Vous êtes sur la page 1sur 23

    JUST AU MILIEU

                                            DR COMSA DELIA
                              MEDECIN RHUMATOLOGUE
Introduction

 " Mens sana in corpore sano"

 Le sport est bon pour la santé 


                            Mais est-ce que c'est vrai?

  
L'activité physique regroupe à la fois l'exercice physique de la 
vie quotidienne , l'activité physique de loisirs, et la pratique sportive
 (activité exercée dans le sens de jeu et dont la pratique suppose un
entraînement méthodique et le respect des régles)
Effets de l'activité physique regulière sur la
mortalité
Depuis les années '80
       Nombreuses étuses sur plus que 5000 persones chaqune

        Risque de mortalité relative plus important dans la population


sédentaire que chez les persones pratiqant une activité régulière 

         Trois paramètres semblent importants lors de l'exercice : la


quantité d'énergie dépensée en mode aérobie, le pic d'intensité de
l'effort et la durée de l'effort  

         Le nécessaire - 30 minutes d'exercices par jour durant 5 jours 

   
Faire du sport entraîne...
1. une meilleure circulation du sang dans les artères

2. une augmentation de la puissance musculaire du coeur. Le volume de sang


éjecté à chaque contraction cardiaque peut être augmenté de 50 % par
l'entraînement.

3. un meilleur contrôle du diabète (le taux de glucose dans le sang diminue lors de
l'activité physique) et une meilleure réponse à l'insuline

4. une plus grande solidité des articulations car les ligaments se renforcent et
deviennent plus élastiques, et un renforcement des os par une augmentation de
la masse osseuse

5. un meilleur contrôle de son poids en perdant de la graisse (diminution du


taux de masse grasse) et en gagnant du muscle (augmentation de la
Faire du sport réduit...
1. le taux sanguin de triglycérides. 

2. les risques d'ostéoporose et les effets de la ménopause


.

3. les risques de cancer du côlon et certainement les risques


de cancer du sein et de cancer du poumon

4. les manifestations extérieures de la dépression légère


ou modérée grâce à la production d'endorphines, 

5. le stress et l'anxiété
L'activité physique conditionne la fonction musculaire

Le sport entraîne l'endurance

                    En mobilisant le fibre de type 1, peu puissantes


mais peu fatigables (elles resistent bien au vieillissement)

                      Type d'activité - prolongée, utilisant les graisses


(jardinage, natation, marche, bicyclette)
  
       Une activité d'endurance est plus adaptée à la prévention
des maladies cardiovasculaires et métabolique
L'activité physique conditionne la fonction musculaire

La pratique sportive entraîne la résistance(la force)

            Mettant en jeu les fibres musculaires de type 2,


puissantes mais fatigables

             Type d'activité - brève, utilisant la glucose (course,


tennis, jeux de ballon)
              
            Ce type de fibres resistent mal au vieillissement
mais leur atrophie est reversible (un entraînement constant
augment la masse musculaire, nous permettant de lutter contre
la perte physiologique)
La masse musculaire et l'âge
 La sarcopénie est une perte progressive de la masse musculaire associée au
vieillissement (plus de 30 % après 80 ans).

 Les mécanismes impliqués dans le vieillissement musculaire sont


notamment l'inactivité, la dérégulation de la synthèse protéique musculaire et
l’apoptose.

 Les personnes âgées présentent fréquemment une malnutrition, une anorexie


et une diminution du taux de vitamine D (la vitamine D agit sur les capacités
fonctionnelles du tissu musculaire et sur la synthèse protéique)

 La puissance musculaire est extrêmement utile en situation de déséquilibre


(chute), car elle permet un réajustement postural. Elle permet également aux
personnes âgées de conserver leur indépendance.
L'activité physique et le capital osseux
 La formation de tissu ooseux est détérminée par des
facteurs énergétiques, hormonaux et mécaniques. 

 Les microtraumatismes répétés au cours de l'exercise


physique stimule l'action des osteoblastes (formation d'os)
et des ostéoclastes (résorbtion d'os)

 Plus la pratique est précoce, plus elle aura un impact sur le


capital osseux. 

 Par la suite elle ne va apporter qu'un ralentissement de la


perte physiologique
Et quand on a l'arthrose?
Très
 répandue, l'arthrose (ou ostéoarthrite) résulte d'une dégradation du
cartilage qui recouvre les extrémités des os au niveau des articulations.

Il
 est communément accepté que des exercices thérapeutiques structurés effectués une à
trois fois par semaine produisent un effet bénéfique sur la douleur et la fonction lors
d’arthrose (en particulier gonarthrose)

De
 même, ils préviennent les attitudes vicieuses et pourraient selon certains auteurs
ralentir la vitesse de progression de l’arthrose en améliorant la force et la proprioception

Ils
 jouent aussi un rôle anti-inflammatoire par «stimulation» de l’interleukine-10 localement
au niveau articulaire.

Osteoarthritis and Cartilage 23 (2015) 31


      Les incovénients du sport
            Lésions musculaires
  En étirant le muscle au delà de sa taille normale, des micro-déchirures
apparaissent. L’action réparatrice, qui correspond à l’ajout de nouvelles cellules,
bouche les déchirures, ce qui a pour conséquence l’augmentation de la taille du
muscle.

