Vous êtes sur la page 1sur 129

1

TECHNOLOGIE
D’INFORMATIQUE ET DE
COMMUNICATION

Support de cours TIC


Enseignant: Dr. Salah Hamdi
2

PLAN
1. Introduction

2. Architecture des ordinateurs

3. Circuits logiques

4. Système d’exploitation

5. Système de communication
3

PLAN
1. Introduction

2. Architecture des ordinateurs

3. Circuits logiques

4. Système d’exploitation

5. Système de communication
4

Introduction
• Informatique?

• “ La science informatique n’est pas plus la science des


ordinateurs que l’astronomie n’est celle des télescopes ”

E. Dijkstra (mathématicien et informaticien néerlandais)


5

Introduction
• Informatique = contraction d’information et automatique

• Traitement automatique de l’information par des machines

• En anglais: ?

• computer science
6

Introduction
• TIC: Technologies de l'Information et de la Communication.

• Information and Communication Technologies (ICT) en


anglais.

• ou Téléinformatique ou Télématique en français.

• Ensemble des techniques et des services qui associent les


ressources de l'informatique et celles des
télécommunications.
• Télémateur: Usager de la télématique.
• Télématicien: Technicien spécialiste de télématique.
7

Introduction
• La TIC permet de:

• Traiter (matériels et logiciels de traitement),


• Transmettre (réseaux et moyens d’échange),
• Conserver (supports de stockage) l’information électronique.

• Les TIC sont les outils générés par les progrès de la technologie de
l’informatique et des télécommunications.
• Ordinateurs
• Tablette
• Téléphone
• Télévision
• Radio
• Puce électronique
• Carte bancaire
• …
8

Introduction
• Un ordinateur est une machine électronique conçue pour traiter
les données à une vitesse vertigineuse.

• Bien que le travail qu’il réalise puisse paraître extraordinaire, il


ne fait qu’exécuter des millions et des millions de calculs
élémentaires.

• Contrairement à d’autres équipements inventés par l’homme,


l’ordinateur est une machine programmable à usage général.

• Contrairement à un téléviseur ou un magnétoscope devant


lequel l’usager est plutôt passif.
9

PLAN
1. Introduction

2. Architecture des ordinateurs

3. Circuits logiques

4. Système d’exploitation

5. Système de communication
10

Architecture des ordinateurs


Historique
• Pascal présente une machine qui additionne et soustrait
les nombres de 6 chiffres en base 10 : la Pascaline.
11

Architecture des ordinateurs


Historique
• Leibnitz améliore la Pascaline :

• Une machine permet de faire les multiplications et les


divisions automatiquement.
12

Architecture des ordinateurs


Historique
• Howard Aiken a conçu une machine électromécanique
(Harvard Mark)

• Multiplication de nombres de 23 chiffres en 6 secondes ;


• Addition en 3 dixièmes de seconde.
13

Architecture des ordinateurs


Historique
• Le Colossus Mark.

• Il est constitué de 2 400 tubes à vide et réalise 5 000


opérations par seconde.
14

Architecture des ordinateurs


Historique
• John Eckert et John Mauchly construisent l’ENIAC
(Electronic Numerical Integrator And Calculator) :
• 18 000 tubes, 30 tonnes. Multiplication de nombres de 10
chiffres en 3ms.
• Von Neumann propose l’EDVAC (Electronic Discrete
Variable Automatic Computer).
• Système binaire contrairement à l’ENIAC mis en service
en 1951.
15

Architecture des ordinateurs


Historique
• IBM lance le 701 (19 exemplaires).
• Mémoire à tubes cathodiques. 16000 additions ou 2200
multiplications par seconde.
• Peu de temps après, le 650 est lancé a 2 000
exemplaires.

16

Architecture des ordinateurs


Génération
• L’histoire des ordinateurs est très liée à celle des
technologies de l’électronique.
• On distingue généralement cinq générations
d’ordinateurs:
• 1ere generation.
• 2eme generation.
• 3eme generation.
• 4eme generation.
• 5eme generation.
17

Architecture des ordinateurs


Génération
• Première génération : les tubes à vides – 1940 à 1955
• La première génération des ordinateurs reposait sur la
technologie des tubes à vide.
• Les ordinateurs avaient une mémoire et des capacités de
traitement très modestes et ils accomplissaient des tâches
scientifiques et d’ingénierie très restreintes.
• Leur mémoire centrale était limitée à un maximum de 2000
octets et atteignait une vitesse de 10 000 instructions à la
seconde.
• programme et données fournis sous forme de cartes perforées,
résultats sur une imprimante (pas de stockage).
18

Architecture des ordinateurs


Génération
• Deuxième génération : les transistors – 1955 à 1965
• Les ordinateurs utilisaient des transistors au lieu des tubes à
vide.
• Le transistor est un composant électronique qui est utilisé
comme interrupteur dans les circuits logiques, comme
amplificateur de signal, pour stabiliser une tension, moduler
 un signal ainsi que pour de nombreuses autres applications.
• Les ordinateurs avaient jusqu'à 32 kilo-octets de mémoire et
ils pouvaient traiter jusqu’à 300 000 instructions à la
seconde.
• programmation en langage binaire mais aussi à l’aide des
premiers langages évolués (Fortran, Cobol, ...)
19

