Vous êtes sur la page 1sur 27

GESTION DES

PARAMETRES

1
Fichiers de paramètres d’initialisation
 Pour démarrer une instance ,le serveur Oracle
doit lire le fichier de paramètres
d’initialisation.Ce dernier peut être de 2 types :
Fichier de paramètres statique PFILE : (nommé
initSID.ORA)
Fichier de paramètres persistant SPFILE :
(nommé spfileSID.ora)

2
Init<SID>.ORA
 Fichier texte
 Il peut être modifié manuellement à l’aide d’un éditeur
du système d’exploitation
 Les modifications sont effectives au démarrage suivant
 Il ne peut être ouvert que lors du démarrage de
l’instance. s’il est modifié en cours l’instance doit être
interrompue et redémarré pour que les nouvelles
valeurs des paramètres soit effectives.
 Indispensable dans les postes clients
3
spfile<SID>.ORA
 Fichier binaire préféré
 Accessible par le serveur de BD
 Ne doit pas être modifié manuellement
 Moyen dynamique de gérer les paramètres
Modifications apportées par le serveur et ne nécessite
pas une installation en copie dans les postes client en
cas d’une connexion à distance

4
Contenu des fichiers de paramètres
d’initialisation
 Liste des paramètres d’instance
 Nom de la base de données à laquelle l’instance est
associé
 Affectation destinée aux structures mémoire de la SGA
(System Global Area)
 Utilisation des fichiers de journalisation
 Noms et emplacement des fichiers de contrôle
 Informations relatives aux segments d’annulation.
 Une instance peut présenter plusieurs fichiers de
paramètres d’initialisation afin d’optimiser les
performances dans certaines situations

5
Visualisation des paramètres

 Visualisation des valeurs des paramètres : SHOW PARAMETER


exemple : SHOW PARAMETER resource_limit

 Les paramètres par défaut peuvent être modifié en interactif avec :


 Oracle Entreprise Manager Console
 Nœud instance
-Configuration
 Bouton tous les paramètres d’initialisation

6
Modification des paramètres du
fichier d’initialisation
 AVEC LA COMMANDE : ALTER SYSTEM :
permet d’apporter des modification aux valeurs des paramètres et
d’indiquer si ces modifications sont temporaires ou persistantes
 Syntaxe :

ALTER SYSTEM SET <nom_paramètre> = <valeur_paramètre>


[COMMENT <texte>] [SCOPE = MEMORY | SPFILE | BOTH]
[SID = <nom du SID> | ‘*’]

7
nom_parametre : correspond au nom du paramètre à modifier
Valeur_paramètre : correspond à la valeur à affecter au paramètre
COMMENT : correspond à un commentaire à ajouter dans le fichier SPFILE
,en regard du paramètre modifié
SCOPE : indique si la modification est à apporter dans la mémoire ,dans le
fichier SPFILE ou dans les deux
MEMORY :modifie la valeur du paramètre uniquement dans l’instance en cours
SPFILE : modifie la valeur du paramètre uniquement dans le fichier SPFILE
BOTH : modifie la valeur du paramètre dans la mémoire et dans le fichier
SPFILE
SID :identifie le nom de l’instance Oracle (ORACLE_SID) du fichier
SPFILE utilisé.Il désigne le SID spécifique à utiliser lors de la
modification du fichier SPFILE.’*’ utilise le fichier SPFILE en cours.

8
Exemples
 Modifier le paramètre undo_sppress_errors à TRUE dans la mémoire
et dans le fichier SPFILE (modification persistante) :

ALTER SYSTEM SET undo_sppress_errors = TRUE SCOPE = BOTH

PRATIQUE
 Afficher le contenu des paramètres suivants : RESOURCE_LIMIT,SERIAL_REUSE,DB_CACHE_SIZE
 Modifier la valeur du parametre RESOURCE_LIMIT à FALSE en mémoire et dans le fichier spfile
 Modifier la valeur du paramètre SERIAL_REUSE à PLSQL
 Modifier la valeur du paramètre DB_CACHE_SIZE = 50000000

