Vous êtes sur la page 1sur 22

LA GESTION DU

RISQUE DE
CHANGE

Présenté par:
Encadré par :
PLAN:
Introduction
 Partie I: Notion du risque de change
 La naissance du risque de change
 L’identification de risque de change
 Le choix de la devise de facturation
 Partie II: Le cadre de la gestion de risque
 Le concept de position de change
 Les objectifs fondamentaux de la gestion du risque de change
 partie III: les techniques de la gestion du risque de change
 Les moyens de couverture interne
 Les méthodes externes de couverture

Conclusion
INTRODUCTION
comment se prémunir contre
le risque de change ?
PARTIE I: DU RISQUE DE
 CHANGE
La naissance du risque de change

 La position de change :

La notion du risque de change est fortement liée à la notion de position de change. Elle correspond à la différence entre
les devises possédées (ou à recevoir) et les devises dues (ou à livrer). Ainsi si les dettes l’emportent sur les créances, on dit que la
position est courte (sbort), à l’inverse on dira que la position est longue (long).

 Risque de change et exportations :


Lorsqu’un exportateur fait des propositions de prix ou présente un devis libelle en devises
étrangères, il se trouve en risque aléatoire de change car il ne sait pas si un contrat
commercial va naître suite à cette proposition. Il en est de même lorsque l’entreprise
pratique la vente à l’export sur catalogue, elle se trouve en risque aléatoire de change tout
au long de l’année.

 Risque de change et importations :

Lorsqu’une entreprise importe des produits semi-ouvrés ou des matières premières, libellés en devises, elle doit gérer
son risque de change entre la datte de facturation et la date de règlement. Si les produits importés rentrent dans la
production de produits finis, destinés, par exemple, à l’exportation, une mauvaise gestion du risque de change import
peut provoquer une augmentation du coût de revient et donc une perte de compétitivité à l’export.
 L’identification du risque

Le risque de change ne naît pas seulement au moment où s’effectue une transaction commerciale ou
financière libellée en devise étrangère.
En effet, l’entreprise pourrait se considérer en risque de change dès la signature du contrat, ou encore
avant qu’il y ait un enregistrement comptable

La date retenue peut varier d’une entreprise à l’autre ou au sein de la même firme selon que le risque de
change est certain ou incertain
 Le choix de la monnaie de facturation :

• Monnaie de référence de l’acheteur compte tenu de la relation entre sa devise locale et


le dollar par exemple

• Devise des recettes export de l’acheteur

• Financement en devise possible à des conditions plus avantageuses

• Monnaie de références des achats du vendeur (ou des intrants…) ainsi


des exportateurs français qui ont des coûts de production ou des coûts
d’achat en USD pourront préférer facturer en USD plutôt qu’en euro
PARTIE II: LE CADRE DE LA
GESTION DE RISQUE
 Le concept de position de change:
 On appelle position de change (PCH) d’une devise, à une date donnée, la somme algébrique Situation
de trésorerie dans la devise (trésorerie immédiate et disponible)
 La position de change mesure l’exposition instantanée de l’entreprise sur la devise considérée .

Situation de trésorerie dans la devise (trésorerie immédiate et disponible)


+ somme des montants à recevoir dans la devise
- somme des montants à décaisser dans la devise

 
PCH=0 : position de change fermée
PCH>0 : position de change longue
PCH<0 : Position de change courte
 les objectifs fondamentaux de la gestion du
risque de change :

 Une position fermée supprime le risque de change. Un principe fondamental de la gestion du


risque de change consiste donc à aménager la position de change pour arriver, par une
exposition inverse, à une position nulle.
 Un second principe dans la gestion du risque de change est donc la protection du cours :
l’exportateur préfère, à coût égal, une technique qui lui garantit un cours plancher et le fait
bénéficier de tout ou partie du gain de change ; l’importateur recherche la protection d’un
cours plafond qui limite la hausse du coût de ses approvisionnements sans l’empêcher de
profiter d’une dégradation de la devise
PARTIE III :LES TECHNIQUES DE
GESTION DE RISQUE
 Les moyens de couverture interne à
l’entreprise :

Moyens
interne

La Les clauses de
Le Le maillage Le Swap de
compensation change
termaillage devise
des flux contractuelle
 La compensation des flux :
L’entreprise qui réalise des opérations d’exportation et d’importation affecte le
paiement d’une créance en devises au règlement d’une dette libellée dans la
même monnaie. Il n’ya plus d’opération de change, donc pas de risque.

