Vous êtes sur la page 1sur 73

Les bonnes pratiques du traitement d’eau

Section: 1
CHIMIE DE L’EAU

Pr Kherrat Rochdi

1
OBJECTIFS DE LA FORMATION
 
 
• Savoir lire et interpréter un bulletin d’analyses

• Calculer la dureté de l’eau en se basant sur les notions de TH , TAC, TA

• Savoir le type de dureté d’une eau a partir des valeurs de TAC et TH

• Savoir déterminer le caractère d’une eau a partir de différents Indice (Langelier,


Ryzenar, Stiff et Davis).

2
désignation Unité
   

    Eau de forage
     
Calcium (Ca++) mg/l 165
Magnésium (Mg++) mg/l 71
Sodium (Na+) mg/l 195
Potassium (K+) mg/l 3
Fer (Fe++) mg/l 0.01
Chlorures mg/l 284
Sulfates mg/l 412
Bicarbonates (HCO-3) mg/l 408
pH   7.26
Turbidité NTU 7
Conductivité a 25oC µS/cm 2080
Salinité g/l 1.10
4
5
Matières en suspension (MES)

6
• Matières en suspension

• Temps de décantation de différentes particules en fonction de leur taille

• Diamètre de la particule (mm) Type de particule Temps de décantation pour 30


cm

8
- Notion de turbidité
• Norme AFNOR NF T90-033 (juin 1992)
• ‘‘ La turbidité est la réduction de la transparence d’un liquide due à la
présence de matières non dissoutes ’’

NTU : Nephelometric Turbidity Unit

9
Les Matières En Suspension (MES) mg/L:

ce sont toutes les matières, organiques et minérales


non dissoutes (solides) contenues dans l’eau

10
Composition minérale des eaux

4 cations ions majeurs, 4 (à 5) anions majeurs, 1 espèce neutre


Charge et Masse molaire des majeurs:
CATIONS
Calcium Ca++ 40.1 mg / mmol
Magnesium Mg++ 24.3
Sodium Na+ 23.0
Potassium K+ 39.1
ANIONS
Bicarbonate HCO3- 61
(appelation correcte: Hydrogénocarbonate)
Sulfate SO42- 96
Nitrate NO3- 62
Fluor F- 18
Chlorures Cl -
35.5
ESPECE NEUTRE
Acide silicique SiO2° 60.1
(forme aqueuse Si(OH)4° 96.1)

5
D’autres éléments se trouvent à l’état de traces
As,
Cu,
Cd,
Mn,
Fe,
Zn,
Co
et Pb.
Milligramme par litre

Milligramme par litre mg/L

Il s’agit d’une expression pondérale considérant chaque élément pris isolément dans son milieu. Cette
expression ne donne aucune indication quand à la concentration d’un élément par rapport aux autres.

1 mg/L = 1 g/m3 = 1 ppm

6
Équivalent

Un sel est un ensemble électriquement neutre où les charges positives neutralisent les charges négatives. Le
nombre de charges positives ou négatives mises en œuvre dans cette neutralisation correspond à la valence du
corps.
De même, les réactions chimiques respectent cette neutralité électrique.

Équivalent = masse molaire / valence

Exemple :
1 équivalent Na Cl = ( 23 g + 35,5 g ) / 1 = 58,5 g

7
Milliéquivalent par litre

Milliéquivalent par litre meq/L

Étant donné que les masses de sels dissoutes dans l’eau sont très faibles, on a retenu le milliéquivalent par litre
qui correspond à la millième partie de l’équivalent.
Cation meq.l 1
Exemple: 1 équivalent Na Cl = ( 23 g + 35,5 g ) / 1 = 58,5 g
Ca2+ 20

1 meq/L de Na Cl = 58,5 mg/L Mg2+ 12,1


Na+ 23
K+ 39
NH4+ 18
Fe2+ 27
AI3+ 9

16
Degré français

Pour l’expression des titres, il est souvent fait appel à la notion de degré français ( ° f ) qui correspond à la
cinquième partie du milliéquivalent par litre.
1 °f = 1 meq/L / 5