9
Utilisation de la vue V$PARAMETER
 Permet d’obtenir les valeurs des paramètres utilisés dans l’instance ORACLE en
cours.
 Les colonnes de v$parameters
 NAME : nom du parametre
 TYPE : type du parametre
 VALUE :la valeur
 ISDEFAULT : FALSE :s’il est initialisé par le fichier de paramètre TRUE :sinon
 Isxxx_MODIFIABLE : indique si le champ peut être modifié par session
(ISSES_MODIFIABLE) ou par instance (ISSYS_MODIFIABLE)

10
Utilisation de la vue V$PARAMETER
exemples
 select name,value,isdefault from v$parameter where name like 'db_block_size‘
 Affiche la taille dui block de la base de données .C’est un parametre initialisé par le fichier de parametre

 Select value,issys_modifiable from v$parameter where name like 'db_cache_size‘


 Indique que le parametre db_cache_size peut être immediatement modifié

11
Création d’un fichier spfile à partir d’un
fichier de paramètre standard
 On peut créer un fichier de parametre au format text « pfile »
à partir d’un fichier de parametre au format binaire « spfile »
avec la syntaxe suivante :
create pfile [=‘nom_pfile’]
From
Spfile [=‘nom_spfile’]
 On peut aussi créer un fichier de parametre spfile à partir d’un
fichier de paramètre text pfile
create spfile [=‘nom_spfile’]
From
pfile [=‘nom_pfile’];
12
DEMARRAGE ET
ARRET DE LA
BASE

13
démarrage d’une base de donnée
 Affectation de l’instance par defaut et connexion en mode SYSDBA:
>Set oracle_sid=dbdemo
>sqlplus /nolog : connexion à l
>connect system/manager as sysdba
 Possibilité de choix de l’état de démarrage selon différents niveaux
 Démarrage en mode NOMOUNT
 Démarrage en mode MOUNT
 Démarrage en mode OPEN
 Possibilité de démarrer en mode RESTREINT

14
Démarrage en mode nomount

15
Démarrage en mode NOMOUNT
STARTUP NOMOUNT
 Ne s’effectue qu’à la création d’une base de données ou à la recréation
des fichiers de contrôle

 Comprend les taches suivantes :


 La lecture des fichiers d’initialisation à partir du répertoire
$ORACLE_ORAHOME/dbs: spfileSID.ora ou spfile.ora ou initSID.ora
 L’affectation de la mémoire SGA
 Le démarrage des processus d’arrière-plan (SMON)
 L’ouverture des fichiers d’alerte et des fichiers trace

16
Démarrage en mode MOUNT
STARTUP MOUNT
 Principes :
 démarrer une instance et monter une base de données sans l’ouvrir.
 Association d’une base de données à une instance démarrée

 Opérations à réaliser :
 Maintenance (ex. renommer des fichiers de données,activer ou
désactiver des options d’archivage de fichiers de journalisation ,
effectuer une récupération complète de la base de données,… )

 Lecture des fichiers de contrôle pour extraire le nom et le statut des


fichiers de données et des fichiers de journalisation .

17
Démarrage en mode OPEN
STARTUP OPEN
 Principes :
 Ouvrir les fichiers de données en ligne
 Ouvrir les fichiers de journalisation en ligne

 le serveur Oracle vérifie que tous les fichiers de données et de


journalisation en ligne peuvent être ouvert

 Le serveur contrôle la cohérence de la base de données et donne accès


aux utilisateurs pour manipuler la BD.

18
OUVRIR UNE BD EN MODE D’ACCEES
RESTREINT
STARTUP RESTRICT
 Lors de la mise à jour des structures ou de l’import/export d’une base de données on
aura besoin de démarrer la base en mode restreint pour limiter l’accès uniquement aux
utilisateurs disposant du privilège RESTRICTED SESSION.

 On utilise la commande STARTUP pour restreindre l’accès à une base de données :


STARTUP RESTRICT

 On peut placer une instance de BD en mode restreint avec la commande ALTER


SYSTEM : ALTER SYSTEM ENABLE RESTRICTED SESSION.

