Vous êtes sur la page 1sur 16

DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

DIFFÉRENCES ESSENTIELLES

Le forage horizontal constitue l'évolution normale du forage dirigé.

 Les procédures standards de forage et les principes du forage dévié sont également
applicables au forage EDR et ou horizontal.

 Nouvelles techniques et procédures de forage ont été et sont toujours développées


spécifiquement pour les puits horizontaux.

☞ Coincement et repêchage. ☞Contrôle de la trajectoire.

☞ Frottements. ☞Boue de forage


appropriées.

☞ Conception de la garniture.
de forage et du BHA ☞Tendances des BHA.

☞ Importance de la profondeur
vertical (TVD). ☞Forage stratigraphique.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

COINCEMENT ET REPÊCHAGE

+ Temps de forage 
Les statistiques montrent : + l'inclinaison du puits 
+ Temps des instrumentation 

 CECI N'EST PAS TOUJOURS VRAI !!!


POURQUOI ?

 FATIGUE DE LA GARNITURE

• Les DPs sont moins sujettes à la fatigue  flambage est fct inverse de l'inclinaison.

• Les courbures et les vrilles dans la trajectoire sont normalement dans la partie basse du
puits, là où les DPs sont soumises à de faibles tensions et même en compression.

• Les vibrations sont amorties ou même non existantes aux inclinaisons élevées et dans la
section horizontale.

 PROBLÈMES INHÉRENTS AUX FORMATIONS

• Les réservoirs sont généralement tendres à moyennement durs.

• La lithologie d'un réservoir est souvent homogène.

• Généralement le tubage de production est placé à l’entrée de la section horizontale,


réduisant ainsi l'exposition de la garniture avec le trou ouvert.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

COINCEMENT ET REPÊCHAGE (suite)

 KEYSEATS

• Les key-seats se produisent aux endroits où les forces de contact entre les tiges et le
découvert sont importantes. Cette force de contact dépend de la courbure du puits et du
poids des tiges et de la force de tension ou de compression appliquée sur le train de
sonde.
• Des Key-seats peuvent donc se produire si l’on ne maîtrise pas cette force de contact.
• Si la force de contact dépasse un certain seuil, il peut y avoir apparition d’usure
exagérée du casing et donc de diminuer sa résistance.

 le phénomène de KEYSEAT n'est généralement pas un problème, toutefois le


phénomène d’usure de casing doit être éviter.

 PLANNING

• Le forage horizontal étant un domaine exigeant à la fois de grandes compétences et


une technologie avancée, davantage de soins sont pris lors de la préparation et de la
réalisation du puits, ainsi qu'avec les équipements.

 Dans le futur, quand le forage horizontal appartiendra au domaine de la routine, alors


on peut craindre une augmentation des coincements et des instrumentations.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

FROTTEMENTS
 La première surprise pour le foreur qui n'est pas familier avec le forage horizontal est
l'importance des frottements.

 Ceci est en fait le facteur limitant de la longueur maximale d'un drain horizontal.

 Les frottements se manifestent par un torque excessif, une variation importante du poids au
crochet, l'incapacité à transmettre du poids et à orienter l'outil.

 Le type de boue de forage est un facteur prépondérant pour les frottements (vers  ou vers ).

FROTTEMENTS VERS LE BAS

 Les frottements vers le bas sont très importants:


• La section inférieure de la garniture de forage ne génère plus de poids à l'outil, et de plus
l'effet latéral de la pesanteur sur la garniture engendre une friction qui augmente avec la
longueur de la section horizontale.
• Pour restaurer une force axiale suffisante au front de taille de l'outil, il est nécessaire
d'avoir recours au poids de la partie supérieure du train de forage.
 Problème majeur à surmonter lorsque l'on veut faire glisser un moteur coudé vers le bas.
• En mode de rotation:SWOB = DWOB (si le couple en surface reste constant)

• En mode de glissement: Les frottements peuvent être si importants que le poids total de la
garniture de forage doit être appliqué afin d'initier le glissement vers le bas.
 Longueur maximale de drain qui pourra être forée tout en maintenant la possibilité de glisser
ou d'orienter la garniture.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

FROTTEMENTS (suite)

FROTTEMENTS VERS LE HAUT

 Sont générés principalement par la friction des tiges de forage contre les parois du puits.