Architecture des ordinateurs


Génération
• Troisième génération : les circuits intégrés – 1965 à
1975
• Les ordinateurs possédaient des circuits intégrés, c’est-à-
dire des circuits obtenus en gravant des milliers de
transistors microscopiques dans des puces de silicium.
• La capacité de mémoire des ordinateurs allait jusqu'à 2
mégaoctets et la vitesse de traitement atteignait jusqu'à 5
millions d’instructions par seconde.
• Généralisation de la programmation en langage évolué –
Les Systèmes d'Exploitation (OS) Permettent de gérer
plusieurs programmes différents.
20

Architecture des ordinateurs


Génération
• Quatrième génération : les circuits intégrés à très grande
échelle - 1975 à nos jours
• Les ordinateurs de la quatrième génération sont construits à
partir de la technologie VLSI (very large scale integrated
circuit).
• Cette technologie, qui consiste à comprimer des milliers de
circuits intégrés, voire des millions, dans la même puce.
• Elle a permis d’intégrer la mémoire, la logique et les
commandes de l’ordinateur à l’intérieur d’une seule puce
appelée microprocesseur.
21

Architecture des ordinateurs


Génération
• Cinquième génération : les super-puces
• Les chercheurs envisagent une cinquième génération
d’ordinateurs.

• Les progrès techniques dans le domaine des


microprocesseurs et du matériel informatique rendent les
ordinateurs de plus en plus puissants et évolués.
22

Architecture des ordinateurs


Génération
• Loi de Moore
23

Architecture des ordinateurs


• XVI ème siècle: les abaques (instruments mécaniques
facilitant le calcul)
• XVII ème siècle machines a calculer mécaniques
• XIX ème siècle machines a calculer programmables
• 1936-1956: 1ère génération : des calculateurs à base des
tubes à vide.
• 1956-1963: 2ème génération : apparition des transistors.
• 1963-1971: 3ème génération : apparition des circuits
intégrés.
• depuis 1971: 4ème génération : la micro-informatique
• 5ème génération: Apparition des super-puces
24

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
1. Ecran
2. Carte mère
3. CPU (Microprocesseur)
4. Mémoire vive (RAM)
5. Cartes de périphériques
6. Alimentation
7. Lecteur de disques (ex.
DVD) Disque dur
8. Souris
9. Clavier
25

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• 1. Le processeur. puce électronique ultra-puissante dont elle détermine
directement la rapidité.

• Pentium 1: Fréquence de processeur >= 90 MHZ


• Pentium 2: Fréquence de processeur >= 450 MHZ
• Pentium 3: Fréquence de processeur >= 750 MHZ
• Pentium 4: Fréquence de processeur >= 1.5 GHZ
• Pentium 5: Fréquence de processeur >= 3 GHZ
• …
• Celeron
• Pentium
• Core i3
• Core i5
• Core i7
• Core M
26

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• Un microprocesseur multi-cœur (multi-core en anglais)
• C’est un processeur possédant plusieurs cœurs physiques fonctionnant
simultanément.

• Un processeur unique commandait plusieurs circuits de calcul simultanés.

• Le terme « multi-cœur » est employé pour décrire un processeur composé


d’au moins deux cœurs (ou unités de calcul) gravés au sein de la même
puce.
27

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• 2. Le disque dur. Ce dispositif stocke de manière durable les informations
indispensables au fonctionnement de l’ordinateur (même une fois éteint).

• 3. La mémoire vive. Pour cet élément, tout son contenu s’envole quand vous
éteignez l’ordinateur! En effet, la mémoire vive ne stocke que des
informations dont votre machine et vos programmes ont besoin
temporairement.

• Mémoire vive = RAM


• Mémoire Morte = ROM
28

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• 4. La carte graphique (ou carte vidéo). Cette carte électronique assure
l’affichage de tout ce qui apparaît à l’écran et en détermine la qualité, tant en
termes de définition que de fluidité d’images.
• 5. L’écran. Plus un écran est grand, plus le visionnement est agréable.
• 6. Les connexions.
• Des ports USB. 
• Des ports HDMI.
• Carte réseau Wi-Fi
• Carte Ethernet
29

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• HDMI: High Definition Multimedia Interface (en français,
« Interface Multimédia Haute Définition ») est une norme et 
interface audio/vidéo numérique.
• Le HDMI permet de relier une source audio/vidéo comme un
ordinateur à un dispositif compatible tel un téléviseur ou un 
vidéoprojecteur

• USB 1.0, USB 2.0, USB 3.0, USB 3.1

• USB 1.0: 1996, 1.5 Mbps


• USB 2.0: 2000, 480 Mbps
• USB 3.0: 2008, 5 Gbps
• USB 3.1: 2014, 10 Gbps
30

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• 1 bit: unité de mesure de l’information (texte, image, son et vidéo).
• 1 octet (O ou Ø) = 8 bits
• En anglais; Byte (B)
• 1Kb = 1024 b
• 1KO= 1024 O = ? Kb
• 1MO = 1024² O = ? Mb Français Anglais
• 1GO =10243 O = ? Gb Bit (b) Bit (b)
• 1TO = 10244 O = ? Gb Octet (O) Byte (B)
Kilo-Octet (KO) Kilo-Byte (KB)
• USB 1.0: 1996, 1.5 Mbps Méga-Octet (MO) Mega-Byte (MB)
• USB 2.0: 2000, 480 Mbps
• USB 3.0: 2008, 5 Gbps
• USB 3.1: 2014, 10 Gbps
31

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• 7. Les lecteurs:
• un lecteur de cartes, pour lire et récupérer les clichés de la carte mémoire de votre
appareil photo.
• un lecteur optique capable de lire et graver des CD et des DVD.
• L’idéal est un modèle Blu-Ray (BD) qui vous permettra de regarder et d’enregistrer des
vidéos dans un format numérique.