Exemple : carbonate de calcium Ca CO3


Masse molaire Ca ++
= 40 g
Masse molaire CO3 --
= 60 g
équivalent Ca CO3 = ( 40 g + 60 g ) / 2 = 50 g
1 meq/L Ca CO3 = 50 mg/L
1 °f = 50 mg/L / 5 = 10 mg/L Ca CO3
1°f = 10 mg/L de CaCO3

NB pour passer du mg/L de l’ion considere au mg/L de CaCO3 il faut appliquer la

formule suivante 9
APPLICATION:

Il faudra convertir tous les cations et les anions en mg/L enCaCO3 ou en meq/L ou en en °f

Exemple:
Composition de l’eau
Ca2+ = 40 mg/L HCO3- = 183mg/L
Mg2+ = 24,2mg/L SO42- = 57,1mg/L
Na+ = 9,2mg/L Cl- = 6, 7 mg/L

Cations : 220mg/L en CaCO3


Ca2+ = 2 meq/L = 100mg/L en CaCO3 = 10°f

Mg2+ = 2 meq/L = 100mg/L en CaCO3 = 10°f

Na+ = 0,4 meq/L = 20mg/L en CaCO3 = 2°f

Anions : 219mg/L en CaCO3


SO42- = 1,18 meq/L = 59,5mg/L en CaCO3 = 5,95°f
HCO3 - = 3 meq/L = 150mg/L en CaCO3 = 15°f
18
Cl- = 0,19 meq/L = 9,5 mg/L en CaCO3 = 0,95°f
1. Qu’est qu’une eau dure ?
 La dureté totale d’une eau encore appelée titre hydrotimétrique (T.H) est
l’indicateur de la minéralisation de l’eau. Elle est surtout due aux ions calcium Ca2+ et
magnésium Mg2+.
Le TH peut se subdiviser en TCa (titre calcique) et TMg (titre en Mg) :
TCa + TMg = TH

 La dureté s’exprime en France en degré français (symbole : °f)


Ou en mg/l de CaCO3
1°f = 10 mg/l de CaCO3

Plage de valeurs du titre hydrotimétrique 


TH (°f) 0à7 7 à 15 15 à 25 25 à 42 > 42
très moyenne très
Eau douce ment dure
douce dure
dure
19
Exemple des sels de Calcium

Sel Cation Anion

Carbonate de calcium Ca CO3 Carbonate CO3- -

Bicarbonate de calcium Ca (HCO3)2 Bicarbonate HCO3-


Calcium
Sulfate de calcium Ca SO4 Ca + + Sulfate SO4- -

Chlorure de calcium Ca Cl2 Chlorure Cl -

Chaux Ca O Oxyde O --

20
Exemple des sels de Magnesium

Sel Cation Anion

Carbonate de magnésium Mg CO3 Carbonate CO3- -

Bicarbonate de magnésium Mg(HCO3)2 Bicarbonate HCO3-

magnésium
Sulfate de magnésium Mg SO4 Sulfate SO4- -
Mg + +
Chlorure de magnésium Mg Cl2 Chlorure Cl -

Magnésie Mg O Oxyde O --

21
Applications

22
La dureté de l'eau notée T.H. et se mesure par le calcul de la concentration
totale en ion calcium Ca2+ et magnésium Mg2+ avec la formule suivante :

T.H. = (masse de Ca2+ / 4 ) +( masse de Mg2+ / 2,42 )


en degrés Hydrotimétrique

23
Conséquences d’une eau dure :

 La dureté d'une eau n’est pas sans conséquence sur la santé humaine (OMS)
.

 Défaut majeur d’une eau dure : le tartre !!!