+ la tension du train de tiges 


+ la force poussant les tiges contre la paroi .
+ la courbure est prononcée

Précautions:

 La courbure du puits doit être amorcée le plus bas possible, à un niveau où la tension
dans le train de forage est faible.

 Planifier un gradient de build up progressif. Les dog-legs les plus forts sont ainsi
localisés à un niveau où la tension dans le train de forage est la plus faible. Au repos
dans cette situation les tiges de forage retrouvent toute leur flexibilité et passent
librement même dans des coudes prononcés.

 Les frottements axiaux se produisent également dans la partie verticale du puits où toute
variation d'inclinaison, même faible (non intentionnelle), peut masquer une brusque rupture
locale du profil du puits. Située à un niveau où les tiges sont soumises à une tension
importante, une telle irrégularité du profil peut générer des frottements considérables.

 En cas de coincement dans le drain, si une tension additionnelle est appliquée pour libérer la
garniture, les frottements augmentent très rapidement et empêchent cette force de traction
d'être transmise à la section coincée. Ce phénomène est appelé l'effet de cabestan (cathead
effect).
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

FROTTEMENTS (suite)

LECTURE DES FROTTEMENTS

 Section verticale: la variation de la charge au crochet lue au MD est  linéaire avec la


profondeur.

 A partir du KOP, les frottements devenant de plus en plus importants à mesure que l'inclinaison
augmente, cette variation n'est plus du tout linéaire.

☞ Aussi, à une profondeur donnée, doit-on distinguer les 3 différents poids de garniture suivants,
que le chef de poste et le superviseur de forage doivent mentionner quotidiennement sur les
rapports.

• Down weight (Slack off ): poids de la garniture en descendant, dans les conditions de trou
normales, sans rotation ni circulation, juste avant d'atteindre le fond.

• Pick up weight : poids de la garniture en remontant, dans les conditions de trou normales,
sans rotation ni circulation, juste au-dessus du fond.

• Rotating weight : poids de la garniture en rotation au-dessus du fond, sans mouvement de


réciprocation.

 Voir Fig. 1
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
VARIATION DU POIDS AU CROCHET EN FONCTION DE LA PROFONDEUR

HOOK LOAD (Tonnes)

KOP

BUILD UP

DOWN UP OVERPULL
SET DOWN DRAG DRAG
DRAIN

ROTATING WEIGHT

UP WEIGHT
DEPTH (m)

DOWN WEIGHT
Fig. 1
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
BHA et Conception de la garniture

Au balbutiement du forage horizontal (1980), la garniture typique était la suivante :

Outil + Moteur + STB + MWD + NMDCs + HWDPs + DCs + DPs.

Ce type de garniture générait un couple de forage très important, il fallait donc des rigs
puissants pour mettre en mouvement la garniture.

Plus tard la garniture fut allégée en remplaçant dans la section horizontale les HWDPs par
des tiges, et dans quelques cas les DCs remplacés par des HWDPs pour fournir le poids à
l'outil.

Outil + Moteur + STB + MWD +- NMDCs + DPs + HWDPs + DCs + DPs.


ou
Outil + Moteur + STB + MWD + NMDCs + DPs + HWDPs + DPs.

Une garniture standard de forage horizontal moderne ressemble à ceci :

Outil + Moteur + STB + MWD + NMDC + HWDP + Up Jar + 3 HWDPs + DPs +


HWDPs + Up/Down Jar + 3 HWDPs + DPs.

- Garniture la plus légère possible.


On minimise à la fois le torque et les frottements.
- Moins de surface de contact possible
avec les parois du puits.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
BHA et Conception du train de tige (suite)

La règle d'or est la suivante : S I M P L I C I T É

Minimiser le nombre des composants, aussi bien pour les garnitures de forage
rotationnel que de turboforage. Un seul stabilisateur (toujours sous-dimensionné)
placé au-dessus du moteur (steerable) est suffisant, sauf s'il y a risque de coincement.

Un suivi minutieux des conditions de flambage des tiges doit être effectué, mais l'expérience
montre que les valeurs limites peuvent être largement dépassées en mode de glissement (et
seulement en mode de glissement) sans casser ou déformer les tiges.