19
 OPEN : permet aux utilisateurs d’accéder à la BD
 MOUNT :monte la base de données pour certaines tâches sans permettre
aux utilisateurs d’y accéder
 NOMOUNT :crée la mémoire SGA et lance les processus d’arrière plan sans
permettre d’accéder à la base ou de réaliser des opérations d’administration
à part la création d’une nouvelle base ou la reconfiguration des fichiers de
contrôle
 PFILE = FILENAME permet de configurer l’instance à partir d’un fichier
contenant des paramètres qui ne sont pas des paramètres par défaut
 FORCE : interrompt l’instance en cours ,puis exécute un nouveau
démarrage (équivalent d’un shutdown et startup)
 RESTRICT :n’autorise l’accès à la base de données qu’aux utilisateurs
disposant du privilège RESTRICTED SESSION.
 RECOVER : lance la procédure de restauration physique au démarrage de
la base de données
20
COMMANDE ALTER DATABASE
 Permet de faire passer la base de données du statut NOMOUNT à
MOUNT ou du statut MOUNT à OPEN :
ALTER DATABASE { MOUNT | OPEN }

 ALTER DATABASE OPEN [READ WRITE | READ ONLY]

21
COMMANDE STARTUP

 STARTUP :
Permet de démarrer l’instance et ouvrir la base de
donnée selon le mode choisit
Syntaxe : STARTUP [FORCE] [RESTRICT] [PFILE
= filename] [OPEN ] [RECOVER] [database] |
MOUNT |NOMOUNT]

22
ARRET DE LA BASE DE DONNEES
 Pour arrêter une base il faut se connecter en tant que SYSOPER OU
SYSDBA
 Syntaxe :
SHUTDOWN [NORMAL | TRANSACTIONAL | IMMEDIATE | ABORT]

23
 Normal :
 Aucune nouvelle connexion ne peut être établie
 Le serveur Oracle attend la déconnexion préalable de tous les
utilisateurs
 Les tampons de journalisation et de la base de données sont écrits
sur disque
 La récupération de l’instance n’est pas nécessaire au redémarrage
 TRANSACTIONNEL :
 Aucun client ne peut lancer une nouvelle transaction pour l’instance indiquée
 Le client est déconnecté lorsqu’il termine la transaction en cours
 La fin de toutes les transaction entraîne l’arret immédiat de la base de
données
 La récupération de l’instance n’est pas nécessaires lors du redémarrage

24
 IMMEDIATE :
 Les instructions SQL en cours de traitement ne sont pas terminées
 Le serveur Oracle n’attend pas la déconnexion des utilisateurs de la BD
 Oracle annule les transactions actives et déconnecte tous les utilisateurs
 Orale ferme et démonte la BD avant d’arreter l’instance
 La récupération de l’instance n’est pas nécessaire au redémarrage
 ABORD :
 Utile si l’arrêt en mode Normal et Immediate échoue.
 Les tampons de journalisation et de la base de données ne sont pas écrits sur
disque
 Les transactions non validés ne sont pas annulées
 L’instance est interrompue sans fermeture des fichiers
 La base de données n’est pas fermée ni démontée
 Une récupération est nécessaire au redémarrage , elle s’effectue
automatiquement.
25
Démarrage de l’instance Oracle avec un fichier
SPFILE
La commande STARTUP
 STARTUP permet de démarrer l’instance ORACLE avec le fichier
SPFILE nommé spfileSID.ora.
 Si aucun fichier spfileSID.ora n’est détecté ,le fichier SPFILE par
défaut est utilisé pour démarrer l’instance.
 Si aucun fichier SPFILE par défaut n’est détecté,le fichier
initSID.ORA est utilisé pour démarrer l’instance.
 L’ordre des priorité se résume comme suit :La base de données
connaît l'emplacement du fichier SPFILE et le recherchera au
démarrage afin d'y trouver les paramètres de démarrage. L'ordre
des recherches effectuées par la base de données est le suivant :
1-spfile<sid>.ora 2- spfile.ora 3- init<sid>.ora

26
ARRET DES SESSIONS UTILISATEURS
BD : KILL
 Après avoir placé l’instance en mode d’accès restreint ,il faut
procéder à la fermeture des sessions utilisateurs actives avant
d’effectuer des tâches administratives

 Syntaxe : ALTER SYSTEM KILL SESSION ‘integer 1,integer 2’


(valeur de la colonne SID et de la colonne SERIAL# de la vue
V$SESSION du Dictionnaire DD)
 Conséquence :
 le processus PMON effectue les tâches suivantes :
 Annulation de la transaction en cours
 Libération de tous les verrous de table ou de ligne
 Libération de toutes les ressources réservées par l’utilisateur

27