Vous êtes sur la page 1sur 26

Gestion de la sécurité en

entreprise
1. Quelques définitions
a. Notion de sécurité
La sécurité est l’aptitude d’un système à
fonctionner en maîtrisant, à un niveau
acceptable, les risques pour les
personnes, les biens et l’environnement.
b. Notion de danger
• Le danger désigne une nuisance
potentielle pouvant porter atteinte aux
personnes, aux biens ou à
l’environnement.
c. Notion de Risque :

Le « risque » est la
probabilité (possibilité) de
survenance d’un
dommage résultant d’une
exposition à un danger.
Caractérisation du risque :

Le risque est caractérisé


par 2 critères:
la probabilité et la
gravité.
Plus la probabilité et
la gravité d’un
événement sont
élevées plus le risque
est élevé
2. Accidents du travail

a. Définition de l’AT
L’ AT est un accident qui se passe sur le lieu de
travail ou durant une tâche liée au travail.
L’accident est un évènement aléatoire et fortuit
qui entraîne des dommages vis-à-vis des
personnes, des biens ou de l’environnement et
qui entraîne un engagement de responsabilité
Action soudaine
Une lésion
Action violente
b. Accident de trajet
Accident survenu entre le lieu de travail et les
lieux de résidence principale et secondaire et le
lieu éventuel des repas.
Le parcours n’étant pas interrompu ou détourné
pour un motif dicté par l’intérêt personne.
Lieu habituel résidence
des repas principale
lieu de
travail
Trajet de résidence
mission secondaire
Typologie des AT

a. les accidents sans arrêt


  Ce sont les accidents sans entraîner d’arrêt de
travail ;
b. les accidents avec arrêt
  Ce sont les accidents ayant entraîné une
interruption de travail d’au moins un jour complet
en plus du jour au cours duquel l’accident est
survenu ;
 
c. Les accidents avec incapacité permanente
(IP)
  Ce sont les accidents ayant entraîné une
incapacité permanente indemnisée par la
Sécurité sociale ;

d. Les accidents mortels


  Ce sont les accidents ayant entraîné le décès de
la victime.
 
Les indicateurs de risques 

a. Taux de fréquence (Tf)
Il mesure le nombre d’accidents d’un groupe de
travailleurs pendant une période déterminée.
C’est le nombre d’accidents avec arrêt de
travail supérieur à un jour, survenus au cours
d'une période de 12 mois pour 1 000000
d’heures travaillées.

Nb d’AT avec arrêt x 1.000.000


Tf =
Nb d’heures travaillées
b. Taux de gravité (Tg)
Le taux de gravité représente le nombre de
journées perdues par incapacité temporaire
pour 1.000 heures travaillées.

Nb de journées perdues x 1000


Tg =
Nb d’heures travaillées
Causes des accident
1. Le facteur humain :
• manque de connaissance ou de compétence
• motivation incorrecte
• conditions physiques ou mentales
• degré d’alphabétisation ou aptitude
• abandon des mesures de protection

2. L'environnement
a. l'environnement immédiat : exposition à
des agents chimiques, biologiques, physiques,
mécaniques et agents psychosociaux
b. l'environnement organisationnel
• inadaptation du travail à la physiologie humaine
(horaires de travail, travail de nuit etc.…)
• inadaptation des machines à l’homme
• affectation à un poste dangereux sans préalable
d’informations et d’initiation au poste.
• non respect des nécessités physiologiques d’ambiance
(lumière – aération - éclairage etc.…)
• non surveillance médicale du travailleur
• fatigue et augmentation de la cadence de travail
3. Maladie professionnelle (MP)
• une MP est la conséquence d’une exposition plus
ou moins prolongée à un risque qui existe lors de
l’exercice habituel de la profession.
• A l’opposé des A.T qui sont pris en charge quelle
que soit la nature des lésions qui en découlent,
les M.P sont désignées; par des tableaux sur
arrêté ministériel (85 tableaux).
3 cas :
• MP figurant aux tableaux des maladies
professionnelles et contractée dans les
conditions précisées à ces tableaux.
• MP figurant aux tableaux des MP et n’a pas
été contractée dans les conditions
précisées à ces tableaux mais elle est
directement causée par le travail habituel de
la victime;

• MP ne figurant pas aux tableaux des MP


mais elle est directement causée par le travail
et qui a entraîné une IP du salarié d’au moins
25 % .
Tableau n° 11 : intoxication professionnelle par le tétrachlorure
de carbone
Combien coûte un AT ou une MP ?
a. Pour le travailleur

• le coût direct
- la perte de revenus;
- le risque de perdre son emploi;
- le coût du traitement médical.