Si l'on envisage de forer en mode rotationel, il faut auparavant et impérativement


procéder à une analyse du flambage (buckling analysis). La connaissance préalable du
poids maximum admissible sur l'outil (WOB max) en mode rotary est essentielle. Tout
dépassement des valeurs limites de flambage entraîne alors des dommages sur les
tiges. Washouts et twistoffs sont une conséquence directe du "cowboy drilling".
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

PLACEMENT DES COULISSES


On peut utiliser une ou deux coulisses de forage (drilling jar).

Le dispositif à deux coulisses est comme suit :


 
 la coulisse inférieure : battra uniquement.vers le haut

 afin d'éviter tout risque de battage intempestif vers le bas durant le forage qui se
traduirait alors par l'endommagement possible du PDM, MWD et de l'outil.
 
 la coulisse supérieure : battra vers le bas et vers le haut.

La façon la plus sûre de descendre une coulisse pour éviter le risque de battage
accidentel est la position en tension.

La situation à éviter absolument est la position neutre,

 détérioration rapide possible à cause du changement rapide de l'état de


contrainte dans la zone de transition tension / compression.

Il est essentiel d'éviter d'avoir la coulisse au travers de dog-legs importants pendant


de longues heures de rotation car cela conduirait à la détérioration/défaillance de
la coulisse (phénomène de fatigue).
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX

IMPORTANCE DE LA PORFONDEUR VERTICALE


L'attention particulière à la profondeur verticale TVD est le point le plus important à retenir dans
n'importe quel puits horizontal si l'on veut éviter des épisodes douloureux tels que rebouchage et
sidetrack.

La réalisation d'un puits horizontal peut être divisée en deux phases :

 Forer et atterrir avec une inclinaison de  90° à une TVD spécifique avec un déplacement
horizontal donné.

 Forer et rester dans le drain cible, dont la tolérance peut varier de 1 à plus de 30 mètres.
Pour être couronnée de succès, la trajectoire doit demeurer à l'intérieur des limites TVD
ainsi définies pendant des centaines de mètres.

CONTRÔLE DE LA TRAJECTOIRE
 Le forage du drain horizontal peut être gêné ou rendu presque impossible si les sections
précédentes n'ont pas été forées selon de bonnes pratiques de forage.

 Les DLS dans la partie supérieure du puits vont accroître le torque, diminuant d'autant le
couple admissible à l'outil.

 La fatigue des tiges est aussi un problème : une tension importante combinée à des DLS sévères
induira une défaillance mécanique.

 Un profil tordu avant la section horizontale augmentera également les frottements en sliding
mode. L'orientation et le pilotage de la garniture peuvent devenir alors impossibles si le torque
disponible à l'outil est faible.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
BOUE DE FORAGE ET CONSIDÉRATIONS HYDRAULIQUES
Les principaux challenges rencontrés par le foreur lors du forage d'un puits horizontal sont :

 la stabilité des parois,

 l'évacuation des cuttings.

STABILITÉ DES PAROIS

• Maintien de l'équilibre chimique et physique entre la formation et la boue.

• La stabilité chimique d'un puits horizontal est la même que celle d'un puits vertical.

• la stabilité physique devient progressivement précaire à mesure que l'inclinaison augmente


et devient critique quand le puits atteint l'horizontale.

• La contrainte verticale (overburden stress) est significativement plus grande que les
contraintes horizontales.

• Dans une formation donnée, s'il suffit une densité de boue d pour maintenir la stabilité des
parois d’un puits vertical, il faut s’attendre à devoir utiliser une densité supérieure pour
prévenir le collapse des parois, au fur et à mesure que l’inclinaison augmente.

• Une densité de boue plus importante étant nécessaire pour empêcher l'effondrement du
puits, on augmente dans le même temps les risques de fracturation et pertes.

• Le foreur doit s'assurer que la densité équivalente en circulation ECD ainsi que la densité
en statique ont des valeurs raisonnables.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
BOUE DE FORAGE ET CONSIDÉRATIONS HYDRAULIQUES (suite)
ÉVACUATION DES CUTTINGS

Le nettoyage du trou est fct de l'inclinaison du puits. On distingue en gros 3 intervalles :

 Inclinaison <  40°:

• Le puits se comporte à peu près comme un puits vertical.


• Un régime d'écoulement laminaire combiné à une valeur de débit classique assure un
nettoyage satisfaisant du puits et l'élimination des cuttings.