CD-ROM 700 MO
DVD 4.7 GO
Capacité 27 Go (simple couche)
BD 50 Go (double couche)
100 Go (triple couche)
128 Go (quadruple couche
32

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• Actuellement, la plupart des ordinateurs sont des
machines de Von Neumann.
• Machine universelle programmée
• Instructions numériques stockées en mémoire
• Instructions exécutées en séquence avec des ruptures de
séquence (sauts).
33

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• Unité arithmétique et logique (UAL): effectue les
opérations de base,
• Unité de contrôle: est chargée du séquences des
opérations.
• Mémoire: contient a la fois les données et le programme.
• Dispositifs d'entrée/sortie qui permettent
de communiquer avec le monde extérieur.
34

Architecture des ordinateurs


Caractéristiques
• Savoir les caractéristiques de son ordinateur?

• Les caractéristiques matérielles?

• Les caractéristiques logicielles?

• Le nom?

• Le groupe de travail?
35

Architecture des ordinateurs


Ordinateur vs Tablette? • Une tablette a l'apparence d'un
• Un ordinateur est composé simple écran auquel les
d'une unité centrale, d'un écran, différents périphériques sont
d'un clavier et d'une souris. intégrés et pilotables aux doigts
ou au stylet.
• Pour un ordinateur portable, les
composants sont intégrés et • C’est un appareil mobile conçue
assemblés en un seul bloc. pour un usage tactile et qu'on
peut les emmener n'importe où.
• D'autres périphériques peuvent
également s'ajouter comme • Contrairement à un ordinateur,
l'imprimante, les écouteurs ou elle est plus légère et moins
hauts parleurs etc... encombrante qu'un ordinateur.
36

Architecture des ordinateurs


• Comment choisir sa tablette?

1. L’ECRAN
2. CONNECTIQUE
3. STOCKAGE
4. AUTONOMIE
5. POIDS
6. OS et Applications
• Android
• Windows
37

Architecture des ordinateurs


Taille de l’écran?
• Actuellement la plupart des tablettes embarquent un
écran compris entre 7 pouces et 12 pouces.
• 1 pouce = 2.54 cm (1 inch en anglais)

c b

 a² + b² = c²

c=
38

Architecture des ordinateurs


• Tablette vs iPad?
• Un iPad est de marque Apple.
• Un iPad est un téléphone portable avec lequel on peut
naviguer sur internet, jouer, etc. par l‘intermédiaire des
applications. 

• Une tablette n'est pas forcement un téléphone, mais plutôt


"un ordinateur de poche".
39

Architecture des ordinateurs


•  • Pixel?
H
• C’est un point élémentaire
lumineux d’écran. V

• Définition?
• La définition de l’écran est le nombre de points ou pixels
 que peut afficher.

• La définition (D) est le produit du nombre de points selon


l’horizontale (H) par le nombre de points selon la verticale
(V) de l’affichage.
• (pixels)
40

Architecture des ordinateurs


41

PLAN
1. Introduction

2. Architecture des ordinateurs

3. Circuits logiques

4. Système d’exploitation

5. Système de communication
42

Circuits logiques
•5. Langages haut niveau (Java, VB.NET, C++, C, …)
• Compilation
•4. Langage d’assemblage (Asm)
•  

• Assembleur
•3. Système d’exploitation (Windows, …)
•  

• Appels système
•2. Micro-programmes
•  

•  

• Micro-instructions binaires
•1. Langage machine (UAL, opérations, registres, ...)
•  

•  

• Assemblage physique des portes logiques


•0. Circuits logiques
•  
43

Circuits logiques
• Un circuit logique est un circuit dans lequel seules 2 valeurs logiques
sont possibles : 0 ou 1.
• En pratique : circuit électrique (transistors) dans lequel une faible
tension représente le signal 0 alors qu’une tension élevée
correspond au signal 1.
• Composants de base : les portes logiques qui permettent de
combiner ces signaux binaires.
• Une porte logique est un composant qui reçoit en entrée une ou
plusieurs valeurs binaires et renvoie en sortie une unique valeur
binaire.
P o r te O U

1
>1
44

Circuits logiques
1
• Porte NON
• Si la valeur d’entrée est 1 alors la sortie vaut 0.
• Si la valeur d’entrée est 0 alors la sortie vaut 1.

