible. La gamme de puissance est équivalente à celle
du thyristor mais c'est un composant relativement cher qui trouve la majorité
de ses applications dans la commande des moteurs de traction.

21
Transistor bipolaire de puissance
Parmi les deux types, NPN et PNP, le transistor de puissance existe essentiellement dans la
première catégorie
Le transistor est un composant totalement commandé : à la fermeture et à l’ouverture. Il n’est pas
réversible en courant, ne laissant passer que des courants de collecteur ic positifs. Il n’est pas
réversible en tension, n’acceptant que des tensions vCE positives lorsqu’il est bloqué

. Fonctionnement et états du transistor


• Transistor bloqué (B) ou OFF : état obtenu en annulant le
courant iB de commande, ce qui induit un courant de
collecteur nul et une tension vCE non fixée. L’équivalent est
un commutateur ouvert.
• Transistor saturé (S) ou ON : ici, le courant iB est tel que le
transistor impose une tension vCE nulle tandis que le
courant iC atteint une valeur limite dite de saturation, iCsat.
L’équivalent est un commutateur fermé.

Ce dispositif, sans doute le plus ancien, n'a vu sa montée en puissance que


vers
1985 avec des modules Darlington triples (3 transistors en cascade) de 300
A
1000 V et un gain d'environ 100. Malgré ce gain, la commande en courant
22
aux fortes puissances reste pénalisante. Aux fortes puissances, les temps
de commutation se situent environ à 1,5 ms et la chute de tension directe à
Transistor MOS et MOSFET de puissance
Le transistor MOS est un composant totalement commandé : à la fermeture et à
l’ouverture.
Il est rendu passant grâce à une tension vGS positive (de l’ordre de quelques volts). La
grille est isolée du reste du transistor, ce qui procure une impédance grille-source très
élevée. La grille n’absorbe donc aucun courant en régime permanent. La jonction drain-
source est alors assimilable à une résistance très faible : RDSon de quelques mΩ.
On le bloque en annulant vGS, RDS devient alors très élevée.

• Transistor ouvert (OFF) : État obtenu en


annulant la tension vGS de commande, procurant
une impdéance drain-source très élevée, ce qui
annule le courant de drain iD. La tension vDS est
fixée par le circuit extérieur. L’équivalent est un
interrupteur ouvert.
• Transistor fermé (ON) : Une tension vGS
positive rend RDS très faible et permet au courant
iD de croître. L’équivalent est un interrupteur fermé.

Séduisant par sa commande en tension et par ses temps de commutation inférieurs


à 100 ns, ce transistor présente cependant l'inconvénient d'une chute de tension
directe relativement importante par rapport à ses concurrents. Sa limite se situe vers
50 A et 500 V. 23
thyristors IGCT (Integrated Gate Commutated Thyristor)
La conception d’éléments semi-conducteurs
pour la commutation des puissances de la
gamme des mégawatts au niveau moyenne
tension est une mission ardue. Lors des
projets, les propriétés naturelles des
deux semi-conducteurs disponibles en
technique au silicium, à savoir les thyristors
GTO (Gate-Turn-Off) et les transistors IGBT
(Insulated Gate Bipolar Transistors),
impliquent des compromis qui augmentent les coûts et la complexité des
systèmes de commande. Pour une exploitation fiable, les thyristors GTO n’ont
pas seulement besoin de circuits périphériques complexes, mais présentent
aussi une fréquence de commutation basse. Par ailleurs, les projeteurs de
systèmes conçus en technique IGBT doivent d’une part venir à bout de
problèmes de pertes élevées, et d’autre part compenser le besoin élevé de
composants et l’exigence d’une disponibilité élevée. La nouvelle technique des
thyristors IGCT (Integrated Gate Commutated Thyristor) surmonte les
inconvénients, tant des thyristors GTO que des transistors IGBT. Ces
thyristors comprennent tous les circuits requis pour assurer la fiabilité des
appareils et peuvent s’utiliser sans difficulté pour les missions de 24
commutation dans la gamme des moyennes tensions.
Transistor IGBT : le mariage du bipolaire et du MOS
Le transistor bipolaire à grille isolée (IGBT, de l’anglais Insulated Gate Bipolar Transistor) est un
dispositif semi-conducteur de la famille des transistors qui est utilisé comme interrupteur
électronique de puissance, principalement dans les montages de l’électronique de puissance
Du point de vue de l'utilisateur, on peut décrire
sommairement l'IGBT comme
un transistor bipolaire contrôlé par un transistor
MOS qui apporte l'avantage
d'une commande en tension et des temps de
commutation très courts (300 ns) pour
des niveaux de puissance similaires à ceux du
bipolaire. Son principal inconvénient
est sa chute de tension directe de l'ordre de 3 V
pour des dispositifs de 1200 V.
L'IGBT apparaît actuellement le composant le plus intéressant par sa vitesse de commutation, la
simplicité de sa commande et sa tenue aux surcharges. Dans les ASI de forte puissance dont le mutateur
travaille entre 2 et 4 kHz, l'IGBT apporte surtout une simplification de la commande des transistors (gain
en fiabilité) ; le rendement est équivalent à celui que procure les transistors bipolaires.
Dans les ASI de moyenne puissance, installées souvent en salle informatique, le critère de bruit
acoustique impose la suppression du transformateur 50 ou 60 Hz, et un mutateur fonctionnant à une
fréquence de 16 kHz qui rend l'IGBT incontournable, tant par la diminution du nombre de composants
nécessaires
à sa commande que par le gain de poids et d'encombrement.
L’IGBT s’avère donc comme le m eilleur choix pour les ASI de moyenne et forte puissances. Dans les
25
années à venir, il est ammené à évoluer encore, avec en particulier l’integration de plusieurs IGBT dans
un seul boitier (sixpack).
Le MCT (Mos Controlled Thyristor)

