Vous êtes sur la page 1sur 39

Comptabilité

Analytique
Définition de la comptabilité analytique

La comptabilité analytique est un mode de traitement des données dont les objectifs
essentiels sont les suivants :
D’une part :
 Connaître les coûts des différentes fonctions assumées par l’entreprise ;
 Expliquer les résultats en calculant les coûts des produits pour les comparer
aux prix de ventes correspondants ;
D’autre part :
 Etablir les prévisions de charges et produits courants ;
 En constater la réalisation et expliquer les écarts qui en résultent ;
Objectifs de la comptabilité analytique

1- La comptabilité analytique décrit les événements qui se produisent à l’intérieur


de l’entreprise.

Biens et
Entreprise Produits
services

Comptabilité Comptabilité Comptabilité


générale analytique générale
2 - La comptabilité analytique fournit des informations correspondant aux besoins
d’analyse propres à l’entreprise ;
3 - La comptabilité analytique fournit des informations fréquemment et rapidement ;
4 - La comptabilité peut décrire l’avenir, et ensuite, comparer les réalisations aux
prévisions.

Fournir à la direction des informations préalables afin que celle-ci prenne ses
décisions et exercer son pouvoir de contrôle.
Comparaison entre la CAE et la CG

Critères de comparaison Comptabilité générale Comptabilité analytique

Au regard de la loi Obligatoire Facultative


Vision de l’entreprise Globale Détaillée
Horizons Passé Présent - futur
Natures des flux observés Externes Internes
Documents de base Externes Externes et internes
Classement des charges Par nature Par destination
Objectifs Financiers Économiques
Règles Rigides et normative Souples et évolutives
Utilisateurs Tiers + direction Tous les responsables
Nature de l’information Précise, certifiée, Rapide, pertinente,
formelle approchée
La notion de coûts

Sommes de charges relatives à un élément défini au sein du réseau comptable. Un


coût est défini par trois caractéristiques suivantes.
 Le champ d’application du calcul :un moyen d’exploitation, un produit, un
stade d’élaboration du produit…
 Le contenu : les charges retenues en totalité ou en partie pour une période
déterminée ;
 le moment de calcul : antérieur ou postérieur à la période considérée.
Moment de calcul des coûts
Fonction économique
Administration, distribution,
production…
Moyen d’exploitation
Magasin, rayon,bureau, usine,
Champ atelier, machine…
d’application Activité d’exploitation
u Marchandise vendue, produits
le e n
ia b o nt vendus, services vendus…
v ar C
Responsabilité
û t t
Co r ec Directeur technique, commercial,
di t chef d’atelier…
oût ple
C
c om û ts Autres champs
oût Co
d’exploitation
C s
tre
Au
La valorisation des stocks

1- Définition

Les stocks sont constitués de l’ensemble des biens qui interviennent dans le cycle
d’exploitation de l’entreprise pour être :
 Soit vendus en l’état
 Soit consommés au premier usage dans le processus de production de
l’entreprise
Stocks

Phase Phase de Phase de


d’approvisionnement production distribution

§         Marchandises §         Produits intermédiaires §         Produits finis


§         Matières premières §         Produits en-cours §         Produits résiduels
§         Matières consommables §         Emballages
§         Emballages §         Marchandises
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2- l’inventaire permanent

 Il permet de connaître à tout moment les stocks en valeur et en quantité, grâce à


la tenue systématique des fiches de stocks.
 La méthode de l’inventaire permanent détermine le stock théorique. Celui-ci doit
être systématiquement comparé au stock réel calculé à partir d’un inventaire
physique à la fin de l’exercice comptable.

On constate le plus souvent un écart entre le stock final théorique et le stocks final
réel, constituant une différence d’inventaire.

Stock réel > stock théorique Différence d’inventaire favorable

Stock réel < stock théorique Différence d’inventaire défavorable


3- valorisation des mouvements de stocks

Pour évaluer les stocks, il est nécessaire de valoriser : les entrées et les sorties.
 