• f(a) = 0 si a = 1
1 si a = 0

• Table de vérité:
45

Circuits logiques
P o r te E T a b
0 0 0
0 1 0 S = f (a, b) = a · b
&
1 0 0
1 1 1

P o r te O U

>1

a b
0 0 0
f (a, b) = a + b 0 1 1
1 0 1
1 1 1
46

Circuits logiques
a b
p o r te N O N -E T
0 0 1
&> 1
0 1 1 f (a, b) = a · b
1 0 1
1 1 0

p o rte N O N -O U f (a, b) = a + b

>1
47

Circuits logiques
•• Constantes
 
a+0=a a·0=0
a+1=1 a·1=a

• Idempotence
a+a=a a·a=a

• Complementation
a + = 1a · = 0

• Commutativité
a+b=b+a a·b=b·a
48

Circuits logiques
•• Distributivité
 
a + (bc) = (a + b)(a + c)
a(b + c) = (ab) + (ac)

• Associativité
a + (b + c) = (a + b) + c = a + b + c
a(bc) = (ab)c = abc

• Lois de Morgan
= + =
• Autres relations
= a (a + b)(a + ) = a
49

Circuits logiques
50

Circuits logiques
51

Circuits logiques
• Les instructions et les données sont codées sous une forme
binaire, une suite de 0 et de 1 qu'on appelle des bits.

• Voici comment, pour être stockés dans la mémoire de l’ordinateur


sur la base d’un codage binaire à 4 bits, se traduisent en binaire
les chiffres de 0 à 9 :

  Décimale                    
  (base 10) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Représentation
Binaire                    
(base 2) 0000 0001 0010 0011 0100 0101 0110 0111 1000 1001
52

Circuits logiques
• Technique de représentation binaire
• Conversion décimale – binaire

• 77 10 =?2

• Conversion binaire-décimale
• 01001101 = ? 10
2

• 26 + 23 + 22 + 20 


= 64 + 8 + 4 + 1
= 77
53

Circuits logiques
• Code ASCII
• ASCII standard (7 bits)  27 = 128 caractères
• ASCII étendu (8 bits)  28 = 256 caractères

• Unicode (16 bits)  216 = 65536 caractères


54

Circuits logiques
Chaque octet permet de mémoriser un caractère qui peut être une
lettre de l'alphabet, un chiffre ou un signe typographique
quelconque.

Par exemple, pour représenter en mémoire la chaîne de caractère


«BON!», en utilisant le système de codage des caractères ASCII
(American Standard Code for Information Interchange) sur la base
d'un codage binaire à 8 bits, l'ordinateur stocke, d'une manière
séquentielle, chacun des caractères de la manière suivante :

B O N !

01000010 010001111 01001110 10000001


55

PLAN
1. Introduction

2. Architecture des ordinateurs

3. Circuits logiques

4. Système d’exploitation

5. Système de communication
56

Système d’exploitation
Système informatique
• Le système informatique est constitué de :
• Logiciels d'application
• Logiciel de base
• Machine physique

•  Le logiciel de base peut lui même être décomposé en


deux niveaux :
• Les outils et les services (compilateurs, chargeurs, éditeurs,
utilitaires, ...)
• Noyau (kernel)
57

Système d’exploitation
Définition & rôles
• Un système d'exploitation est l'ensemble des programmes qui se
chargent de résoudre les problèmes relatifs à l'exploitation de
l'ordinateur:
1.  Gérer les ressources physiques de l'ordinateur : Assurer
l'exploitation efficace, fiable et économique des ressources
critiques (processeur, mémoire)
2.  Gérer l'interaction avec les utilisateurs : Faciliter le travail des
utilisateurs.
3. Présenter une machine plus simple à exploiter (machine virtuelle)
que la machine réelle (machine physique).
58

Système d’exploitation
Apparition
• Les premières machines étaient dépourvues de système
d'exploitation;
• À cette époque, toute programmation était l'affaire de l'utilisateur.
• L'exécution d'un programme nécessitait un ensemble d'opérations
longues et fastidieuses.

• Avec les machines de seconde génération, on a commencé à


automatiser les opérations manuelles, ce qui a amélioré l'exploitation
des différentes unités.

• Pour cela, des programmes spécifiques appelés moniteurs ou


exécutifs sont apparus, leur rôle étant d'assurer la bonne marche des
opérations (séquencement des travaux des utilisateurs).
59

Système d’exploitation
Composantes
• Le système d'exploitation est composé d'un ensemble de logiciels
permettant de gérer les interactions avec le matériel.
• Parmi cet ensemble de logiciels on distingue généralement les
éléments suivants :

1. Le noyau
2. L'interpréteur de commandes
3. Les utilitaires
4. Le système de fichiers
60

Système d’exploitation
Composantes
1. Le noyau (en anglais kernel)

• représentant les fonctions fondamentales du système d'exploitation


telles que:
• La gestion de la mémoire,
• La gestion des processus,
• La gestion des fichiers,
• La gestion des entrées-sorties principales,
• Les fonctionnalités de communication.
61

Système d’exploitation
Composantes
2. L'interpréteur de commandes (en anglais shell) 

• Le dialogue entre le système d'exploitation et l'utilisateur est assuré


par un programme appelé interpréteur de commandes.

• Un interpréteur de commandes analyse les commandes de


l'utilisateur (texte, clique, combinaison des touches, etc.) afin
d'exécuter les actions demandées (lancer une application, copier un
fichier, créer un répertoire, etc.).

• Il peut être en mode texte ou en mode graphique.