  40° < Inclinaison <  65°:

• Les cuttings ont tendance à s'accumuler sur la paroi basse du puits et à former ainsi
un lit instable qui peut subitement glisser vers le bas lorsque l'on arrête les pompes.
• Intervalle extrêmement difficile à nettoyer et nécessite des vitesses annulaires de 60-
70 m/min.
• Régimes laminaire et turbulent donnent des résultats  semblables.

• En régime turbulent les formations fragiles ou peu consolidées s'érodent, aussi peut-
on préférer un régime laminaire assisté du pompage régulier de bouchons de faible
viscosité en turbulent (une viscosité faible favorise localement un régime turbulent).
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
BOUE DE FORAGE ET CONSIDÉRATIONS HYDRAULIQUES (suite)
ÉVACUATION DES CUTTINGS (suite)

 Inclinaison >  65°:

• Les cuttings s'accumulent sur la paroi basse du puits en un lit stable qui ne
glisse pratiquement plus vers le bas.

• Les cuttings les plus gros sédimentent les premiers et sont difficiles à enlever.

• Le régime turbulent combiné à la rotation des tiges constitue le moyen le plus


efficace pour disperser le lit de cuttings et nettoyer le puits.

• Dés qu’un lit de cuttings commence à se former, le contrôle des solides dans la
boue devient alors une difficulté majeure parce que les cuttings auront tendance
à être broyés en fines particules.
 Ces "fines" accroissent le pourcentage de LGS et donc la viscosité.
• Pour combattre l'augmentation de viscosité, il y a deux solutions :
 diluer la boue (onéreux),
 Augmenter l’efficacité du système de contrôle des solides.
• Il faut réagir promptement et efficacement dès les premiers symptômes de cette
situation : cela prend toujours du temps et de l'argent, mais la prévention est
toujours plus aisée (moins douloureuse) que la guérison.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
TENDANCES DES BHAS

Contrairement aux croyances, il n'y a rien de magique dans le comportement des garnitures à 90°.
Il n'y a pas subitement d'effet exponentiel dans la façon de chuter d'une garniture descendante ou
de monter pour une garniture ascendante. Ce sont les mêmes lois de physique qui s'appliquent.

 Garnitures montantes:
 
L'expérience montre que plus l'inclinaison est grande, plus le GBU est important. C'est toujours
vrai à 90°, mais il ne faut cependant pas espérer un accroissement spectaculaire du GBU entre 60
et 90°. Si l'on prend en compte la dimension du trou et des drill collars, le premier point de
contact dans la garniture, toutes les conditions restant les mêmes on s'aperçoit que le GBU ne
varie pas intrinsèquement beaucoup.

 Garnitures descendantes:
 
L'expérience montre que plus l'inclinaison est grande, plus le GDO est important. C'est encore vrai
à 90°, mais avec les mêmes remarques que pour les garnitures montantes.

 Contrôle de l'azimut:
 
Dans le drain horizontal la trajectoire n'est pas toujours rectiligne. La tendance de l'outil à
s'écarter de l'axe du trou (bit walk) et le comportement des formations traversées peuvent
nécessiter plusieurs corrections de trajectoire. Il faut alors être très attentif à ne pas perdre de vue
les variations d'inclinaison lors de la correction d'azimut.
DIFFÉRENCES ESSENTIELLES ENTRE PUITS VERTICAUX ET PUITS HORIZONTAUX
FORAGE STRATIGRAPHIQUE (GEOSTEERING)

 Le forage géologique est un type nouveau de forage directionnel.

 La progression du drain dans le réservoir est basée sur des données à la fois
géométriques et géologiques.

 La cible n'est plus une forme géométrique fixe en 3D (trois dimensions) mais un
espace mouvant et constamment remis à jour par les données/informations d'un
système MWD/LWD sophistiqué : c'est réellement du pilotage géologique
(geosteering).

 Ceci nécessite une approche différente à la fois sur le rig (management du forage
directionnel) et dans les bureaux du service géologie/réservoir de la compagnie
opératrice.

 Cela ne va pas sans difficultés car une cible mouvante pose des problèmes tant aux
foreurs dans la réalisation du drain qu'aux géologues dans leurs interprétations ou
théories.

Vous aimerez peut-être aussi