 Durant la croissance, les articulations et les tendons n'ont pas terminé de se


développer, la pratique de la d'un effort trop important peut donc être
dangereuse. De plus, suite au développement musculaire, les membres se
          Les lésions musculaires
 La crampe : contraction brutale et douloureuse du muscle
 qui disparaît spontanément en quelques minutes.

 Les courbatures : douleurs musculaires diffuses


qui surviennent 12 à 24h après l’effort et durent entre 2 et 3 jours.

 La contracture : contraction involontaire du muscle


qui peut durer de 5 à 10 jours.

 Ces douleurs peuvent survenir après la pratique d’une activité physique, du à


l'acide lactique créé par l'organisme à cause d'une mauvaise oxygénation,
l’étirement est donc conseillé afin de les éviter.
           Les lésions musculaires

 Si l’effort est trop
intense ou trop
violent, il peut alors y avoir 
des accidents musculaires 
qui entraînent des lésions d
’un point
de vue anatomique.
         Les incovénients du sport
            Lésions ligamentaires
 L'entorse ( de la cheville ou du poignet) est sans doute la blessure la plus
rencontré dans la carrière d'un sportif.
  C'est un étirement ou une déchirure qui touche un voir plusieurs ligaments d'une
articulation

 Résultant d'une perte de rapport (déboîtement) entre deux articulations, les


luxations siègent essentiellement aux genoux (sauf pour la rotule), à l'épaule,
moins fréquemment aux hanches et aux phalanges des doigts. Elles surviennent
au cours de sport de combat (judo, boxe) ou de jeux de rugby lors de contacts
brutaux entre joueurs ou encore lors de sauts périlleux chez les gymnastes.

 Des luxations répétitfs ou mal guèries peuvent évoluer vers une instabilité


articulaire chronique
          Les incovénients du sport
              Lésions tendineuses
TENDINITES 
    Le tendon est soumis à des contraintes trop importantes sur un période
trop longue, ce qui va dépasser sa capacité de résistance
 Cela peut être causé par :
1. Une mauvaise position à l'effort
2. Un matériel défectueux (chaussures)
3. L'entraînement sous la pluie, dans le froid. 
4. Le travail prolongé à plus de 80 % de la puissance maximale (un effort
trop intense et trop long)
5. Des efforts physiques violents à froid.
6. Les impacts: Les chocs reçus par les tendons
        Les incovénients du sport
               Lésions osseuses 
 Même si elles sont moins fréquentes ( seulement 5% des
traumatismes ) certaines fractures (dites de fatigues) sont le plus
souvent dues au sport

 Elles ne sont pas causées par des chocs mais par un stress
répété qui ne permet pas aux ostéoblates de réparer à temps les
dommages faits à l'os.

 Cette blessure peut survenir quand un entraînement trop intensif


est entrepris trop rapidement ou dans un mileu non adapté
(béton, synthétique).
           Les incovénients du sport
                 Lésions articulaires

 Le sport intensif est une cause de développement de l’arthrose par


contraintes et hypersollicitations

  Les faibles capacités de cicatrisation du cartilage au-delà d’une


certaine taille sont expliquées par sa nature avasculaire et les facultés
très limitées de régénération des chondrocytes

 Elle est plus souvent décelée dans des disciplines qui comportent des


brusques changements de direction (sports collectifs par exemple) ou
des chocs violents (sports de réception par exemple).
Les incovénients du sport chez l'enfant
 Au cours de la croissance, des troubles de l’ossification peuvent
 survenir souvent provoqués ou accentués par la pratique sportive
intensive

 L’activité physique intense entraîne une hyper-sollicitation des points


d’ossification secondaire avec irritation et modification de structure des
zones cartilagineuses en voie de maturation

 Ostéochondrose tibiale d’Osgood-Schlatter est la plus fréquente des


ostéochondroses. Elle affecte le ou les genoux de l’enfant sportif plus
souvent de sexe masculin (12-14 ans) que féminin (9-13 ans). L’origine
mécanique par micro-avultion de la partie cartilagineuse antérieure du
noyau d’ossification de la tubérosité tibio-antérieure 
   Les incovénients du sport
chez l'enfant
 Les jeunes sportifs rapportent plus souvent mentir et consommer des
substances illicites que les jeunes engagés dans d’autres types d’activités. 

 Les jeunes sportifs ont plus tendance à avoir des comportements


dangereux (comme ne pas porter de casque à vélo ou à moto, ou encore
dépasser la limite de vitesse permise).

 La pratique sportive peut parfois nuire au bien-être général de l’enfant.

 A ne pas oublier les troubles hormonaux chez les jeunes filles (aménorrhée)
Fullinwider (2006) 
        
                         Et alors?

Le sport est–il bénéfique ou non pour la


santé?

Attention à ne pas confondre le sport avec une activité


physique regulière et adaptée (à l'âge, aux maladies
associées, aux conditions du terrain, etc)
               Conclusions 

Il est donc important d'être à l'écoute de son corps et d'adapter


son activité physique en fonction de ses besoins et de ses
capacités. Ainsi la plupart des traumatismes peuvent être évités
grâce à un bon échauffement et un bon dosage de l'effort.

Le sport doit donc être pratiqué intelligemment afin que chacun


trouve le juste milieu entre méfaits et bienfaits.
MERCI

Vous aimerez peut-être aussi