Le tartre est du carbonate de calcium ou du carbonate de magnésium


Ca2+(aq) + CO32-(aq) = CaCO3(s)

Mg2+(aq) + CO32-(aq) = MgCO3(s)

Le bicarbonate de calcium Ca(HCO3)2 est à la base de la formation de


carbonate de calcium.
La chaleur accélère cette transformation qui conduit au dépôt de calcaire et au
dégagement de gaz carbonique.
24
La formation du calcaire
Chaleur

carbonate
SOLUBLES dans l’eau
Ion
hydrogenocarbonate

SOLUBLE dans l’eau H2O etCO2

25
La formation du calcaire

carbonate de calcium Ion


Carbonate = calcaire
calcium

INSOLUBLE
SOLUBLE SOLUBLE
dans
dansl’eau dans
l’eau l’eau

26
Les méfaits du Tartre ?

• Entartrage des canalisations et des appareils électro-ménagers ;


• Lave-vaisselle, machine a laver, chauffe-eau, ballon d’eau chaude,
chaudière se détériorent ;
• Abaissement du rendement calorifique: production d’eau chaude
coûteuse ;
• Détérioration des joints ;
• Chasses d’eau, vannes et robinets qui se bloquent et fuitent ;
• Augmentation des dépenses en savons et détergents ;
• Linge rêche et grisaillant ;
• Vaisselle ternie ;
• La saveur des aliments cuits s’en trouve altérée ;
• Cheveux ternes ;
• Irritations de la peau chez certaines personnes ;
• Phénomènes de corrosion des tuyauteries, robinetteries et réservoirs à
l’intérieur des
bâtiments. 27
• Cheveux ternes ;
Inconvénients des dépôts de calcaire
Inconvénients des dépôts de calcaire

Résistance
d'un
chauffe-eau
alimenté en
réseau après
une
consommati
on de 37 m³
pendant 3
mois:1,02 Kg
de tartre
récupéré.   
Titres alcalimétriques TA, TAC, TAOH

Cas général :
L’eau contient des hydroxydes , carbonates et des bicarbonates.
Le titre alcalimétrique hydroxyde TAOH mesure les hydroxydes.
Le titre alcalimétrique TA, les hydroxydes et la moitié des carbonates.
Le titre alcalimétrique complet TAC la totalité des hydroxydes et des carbonates et des bicarbonates.

OH - CO3 - - HCO3 -

TAOH
TA

TAC

20
L'alcalinité d'une eau évalue sa concentration en anions abandants tels que les ions hydroxyde OH-, les ions carbonates
CO32-, et les bicarbonates HCO3-.

On distingue deux types d'alacalinité: l‘Alcalinité P relative au titrage utilisant l'indicateur coloré Phénolphtaléine, et
l‘Alcalinité totale, dite de type T ou M; utilisant l'indicateur coloré Méthyle.

on a les égalités suivantes

Alc T = Alc M = [OH- ] + [CO32 - ] + [HCO3- ]

Alc P = [OH- ] + (1/2)[CO32 - ]

TAC : alcalinité M ou bien Alcalinite T


TA: alcalinité P

31
32
Potentiel d’hydrogène pH

Le pH d’une solution est le cologarithme décimal de la concentration en ions


H+ de cette solution.

pH = 1 / log (H+)
Pour une eau pure il y a 10-7 ions H+, son pH est donc de :

pH = 1 / log 10-7 = 7
Si la concentration H+ est plus forte, le pH sera < à 7 et la solution sera dite
« acide ».
Si la concentration H+ est plus faible, le pH sera > à 7 et la solution sera dite
« alcaline » ou « basique ».

22
Potentiel d’hydrogène pH

neutre

acide alcaline

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
potable
23
35
37
TAC et TH

Quand la différence TH — TAC est positive et dans une eau naturelle, elle est dite représenter la dureté
permanente (ou liée aux sels d'acides forts), alors que le TAC lui-même est appelé dureté temporaire.
L'eau est dite bicarbonatée calcique et l'on a :

Dureté totale = Dureté permanente + Dureté temporaire

TH = (TH-TAC) + TAC

La dureté TAC est dite temporaire parce qu'elle est constituée par les seuls bicarbonates, ions qui
peuvent soit précipiter par la chaux sous forme CaCO3, soit précipiter par une forte élévation de
température.