Ce sont les interrupteurs de puissance les plus récents,


commercialisés depuis 1992. Ils associent les avantages du thyristor (faible chute de
tension à l'état passant) et ceux du MOSFET (faible puissance de commande).
Actuellement seuls les MCT de type P sont commercialisés.
Schéma équivalent:Le thyristor est représenté par deux transistors bipolaires (PNP et
NPN).
Les MOSFET (canal N pour l'off-FET et canal P pour l'on-FET) ont leurs grilles
(gate) reliées.
La tension anode-cathode est positive. Lorsqu'une tension de commande négative est
appliquée entre la grille et l'anode, l'on-FET conduit et entraîne la conduction du
NPN, puis du PNP. C'est l'accrochage du thyristor, la commande de grille peut alors
être supprimée et le courant circule par les transistors bipolaires.
Le blocage se produit si le courant anode-cathode devient inférieur au courant de
maintien ou si une tension de commande positive est appliquée entre la grille et
l'anode. Dans ce cas, l'off-FET conduit et entraîne de blocage du PNP, puis du NPN. 26
. les semi-conducteurs utilisés dans les différentes fonctions

le thyristor

Réalisé pour des tensions jusqu'à 6000 V, des courants de plusieurs milliers
d'ampères et une chute de tension directe d'environ 1,5 V, son amorçage
ne nécessite qu'une faible impulsion de courant mais le blocage exige par contre
d'annuler, par dérivation dans un circuit auxiliaire, la totalité du courant anodique ;
un tel dispositif est encombrant et coûteux. Le thyristor est toutefois un composant
fiable et économique à l'achat.

le GTO (Gate Turn Off Thyristor)

On peut l'assimiler à un thyristor équipé d'une commande de blocage dont le gain


est cependant très faible. La gamme de puissance est équivalente à celle
du thyristor mais c'est un composant relativement cher qui trouve la majorité
de ses applications dans la commande des moteurs de traction.

le transistor MOS (Metal Oxyde Semiconductor)

Séduisant par sa commande en tension et par ses temps de commutation inférieurs


à 100 ns, ce transistor présente cependant l'inconvénient d'une chute de tension
directe relativement importante par rapport à ses concurrents. Sa limite se situe vers
27
50 A et 500 V.
le transistor bipolaire
Ce dispositif, sans doute le plus ancien, n'a vu sa montée en puissance que vers
1985 avec des modules Darlington triples (3 transistors en cascade) de 300 A
1000 V et un gain d'environ 100. Malgré ce gain, la commande en courant
aux fortes puissances reste pénalisante. Aux fortes puissances, les temps
de commutation se situent environ à 1,5 ms et la chute de tension directe à 1,5 V.

l'IGBT (Insulated Gate Bipolar Transistor)


Du point de vue de l'utilisateur, on peut décrire sommairement l'IGBT comme
un transistor bipolaire contrôlé par un transistor MOS qui apporte l'avantage
d'une commande en tension et des temps de commutation très courts (300 ns) pour
des niveaux de puissance similaires à ceux du bipolaire. Son principal inconvénient
est sa chute de tension directe de l'ordre de 3 V pour des dispositifs de 1200 V.

28
redresseurs

29
CHARGE R

CHARGE R

CHARGE RL
CHARGE RL

CHARGE RL + DRL CHARGE RL + DRL


30
REDRESSEMENT NON COMMANDE’ MONO ALTERNANCE
CHARGE R

CHARGE RL

31
CHARGE RL + DRL

•Pour              ,

•Pour               ,

32
33
34
REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE
I/ TRANSFORMATEUR A POINT MILIEU
REDRESSEMENT NON COMMANDE REDRESSEMENT COMMANDE

CHARGE R CHARGE R

CHARGE RL
CHARGE RL
35
36
37
38
39
40
41
42
43
Tableau récapitulatif
et informations
complémentaires
44
hacheurs

45
46
47
48
49
50
Hacheur série ou abaisseur de tension

Le rapport cyclique a est défini comme le rapport de la


durée T1 pendant laquelle H est fermé à la période T

La valeur moyenne < uc > de la tension uc(t) aux


bornes de la charge se calcule sur une période

51
Fonctionnement sur charge R L
 
Lorsque la charge est purement résistive, le courant ic s'interrompt chaque fois que H
s'ouvre. Lorsque la charge est inductive, par contre, l'inductance s'oppose aux variations
brusques de courant, et si elle est suffisamment grande, le courant ne s'annule plus.
Lorsque l'inductance de la charge est insuffisante, on ajoute au circuit une bobine de
lissage. Il faut dans les deux cas compléter le dispositif par une diode de roue libre, ce
qui mène au schéma de la figure .

valeurs moyennes des


tensions et intensités

52
Calcul de ic(t)

Ondulation de courant

53
Hacheur parallèle ou élévateur de tension
Schéma du montage

valeurs moyennes des tensions et


intensités

Pg fournie par le générateur

54
55
56
Hacheurs
Les hacheurs sont des convertisseurs d’énergie qui font transiter l’énergie électrique
d’une source continue vers une autre source continue. Nombreuses sont les applications
pour la commande des machines à courant continu et les alimentations à découpage.

1. Hacheur série

De 0 à αT la conduction de K force le blocage de la diode D en imposant v = Ua. Alors id


= 0 ik = ia = i et vk = 0. Ua = E + Ldi/dt et en intégrant i = [(Ua-E)/L]t + I1.
De αT à T, le blocage de K impose ik = ia = 0. Comme i = I2 ≠ 0 dans L, celui-ci ne peut
varier spontanément. La seule solution à la continuité de i est i = id = I2. Alors v = 0, vk =
Ua, ia = ik = 0. 0 = E + Ldi/dt et en intégrant i = [-E/L](t -αT) + I2.
<v> = (1/T) ∫0T vdt = αUa.