• le coût indirect
- la souffrance causée au travailleur et à la famille.
b. Pour l’employeur
• le coût direct
- Paiement du travail non effectué;
- Frais médicaux et indemnités;
- Remplacement ou réparation des machines et
équipements endommagés;
- Réduction ou arrêt temporaire de la production;
- Réduction de la qualité du travail;
- Effet négatif sur le moral des autres travailleurs
• le coût indirect
- Le blessé ou le malade doit être remplacé;
- Il faut du temps pour que le nouveau travailleur
soit aussi productif que l'ancien;
- Il faut consacrer du temps aux enquêtes
obligatoires, à l'établissement de rapports et à
diverses formalités;
- Les accidents ont une influence négative sur les
relations entre travailleurs et employeurs;
- L’accident donne une image négative de
l'entreprise.
4. code du travail
• La loi 83-13 du 2 juillet 83, relative aux
accidents de travail et aux MP.
• Loi n°85-05 du 16/02/85 relative à la protection
et à la promotion de la santé (chap. IV art.76 :
Mesures de protection en milieu de travail).
• Loi 88-07 du 26/01/88 relative à l ’Hygiène, à la
Sécurité et à la médecine du travail.
• Décret exécutif 91-05 du 19 Janvier 91 relatif
aux prescriptions générales de protection
applicables en matière d’Hygiène et de Sécurité
en milieu de travail.
5. Garants de la sécurité en
entreprise
- La DG
- La DQHSE
- Les délégués du personnel
- Le comité de participation
- Les sections syndicales
- Les médecins du travail
- Le CHS
- Les employés
a. Le comité d’hygiène et de sécurité 
• Protection de la santé et
amélioration des
conditions de travail des
salariés.
• Analyse des risques et
des conditions de travail.
• Enquêtes après AT et
MP
• Formation «sécurité»
dans l’entreprise.
b. Direction Générale
• Elle doit prendre l’initiative de la promotion de la
sécurité au travail.
• Elle doit être convaincue que tout accident est le
résultat d’un dysfonctionnement dans
l’entreprise
c. Direction Sécurité Industriel
apporte aide et conseil dans la préparation et la
mise en œuvre d’une politique préventive en
matière de sécurité et d’hygiène du travail.
d. Le syndicat de l’entreprise
Il est porteur de revendications syndicales en
matière d’hygiène, de sécurité et de médecine
du travail.
e. Le Comité d’entreprise
Obligatoire dans les entreprises de plus de 20
employés. Il est informé et consulté sur :
• L’introduction de nouvelles technologies
• Les conditions de travail
• L’organisation du travail et de la technologie.
• L’hygiène et la sécurité (programme de formation)
f. Les Salariés
• Il incombe à chaque travailleur de prendre soin,
en fonction de sa formation et selon ses
possibilités, de sa sécurité et de sa santé ainsi
que de celles des autres personnes concernées
du fait de ses actes au travail.
g. Le médecin du travail
Son rôle consiste à éviter toute altération de la
santé des travailleurs en surveillant les
conditions d’hygiène de travail, les risques de
contagion et l’état de santé des travailleurs.
e. Organismes extérieurs à l’entreprise

• L’inspecteur du Travail
- contrôler l’application du code du travail en terme
d’hygiène et sécurité
- contrôler le respect des règles de prévention contre
les risques professionnels
- Conduire les enquêtes d’accidents et maladies
professionnelles.
• La CNASS
La sécurité sociale est l’assureur du risque
professionnel.
• Organismes de Vérification et de Contrôle
Les chefs d’entreprise ont l’obligation de faire
procéder à des contrôles périodiques des
installations par un personnel qualifié.

Ces organismes ont une mission triple :


• Rôle technique (contrôle des machines)
• Rôle de conseil auprès des entreprises
• Rôle d’expert pour apprécier un risque grave ou
assister le CHS.