62

Système d’exploitation
Composantes
3. Les utilitaires :

• Un ensemble de programmes nécessaires à l'exploitation de base de


l'ordinateur:
• Editeurs de texte,
• Visualiseurs d'images,
• Lecteurs des fichiers multimédia)
• Des programmes utilisateurs.
63

Système d’exploitation
Composantes
4. Le système de fichiers (en anglais «file system», noté FS):

• Le concept de fichiers est une structure adaptée aux mémoires


auxiliaires permettant de regrouper des données.

• Le rôle d'un système d'exploitation est de donner corps au concept


de fichiers (les gérer, les créer, les détruire, les modifier et les lire) en
offrant la possibilité de les désigner par des noms.

• Dans le cas des systèmes Multi-Utilisateurs, il faut de plus assurer la


confidentialité de ces fichiers, en protégeant leur contenu du regard
des autres utilisateurs.
64

Système d’exploitation
Caractéristiques
• On peut classer les systèmes d'exploitation selon leurs
caractéristiques fonctionnelles, tel que le nombre de tâches
(programmes) exécutées simultanément, le nombre d’utilisateurs
servis, le nombre de sessions ouvertes simultanément, …
• Le tableau suivant présente les principales caractéristiques d’un
système d’exploitation.
65

Système d’exploitation
BIOS (Basic Input Output System)
• Le système d’entrée/sortie de base.
• Le BIOS est un ensemble de programmes enregistrés dans une
mémoire ROM.
• Il contient les programmes et les pilotes de démarrage utilisés pour
permettre à l'ordinateur de se mettre en route.

• Il intègre aussi des routines de diagnostic et d'autotest:


1. POST
2. SETUP
3. Bootstrap
66

Système d’exploitation
BIOS (Basic Input Output System)
1. POST
• Power On self Test.
• Appelé aussi « Autotest ».
• Lors de l'initialisation d'un ordinateur, le BIOS va commencer par
effectuer un nombre de tests.
• Vérifier si la configuration et le fonctionnement des composants
matériels de l'ordinateur sont corrects.
• Cette opération est assurée par le programme POST.
67

Système d’exploitation
BIOS (Basic Input Output System)
2. SETUP
• Le SETUP est un ensemble de procédures permettant de configurer
l'ordinateur selon ses caractéristiques matérielles.
• Sauvegarder et/ou modifier des informations concernant les
composants de l'ordinateur et leurs modes d'emploi (type de disque
dur, mot de passe, date et heure système, choix et priorité des
périphériques de démarrage, …).
68

Système d’exploitation
BIOS (Basic Input Output System)
3. Bootstrap
• Une fois la phase d'autotest est franchie avec succès, le BIOS, à
travers le programme d'amorçage « Bootstrap » cherche le système
d'exploitation dans les mémoires auxiliaires selon une priorité fixée
dans le SETUP.

• Le Bootstrap lance le chargement du système d'exploitation dans la


RAM.
69

Système d’exploitation
Historique des SE
• 1954 : le premier système d'exploitation pour ordinateur
•  Pour un gros ordinateur IBM 704.
•  1970 : UNIX
•  Un système d'exploitation pour les mini-ordinateurs appelé UNIX.
•  1981 : MS-DOS 1.0
•  Microsoft livre à IBM pour tester sur son prototype de PC pour les
micro-ordinateurs.
•  1987 : OS/2, le système d'exploitation de IBM
• IBM annonce un nouveau système d'exploitation sans interface
graphique intégrée.
•  1990 : Windows 3.0
• La version 3.0 de Windows comporte un gestionnaire de fichiers
efficace, permettra à Microsoft de dominer le marché et de
transformer les usagers traditionnels de compatibles IBM en
manipulateurs d'icônes, de fenêtres et de souris.
70

Système d’exploitation
Historique des SE
• 1991 : System 7 de Apple
•  Apple met en marché le System 7 qui est une version évoluée de
son fameux système d'exploitation à interface graphique.
•  1994 : LINUX
•  LINUX, c'est un projet d'un jeune étudiant finlandais nommé Linus.
• Mettre au point une version de UNIX pour micro-ordinateur PC.
• Le code de LINUX est public et n'importe lequel programmeur peut
donc développer des applications pour ce système d'exploitation.
• 1995 : Windows 95
• L'arrivée de Windows 95 viendra consacrer la domination de
Microsoft dans le domaine des systèmes d'exploitation.
71

Système d’exploitation
Historique des SE
• 1996 : Windows NT 4.0
• Microsoft commence à faire sa place dans l'univers des grandes
corporations proposant une alternative à UNIX pour les serveurs et
les stations de travail.
•  1998 : Windows 98
• Microsoft met en marché une évolution de Windows 95.
•  2000 : Windows Milinum
•  2000 : Windows 2000 (NT 5.0)
• 2001 : Windows XP (2002 ou Windows 5.1).
•  2003 : Windows Server 2003 ( ou Windows 5.2)
•  2006 : Windows Vista
• Windows 7
• Windows 8
• Windows 10
72

Système d’exploitation
Version Familiale VS version Professionnelle
• Compatibilité avec les versions antérieures.
• Limitation en mémoire.
• Sécurité des disques et protection de données (Bit
Locker).
• Identifier et accéder à un PC à distance ( Remote
desktop).
• Machine virtuelle (Hyper V)
• Pare-feu.
73

Système d’exploitation
Service Pack
• Un paquet de services (SP).
• C’est un ensemble de mise à jour, de correction et
d’améliorations livrées sous forme d’un seul paquet
installable sous une seule opération.
• Il assure la correction des bugs (défaut de conception ou
de fonctionnement).

