Vous êtes sur la page 1sur 20

LES ÉTUDES CLINIQUES

L’épidémiologie clinique
L’épidémiologie clinique est la discipline médicale
qui vise à appliquer des méthodes
scientifiques pour obtenir la solution de
problèmes cliniques:
• cause des maladies: études étiologiques
• mise en évidence de ces maladies: études
diagnostiques
• devenir des malades atteints:études pronostiques
• influence du traitement médical sur l’évolution des
maladies: études thérapeutiques
Méthodes
• L’épidémiologie clinique va recourir aux méthodes de la
médecine clinique, de l’épidémiologie classique et des
sciences fondamentales (laboratoire).
• Contrairement à la médecine clinique qui s’adresse aux
problèmes d’un individu donné, l’épidémiologie clinique
s’adressera à des groupes d’individus et adaptera à leur étude
les méthodes statistiques utilisées en épidémiologie classique.
• Contrairement aux sciences fondamentales qui sont étudiées
au laboratoire dans des conditions expérimentales bien
définissables, l’épidémiologie clinique étudie des groupes
d’êtres humains avec toutes les limitations que cela peut
entraîner.
LES GRANDS TYPES
D’ÉTUDES CLINIQUES
La manœuvre

Dans les études cliniques, il existe


toujours une manœuvre que ce soit un
traitement, un agent causal ou une
mesure préventive.
On distinguera:
• Expérience (experiment)
• Observation (survey)
OBSERVATION
La manœuvre n’y est pas le fait de
l’investigateur mais peut être celui de
la nature (ex. mutation d’un gène), d’un
individu (ex. tabagisme), d’un accident
(ex. exposition accidentelle à des
radiations) ou d’un médecin (ex.
toxicité d’une chimiothérapie).
EXPERIENCE
la manœuvre est choisie et décidée
(éventuellement avec l’aide d’une
randomisation) par l’investigateur,
selon un plan préétabli (protocole de
recherche clinique)
Direction du suivi TEMPOREL
d’une population
• Prospective : on étudie ce que la manœuvre
entraînera dans une population définie, suivie
dans le temps, appelée “cohorte”.
• Transversale : (“cross sectional”) : on recueille
des informations une seule fois pour chaque
individu dans une population définie
(observations ponctuelles).
• Rétrospective : on recherche et étudie les
variables a posteriori dans une population définie
L’enquête cas-témoins
(“case-control studies”)
• type particulier d’étude transversale où l’on
définit des malades et des non malades (témoins)
et où l’on détermine a posteriori (rétrospective)
s’ils ont été exposés ou non à la manœuvre.
• peuvent avoir une composante prospective, selon
que l’on privilégie un axe de classification
chronologique (les malades ont-ils été exposés ?)
ou un axe d’échantillonnage (les exposés
développeront-ils la maladie ?)
Les taux (rates) en
épidémiologie clinique
• Incidence : fréquence d’un événement dans une cohorte*
dénominateur = nombre d’individus de la population étudiée
(cohorte)
* intervalle de temps du suivi de la cohorte
* numérateur : nombre d’individus de la cohorte ayant
présenté l’événement
• Prévalence : fréquence d’un événement (antécédent ou
concomitant) dans une étude transversale
* dénominateur = nombre d’individus de la population étudiée
* numérateur = nombre d’individus de la population ayant
présenté l’événement
La collecte des données

• prolective si les données sont collectées


dans le cadre d’une étude de cohorte
(prospective) suivant une description, une
planification et un objectif bien définis
• rétrolective si elles sont recueillies en
dehors de ce contexte précis (on peut
donc faire une analyse rétrolective d’une
étude prospective !)
L’ANALYSE STATISTIQUE
Rôle
• Toute étude clinique repose sur l’analyse d’un échantillon
d’une population qui comprend l ’ensemble des personnes
concernées par le problème étudié et que l’on ne pourra
jamais étudié directement
• La statistique vise à évaluer les risques aléatoires que
l’échantillon ne soit pas représentatif de la population en
raison de la variabilité dans les sciences de la vie
• La statistique ne permet pas d ’évaluer les erreurs
systématiques !
Les deux types de statistiques

• La statistique descriptive: décrit l’échantillon


• L’inférence statistique: tire des conclusions en
utilisant le calcul des probabilités
Statistique descriptive
• Effectif de l’échantillon • Rapports et taux: ex
• Paramètres de tendance mortalité
centrale: moyenne, • Représentation graphique
médiane de la distribution des
• Paramètres de dispersion: données: tableaux,
variance (s²), écart-type graphes, histogramme
(s)
• Valeurs extrêmes
Inférence statistique:
intervalle de confiance

L’intervalle de confiance (IC ou CI) de


l ’estimateur p avec un niveau de confiance 1-
évalue le pourcentage de chance (souvent fixé
à 95%) que la proportion théorique inconnue P
soit contenue dans l’intervalle.
Inférence statistique: tests
d’hypothèse 1
Hypothèse nulle Ho: absence d’association entre
le facteur étudié et le critère de jugement ou de
différence entre les valeurs moyennes ou les
proportions observées dans les différents groupes
sous-entend que toute association est
différence observée est due à la seule chance (c-à-
d au hasard de l ’échantillonnage)
Inférence statistique: tests
d’hypothèse 2
• Test statistique: permet de calculer la probabilité
d ’observer une telle association ou différence du simple
fait du hasard
• Rejet Ho: on considère qu’en dessous d’une certaine
valeur (souvent fixée à 5%), la probabilité est trop faible
pour expliquer par le seul hasard l’association ou
différence et on accepte l’hypothèse alternative H1, c-à-
d celle que l ’on voulait vérifier, l’existence d’une
association ou différence
Les erreurs potentielles
• Erreur de type I ou de première espèce: rejet Ho
alors que Ho est vraie la probabilité de
commettre cette erreur est 
• Erreur de type II ou de deuxième espèce: accepter
Ho alors que Ho est fausse la probabilité
de commettre cette erreur est 
• Puissance: probabilité de rejeter Ho quand Ho est
effectivement fausse est égale à 1 - 
En résumé
A= ACCEPTE VERITE DANS
R= REJETE LA POPULATION
HO = P
HYPOTHESE Ho vrai Ho faux
NULLE
Résultats R Ho  correct
de l'étude
p A Ho correct 