Exprimons l’ondulation du courant dans la charge Δi. Δi = αT(Ua – E)/L où E = αUa.


57
Δi = αT(1 - α)Ua/L.
De 0 à αT, la conduction de K force le blocage de la diode D en imposant v = Ua. Alors
id = 0 ik = ia = i et vk = 0. Ua = E + Ldi/dt et en intégrant i = [(Ua-E)/L]t.
De αT à βT, le blocage de K impose ik = ia = 0. Comme i = I2 ≠ 0 dans L, celui-ci ne
peut varier spontanément. La seule solution à la continuité de i est i = id = I2. Alors v =
0, vk = Ua, ia = ik = 0. 0 = E + Ldi/dt et en intégrant i = [-E/L](t -αT) + I2.
A βT i = id = 0 ce qui bloque la diode D2, mais K est aussi bloqué donc ik = 0. Alors v =
E et vk = Ua – E.
<v> >αUa et <v> = E. • Par conséquent si E > αUa, la conduction continue est 58
impossible en régime établi.
Régulation en cascade de vitesse et de couple d’un moteur à
courant continu 59
gradateurs

60
1/Gradateur par déphasage (à angle de phase) 
Il fournit une tension alternative, de valeur
efficace variable et de fréquence fixe (celle du
réseau) par modulation de l'angle d'amorçage
des semi-conducteurs (thyristors, triacs).

Allure des signaux :  (en monophasé)

61
* démarreur progressif pour moteur asynchrone standard.

Il permet la réduction du courant d'appel et la suppression des à-coups de couple


62
au démarrage.
* variation de vitesse

* variation de vitesse des moteurs à bagues.

63
2/ Gradateur par trains d'ondes entières
Il permet le réglage d'énergie, par envoi de trains d'ondes entières, d'amplitude et
de fréquence égales à celles du réseau, séparés par des absences totales de tension.
Son principal domaine d'application est l'électrothermie (four à résistances).
Il présente l'avantage de ne pas créer de perturbations radioélectriques et de ne
pas dégrader le facteur de puissance de l'installation. Le signal de commande
fourni par le régulateur est du type analogique (0-10V ; 4-20mA...)

64
 Allure des signaux de sortie : 
  

65
ONDULEURS

66
Onduleur deux états

67
Onduleurs trois états

68
MLI PWM

69
70
71
APPLICATIONS

72
II/Alimentations Sans Interruption

UPS ASI ASC

73
1. Généralités
1.1 Terminologie
On utilise plusieurs termes pour désigner le même appareil :
- ASC Alimentations Sans Coupure
- ASI Alimentations Sans Interruption
- ASSC Alimentations Statiques Sans Coupure
- UPS en anglais (Uninterruptible Power Supply
- USV-Anlagen en allemand (Unterbruchslose StromVersorgungen)
- le terme Onduleur est couramment utilisé mais il n’est pas correct car il ne
74
représente qu’une partie de l’ASC.
1.2 Buts de l’ASC
Les systèmes ASC sont utilisés pour la protection d’équipements critiques et
sensibles tels que : équipements informatiques, systèmes de gestion , éclairages de
secours, installations téléphoniques, éclairages de tunnels, équipements
hospitaliers, etc. Dans ce contexte, l’ASC a deux fonctions principales
: Assurer l’alimentation continuelle en courant électrique
Lors d’une panne ou d’une interruption de courant provoquée par des
intempéries, une défaillance d’un équipement ou une intervention sur le réseau
courant fort, l’ASC commute automatiquement et normalement sans coupure en
mode " secours " sur accumulateurs. L’équipement concerné est donc alimenté
pendant un temps limité (autonomie) par l’intermédiaire d’une batterie
d’accumulateurs. Lors d’une coupure prolongée du réseau, les ASC peuvent être
également alimentées à leur tour par un autre système de secours, tel qu’un
groupe générateur diesel. Les accumulateurs sont alors en " tampon ".
Protéger l’équipement contre les perturbations du réseau
L’ASC protège efficacement les équipements sensibles en agissant comme un
stabilisateur de tension et un filtre de tension-courant contre les perturbations du
réseau telles que distorsions (harmoniques), pointes de tension (foudre),
fluctuations de tension (présence de charges fortement variables), surtensions,
sous-tensions (surcharge ou sous-charge du réseau), fluctuations de fréquence
(typique d’un fonctionnement en îlot avec groupe électrogène). 75
La technologie off-line
 Cet onduleur est appelé "off-line" car il est à l'arrêt lorsque le
réseau est présent, et il se met en route lorsque ce dernier disparaît.

  Lorsque le réseau est présent, il est transmis à l'ordinateur par le commutateur


de transfert à travers un anti foudre et un anti parasite qui permettent d'épurer le
courant.
   Le chargeur est prévu pour recharger la batterie après une décharge.
   Le convertisseur est à l'arrêt, il se met en route lorsque le courant brut
disparaît. 76
La technologie on-line double conversion
  Cette technologie est appelée double conversion car le courant fourni par le
réseau brut est converti deux fois avant d'alimenter l'ordinateur:
     Une première fois en courant continu par le redresseur.
     Une deuxième fois en courant alternatif par l'onduleur

  Le redresseur convertit le courant alternatif en courant continu pour recharger


la batterie.
  L'onduleur convertit le courant continu de la batterie ou du redresseur en
courant alternatif de haute qualité et sans coupure pour l'ordinateur.
  En cas de coupure de courant, c'est la batterie qui délivre l'énergie à l'onduleur.
   Le by-pass permet de transférer l'alimentation vers le réseau en cas de 77
surcharge ou en cas de panne de l'onduleur.
UPS on-line monoconversion
  Cet onduleur est appelé "on-line
monoconversion" car il a les mêmes
caractéristiques qu'un on-line (pas de
coupure en sortie), tout en ayant l'onduleur à
l'arrêt. Il allie les performances de l'on-line
double conversion avec celle de l'off-line