Achats Stocks Production Stocks Distribution


 

Entrée en stock des Sortie de stock pour Entrée en stock de la Sortie de stock pour
approvisionnements la production production la vente
Entrées L1 C1 L2 C2 L3 C3 Sorties
évaluées pour
quels coûts ???

Les Entrées Les Sorties

Achat Production Production Distribution

Coût Coût de
d’achat production À valoriser selon les trois
méthodes proposées
Exemple des mouvements de stocks

L’entreprise FANDENGO utilise une matière première pour la fabrication de


produits semi-finis dans un atelier.
Le mois de mars, les entrées et les sorties ont été les suivantes :
1. 3 / Stocks initial de 1 000 kg à 4, 45 dhs le kg
5. 3 / bon de sortie n° 1 de 200 kg
9. 3 / bon de réception n°1 de 600 kg à 4, 50 dhs le kg
12. 3 / bon de sortie n° 2 de 250 kg
20. 3 / bon de sortie n° 3 de 150 kg
28. 3 / bon de réception n°2 de 500 kg à 4, 60 dhs le kg
28. 3 / bon de sortie n° 4 de 600 kg
28. 3 / bon de sortie n° 5 de 600 kg
28. 3 / bon de réception n° 3 de 200 kg à 5dh /kg
Lors de l’invetaire réel au 31 mars on a constaté une différence déf de 10% entre
le stock réel et le théorique
4- méthodes valorisation des mouvements de stocks

Les trois méthodes de valorisation des sorties de stocks sont :

 Méthodes du coût unitaire moyen pondéré en fin de période de référence ou


après chaque entrée (CUMP)

 Méthodes du premier entré / premier sorti (FIFO)

 Méthodes du dernier entré / premier sorti (LIFO)


 
Le passage des charges de la CG aux charges de la CAE

 La CAE doit fournir des informations économiquement significatives en matière


de coûts et de résultats. Ceci implique à l’évidence que les charges entrant dans son
réseau soient également économiquement significatives eu égard à l’activité de
l’entreprise.

 Les différences de conception entre la CAE et la CG conduisent à un retraitement


des charges de la CG pour déterminer les charges qui doivent entrer dans le réseau
de la CAE.
Les charges non incorporables :

Ce sont des charges qui ont été régulièrement comptabilisées en classe 6 suivant les
critères de la CG mais qui ne reflète pas les conditions normales d’une exploitation
de l’entreprise.
L’incorporation de ces charges viendraient artificiellement majorer le coût des
produits, empêchant de juger les évolutions significatives des coûts dans le temps. 

Les charges supplétives :

Ce sont des charges qui n’ont été pas comptabilisées en classe 6 suivant les critères de
la CG mais que la CAE retient.
Il s’agit de charges prises en compte chaque fois qu’un facteur de production est
utilisée gratuitement c’est à dire sans généré de charges.
L’incorporation des charges :

Charges incorporées Charges de la Charges non Charges


en CAE = CG
- incorporables
+ supplétives
+/- charges ajusteés
La méthode des coûts complets

 Ce
Cesont
sontdes
descoûts
coûtsobtenus
obtenusen
enincorporant
incorporantlalatotalité
totalitédes
descharges
chargesincorporées.
incorporées.

 Les
Les méthodes
méthodes de
de coûts
coûts complets
complets s’appuient
s’appuient sur
sur lala mise
mise en
en place
place d’une
d’une typologie
typologie
descharges
des chargesen
endirectes
directesetetcharges
chargesindirectes.
indirectes.
Charges incorporées de la CAE

Charges directes : leur affectation Charges indirectes : leur imputation


se fait sans hypothèses nécessitent un calcul intermédiaire
ou calcul intermédiaire avant leur imputation à un coût

Matières premières ; Dotations aux amortissements des


machines ;
Main d’œuvre directe ;
Frais d’entretien des machines ;
Frais de publicité spécifique à un
produit … Frais d’administration…
Traitement des charges indirectes :

Affectation Affectation
Charges
Grâce à des clés de En fonction des Objets de
répartition technico- unités d’œuvre coûts
Indirectes comptables (surfaces consommées par les
occupées, puissances objets de coût
installées…)

Centres d’analyse
Les centres d’analyse :

Uncentre
Un centred’analyse
d’analyseest
estune
unedivision
divisionde
del’unité
l’unitécomptable
comptableoù
oùsont
sontanalysés
analysésdes
deséléments
éléments
de charges
de charges indirectes
indirectes préalablement
préalablement àà leur
leur imputation
imputation aux
aux coûts
coûts des
des produits
produits
intéressés.
intéressés.