• SP incrémentiel ( il contient les nouveaux correctifs).


• SP cumulatif ( il contient les nouveaux correctifs ainsi que
les anciens).
74

Système d’exploitation
Information système

• Lancer l'interpréteur de commandes.


• Taper la commande « msinfo32 » pour afficher la fenêtre
« Information système».
• Taper la commande« taskmgr» pour lancer le gestionnaire
des tâches
75

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• Le système d'exploitation partage la mémoire entre les diverses
applications.
• La mémoire principale est la RAM, mais la gestion de celle-ci
demande la contribution de la mémoire auxiliaire:
• mémoire de masse; spacieuse mais lente.
• mémoire cache: rapide mais de taille restreinte.

• Un gestionnaire de mémoire permet de :


• L'allocation de la mémoire aux processus.
• La protection.
• La segmentation de l'espace d'adressage.
• La mémoire virtuelle.
• Partition de la mémoire.
76

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• L'allocation de la mémoire aux processus:

- Identifier les emplacements libres de la mémoire.


- Allouer la mémoire nécessaire aux nouveaux processus.
- Récupérer la mémoire des processus qui s'achèvent (s’arrêtent).

• La récupération peut nécessiter une réallocation des processus en


cours pour optimiser l'emploi de la mémoire.
• La zone mémoire attribuée à un processus peut donc changer au
cours de son exécution.
77

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• La protection:

- Il faut s'assurer que les adresses générées par chaque processus ne


concerne que la zone mémoire qui lui est impartie.
- L'intégrité du système d'exploitation et des autres processus doit être
garantie.
- Certaines zones mémoire doivent pourtant servir simultanément à
plusieurs processus : le code de fonctions servant à plusieurs
applications qui tournent en parallèle ou les données utilisées
simultanément par divers processus.
78

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• La segmentation de l'espace d'adressage:

- Les programmes sont subdivisés en segments :


- Le code,
- Les données modifiables,
- Les données non modifiables,
- La pile.
- Le gestionnaire de mémoire permet la segmentation de l'espace
d'adressage des programmes pour :
- Coder les segments séparément et les paramétrer en fonction de
l'application.
- Permettre des degrés de protection différents selon les segments.
- Partager de certains segments. 
79

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• La mémoire virtuelle:

- L'espace d'adressage qu'offre la mémoire centrale est parfois


insuffisant.

- Elle offre aux applications une mémoire de taille supérieure à celle


de la mémoire principale.
- Les disques suppléent à cette insuffisance en fournissant une
mémoire auxiliaire plus vaste mais plus lente et qui n'est pas
directement accessible au processeur.
80

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• Partition de la mémoire
• Partitions fixes
• Le plus simple est de diviser la mémoire en partitions fixes.
• Quand vient une nouvelle tâche, le gestionnaire détermine quelle est
la plus petite partition qui peut la contenir puis place cette tâche dans
la file correspondante.
• Il arrive que des partitions plus grandes restent inutilisées. La
mémoire est donc mal utilisée.
• Le risque est que les petites tâches soient pénalisées.
81

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• Partition de la mémoire
• Partitions variables
• Une autre manière d'éviter les emplacements mémoires inoccupés
en fin de partitions est d'allouer aux processus des espaces qui
correspondent exactement à l'espace qui leur est utile.
• Au fur et à mesure que les processus se créent et se terminent, des
partitions s'allouent et se libèrent laissant des zones mémoires
morcelées et inutilisables.
• La mémoire se fragmente et est de plus en plus mal employée.
• Il faudrait la compacter en déplaçant régulièrement les processus
mais cette tâche supplémentaire ralentit le système.
82

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• Pagination
• Les processus requièrent des espaces d'adresses continus.
• Cela est difficilement réalisable en découpant la mémoire en
partitions dont les tailles correspondent à celles des processus.
• La pagination est une technique d'allocation de la mémoire bien plus
efficace.
• Elle fournit aux processus des espaces d'adresses séquentiels à
partir d'espaces mémoire discontinus.
83

Système d’exploitation
Gestion de la mémoire
• Pagination
• Les processeurs disposent actuellement d'un dispositif,
le MMU "Memory Manager Unit" qui permet de placer des processus
en mémoire.
84

Système d’exploitation
• Application 1

• Formater son PC.


• Installation d’un système d’exploitation.
• Utiliser une clé USB d’amorçage (démarrage).
85

Système d’exploitation
• Application 2

• Trouver ses pilotes?

• Un pilote (driver en anglais) est  un programme informatique destiné


à permettre au système d'exploitation d'interagir avec un
périphérique. En général, chaque périphérique a son propre pilote.

• Utiliser le logiciel Ma-Config


• Tester le mode online et le mode offline.
86

Système d’exploitation
• Application 3

• Modifier les autorisations d’accès à un disque ?


87

Système d’exploitation
• Application 4

• BitLocker?

• C’est une spécification de protection des données pour le chiffrement


de partitions et de disques amovibles.

• Protéger sa clé USB avec BitLocker?