 Le termaillage :
Une bonne maîtrise des dates facilite la gestion du risque de change. D’une part,
en agissant sur les dates d’encaissement et de décaissement, il devient possible
de rapprocher les dates d’échéances et de faciliter la compensation. D’autre part,
le trésorier peut retarder un encaissement pour profiter d’une hausse de la
devise, ou chercher à l’accélérer en période de dépréciation. A l’importation, il
retarde le règlement en période de baisse et, si la devise s’apprécie, se procure
en avance les fonds nécessaires.
 Le maillage « netting » :

Les entreprises possédant des filiales à l’étranger peuvent mettre des centres
financiers de compensation des flux ce qui apporte, au niveau du groupe, les
avantages de la compensation et du termaillage. Seul le solde des flux
intragroupes est exposé au risque de change, et le centre de compensation
maîtrise parfaitement les dates d’apurement des différents comptes.

Il existe deux formes principales de compensation intragroupe :


En banque, par l’intermédiaire du regroupement sur un établissement
bancaire de l’ensemble des flux en devises des entités du groupe  ;
Hors banque, par la création d’une filiale financière spécialisée qui
peut se charger de la facturation et du suivi de l’ensemble des
encaissements et décaissements.
 Les clauses de changes contractuelles :
Les contrats de vente de biens d’équipement, de services et de travaux donnent parfois lieu à
une longue période de négociation(six mois à deux ans) et d’exécution(un à dix ans).
L’exportateur essaye d’imposer à son client une clause qui lie le cours de conversion à
l’évolution du marché des changes. Tout dépassement du seuil contractuel entraîne une
modification du prix en devises.

 Le swap de devises :
On appelle swap l’échange, entre deux sociétés, de deux prêts d’un montant équivalent
libellés dans deux devises différentes. L’opération permet de fermer la position de change
opérateur dans la devise de l’autre et donc de supprimer le risque de change. A l’échéance
du prêt, l’une des parties verse à l’autre la différence des intérêts.
 Les méthodes externes de couverture :
 La couverture du risque par les techniques
bancaires :

Le change à terme :


 Le change à terme est un contrat d’échange de devises à une échéance, le terme, entre le
banquier et son client. Le change à terme est un produit standard, proposé par toute les
banques dans toute les grandes places financières. Les quotidiens financiers et les principales
banques publient les cours à terme, c’est pourquoi on parle du marché à terme.
 Le change à terme fonctionne à la vente et à l’achat de devises. La vente à terme correspond
la situation de l’exportateur qui, à l’échéance, s’attend à recevoir le règlement en devises de
son client. L’importateur effectue un achat à terme pour s’assurer de la disponibilité des
devises nécessaires au règlement de son fournisseur. Par souci de clarté, nous adoptant ici le
point de vue de l’exportateur. Le lecteur se reportera à la fiche technique correspondante pour
une approche dans les deux sens.
 Exemple :

 Telerate nous donne (cas simplifié ne tenant compte que d’une vente de dollars contre l’euro, cas le
plus courant à l’export) :
 Cours au comptant (spot celui d’aujourd’hui) : 1EUR = 1,0000 USD.
 Cours à terme 1 mois
Cela signifie :

Que l’on s’attend à une dépréciation du dollar par rapport à l’euro ;


Que le contrat peut garantir la parité suivante : vente 1 EUR = 1,2000 USD.
Si un exportateur français attend le règlement en USD d’une vente de 120 000 USD dans un mois,
il est sûr d’obtenir
100 000 EUR avec un contrat de change à terme.