Lorsque le réseau est présent, ce dernier est transmis à l'ordinateur par le commutateur de
transfert à travers un transformateur à saturation.
  Le transformateur à saturation isole le réseau brut de l'ordinateur, régule la tension de sortie,
filtre les parasites et écrête les surtensions induite par la foudre. Il assure également une réserve
d'énergie de 12 ms entre la disparition du réseau et le démarrage de l'onduleur. C'est le coeur de
l'onduleur. La batterie est rechargée par un petit chargeur alimenté par le transfo à saturation.
   L'onduleur est à l'arrêt, il se met en route lorsque le courant brut disparaît, le temps de mise en
route est compensé par l'énergie emmagasinée dans le transfo, ce qui permet de ne pas avoir de
coupure en sortie
Le microprocesseur de l'onduleur scrute le réseau en permanence toute les 0,5 ms, dès que ce
dernier sort d'une fenêtre de tolérance pendant plus de 3 ms, un ordre de démarrage est transmis à
l'onduleur qui va convertir le courant continu de la batterie en courant sinusoïdal pendant le
temps de l'autonomie. Le temps de détection et de démarrage de l'onduleur est compensé par 78
l'énergie accumulée dans le transformateur à saturation
UPS in-line ou line-
interactive
 

Cet onduleur est appelé


"In-line ou line
interactif" car il est en
interaction permanente
avec le réseau.

Lorsque le réseau est présent, ce dernier est transmis à l'ordinateur par le commutateur de
transfert à travers un anti foudre et un anti parasite. Ces deux sous ensembles permettent d'épurer
le courant.
  Le booster est un dispositif qui régule la tension du réseau, ainsi il est possible de supporter
des variations de courant brut très importantes sans utiliser les réserves des batteries.
   La batterie est rechargée par l'onduleur qui fonctionne en sens inverse.
   L'onduleur est à l'arrêt, il se met en route lorsque le courant brut disparaît, au retour il
recharge la batterie.
Le microprocesseur de l'onduleur scrute le réseau en permanence, dès que ce dernier sort d'une
fenêtre de tolérance, un ordre de démarrage est transmis à l'onduleur qui va convertir le courant
continu de la batterie en courant sinusoïdal pendant le temps de l'autonomie.
Le microprocesseur de l'onduleur agit également sur le booster lorsque la tension d'entrée est 79 trop
faible ou trop haute pour la ramener dans une valeur tolérée par l'ordinateur
1.Le Transfo. à saturation
Pour réguler, filtrer, écrêter et absorber les microcoupures

  Il permet un isolement galvanique entre l'entrée et la sortie. Ceci permet d'avoir un


réseau électrique de haute qualité complètement indépendant du réseau brut. Grâce à
l'isolement qu'il procure, il est possible de raccorder le neutre en aval de l'onduleur à la
terre.
Il régule la tension de sortie à +/- 3%.
Il atténue les surtensions jusqu'à 6000 Volts.
Avec les condensateurs, il forme une réserve d'énergie électrique, ce qui permet 80
d'absorber les micro-coupures
2.La Batterie

 La batterie constitue la réserve d'énergie électrique qui va permettre à


l'onduleur de continuer à fonctionner pendant les coupures de courant.
  Elle est de type à recombinaison de gaz et sans entretien.
  En fonction de son procédé de fabrication, elle peut avoir une durée de vie de 5
ou 10 ans. La durée de vie dépend essentiellement de la température ambiante.
  Elle est dimensionnée en général pour une autonomie de 10mn

81
3.Le Booster
Le régulateur

Il joue le rôle d'un régulateur. Lorsque la tension baisse, il rehausse cette dernière pour
la maintenir dans une tolérance compatible avec les équipements électroniques
sensibles. Dans le cas ou la tension monte, il l'abaisse.

 Les creux de tensions engendrés par le démarrage de gros équipements sont


véhiculés sur les réseaux électriques.

82
4.Le By Pass
Le secours ultime
  Il reçoit deux sources: le réseau brut ou réseau secours.La sortie du convertisseur
DC/AC

Le by-pass est composé d'un commutateur électronique.


C'est un système de secours qui permet en cas de panne de l'onduleur ou en cas de
surcharge de transférer l'alimentation des équipements vers le réseau brut.
Il permet également d'effectuer la maintenance sur l'onduleur sans arrêter 'informatique.
83
5.Le commutateur de Transfert

 Le commutateur reçoit deux sources:


  1 - le réseau

  2 - la sortie du convertisseur

 Son rôle est de commuter, lorsque le réseau est défectueux, l'alimentation de


l'ordinateur vers l'onduleur.
  Lorsque le réseau redevient correct, l'alimentation de l'ordinateur est à nouveau84
reconnectée au secteur.
8.Le Parafoudre
L'anti foudre

  Le courant électrique brut peut acheminer des surtensions

  Il écrête les surtensions lorsque celles ci dépassent une tension de seuil. Il se


comporte comme un court-circuit dynamique. Ainsi le surplus d'énergie est atténué, le
rendant compatible avec les équipement électronique.
   NB. Si la surtension véhicule une trop grande quantité d'énergie, le parasurtenseur
se met en court circuit définitif. Il doit dès lors être remplacé.

85
9.Le Filtre
L'anti parasites

  Le courant électrique brut véhicule des parasites.

  Le filtre est composé de selfs (inductances) et de condensateurs. Il bloque les


parasites haute fréquence (HF). Ainsi il "lisse" la tension pour délivrer un signal
compatible avec les équipements électroniques sensibles.