•  vous pouvez utiliser la comande Manage-bde.exe


88

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Moniteur
• Le système d'exploitation multitâches utilise une partie de
la mémoire pour le moniteur résident et le reste pour les
programmes des utilisateurs.

• Le moniteur contient le vecteur d'interruptions qui


donne accès aux services d'E/S et les tables PCB (Bloc
de Contrôle de Processus).
89

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Moniteur
• Une interruption est un arrêt temporaire de l'exécution
normale d'un programme informatique par
le microprocesseur afin d'exécuter un autre programme .
• Le vecteur d'interruption est un tableau dont toutes les
cellules sont en fait des adresses vers les fonctions
d'interruption prédéfinies.

• La table PCB représente l'état des processus.


90

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Compactage (défragmentation) de mémoire

• On peut réunir les espaces inutilisés en une seule


partition en déplaçant tous les processus vers le bas,
comme le fait le compactage de mémoire.
91

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Swapping

• Quand le système d'exploitation rend le contrôle au


programme suivant, le contenu de la mémoire est copié à
un stockage temporaire, et les données et les instructions
d'un nouveau programme sont récupérées depuis le
stockage secondaire vers la mémoire principale.
• Cela est connu sous le nom de swapping.
92

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Swapping

• Le temps de swapping est trop grand comparé au temps


de l'UCT (Unité de Control et de Traitement).

• C'est pourquoi il est préférable que chaque processus qui


obtient le contrôle de l'UCT s'exécute pour un temps
supérieur au temps de swap.
93

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Le système d’exploitation doit gérer l'allocation du
processeur aux différents programmes pouvant
s'exécuter.

• Cette allocation se fait par le biais d'un algorithme


d'ordonnancement qui planifie l'exécution des
programmes.

• Selon le type de système d'exploitation, l'algorithme


d'ordonnancement répond à des objectifs différents.
94

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Ordonnancement (réquisition)
• Répartition du processeur (CPU).

• Motifs:
• Blocage ou terminaison d’un processus, arrivée d’un
nouveau processus, …

• Systèmes sans réquisition: MSDOS, Windows <95,


MAC <10, …
• Systèmes avec réquisition: Windows >=95, UNIX,
Linux, MAC>=10, …
95

Système d’exploitation
Gestion de processus
• États des processus
96

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Critères d’ordonnancement
• Capacité de traitement (rendement) = nombre de
processus exécutés par unité de temps.

• Temps de service (séjour) = délai entre la soumission


d’un processus et sa terminaison.

• Temps de réponse = délai entre la soumission et le


moment où l’on commence à répondre.

• Temps d’attente = temps de séjour - le temps


d'exécution
97

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Algorithmes d’ordonnancement
1. Premier arrivé, premier servi (FCFS ou FIFO)

• First in, First out


• Facile à programmer
• Équitable pour des processus équivalents
98

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Algorithmes d’ordonnancement
2. Plus court d’abord (SJF)

• Le prochain cycle le plus court est sélectionné


• Temps moyen d’attente minimal
• Difficulté de calculer la longueur des cycles
99

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Algorithmes d’ordonnancement
3. Ordonnancement avec priorités

• Priorités internes (consommation de ressources)


• Priorités externes (fixées par l’utilisateur)

• Famine: blocage infini


• Technique du vieillissement : augmentation progressive
de la priorité des processus en attente
100

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Algorithmes d’ordonnancement
4. Tourniquet (Round Robin)

• Le temps partagé.
• Basé sur un quantum (20 –50ms)
• Nécessite une horloge

• Le quantum ne doit pas être trop grand


• Le quantum doit être grand par rapport au temps de
commutation
101

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Application
• Considérons cinq processus A, B, C, D et E, dont les
temps d'exécution et leurs arrivages respectifs sont
donnés dans le tableau ci-dessous:
102

Système d’exploitation
Gestion de processus
• Faire un schéma qui illustre son exécution
• Calculer le temps de séjour de chaque processus, le
temps moyen de séjour, le temps d'attente et le temps
moyen d'attente en utilisant :
1. Premier arrivé premier servi (FCFS)
2. Le plus court d'abord (SJF)
103

Système d’exploitation
Gestion de processus
• FIFO:
104

Système d’exploitation
Gestion de processus
• FIFO:
105

Système d’exploitation
Gestion de processus
• FIFO
106

Système d’exploitation
Gestion de processus
• SJF
107

Système d’exploitation
Gestion de processus
• SJF
108

Système d’exploitation
• Application
• Gestion des taches
109

Système d’exploitation
• Application
• Gestion de partitions du disque
110

Système d’exploitation
• Application
• Gestion des comptes
111

PLAN
1. Introduction

2. Architecture des ordinateurs

3. Circuits logiques

4. Système d’exploitation

5. Système de communication
112

Système de communication
Définitions
• Un réseau de télécommunication est un ensemble
d’équipements interconnectés permettant l’échange des
informations à distance sous forme numérique et / ou
analogique.
113

Système de communication
Définitions
• Signal analogique: Un signal analogique est un signal
variant continûment dans le temps.  Il existe une infinité
de valeurs pour une grandeur analogique.

• Signal numérique: Au contraire, un signal numérique est


un signal variant de façon discontinue dans le temps.
C’est une succession de nombres binaires
114

Système de communication
Définitions
• Convertisseur numérique analogique (CNA):
• Parfois noté A/N, ou en anglais ADC
• Il traduit une grandeur analogique en une valeur numérique (codée
sur plusieurs bits).