42
Comparaison ENTRE TAC ET TH

a) TH = TAC : toute la dureté est carbonatée

b) TH > TAC : une partie de la durete est carbonatée et TH – TAC dureté non carbonatée (CaSO4, MgSO4, CaCl2, MgCl2,
etc).

c) TH < TAC : TAC – TH = carbonate des cations monovalents : NaHCO3, KHCO3, etc

Ex pour la composition de l’eau précitée : Pour un pH de l’eau = 7 on aura :

TA = 0

TAC = [HCO3-] = 150mg/Len CaCO3

TH = 199mg/L en CaCO3

TH - TAC = 199 – 150 = 49mg/L en CaCO3

49 mg/L dureté non carbonatée: CaCl2, CaSO4,


43
Conductivité et résistivité de l’eau

Elle quantifie la concentration globale en ions dissous. Plus la minéralisation de


l’eau est élevée, plus la concentration en ions dissous est élevée et plus la
conductivité électrique est grande.
Cette conductivité électrique est mesurée en microSiemens/cm mais est
généralement exprimée par son inverse qui est la résistivité électrique en
Ohm.cm.
Résistivité (ohm.cm) / conductivité (microSiemens/cm)
Unités:
Résistivité : [ m]; utilisée : [ cm].
Conductivité [S/m] ; utilisée : [S / cm]
Quelques exemples de valeurs de conductivité :
Eau distillée : 0,5 µS/cm
Eau de montagne : 1,0 µS/cm
Eau courante : 500 à 800 µS/cm
Eau potable : max 1055 µS/cm
Eau de mer : 56000 µS/cm

27
Conductivité

Sonde: Deux plaques métalliques de surface S et distance de séparation L.

Constante de cellule: Rapport L / S [cm-1], égale à 1 pour une surface S de 1 cm2 et une distance de séparation L de 1 cm des
deux plaques

La conductivité dépend sensiblement de la température de la


solution! On exprime la conductivité pour une température
.
équivalente de 20 (parfois 25) °C. Les conductivimètres élaborés
permettent l’affichage directe de la valeur corrigée en
température, par le biais d’une sonde de température et une
routine de conversion intégrée. Sinon c’est à vous de faire la surface S et distance de
conversion à l’aide de tables ou d’un tableur EXCEL! séparation L d’une cellule de
mesure conductivimétrique
La conductivité est utilise comme parameter de subtitut de la
salinité,
La régle de conversion est:
Salinité = 0,7 x conductivité S

mg/L S / cm L

Le coefficient peut varier de 0,55 a o,9 selon la composition de l’eau


Constante de Cellule
= L / S [cm-1]

28
Salinité ou minéralisation Calcul de la minéralisation à partir de la conductivité

Conductivité (μS/cm) à 20 °C Minéralisation (mg/L)

Conductivité< 50 μS/cm 1,365079 x conductivité (μS/cm) à 20 °C

Conductivité entre 50 et 166 μS/cm 0,947658 x conductivité (μS/cm) à 20 °C

Conductivité entre 166 et 333 μS/cm 0,769574 x conductivité (μS/cm) à 20 °C

Conductivité entre 333 et 833 μS/cm 0,715920 x conductivité (μS/cm) à 20 °C

Conductivité entre 833 et 10000 μS/cm 0,758544 x conductivité (μS/cm) à 20 °C

Conductivité > 10000 μS/cm 0,850432 x conductivité (μS/cm) à 20 °C

46
Salinité ou minéralisation

•L’évaporation peut entraîner des transformations de la structure de certains sels,


•Le séchage du résidu peut être accompagné du départ de l’eau incluse dans certains sels,
•Les matières organiques en solution subissent une volatilisation plus ou moins importante

47
Balance ionique (électroneutralité)

Pour une solution ionique, l'électroneutralité doit être respectée :


 
i zi Ci = 0
 
où : zi : valeur algébrique de la charge de l'ion
Ci : concentration de i

 la somme des charges positives (S+) est compensée par la somme des charges négatives (S-).
 