86
6.Redresseur

Le redresseur permet de transformer le courant alternatif en courant continu par


l’intermédiaire d’un jeu de diodes. En monophasé, il s’agit d’un pont de Graetz à 4
diodes réinjectant sur le réseau amont des harmoniques impairs H3, H5, H7, etc. Pour
une ASC triphasée, le pont de Graetz est composé de 6 thyristors appelés aussi "pont
hexaphasé". Le courant soutiré au réseau par le pont est très caractéristique, sa forme
hostile est pondérée par l'adjonction d'une self à l'entrée.
87
7.Onduleur

Dans le cas d'un onduleur avec


sortie triphasée, on utilise des
transistors IGBT (Insulate Gate
Bipolar Transistor), soit
l’association d’un MOS pilotant un
transistor bipolaire. L’IGBT allie la
robustesse du transistor bipolaire
avec la facilité à être pilotée en
tension (et non en courant) d’un
MOS.

La forme du signal à la sortie est appelée "modulation par largeur d’impulsions" (en
anglais : Pulse With Modulation PWM). Les impulsions étroites engendreront une faible
valeur de tension de sortie. Les impulsions larges en revanche produiront une valeur de
tension de sortie plus élevée. L’effet résultant de ces impulsions livre une sinusoïde.
88
Les perturbations

  Les micro-coupures - Oscillogramme


  La tension chute à zéro Volts pendant quelques

 
millisecondes.
  Les micro-coupures sont induites par des court-circuits
provoqués par les utilisateurs sur le réseau .                       
   Les micro-coupures provoquent des erreurs dans le
traitement des données et  le blocage des systèmes.
  Les coupures - Oscillogramme
   La tension chute à zéro Volts pendant une durée
importante.
   Les coupures sont provoquées par des ruptures du
câblage électrique. Cas d'intempérie pour le réseau sonelgaz
ou disjonction ).
    Les coupures provoquent des arrêts brusque des
appareils entraînant souvent des erreurs dans le traitement
des données. Des pannes peuvent apparaître par effet
cumulé. 89
Les creux de tension -
   La tension baisse en amplitude sans atteindre zéro Volt sur une durée de
plusieurs périodes.

 
   Les creux de tension sont dus aux démarrages des grosses charges
électriques comme les moteurs, les ascenseurs, l'éclairage, le chauffage, etc..
    Les creux de tension provoquent des arrêts du système et des pannes
            
intempestives.
          
  Les pics de tension et les surtensions -
   Les pics de tension se manifestent par une élévation rapide et importante de
la tension sur une durée très courte (< à 20ms).
   Les pics de tension sont dus aux événements climatiques comme la foudre
( peut atteindre plusieurs milliers de Volts ), aux déclenchement des
disjoncteurs, etc..
     Les surtensions se caractérisent par une élévation modérée (> à10%) de la
tension sur plusieurs cycles.
   Les surtensions proviennent des délestages des grosses charges électriques
comme les moteurs, les ascenseurs, l'éclairage, le chauffage, etc..
    Les conséquences des surtensions sont des pannes sans raison apparentes
des appareils
90
Les variations de fréquence -
   La périodicité de la sinusoïde n'est plus constante. Elles sont très rares sur les réseaux
publics des pays développés.

 
   Les variations de fréquence sont essentiellement dus  aux variations de vitesse des
groupes électrogène.
    Les variations de fréquence occasionnent des arrêts brusque entraînant souvent des
erreurs dans le traitement des données. Des pannes peuvent apparaître par effet cumulé .             

             
  Les parasites -
   Les parasites sont des tensions à haute fréquence qui viennent s'ajouter sur la
sinusoïde et provoquent ainsi une déformation.

 
   Les parasites sont essentiellement dus aux autres équipements branchés sur le même
réseau du bâtiment tels que les perceuses, poste à souder, tec..
    Les parasites provoquent des erreurs dans le traitement des données et  le blocage
Lessystèmes
des harmoniques
.             
Les harmoniques sont des tensions multiples de la fréquence  de base
            
(50Hz) qui viennent se superposer sur la sinusoïde pour la déformer.
Les harmoniques sont générés par les récepteurs alimentés. Ce sont
 

essentiellement des machines qui possèdent des redresseurs. On


retrouvent les alimentations à découpage des ordinateurs, les variateurs de
vitesse, les onduleurs double conversion, les chargeurs de batteries, les
téléviseurs, etc. 91
 
onduleur redresseur

92
93
94
95
II/Alimentations Sans Interruption

UPS ASI ASC

96
1. Généralités
1.1 Terminologie
On utilise plusieurs termes pour désigner le même appareil :
- ASC Alimentations Sans Coupure
- ASI Alimentations Sans Interruption
- ASSC Alimentations Statiques Sans Coupure
- UPS en anglais (Uninterruptible Power Supply
- USV-Anlagen en allemand (Unterbruchslose StromVersorgungen)
- le terme Onduleur est couramment utilisé mais il n’est pas correct car il ne
97
représente qu’une partie de l’ASC.
1.2 Buts de l’ASC
Les systèmes ASC sont utilisés pour la protection d’équipements critiques et
sensibles tels que : équipements informatiques, systèmes de gestion , éclairages de
secours, installations téléphoniques, éclairages de tunnels, équipements
hospitaliers, etc. Dans ce contexte, l’ASC a deux fonctions principales
: Assurer l’alimentation continuelle en courant électrique
Lors d’une panne ou d’une interruption de courant provoquée par des
intempéries, une défaillance d’un équipement ou une intervention sur le réseau
courant fort, l’ASC commute automatiquement et normalement sans coupure en
mode " secours " sur accumulateurs. L’équipement concerné est donc alimenté
pendant un temps limité (autonomie) par l’intermédiaire d’une batterie
d’accumulateurs. Lors d’une coupure prolongée du réseau, les ASC peuvent être
également alimentées à leur tour par un autre système de secours, tel qu’un
groupe générateur diesel. Les accumulateurs sont alors en " tampon ".
Protéger l’équipement contre les perturbations du réseau
L’ASC protège efficacement les équipements sensibles en agissant comme un
stabilisateur de tension et un filtre de tension-courant contre les perturbations du
réseau telles que distorsions (harmoniques), pointes de tension (foudre),
fluctuations de tension (présence de charges fortement variables), surtensions,
sous-tensions (surcharge ou sous-charge du réseau), fluctuations de fréquence
(typique d’un fonctionnement en îlot avec groupe électrogène). 98
La technologie off-line
 Cet onduleur est appelé "off-line" car il est à l'arrêt lorsque le
réseau est présent, et il se met en route lorsque ce dernier disparaît.

