Vous êtes sur la page 1sur 13

Troisième partie

TRADING SUR LES OPERATIONS DE


TAUX D’INTERET
Dr. Modou DIENG
modou.dieng@uadb.edu.sn
Introduction
• Les organisations, dans la plupart de leurs
activités, sont exposées à de nombreux
risques : les risques de dommages sur les
biens indispensables à l’exploitation, les
risques de mise en cause de la responsabilité
de l’entreprise, les risques de contrepartie et
les risques financiers (risque de change, risque
de taux…).
I- Définition
Selon J.P. Jobard, P. Navatte et P. Raimbourg,
finance, Dalloz, 1994, P350 : « le risque de
taux d’intérêt est le risque que fait courir à
tout porteur d’une dette ou d’une créance,
présente, future ou conditionnelle, à taux fixe
ou à taux variable, l’évolution ultérieure des
taux ».
I- Définition
La position de taux mesure l’exposition de
l’entreprise au risque de taux, elle regroupe
tous les engagements et les avoirs de
l’entreprise, actuels, futurs ou conditionnels, à
taux fixe et à taux variables.
I- Définition
• Pour calculer la position de taux, l’entreprise doit
construire un échéancier des impasses, c'est-à-dire pour
chaque échéance, il procède à l’adossement des avoirs
et des engagements.
• Les échéances les plus couramment utilisées sont : 0-1
mois, 6mois-1an, 1-2ans, 2-5 ans, 5-10 ans et de +10ans.
La position de taux est également souvent suivie par
mois sur un an glissant.
• Lorsque les éléments de l’actif sont supérieurs aux
composants du passif d’une même échéance, l’impasse
est dite positive, et négative dans le cas contraire.
II- Le forward-forward (terme contre
terme)
• Le Fwd-fwd fixe aujourd’hui les conditions de
taux et de volume d’un financement ou d’un
placement futur. Ainsi l’entreprise s’assure à
la fois de la réalisation et de la couverture de
son opération.
• Acheter un terme contre terme correspond à
mettre en place un emprunt différé, tandis
que vendre un terme contre terme revient à
effectuer un placement différé
II- Le forward-forward (terme contre
terme)
• Une opération de forward-forward compte
deux phases : la période d’attente (N1) et la
période d’engagement (N2)
• Schématiquement on a :
Date de signature du contrat Période d’attente période d’engagement échéance du contrat

<--------N1, T1----------->< --------N2 , T2----------- >

N3,T3

Soient Ni les durées, Ti les taux correspondants et M le montant nominal du contrat


II- Le forward-forward (terme contre
terme)
• Constructions du taux à terme dans le cadre d’un
emprunt :
• Une entreprise doit emprunter M dans N1 pour
une période N2 (N2 dans N1), craignant une
hausse des taux d’intérêt, elle bloque son taux
dès maintenant en négociant un terme contre
terme avec son banquier.
• A cette date, les conditions sur le marché
interbancaire sont les suivantes :
• T1 : T1(-) – T1(+)
• T3 : T3 (-) – T3 (+)
II- Le forward-forward (terme contre
terme)
• Stratégie du banquier
• Le banquier emprunte aujourd’hui pendant T3 un certain montant X
qu’elle place ensuite dans N1 pour honorer son contrat avec sa
contrepartie
• . Quel montant X faut-il placer dans N1 à T1(-) pour obtenir M :
• X*(1+T1 (-)*N1/360)=M
• . Quel montant Y la banque devra-t-elle rembourser son emprunt dans N3
au taux T3 (+)
• Y=X*(1+T3(+)*N3/360).
• . A quel taux faut-il prêter M pendant N2 pour obtenir à l’échéance Y-M
• Y-M=M*TG *N2/360
• X(1+T3(+)*N3/360-1+T1 (-)*N1/360)= X*(1+T1 (-)*N1/360* TG *N2/360
• TG =( T3(+)*N3- T1(-)*N1)/[ N2*(1+T1 (-)*N1/360)]
• Le taux minimum garanti par le banquier est donc TG, auquel celui-ci
ajoutera sa marge
II- Le forward-forward (terme contre
terme)
• Dans le cadre d’un placement, on aura:
• TG =( T3(-)*N3- T1(+)*N1)/[ N2*(1+T1 (+)*N1/360)]
• Le taux maximum garanti par le banquier est
donc TG, auquel celui-ci retranchera la marge
III- Le FRA
Le FRA (Forward Rate Agreement) est proche du
terme contre terme, mais dissocie la garantie de
taux de l’emprunt ou du placement de la mise en
place de l’opération. A l’échéance du contrat, au
lieu de mettre en place l’emprunt ou le
placement, il y a simplement paiement de la
différence entre le taux garanti et le taux de
référence (prévu dans le contrat) constaté sur le
marché. Le taux de référence est souvent un taux
du marché monétaire.
III- Le FRA
• Dans le cas d’un emprunt, si le taux de référence est
supérieur au taux garanti, la banque paie le différentiel à
l’entreprise ; dans le cas contraire c’est l’entreprise qui règle
le différentiel.
• La convention est de calculer le différentiel est de calculer le
différentiel en montant précompté, actualisé à l’échéance du
contrat de FRA avec sa banque au taux du marché.
III- Le FRA
L’entreprise est alors libre d’emprunter à sa
banque, ou à une autre si elle le souhaite, au
taux du marché. Le montant qu’elle a reçu
grâce au contrat de FRA compense le manque
à gagner sur les frais de son emprunt.

Vous aimerez peut-être aussi