Vous êtes sur la page 1sur 21

PATHOGENIE BACTERIENNE DES MALADIES

PARODONTALES
1 - INTRODUCTION

• Le biofilm (plaque bactérienne) est un véritable


consortium bactérien. Il s'établi sur les surfaces dentaires
au contact du parodonte, et s'organise en fonction
d'interactions spécifiques hiérarchisées qui déterminent
une répartition des espèces en colonisatrices primaires
inoffensives et secondaires pathogènes.
• Les bactéries du biofilm supra- et sous-gingival sont des
éléments essentiels pour l'apparition et le
développement de gingivites et de parodontites
(parodontopathies).
1 - INTRODUCTION

• Les micro-organismes impliqués dans ces


pathologies sont de mieux en mieux connus, et
leur identification peut aider dans le
diagnostic, le pronostic, la thérapeutique et la
réévaluation des maladies parodontales.
• Les parodontopathies sont des lésions
infectieuses à composante inflammatoire
modulées par des facteurs immunologiques
de l'hôte qui en déterminent l'évolution.
2 - HYPOTHESES SUR LA PATHOGENIE
BACTERIENNE DES PARODONTOPATHIES
• Si personne ne conteste le rôle du biofilm (la
plaque dentaire) dans l'inflammation gingivale,
deux théories s'affrontent sur la pathogenèse
des parodontopathies.
• La première école la plus ancienne, défend la
théorie non spécifique selon laquelle la
destruction des tissus de soutient de la dent
résulte de l'effet global de toutes les bactéries
présentes dans le sulcus.
2 - HYPOTHESES SUR LA PATHOGENIE
BACTERIENNE DES PARODONTOPATHIES
• Pour la seconde école, il existe une liste limitée de
germes pathogènes ou " pathogènes présomptifs"
spécifiques des parodontolyses, avec notamment :
Actinobacillus actinomycetemcomitans, Capnocytophaga
ochracea, Campylobacter rectus, Eikenella corrodens,
Fusobacterium nucleatum, Porphyromonas gingivalis,
Prevotella intermedia, Prevotella melaninogenica et
Treponema denticola
pour ne citer que les plus fréquemment décrits dans
la littérature .
3 - CRITERES DETERMINANT LE ROLE DU MICRO-ORGANISME
COMME AGENT PATHOGENE DANS LA MALADIE PARODONTALE

• Socransky a fourni les critères utilisés pour établir l'étiologie


bactérienne des maladies parodontales :
1. Le nombre des micro-organismes étiologiques dans la zone pathologique
doit être augmenté,
2. Si le micro-organisme étiologique est éliminé ou supprimé, la maladie
devrait s'arrêter.
3. La réaction de l'hôte peut fournir un guide important pour déterminer le
rôle de certains micro-organismes dans la maladie parodontale
4. De nombreuses bactéries anaérobies ont été impliquées dans l'étiologie
et/ou la progression des maladies parodontales.
5. La virulence bactérienne est un autre critère qui pourrait contribuer à la
détermination des pathogènes parodontaux responsables des maladies
parodontales destructives
4 - FACTEURS DE VIRULENCE DES BACTERIES
PARODONTO-PATHOGENES
• Les facteurs de virulence, multiples, des nombreuses
bactéries à potentiel parodonto-pathogène peuvent
être répartis en trois catégories :
1. ceux assurant la colonisation de l'espace parodontal
de l'hôte, où l'adhérence joue un rôle déterminant;
2. ceux intervenant dans le processus de destruction
tissulaire; et
3. ceux participant à la neutralisation des défenses
immunitaires de l'hôte.
Les facteurs de virulence des bactéries
CONCLUSION
• Le milieu buccal est un milieu complexe dans lequel
cohabitent un très grand nombre de micro-
organismes.
• L'état de santé parodontal est un équilibre fragile
entre l'agressivité de cet écosystème et la réponse de
l'hôte.
• Toute perturbation de cet équilibre engendre
l'apparition de manifestations cliniques infectieuses
et inflammatoires de type parodontite ou gingivite.
• Une meilleure connaissance de cet écosystème et de
ses perturbations permettra la mise en place de
meilleures stratégies thérapeutiques et de tests
diagnostiques, prédictifs ou pronostiques