  Lorsque le réseau est présent, il est transmis à l'ordinateur par le commutateur


de transfert à travers un anti foudre et un anti parasite qui permettent d'épurer le
courant.
   Le chargeur est prévu pour recharger la batterie après une décharge.
   Le convertisseur est à l'arrêt, il se met en route lorsque le courant brut
disparaît. 99
La technologie on-line double conversion
  Cette technologie est appelée double conversion car le courant fourni par le
réseau brut est converti deux fois avant d'alimenter l'ordinateur:
     Une première fois en courant continu par le redresseur.
     Une deuxième fois en courant alternatif par l'onduleur

  Le redresseur convertit le courant alternatif en courant continu pour recharger


la batterie.
  L'onduleur convertit le courant continu de la batterie ou du redresseur en
courant alternatif de haute qualité et sans coupure pour l'ordinateur.
  En cas de coupure de courant, c'est la batterie qui délivre l'énergie à l'onduleur.
   Le by-pass permet de transférer l'alimentation vers le réseau en cas de 100
surcharge ou en cas de panne de l'onduleur.
UPS on-line monoconversion
  Cet onduleur est appelé "on-line
monoconversion" car il a les mêmes
caractéristiques qu'un on-line (pas de
coupure en sortie), tout en ayant l'onduleur à
l'arrêt. Il allie les performances de l'on-line
double conversion avec celle de l'off-line

Lorsque le réseau est présent, ce dernier est transmis à l'ordinateur par le commutateur de
transfert à travers un transformateur à saturation.
  Le transformateur à saturation isole le réseau brut de l'ordinateur, régule la tension de sortie,
filtre les parasites et écrête les surtensions induite par la foudre. Il assure également une réserve
d'énergie de 12 ms entre la disparition du réseau et le démarrage de l'onduleur. C'est le coeur de
l'onduleur. La batterie est rechargée par un petit chargeur alimenté par le transfo à saturation.
   L'onduleur est à l'arrêt, il se met en route lorsque le courant brut disparaît, le temps de mise en
route est compensé par l'énergie emmagasinée dans le transfo, ce qui permet de ne pas avoir de
coupure en sortie
Le microprocesseur de l'onduleur scrute le réseau en permanence toute les 0,5 ms, dès que ce
dernier sort d'une fenêtre de tolérance pendant plus de 3 ms, un ordre de démarrage est transmis à
l'onduleur qui va convertir le courant continu de la batterie en courant sinusoïdal pendant le
temps de l'autonomie. Le temps de détection et de démarrage de l'onduleur est compensé 101 par
l'énergie accumulée dans le transformateur à saturation
UPS in-line ou line-
interactive
 

Cet onduleur est appelé


"In-line ou line
interactif" car il est en
interaction permanente
avec le réseau.

Lorsque le réseau est présent, ce dernier est transmis à l'ordinateur par le commutateur de
transfert à travers un anti foudre et un anti parasite. Ces deux sous ensembles permettent d'épurer
le courant.
  Le booster est un dispositif qui régule la tension du réseau, ainsi il est possible de supporter
des variations de courant brut très importantes sans utiliser les réserves des batteries.
   La batterie est rechargée par l'onduleur qui fonctionne en sens inverse.
   L'onduleur est à l'arrêt, il se met en route lorsque le courant brut disparaît, au retour il
recharge la batterie.
Le microprocesseur de l'onduleur scrute le réseau en permanence, dès que ce dernier sort d'une
fenêtre de tolérance, un ordre de démarrage est transmis à l'onduleur qui va convertir le courant
continu de la batterie en courant sinusoïdal pendant le temps de l'autonomie.
Le microprocesseur de l'onduleur agit également sur le booster lorsque la tension d'entrée 102 est trop
faible ou trop haute pour la ramener dans une valeur tolérée par l'ordinateur
1.Le Transfo. à saturation
Pour réguler, filtrer, écrêter et absorber les microcoupures

  Il permet un isolement galvanique entre l'entrée et la sortie. Ceci permet d'avoir un


réseau électrique de haute qualité complètement indépendant du réseau brut. Grâce à
l'isolement qu'il procure, il est possible de raccorder le neutre en aval de l'onduleur à la
terre.
Il régule la tension de sortie à +/- 3%.
Il atténue les surtensions jusqu'à 6000 Volts.
Avec les condensateurs, il forme une réserve d'énergie électrique, ce qui permet 103
d'absorber les micro-coupures
2.La Batterie

 La batterie constitue la réserve d'énergie électrique qui va permettre à


l'onduleur de continuer à fonctionner pendant les coupures de courant.
  Elle est de type à recombinaison de gaz et sans entretien.
  En fonction de son procédé de fabrication, elle peut avoir une durée de vie de 5
ou 10 ans. La durée de vie dépend essentiellement de la température ambiante.
  Elle est dimensionnée en général pour une autonomie de 10mn

104
3.Le Booster
Le régulateur

Il joue le rôle d'un régulateur. Lorsque la tension baisse, il rehausse cette dernière pour
la maintenir dans une tolérance compatible avec les équipements électroniques
sensibles. Dans le cas ou la tension monte, il l'abaisse.

