Vous êtes sur la page 1sur 19

Les types de strophes

Les types de poèmes

Préparé par:
Sahar haddad
Daria gobaa
(SE32)
Le plan

 les types de strophes


Les types de poèmes:
- à forme fixe
- en vers libres
- formes poétiques typographiques
I- les Types de strophes
Le strophe est un groupe de vers formant
une unité.
Selon le nombre de vers qu'elles
comportent, les strophes ont des
appellations particulières
Prière
mon père qui es aux cieux 2vers: distique
que ta volonté soit faite

que se lève le soleil à travers la brume, qu’il joue entre les trembles, 3vers:
éclate en langues de feux tercet

et nous émerveillant de lui, nous oublierons

les soupirs de nos malades, et leur angoisse,


sentant venir leur mort

mon père qui es aux cieux 1vers: monostique (monostiche)

j’ai déchiffré ton nom sur la pierre des temples


entrevu ton visage à travers les lianes 4vers:

contemplé ton éternité sur les jungles, les creux de nos vallons, les quatrain
courbes de nos rivières
villebramar
Change
Pour être la vie et la mort
pour rire des coups du sort
pour être les quatre saisons 6vers: sizain
pour être sans rime
ni raison
change

Pour ne ressembler à personne


pour être le cosmos
dans un atome 5 vers: quintil
pour être la femme et l’homme
change

Pour rendre envieuses les statues


pour narguer le temps
qui te tue
pour aimer ce qui s’écoule 7 vers : septain
pour être cette pierre
qui sans cesse roule
change
Kamal Zerdoumi, 2019
Pique-Poche

J’suis un pique-poche
Vous trouvez ça moche
Mais c’est pas malin entre nous
D’vous prom’ner avec tous vos sous
Sous mon nez –ça m’tente 8 vers : huitain
J’ai pas la main lente
Mais la vôtre est pas trop rapide
Pour m’filer d’quoi m’remplir le bide

A ceux qui râlent


Et qui ont d’la morale
J’ai un truc à dire mes salauds
En plus d’êtr’pingres vous êtes ballots
J’demande pas d’médaille
Mais faut bien que j’graille
Moi j’suis Robin et j’suis Des Bois
J’vole les rich’s et puis j’donne à moi
Animaldan
Amour

Oui, peu importe la façon


Ou peu importe la passion
Amour sera toujours écrit
De la même façon, si non
Il peut très bien se raconter 9 vers : neuvain
Peut bien même nous déchirer
Mais oui, peu importe comment
Amour sera toujours écrit
De la même façon pourtant

Or aussi je rajouterai
Que amour c'est aussi aimer
De même il peut se conjuguer
Oui et de toutes les manières
Tant au présent et au futur
Qu'au passé même, c'est pareil
Mais peu importe à l'écriture
Amour, de toute façon s'écrit
Se vit et s'exprime… s'écrie

silverfox19
Main dans la main

Nous marchons
Nous vivons
En discussion
En silence
Parfois dans nos pensées 10 vers: dizain
Dans nos rêves
Dans nos plans
Dans le noir
Sans savoir
Où nous allons !
.
.
Main dans la main
Nous allons
Nous allons
Croiser la rue
Tourner un coin
Tourner une page 12 vers : douzain
De notre vie élue
Sans prétention
Ni regret,
Nous avons reçu
Une vie parfaite
C’est notre secret.
Chloe Douglas, 2018
Immense et rouge

Immense et rouge
Au-dessus du Grand Palais
Le soleil d'hiver apparaît
Et disparaît
Comme lui mon coeur va disparaître
Et tout mon sang va s'en aller 11 vers : onzain
S'en aller à ta recherche
Mon amour
Ma beauté
Et te trouver
Là où tu es.

Jacques Prévert
Treizain
Par l'ample mer, loin des ports et arènes
S'en vont nageant les lascives sirènes
En déployant leurs chevelures blondes,
Et de leurs voix plaisantes et sereines,
Les plus hauts mâts et plus basses carènes
Font arrêter aux plus mobiles ondes,
Et souvent perdre en tempêtes profondes ; 13
vers:
Ainsi la vie, à nous si délectable,
treizain
Comme sirène affectée et muable,
En ses douceurs nous enveloppe et plonge,
Tant que la Mort rompe aviron et câble,
Et puis de nous ne reste qu'une fable,
Un moins que vent, ombre, fumée et songe.

Mellin de SAINT-GELAIS
Ospitalità

Dans des vers immortels que vous savez sans doute,


Dante acceptant d’un prince et le toit et l’appui,
Des chagrins de l’exil abreuvé goutte à goutte,
Nous a montré son coeur tout plein d’un sombre ennui ;
Et combien est amer, pour celui qui le goûte,
Le pain de l’étranger, et tout ce qu’il en coûte
De monter et descendre à l’escalier d’autrui… 14 vers:
Moi, qui ne le vaux pas, j’ai trouvé mieux que lui. quatorzain
Ici, malgré ces vers de funèbre présage,
J’ai trouvé le pain bon, et meilleur le visage,
Et l’opulent bien-être et les plaisirs permis.
C’est que Dante, égaré dans des sphères trop hautes,
Avait un protecteur, et que moi j’ai des hôtes ;
C’est qu’il avait un maître et que j’ai des amis.