• Convertisseur analogique numérique (CAN):


• Parfois noté N/A ou en anglais DAC,
• Il transforme une valeur numérique (codée sur plusieurs bits) en
une valeur analogique.
115

Système de communication
Services
• Courrier électronique classique SMS,
• MMS,
• e-mail
• Courrier électronique Instantanée CHAT,
• téléphonie,
• visiophonie,
• Vidéoconférence
•…
116

Système de communication
Avantages
• Pas cher.
• moyen rapide et fiable ,
• Tout type de message: texte, photo, dessin, vidéo.
• Les messages peuvent être enregistrés.
•…
117

Système de communication
Types
• Les réseaux informatiques peuvent être classés suivant
leurs étendus géographiques.

• On trouve principalement : réseau personnel (PAN),


réseau local (LAN), réseau métropolitain (MAN) et réseau
étendu (WAN).
118

Système de communication
Types
a. PAN : Personal Area Network
• C'est un réseau constitué autour d'une personne (de
l'ordre de quelques mètres).
•  Exemple : Bluetooth, Infrarouge

b. LAN : Local Area Network


•  C'est le type le plus commun des réseaux trou-vés. Il
relie des ordinateurs et des dispositifs situés près les uns
des autres.
•  Exemple : WiFi, Ethernet.
119

Système de communication
Types
c. MAN : Metropolitan Area Network
• C'est une collection des réseaux locaux. Il relie des
ordinateurs situés dans le même secteur géographique à
l'échelle d'une ville (WiMAX, BLR).

d. WAN : Wide Area Network


• C'est un réseau qui relie des réseaux locaux et
métropolitains entre eux. Un réseau étendu peut être réparti
dans tout un pays ou dans plusieurs pays du monde.
•  Exemple : Internet, GSM, 3GSM.
120

Système de communication
Architectures des réseaux
1. Architecture client / Serveur
• Cette architecture présente une hiérarchie à
deux niveaux: le serveur et les clients.
• Le serveur: C'est un ordinateur qui centralise
les ressources partagées entre les postes.
• Le serveur possède une configuration
évoluée : un (ou plusieurs) processeur(s)
rapide(s), une mémoire centrale de grande
taille, un ou plusieurs disques durs de
grande capacité, etc.
• Les clients : Les postes connectés qui
exploitent les ressources mises à leur
disposition par le serveur.
121

Système de communication
Architectures des réseaux
Avantages de l'architecture client/serveur
• Une administration des ressources centralisées : le
serveur peut gérer des ressources communes à tous les
utilisateurs, comme par exemple une base de données
centralisée, afin d'éviter les problèmes de redondance et de
contradiction.
• Sécurité : l'application d'une stratégie de sécurité est plus
facile à mettre en œuvre vu que le nombre de point d'accès
est limité.
• Un réseau évolutif : grâce à cette architecture il est possible
de supprimer ou de rajouter des clients sans perturber le
fonctionnement du réseau et sans modification majeure
122

Système de communication
Architectures des réseaux
Inconvénients de l'architecture client/serveur
• Etant donné que tout le réseau est articulé autour du
serveur, sa mise hors service engendre la paralysie de tout
le réseau.
• L'implémentation d'un réseau client/serveur entraîne un
coût élevé et demande un personnel qualifié pour
l'administrer.
123

Système de communication
Architectures des réseaux
2. Architecture poste à poste
• Dans une architecture peer to peer
(notée P2P), contrairement à une
architecture de réseau de type
client/serveur, il n'y a pas de serveur
dédié.
• Tous les ordinateurs sont égaux.
• Chacun reste indépendant, tout en
mettant certaines ressources à la
disposition des autres.
124

Système de communication
Architectures des réseaux
Avantages de l'architecture P2P
• L'architecture d'égal à égal est simple à mettre en œuvre et
son coût est réduit.
•  La mise hors service d'un poste n'atteint pas gravement le
fonctionnement du reste du réseau.
125

Système de communication
Architectures des réseaux
Inconvénients de l'architecture P2P
• Ce système n'est pas centralisé, ce qui le rend très difficile
à administrer.
•  La sécurité est plus difficile à assurer.
• Aucun poste du réseau ne peut être considéré comme
fiable.
126

Système de communication
Équipements des réseaux
127

Système de communication
Équipements des réseaux
128

Système de communication
IPV4 vs IPV6
• La version actuelle du protocole Internet (IP version 4 ou
IPv4) n'a fait l'objet d'aucune modification substantielle
depuis 1981.
• La croissance exponentielle récente d'Internet et
l'épuisement latent de l'espace d'adressage IPv4.
• Les adresses IPv4 sont devenues relativement rares, au
point que certaines entreprises doivent utiliser un
convertisseur d'adresses réseau pour mapper plusieurs
adresses privées en une adresse IP publique unique.
• Pour faire face à cette situation, l'IETF (Internet
Engineering Task Force) a développé une suite de
protocoles et de standards appelée IP version 6 (IPv6).
129

Système de communication
• Application

• Afficher/Modifier l’adresse IP de la carte réseau.


• Afficher l’adresse MAC de la carte réseau.
• Afficher/Modifier le nom de la machine.