 Les creux de tensions engendrés par le démarrage de gros équipements sont


véhiculés sur les réseaux électriques.

105
4.Le By Pass
Le secours ultime
  Il reçoit deux sources: le réseau brut ou réseau secours.La sortie du convertisseur
DC/AC

Le by-pass est composé d'un commutateur électronique.


C'est un système de secours qui permet en cas de panne de l'onduleur ou en cas de
surcharge de transférer l'alimentation des équipements vers le réseau brut.
Il permet également d'effectuer la maintenance sur l'onduleur sans arrêter 'informatique.
106
5.Le commutateur de Transfert

 Le commutateur reçoit deux sources:


  1 - le réseau

  2 - la sortie du convertisseur

 Son rôle est de commuter, lorsque le réseau est défectueux, l'alimentation de


l'ordinateur vers l'onduleur.
  Lorsque le réseau redevient correct, l'alimentation de l'ordinateur est à nouveau107
reconnectée au secteur.
8.Le Parafoudre
L'anti foudre

  Le courant électrique brut peut acheminer des surtensions

  Il écrête les surtensions lorsque celles ci dépassent une tension de seuil. Il se


comporte comme un court-circuit dynamique. Ainsi le surplus d'énergie est atténué, le
rendant compatible avec les équipement électronique.
   NB. Si la surtension véhicule une trop grande quantité d'énergie, le parasurtenseur
se met en court circuit définitif. Il doit dès lors être remplacé.

108
9.Le Filtre
L'anti parasites

  Le courant électrique brut véhicule des parasites.

  Le filtre est composé de selfs (inductances) et de condensateurs. Il bloque les


parasites haute fréquence (HF). Ainsi il "lisse" la tension pour délivrer un signal
compatible avec les équipements électroniques sensibles.

109
6.Redresseur

Le redresseur permet de transformer le courant alternatif en courant continu par


l’intermédiaire d’un jeu de diodes. En monophasé, il s’agit d’un pont de Graetz à 4
diodes réinjectant sur le réseau amont des harmoniques impairs H3, H5, H7, etc. Pour
une ASC triphasée, le pont de Graetz est composé de 6 thyristors appelés aussi "pont
hexaphasé". Le courant soutiré au réseau par le pont est très caractéristique, sa forme
hostile est pondérée par l'adjonction d'une self à l'entrée.
110
7.Onduleur

Dans le cas d'un onduleur avec


sortie triphasée, on utilise des
transistors IGBT (Insulate Gate
Bipolar Transistor), soit
l’association d’un MOS pilotant un
transistor bipolaire. L’IGBT allie la
robustesse du transistor bipolaire
avec la facilité à être pilotée en
tension (et non en courant) d’un
MOS.

La forme du signal à la sortie est appelée "modulation par largeur d’impulsions" (en
anglais : Pulse With Modulation PWM). Les impulsions étroites engendreront une faible
valeur de tension de sortie. Les impulsions larges en revanche produiront une valeur de
tension de sortie plus élevée. L’effet résultant de ces impulsions livre une sinusoïde.
111
Les perturbations

  Les micro-coupures - Oscillogramme


  La tension chute à zéro Volts pendant quelques

 
millisecondes.
  Les micro-coupures sont induites par des court-circuits
provoqués par les utilisateurs sur le réseau .                       
   Les micro-coupures provoquent des erreurs dans le
traitement des données et  le blocage des systèmes.
  Les coupures - Oscillogramme
   La tension chute à zéro Volts pendant une durée
importante.
   Les coupures sont provoquées par des ruptures du
câblage électrique. Cas d'intempérie pour le réseau sonelgaz
ou disjonction ).
    Les coupures provoquent des arrêts brusque des
appareils entraînant souvent des erreurs dans le traitement
des données. Des pannes peuvent apparaître par effet
cumulé. 112
Les creux de tension -
   La tension baisse en amplitude sans atteindre zéro Volt sur une durée de
plusieurs périodes.

 
   Les creux de tension sont dus aux démarrages des grosses charges
électriques comme les moteurs, les ascenseurs, l'éclairage, le chauffage, etc..
    Les creux de tension provoquent des arrêts du système et des pannes
            
intempestives.
          
  Les pics de tension et les surtensions -
   Les pics de tension se manifestent par une élévation rapide et importante de
la tension sur une durée très courte (< à 20ms).
   Les pics de tension sont dus aux événements climatiques comme la foudre
( peut atteindre plusieurs milliers de Volts ), aux déclenchement des
disjoncteurs, etc..
     Les surtensions se caractérisent par une élévation modérée (> à10%) de la
tension sur plusieurs cycles.
   Les surtensions proviennent des délestages des grosses charges électriques
comme les moteurs, les ascenseurs, l'éclairage, le chauffage, etc..
    Les conséquences des surtensions sont des pannes sans raison apparentes
des appareils
113
Les variations de fréquence -
   La périodicité de la sinusoïde n'est plus constante. Elles sont très rares sur les réseaux
publics des pays développés.

 
   Les variations de fréquence sont essentiellement dus  aux variations de vitesse des
groupes électrogène.
    Les variations de fréquence occasionnent des arrêts brusque entraînant souvent des
erreurs dans le traitement des données. Des pannes peuvent apparaître par effet cumulé .             

             
  Les parasites -
   Les parasites sont des tensions à haute fréquence qui viennent s'ajouter sur la
sinusoïde et provoquent ainsi une déformation.