La balance ionique (BI) est un pourcentage d'écart entre ces deux sommes :

 + -  - .200
BI = + - en %
 + 

Si BI < 5 %, on considère compte tenu des erreurs analytiques que la balance ionique est bonne
(et donc notamment que les analyses sont correctes et qu'aucun ion important n'a été oublié).

29
Agressivité de l’eau

49
pHS : pH d’équilibre de saturation, il représente le pH que doit avoir une eau pour
que l’hydrogénocarbonate de calcium reste en équilibre
- Si pH = pHS, l’eau est à l’équilibre
- Si pH < pHS, l’eau est agressive (excès de CO2)
- Si pH > pHS, l’eau est incrustante (manque de CO2)

Agressivité de l’eau
Eau agressive : L'agressivité d'une eau est sa tendance à dissoudre du carbonate de calcium. Une eau
agressive est généralement corrosive mais l'inverse n'est pas vrai.

Corrosivité : La corrosivité d'une eau est définie par rapport à un métal; entre l'eau (électrolyte) et le métal
se produit un processus électrochimique qui conduit à la dissolution du métal et sa transformation en
oxydes insolubles ( dans le cas de l'acier, c'est la "rouille").
Il ne faut donc pas confondre agressivité et corrosivité d'une eau.

Eau incrustante : C'est la tendance qu'a une eau de déposer des sels alcalinoterreux, en général des sels de
calcium. Le "tartre" commun est le carbonate de calcium; toutefois il existe d'autres tartres, lesquels sont
les sels de calcium insolubles.

50
Agressivité de l’eau Indice de saturation ou de Langelier
IS = IL = pH (réel) – pHS

- Si IL > 0, l’eau est incrustante ou entartrante


- Si IL < 0, l’eau est agressive

Pour déterminer le pHS, il faut connaître :


-pH de l’eau
-THCa
-TAC
-Salinité totale
-Température

51
52
54
La mise en équation de ces abaques permet d’obtenir la formule suivante qui donne
le pH de saturation (pHs), avec une précision de 3 à 5 %.

pHs = 10,287 +(1,448 ×10−4 ×S)−(0,0197 × To) −log10 (THca × TAC)


avec S (mg/L) salinité,
T température,
THCa (degré français ) titre calcique,
TAC (degré français ) titre alcalimétrique complet.

55
Ex : Une eau contient

Ca2+ = 320mg/L = 810-3mol/L

HCO3- = 944mg/L = 15,510-3mol/L

TDS = 5000mg/L

pH = 8,19

Température = 20°C

La constante C à partir du graphe, TDS et température : C = 2,37

-log[Ca2+] = 2,10

-log[HCO3-] = 1,81

pHs = 2,37 + 2,10 + 1,81 = 6,28


56
■ Indice de Ryznar : Ir = 2pHs – pH
– Si Ir compris entre 4 et 5 : entartrage important ;
– Si Ir compris entre 5 et 6 : entartrage léger ;
– Si Ir compris entre 6 et 7 : eau équilibrée ;
– Si Ir compris entre 7 et 8 : eau agressive.

■ Indice de Puckorius : 2pHs – pHe


Avec : pHe = 1,485 log (TAC) + 4,54
L’interprétation en est la même que celle de l’indice de Ryznar.