Félix Arvers, Mes heures perdues, 1833


II- Les types de poèmes
1-   Les poèmes à forme fixe :
Le Sonnet :
Quand vous serez bien vieille
Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.
2 quatrains
Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant, 14 vers Le
Sonnet 
Bénissant votre nom de louange immortelle.
  - apparu au XVI
ème siècle
- restera
jusqu'au XIX eme siècle
Je serai sous la terre et fantôme sans os :
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
Vous serez au foyer une vieille accroupie,
2 tercet
Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578


L’ode:
Mignonne, allons voir si la rose
A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose


Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace, - composée de 3 strophes : la strophe,


l’antistrophe,
Mignonne, elle a dessus la place l’épode
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature, - Les trois strophes sont en général formées sur le
Puis qu'une telle fleur ne dure même nombre de vers. ( dans cette exemple: 6
Que du matin jusques au soir ! vers)

Donc, si vous me croyez, mignonne, - Le ton d’une ode doit être enthousiaste,
saisissante
Tandis que vostre âge fleuronne rythmée
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.
Pierre de RONSARD l’ Ode
1524 - 1585
La ballade:

Ballade des pendus


François Villon

(1) Frères humains, qui après nous vivez, (1) La pluie nous a débués et lavés,
(2)N’ayez les coeurs contre nous endurcis, (2)Et le soleil desséchés et noircis.
(3)Car, si pitié de nous pauvres avez,
(4)Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
(3)Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
(5)Vous nous voyez ci attachés, cinq, six : (4)Et arraché la barbe et les sourcils.
(6)Quant à la chair, que trop avons nourrie, (5)Jamais nul temps nous ne sommes assis
(7)Elle est piéça dévorée et pourrie, (6)Puis çà, puis là, comme le vent varie,
(8)Et nous, les os, devenons cendre et poudre. (7)A son plaisir sans cesser nous charrie,
(9)De notre mal personne ne s’en rie ;
(8)Plus becquetés d’oiseaux que dés à
(10)Mais priez Dieu que tous nous veuille
absoudre ! coudre.
(9)Ne soyez donc de notre confrérie ;
(1) Se frères vous clamons, pas n’en devez (10)Mais priez Dieu que tous nous veuille
(2)Avoir dédain, quoique fûmes occis absoudre !
(3)Par justice. Toutefois, vous savez
(4)Que tous hommes n’ont pas bon sens rassis.
(5)Excusez-nous, puisque sommes transis, (1) Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
(6)Envers le fils de la Vierge Marie, (2)Garde qu’Enfer n’ait de nous seigneurie :
(7)Que sa grâce ne soit pour nous tarie, Cette
(3)A lui type deque
n’ayons poème estque
faire ne constitué
soudre.
(8)Nous préservant de l’infernale foudre. généralement
(4)Hommes, ici n’a depoint
trois
destrophes
moquerie ;
(9)Nous sommes morts, âme ne nous harie, (5)Mais priez (souvent
Dieu que tous
(10)Mais priez Dieu que tous nous veuille identiques de nous
8 ouveuille
10 vers)
absoudre !
se terminant par un refrain, et d'une
absoudre ! se terminant par un refrain, et d'une
demi-strophe appelée l'envoi.
Le ballade
Le rondeau:
« Que nous en faisons
   De telles manières,
   Et douces et fières,
   Selon les saisons !
-13 vers
   En champs ou maisons,
-Le premier vers est
   Par bois et rivières,
souvent repris,
   Que nous en faisons totalement ou
   De telles manières ! partiellement, à la fin
   Un temps nous taisons, du poème ; ce qui lui
   Tenant assez chères confère une structure
   Nos joyeuses chères, fermée, en « cercle ».
- comportant deux
   Puis nous apaisons.
rimes
   Que nous en
faisons ! »
(Charles d'Orléans,
Rondeaux, XVe siècle.)
2- Les poèmes en vers libres :

Mes mains brûlantes glissent sur les


murs glacés -les mètres sont inégaux et
J’ai peu d’espoir de mémoire sont déterminés, non par
Déjà j’ai tout perdu une règle.
- Le vers libre, déjà
Je n’ai plus ces maisons de roses
pénétrées employé au XVIIème siècle
par La Fontaine, est utilisé
Ni les rues ces rameaux de l’arbre le
surtout depuis la fin du
plus vert
XIXème siècle
Mais les derniers échos de l’aube - le nombre de syllabes
maternelle dans chaque vers est varié
Ont adouci mes jours. et irrégulier
Paul Éluard
3- Formes poétiques typographiques:
 L’acrostiche :

Vous portâtes, digne Vierge,


princesse,
Iésus régnant qui n’a ni fin ni cesse.
Le Tout-Puissant, prenant notre Poème dont on peut lire le
faiblesse, sujet, le nom de l’auteur ou
Laissa les cieux et nous vint secourir, celui du dédicataire dans un
Offrit à mort sa très chère jeunesse ; mot formé des initiales de
chaque vers.
Notre Seigneur tel est, tel le confesse
:
En cette foi je veux vivre et mourir.

Poème de François Villone


- Poème en avalanche ou « Boule de neige »
 
O (1)
Un (2)
Rat (3)
Cris ! (4)
Joues (5) Le jeu consiste à composer un
poème dont le premier mot
Blêmes (6) compte une lettre, le deuxième
Courses (7) deux lettres, le troisième trois
Eperdues (8) lettres, et ainsi de suite.

Moqueries (9)
Ricanantes (9)
Poursuivent (10)
L’effarouchée ! (11)
  Le calligramme : poèmes
graphiques

-Le calligramme est un


poème dont les lettres et les
mots forment un dessin en
relation directe avec le
contenu du poème.
- Les calligrammes figurent
souvent des objets ou des
animaux, des petites scènes,
ou même tout simplement
des formes géométriques.