Centre d’analyse

Centres d’analyse auxiliaires : Centres d’analyse principaux :


Dont l’essentielle de l’activité est Dont l’essentielle de l’activité
Constitué de prestations de s’exerce
services à d’autres centres sur des produits

Centres d’analyse
Principaux opérationnels : Centres d’analyse
Principaux de structure :
Dont l’unité d’œuvre est
Dont l’unité d’œuvre est
une unité physique une assiette de frais
Les unités d’œuvre :

 L’unité
L’unitéd’œuvre
d’œuvreest estl’unité
l’unitéphysique
physiquepermettant
permettantdedemesurer
mesurerl’activité
l’activitédéployée
déployéepar
par
uncentre
un centreetetd’imputer
d’imputersessesprestations
prestationsaux
auxcoûts
coûtsde
deproduits.
produits.
 Le
Lechoix
choixdedel’unité
l’unitéd’œuvre
d’œuvrepeutpeutêtre
être::
 La
Lamain
maind’œuvre
d’œuvredirecte
directe
 L’heure
L’heuremachine
machine
 Le
Lenombre
nombrede deunités
unitésdedematières
matières… …
 Le
Lecalcul
calculdu
ducoût
coûtde
del’unité
l’unitéd’œuvre,
d’œuvre,pour
pourune
unepériode
périodedonnée,
donnée,estestlelequotient
quotient::

Coût du centre d’analyse

Nombres d’unités d’œuvre fournies

 L’imputation
L’imputationdu
ducoût
coûtdu
ducentre
centreaux
auxcoûts
coûtsde
deproduits
produitsse
sefera
feraproportionnellement
proportionnellement
aunombre
au nombred’unités
d’unitésd’œuvre
d’œuvreconsommées
consomméesparparleleproduits
produitsobjets
objetsde
decoûts.
coûts.
Les grandes étapes du calcul des coûts :

Coût d’achat des


matières et fournitures

Coût de production
des produits vendus

+
Coûts de distribution
=
Coût de revient
 Coût
Coûtd’achat
d’achat==prix
prixd’achat
d’achat+frais
+fraisaccessoires
accessoiresd’achat
d’achat++les
lescharges
charges
indirectesd’approvisionnement
indirectes d’approvisionnement

 Coût
Coûtde
deproduction
production==coût
coûtd’achat
d’achatdes
desmatières
matièrespremières
premièresetetfournitures
fournitures
consommables++main
consommables maind’œuvre
d’œuvredirectes
directes++les
lescharges
chargesindirectes
indirectesde
de
production
production

 Coût
Coûtdededistribution
distribution==les
lescharges
chargesdirectes
directescommerciales
commerciales++les
lescharges
charges
indirectesde
indirectes dedistribution
distribution

 Coût
Coûtde
derevient
revient==Coût
Coûtde
deproduction
production++Coût
Coûtde
dedistribution
distribution++Coût
Coûthors
hors
production
production
Organisation générale de la méthode :

Charges de
Charges d’achat Charges de production Frais généraux
distribution

Charges Charges
directes CA CI CA CI CA CI CA CI
directes
Charges
directes
Coût d’achats de stocks
matières achetées

Coût de production des produits fabriqués stocks

Coût de Quote-part des


Coût de production des produits vendus
distribution frais généraux

Coût hors production


Coût de revient des produits vendus
La méthode des coûts partiels

 Ce
Ce sont
sont des
des coûts
coûts obtenus
obtenus en
en incorporant
incorporant qu’une
qu’une partie
partie des
des charges
charges
pertinentesen
pertinentes enfonction
fonctionduduproblème
problèmetraité.
traité.

