Vous êtes sur la page 1sur 13

HYDROLOGIE

Chapitre 1 :

Cycle de l’eau
Etats de l’eau

Le changement de phase de l'eau dépend essentiellement de la


température et de la pression mais aussi du degré de pollution
de l'atmosphère.
Mouvement de l’eau
 Le mouvement de l'eau dans la nature est régi par :
 l'énergie thermique solaire : circulation de l'air dans l'atmosphère
(surface terrestre inégalement réchauffée)
 la gravité : engendre des précipitations, de ruissellement,
d'infiltration et de courant de convection
 l'attraction solaire et lunaire : engendre des marées et des
courants marins
 la pression atmosphérique : déplacements horizontaux de l'air
 les forces intermoléculaires : phénomènes capillaires dans le sol
et viscosité qui influencent la vitesse d'écoulement
 les réactions chimiques, nucléaires et biologiques :
transformations par des êtres vivants
 les activités humaines : préservation ou perturbation de la
circulation de l’eau au niveau quantitatif et qualitatif
Cycle de l’eau
 L'ensemble des processus de transformation et de
transfert de l'eau forme le cycle hydrologique (appelé
aussi cycle de l’eau)
 C’est un concept qui englobe les phénomènes du
mouvement et du renouvellement des eaux sur la terre
 Cette définition implique que les mécanismes régissant
le cycle hydrologique ne surviennent pas seulement les
uns à la suite des autres, mais sont aussi concomitants.
 Le cycle hydrologique n'a donc ni commencement, ni
fin.
Cycle de l’eau
Cycle de l’eau
Cycle de l’eau

D’après Musy,
2006
Cycle de l’eau : Déroulement (1)
 Rayonnement solaire  l’eau s’évapore des surfaces de
sol et d’océans et entre dans l’atmosphère
 Elévation d'une masse d'air humide  Refroidissement
de l’air  Condensation de la vapeur d'eau sous forme
de gouttelettes  déplacement et circulation des
nuages  Précipitations
 Une partie de la pluie qui tombe peut être interceptée
par les végétaux puis être partiellement restituée sous
forme de vapeur à l'atmosphère.
 La partie de pluie non interceptée atteint le sol. elle peut
alors :
 s'évaporer directement du sol ;
 s'écouler en surface jusqu'aux cours d'eau ;
 s'infiltrer dans le sol.
Cycle de l’eau : Déroulement (2)
 La partie infiltrée peut alors:
 Être Stocker temporairement dans le sol.
 Percoler vers les zones plus profondes pour contribuer au
renouvellement des réserves de la nappe souterraine.
 L’eau des nappes souterraines peut aussi s’écouler pour
rejoindre la surface au niveau des sources ou des cours
d'eau.
 L’eau retenue par le sol et les surfaces d’eau subit par la
suite l'évaporation alors que l’eau retenue par les plantes
subit la transpiration
 Le cycle de l’eau est relancé
Cycle de l’eau : Bilan global
Stocks
Bilan en Mdm3

Atmosphère : 13 000

Glacier :27 500 000

Lacs et rivières : 200 000


Océan : 1 350 000 000

Aquifères souterrains : 8 400 000


Bilan Hydrologique :
Processus simplifiés

D’après Musy,
2006
Equation du Bilan Hydrologique
 L'équation du bilan hydrologique se base sur l'équation de
continuité et peut s'exprimer comme suit, pour une période
et un bassin donnés :

Variation du stock d’eau = Entrées – Sorties

 Entrées :
 Précipitations
 Sorties :
 Ruissellement
 Infiltration
 Evaporation
 Transpiration
Equation du Bilan Hydrologique
 L'équation du bilan hydrologique s’écrit alors :
ΔS = P – R – I – ET
 Avec :
 ΔS : Variation des réserves en eau (eaux souterraines, humidité
du sol, neige, glace) entre la fin et le début de la période
considérée [mm] ;
 P : Précipitations (liquide et solide) [mm] ;
 R : Ruissellement de surface [mm] ;
 I : Infiltration [mm] ;
 ET : Evapotranspiration [mm].

Vous aimerez peut-être aussi