 
   Les parasites sont essentiellement dus aux autres équipements branchés sur le même
réseau du bâtiment tels que les perceuses, poste à souder, tec..
    Les parasites provoquent des erreurs dans le traitement des données et  le blocage
Lessystèmes
des harmoniques
.             
Les harmoniques sont des tensions multiples de la fréquence  de base
            
(50Hz) qui viennent se superposer sur la sinusoïde pour la déformer.
Les harmoniques sont générés par les récepteurs alimentés. Ce sont
 

essentiellement des machines qui possèdent des redresseurs. On


retrouvent les alimentations à découpage des ordinateurs, les variateurs de
vitesse, les onduleurs double conversion, les chargeurs de batteries, les
téléviseurs, etc. 114
 
onduleur redresseur

115
116
117
118
I/ ALIMENTATION A DECOUPAGE

Le fonctionnement est relativement


simple. Partant d'un réseau électrique
alternatif, la tension est redressée par
un pont redresseur à 4 diodes
(généralement). Cette tension est
ensuite lissée par un condensateur de
forte capacitif.

La tension passe ensuite dans un transformateur. Pourtant, une tension continue au


primaire d'un transformateur ne donne aucune tension au secondaire (sortie), seule des
tensions alternatives permettent un signal de même forme mas de tension différentes.
Au démarrage de l'alimentation, une impulsion démarre une certaine tension
discontinue. Cette tension va d'abord alimenter le circuit de commande connecté sur la
base du transistor (dans le cas d'un transistor bipolaire, grille dans le cas d'un CMOS),
branché en série sur le primaire. Le transistor va hacher (découper) la tension pour en
faire un signal discontinu et ainsi induire un courant discontinu au secondaire du
transformateur
119
Plus la portion de courant passant est important, plus le courant de sortie est important.
La tension de sortie sera de même forme que le signal d'entrée mais dans un rapport
dépendant du rapport du nombre de spires des bobinages du primaire et secondaire. Ce
circuit de commande utilise généralement un transformateur spécifique pour
complètement dissocier la tension d'entrée de la sortie et ainsi protéger les appareils
connectés

Avantage des alimentations à découpage


Les alimentations à découpage offrent de nombreux avantages sur les alimentations
linéaires :
-la puissance dissipée dans le composant électrotechnique utilisé en commutation est
moindre que lorsqu'il est utilisé en mode linéaire. En conséquence, le rendement de
l'alimentation est meilleur, et le radiateur de dissipation est de dimensions plus
modestes ;
-le transformateur fonctionne à une fréquence bien plus élevée que celle du secteur
(plus de 20 kHz contre 50 ou 60 Hz), ce qui permet de réduire considérablement sa
taille .
Les alimentations à découpage sont donc bien plus petites et plus légères, que les
alimentations linéaires. De plus, elles possèdent un meilleur rendement.
-Cependant, elles génèrent un bruit relativement important, .
-Circuit d’asservissement plus complexe
120
121
Alimentation linéaire

Structure

Avantages Inconvénients
- forte valeur de C
- simplicité
- mauvais rendement
- bonne régulation
- volume élevé du transformateur
- faible ondulation en sortie
- mauvais facteur de puissance et
- pas de problème CEM
pollution du réseau par les 122
rayonnée
harmoniques
S
t
r
u
c
t
u Structure
r
e
Avantages Inconvénients
volume faible du transformateur
- bon rendement
- possibilité de sorties multiples

123
Principe de fonctionnement
Un chargeur de batterie d'accumulateurs doit, afin de remplir sa fonction
convenablement, pouvoir adapter le courant de charge en fonction de la différence
de potentiel présente aux bornes de la batterie. C'est cette tension qui va déterminer
l'état de charge de la batterie. Ce chargeur remplit cette fonction en trois phases :

a) Charge à courant constant :


Au début du cycle de charge, la tension de la batterie croît à courant constant. Le
chargeur est en mode générateur de courant (limitation de courant a IMax.)

b) Fin de charge : lorsque la tension de la batterie approche de la tension finale, le


courant de charge décroît. Le chargeur est en mode alimentation simple (régulateur
de tension)

c) Charge de maintien : plus on s'approche de la tension de 13.8 volts (ou 6.9V en


mode batterie 6V) (que l'on admettra comme étant le potentiel idéal d'une batterie
chargée à 100 % de sa capacité) et plus le courant de charge diminue jusqu'à tendre
vers un courant de maintien moyen de quelques milliampères.
Les anglo-saxons nomment ce mode de charge le floating. Le chargeur se comporte
comme un générateur de tension dont le potentiel de sortie est sensiblement
supérieur à la tension de la batterie.Un léger courant circule du chargeur vers la
batterie dès que le potentiel de cette dernière redescend sous la barre
des 13,8 volts (ou 6.9V en mode batterie 6V).
124
Chargeur de batterie monophasé à courant constant

125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
Le variateur de vitesse
Malgré sa conception ancienne, le moteur asynchrone
reste toujours d'actualité car l'électronique permet
maintenant de faire varier sa fréquence de rotation. Pour
faire varier celle-ci, il faut modifier la fréquence de
rotation du champ magnétique et donc la fréquence du
courant d'alimentation. Les variateurs de vitesse sont
des variateurs de fréquence.

Le moteur asynchrone triphasé est largement utilisé dans l'industrie, sa simplicité de construction
en fait un matériel très fiable et qui demande peu d'entretien. Il est constitué d'une partie fixe, le
stator qui comporte le bobinage, et d'une partie rotative, le rotor qui est bobiné en cage d'écureuil.
Les circuits magnétiques du rotor et du stator sont constitués d'un empilage de fines tôles 135
métalliques pour éviter la circulation de courants de Foucault
136
137
La variation de fréquence permet de déplacer la vitesse de
synchronisme.
Le fait de garder le rapport U/f constant permet de
conserver le couple maximum.
A la fréquence de 50 Hz, la tension est égale à U nominale.

138
                                                                                                                                                                                                                                                                                               

139
140
141
142
Simulation d’un VDV

143
RESEAU

144
SE
E S
V IT
DE
UR
TE
I A
R
VA

145
146
147