 Les
Les méthodes
méthodes dede coûts
coûts partiels
partiels s’appuient
s’appuient donc
donc sur
sur lala mise
mise en
en place
place
d’unetypologie
d’une typologiedes
descharges
charges

Charges Directes Charges Indirectes

Charges variables

Charges Fixes
La méthode des coûts partiels

AAcourt
courtterme,
terme,ililn’est
n’estpas
paspossible
possibled’agir
d’agirsur
surles
lescharges
chargesfixes
fixes(préavis
(préavisàà
respecter,repreneur
respecter, repreneurààtrouver,
trouver,…)…)
Sion
Si onarrête
arrêtelalacommercialisation
commercialisationd’un
d’unproduit
produitononperd
perdleleCA
CAeteton
on
économiseuniquement
économise uniquementles lescharges
chargesvariables
variables(CV).
(CV).
IlIlfaut
fautdonc
doncregarder
regarderlalamarge
margesur
surcoût
coûtvariable
variable(MSCV
(MSCV
 Ce sont des charges qui varient
Charges variables
avec le volume d’activité de
l’entreprise.

Charges fixes  Ce sont des charges indépendantes


du volume d’activité de l’entreprise.

charges charges

y = ax y=a

activité activité
• Le compte de résultat différentiel
– L’utilisation des charges variables permet de mettre en
évidence des résultats intermédiaires par le calcul de
coûts partiels et de marges.

Résultat  Différence entre prix de vente et coût de


revient

Marge  Différence entre le prix de vente et un coût


partiel ; on obtient plusieurs marges qui se
définissent par référence au coût partiel qui a
permis leur calcul.
Par rapport à un coût variable ; on obtient une marge sur coût
variable.

Chiffre d’affaires : CA
PxQ

Charges variables : CV

Marges/coûts variables
CA – CV

Charges fixes : CF Résultat


Les trois notions, chiffre d’affaire, charges variables et marges
sur coûts variable, sont proportionnelles aux quantités.
Ainsi sont définis :

Taux de charges variables  Rapport des charges variables totales sur


le chiffre d’affaires.

TCV = CV / CA

Taux de marges sur  Rapport entre la marge sur coût


coûts variables
variable et le chiffre d’affaires.

TMCV = MCV / CA
La méthode des coûts partiels

 MSCV < 0  arrêter le produit


 MSCV > 0  maintient du produit (à court
terme)
Seuil de rentabilité
• Seuil de rentabilité
CA tel que MCV=CF

ou MCV/CA = CF/CA

taux de marge = CF/CA


graphique

M/CV
En dh

CF

SR CA en dh
application
Lasociété
La sociétéBMW
BMWproduit
produittrois
troisproduits
produitsA,B
A,BetetC.
C.leleCF
CFglobal
globalest
est
de11000.
de 11000.

Produit A B C
CA 15 000 25 000 40 000
CV 11 500 18 000 35 500
MSCV
MSCV totale
Cf specifique 100 50 75
M/CF sp
CF
Résultat
• Les produits à développer sont ceux
dont le taux de MSCV est le plus élevé
• Taux de MSCV = MSCV / CA :
A = ?; B = ?;C = ?
• Ne pas oublier les éléments stratégiques
(cycle de vie, produit d’appel, ….)
Sur le long terme

• Sur le long terme


• Possibilité d’économiser les charges fixes
non communes,
• Coût pertinent = coût spécifique
Le recours à la sous-traitance
• Le recours à la sous-traitance permet
d’économiser les charges variables (CV)
mais pas les charges fixes.
• Coût pertinent = coût variable
Une commande spéciale
Tant que la capacité de production n’est pas
saturée
• On considère que les charges fixes sont
absorbées par l’activité normale.
• Le prix de vente n’a donc à couvrir que le coût
variable.
• Mais : attention à vérifier l’étanchéité du
marché.