■ Indice de Stiff et Davis (SDI)

Lorsque la salinité d’une eau est importante, comme dans le cas


des eaux saumâtres et eaux de mer (ST > 10 g/L), on se sert de
l’indice de Stiff et Davis : SDI = pH−pca −pTAC −K
avec pca = – log [Ca],
pTAC = – log [TAC],
K constante fonction de la force ionique de l’eau et de sa
Température

SDI < 0, Eau non entartrante SDI >0, il y a risque de précipitation de carbonate de calcium 57
Variation de la constante K (Stiff et Davis) en fonction de la force
ionique de l’eau et de sa température 58
Element Mg/L Mmol/L 1/2Ci Zi210-3
I= 1/2∑Ci Z2i = 693,510-3
 
K= 3,4 à 20°C à partir du graphe
Na+ 10700 465 232.5
Mg2+ 1300 53 106 pHs = - log(400/40)10-3 - log(1OO/61)10-3 + 3,40 =

Ca2+ 400 10 20 2 + 2,78 + 3,40


K+ 400 10 05
pHs = 8,18
Cl-
19400 546 273
l’index Stiff et Davis
SO42- 2700 28 56
HC03- 100 1,64 1 pH - pHs 7 – 8,18 = - 1,2

conclusion : eau agressive

59
DBO (demande biochimique en oxygène).

La DBO (demande biochimique en oxygène) exprime la quantité


d'oxygène nécessaire à la dégradation de la matière organique
biodégradable d'une eau par le développement de micro-
organismes.

Les conditions communément utilisées sont 5 jours à 20°C, à


l'abri de la lumière et de l'air ; on parle alors de la DBO5.

La   Demande Biochimique en Oxygène (DBO) mg d’O2/L:

elle exprime la quantité de matière organique biodégradable


présente dans l’eau.
C’est la quantité d’oxygène nécessaire à la destruction des
matières organiques grâce aux phénomènes d’oxydation par
voie aérobie.
DBO (demande biochimique en oxygène).

Son Rôle

Cette mesure est très utilisée pour le suivi des rejets des
stations d'épuration.
Elle donne une approximation de la charge en matières
organiques biodégradables.

 
 
Analyse Physico-Chimique de l’Eau

Échelle de valeurs de DBO5

Situation DBO5 (mg/l


d'O2)
Eau naturelle pure et <1
vive
 
 
Rivière légèrement 1 < c < 3
polluée
Égout 100 < c < 400
Rejet station 20 < c <40
d'épuration efficace
Elle est exprimée en mg de O2 consommé
La demande chimique en oxygène (DCO) mg d’O2/L:

Elle représente la teneur totale des matières oxydables contenues


dans l’eau

C’est aussi la quantité d’oxygène nécessaire pour oxyder par voie


chimiques toutes les matières organiques contenues dans l’eau.

DCO (Demande Chimique en Oxygène)

La DCO (demande chimique en oxygène)


exprime la quantité d'oxygène nécessaire pour
oxyder la matière organique d'une eau à l'aide
d'un oxydant, le bichromate de potassium.
COT : un paramètre significatif

90%
10%
Le COT (carbone organique total, représente, comme la DCO ou le DBO5
(ou en combinaison avec ces derniers), un paramètre composite important
dans la détermination de la contamination organiques des eaux.
Les liaisons C étant répertoriées et exprimées sous la forme de masse de
carbone, le COT constitue une grandeur absolue, définissable de manière
exacte, et dont la mesure est directe (unité : mg C/l).
Le COT ne permet cependant pas de faire d’assertion quant à l’oxydabilité
des carbones mesurés et de l’oxygène nécessaire à leur dégradation.

Dans certains pays européens, le COT a pris la place de la DCO comme para- mètre de
surveillance. En Allemagne, par exemple, les autorités utilisent, pour la surveillance de la DCO
dans les eaux urbaines résiduaires, le COT comme test de screening. Le seuil de DCO n’est pas
dépassé lorsque le quadruple de la valeur du COT (en mg/l) ne dépasse pas ce seuil.
HOW TO MEASURED TOC?
To detect TOC, we have to transform the organic matter into an anorganic form.
A typical natural way is combustion of wood