 Hypothèse 1 : Si le cours réel au moment où le paiement est effectué est de 1 EUR = 1,3000
USD, il a gagné à se couvrir.

 Hypothèse 2 : Si le cours est de1 EUR = 0,9000 USD, il a perdu à se couvrir (le dollar s’étant
apprécié par rapport à l’euro) .

 Hypothèse 3 : Si le cours est de 1 EUR = 1.1000 USD, il a aussi perdu à se couvrir (le dollar
s’étant bien déprécié, mais moins que prévu).
Parmi les avantages :
 Garantie d'un cours figé et garanti d'achat ou de vente à une date
donnée,
 Possibilité d'avancer ou de repousser l'échéance.

Parmi les inconvénients :


 Possibilité d'avancer ou de repousser l'échéance.
 Ne permet pas de bénéficier d'une évolution favorable des cours
•L’emprunt et l’avance en de vises :

Le banquier accompagne l’entreprise dans ses besoins de financement.

-L’avance en devise :
On parle d’avance en devises export lorsque le banquier prête à l’exportateur un montant équivalent à la
créance détenue sur un acheteur étranger. Cette technique apporte une couverture du risque de change et un
financement à l’entreprise.

-L’emprunt en devises :
Le principe de fonctionnement de l’emprunt est strictement identique à celui de l’avance en devises mais il
n’est pas attaché à une opération d’exportation. Il contribue au financement global de l’exploitation.
L’entreprise convertit immédiatement les devises empruntées et rembourse la banque avec le produit de
ses exportations.
• Les options sur devises :
 Les principes
L’option de change est instruments de couverture du risque de change qui donne droit à son acquéreur
de prendre livraison ou de se livrer une devise à cours et à une échéance convenue, en lui laissant le
choix de réaliser ou non la transaction précédemment définie

 L’acheteur d’une option obtient le droit, mais non l’obligation, d’effectuer l’opération sous-jacente
à l’option.
 Pour une option de vente (put), le droit mais non l’obligation de vendre les devises au prix
convenu,
 pour une option d’achat (call), le droit mais non l’obligation d’acheter les devises au prix convenu.
 Les produits d’assurance :
Dans le cadre des procédures gérées pour le compte de l’état, l’offre Coface se limite à
deux produits :
 L’assurance change négociation pour neutraliser le risque de change potentiel lorsqu’ils négocient au
coup par coup des affaires ponctuelles en devises dans le cadre d’un appel d’offre international ou dans
un contexte de concurrence international avéré ;
 L’assurance change contrat couvre les exportateurs contre le risque de change lié à la signature d’un
contrat commercial en devises et n’ayant pas accès au marché à terme.;
Ces produits d’assurance font partie du dispositif d’aide publique aux exportateurs, ils sont réservés aux
entreprises françaises fabriquant et exportant des produits français ou assimilés.
 La couverture du risque en période de négociation
 Typologie des produits:
Un produit adapté déclinable en deux version:
 L’assurance change négociation avec couverture à hauteur de 100% de la perte de
change
 L’assurance change négociation avec intéressement qui permet, en outre, de
bénéficier de 50% ou 70% de la hausse pendant la négociation commerciale. Le taux
d’intéressement est fixé dès la souscription de la garantie.

 Prime:
La prime varie en fonction de la durée de négociation, de la devise garantie, du choix ou
non d’un intéressement.
 Une partie est perçue dès la fixation du cours garanti(remboursable partiellement en
cas d’échec de vos négociations).
 Le solde de la prime n’est payable que si le contrat commercial est signé
 Un minimum de prime de 150 EUR est appliqué pour toutes les garanties.
 L’assurance change contrat:
 Descriptif:
L’ensemble des échéances du contrat d’exportation sont
couvertes à hauteur de 100% de la perte de change
 Prime:
Elle varie en fonction du délai nécessaire à la conclusion
et/ ou l’entrée en vigueur du contrat et de la devise
Elle est payée en totalité lors de la fixation du cours
garanti. Un minimum de prime de 150EUR est appliqué.
c l u s i o n
Co n