Vous êtes sur la page 1sur 42

Audit

interne

Présenté par :
AIT OUJAMAA SOUFIANE Soumis à
l’appréciation de:
Mr ALAMI
ABDERRAOUF
Plan :
Partie 1 : Définitions et concepts généraux de l’audit interne

I. Définitions et objectifs de l’audit interne


II. Typologie des missions et caractéristiques de la fonction
d’audit interne
III. Différences entre l’audit interne et le contrôle interne

Partie 2 :Principes et méthodologie d’audit interne

IV. Règles et normes d’audit


V. Planification technique et déroulement de la mission d’audit
VI. Relation entre l’auditeur interne et les autres entités d’audit
et de contrôle
Introduction :
C’est peu avant la dernière guerre, en grande Bretagne et aux Etats-Unis en 1930, que
les dirigeants de grands organismes ont commencé à prendre conscience qu’une
surveillance organisée, bien structurée et indépendante, devenait nécessaire en raison :
Du développement et de la croissance des activités,
De la complexité des phénomènes économiques et administratifs,
De la multiplication des délégations de plus en plus étendues de la responsabilité,
Et de la nécessité de prévenir les risques et de les minimiser.
Le besoin d’être rassuré, notamment sur la validité des comptes et sur l’application des
règles comptables, s’est ressenti de manière importante. Le champ d’application s’est
étendu par la suite à toutes les fonctions de l’organisme et n’est plus resté limité à l’audit
comptable et financier. Au Maghreb, l’évolution de l’audit interne s’est produite dans un
environnement économique typique des pays occidentaux à savoir les pressions du
marché financier ainsi que les exigences quant à la qualité de l’information financière.
• Audit vient du verbe latin « audire » qui veut dire, écouter.
Les Romains employaient ce terme pour désigner un contrôle
au nom de l’empereur sur la gestion des provinces.
• Il fut introduit par les Anglo-Saxons au début du 20ème siècle
pour la gestion des entreprises.
• L’audit a été défini de différentes façons, selon les pays, les
cabinets d’expertises spécialisés ou les universitaires.

Cependant, Comment l’audit interne permet-il la


performance?
Partie 1 : Définitions et
concepts généraux de l’audit
interne
I. Définitions et objectifs de l’audit interne
Définition 1:
L’audit interne est un dispositif interne à l’organisation concernée qui vise à :
Apprécier l’exactitude et la sincérité des informations notamment
comptables,
Assurer la sincérité physique et comptable des opérations,

Garantir l’intégrité du patrimoine,

Juger de l’efficacité des systèmes d’information.

 Selon la théorie classique, l’audit interne assume par délégation une


partie de la responsabilité de contrôle de la direction;
 Il est réalisé par un service de l’organisation et consiste à vérifier si les
règles édictées par l’organisation sont respectées.
Définition 2:

La définition officielle de l’Institute of Internal Auditors (IIA):


« L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à l’organisation
une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils
pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée ». C’est une activité :

d’évaluation D’assistance au Qui permet à


indépendante car management en vue : l’organisation
l’Audit Interne doit - d’optimiser le d’atteindre ses objectifs
être rattachée au fonctionnement de dans la mesure où il
niveau le plus élevé l’organisation, propose des
de la hiérarchie ; ne - d’encourager un recommandations et
peut se substituer contrôle efficace à des solutions qui remédient
aux opérationnels coûts raisonnables, aux
pour intervenir à leur dysfonctionnements
place, relevés.
 Objectifs de l’audit interne :
Text

L’Audit Interne a pour finalité d’assister les membres de


l’administration dans l’exercice efficace de leurs
Text
responsabilités.
Dans ce but, l’Audit Interne
Text leur fournit des analyses,
des appréciations, des recommandations, des avis et des
Text
informations concernant les activités
examinées.

Text
II . Typologie des missions et caractéristiques
de la fonction d’audit interne
 Typologie des missions d’audit interne
Les missions d’audit interne sont de typologie variée : régularité,
efficacité Text
ou de management et concernent soit des fonctions,
Text soit
des services, soit des procédures.
Text Concept Text
 Audit de Régularité :
Text Text

- Il vise à s’assurer de la conformité des actes et des procédures à


l ’ensemble des normes juridiques applicables.
- Objectif : vérifier que le fonctionnement réel ainsi que les
pratiques de gestion usuelles correspondent aux lois, règlements et
procédures établies par l’administration.
 Audit d’efficacité :

- Les audits d’efficacité couvrent toutes les fonctions de


l’organisation: gestion des ressources humaines, gestion des
dépenses, gestion des recettes, gestion budgétaire, gestion
commerciale, gestion du patrimoine, etc.
- Ce type de missions d’audit interne permet d’avoir une vue
complète et synthétique sur le fonctionnement global d’un
ensemble d’opérations : « Adéquation des moyens aux objectifs,
pertinence des méthodes et procédures, rigueur et qualité des
performances ».
- Les audits d’efficacité consistent à émettre une opinion, non
pas uniquement sur l’application des procédures, mais également
sur leur qualité.
 Audit de management :
L’audit de management est une dimension nouvelle de
l’audit interne qui constitue le stade ultime de développement
de la fonction. Il peut s’agir :
De la vérification D’audit du processus
D’une vérification d’élaboration de la
de la conformité de de la façon dont les
stratégie de
la politique de politiques sont l’organisation. Il peut
chaque fonction par conçues, transmises être utilisé dans les
rapport à la stratégie et exécutées services
de l’organisation ou tout au long de la déconcentrés pour
s’assurer du respect
aux politiques qui chaîne du processus
en découlent, hiérarchique, stratégique édicté par
le central.
Il ne s’agit pas :
d’auditer le Top Management en portant un quelconque
jugement sur ses options stratégiques et politiques,

mais d’observer les choix et les décisions arrêtées par le top


management afin de les comparer et d’en évaluer la
pertinence à l’égard des moyens et objectifs fixés ainsi que
d’attirer l’attention sur les risques ou les incohérences.
 Ce que l’audit interne n’est pas :

 L’audit n’est pas une inspection;

 L’audit n’est pas une certification :


La certification se prononce sur la validité des comptes (portée
juridique) alors que l ’audit donne une assurance raisonnable sur la
qualité des comptes (préalablement à leur certification);

 L’audit n’est pas une étude ou une expertise :


Il n ’intervient pas préalablement à la mise en place d ’une procédure,
mais au contraire il l ’évalue à posteriori.
 Caractéristiques de la fonction :

Title in here
Activité TitleActivité
in here
d’évaluation d’assistance du
indépendante management

Activité
d’appréciation
Title in here
du contrôle
interne
 Activité d’évaluation indépendante :

L'auditeur interne :

- doit être rattaché au niveau le plus élevé de la hiérarchie ;

- ne peut pas intervenir comme opérationnel ;

- ni exercer un contrôle des personnes (contrôle interne ou


inspection).
 Activité d’assistance du management :
 Optimiser le fonctionnement de l’organisation
 Encourager un contrôle efficace à un coût raisonnable

Par des:
 enquêtes et analyses
 évaluations
 recommandations et avis
 Informations
 Le manager a une obligation de résultats

 L'auditeur interne a une obligation de moyens:

 méthodologie et normes
 indépendance
 pas d’implication opérationnelle
Activité d’appréciation du contrôle interne :

Le contrôle interne c’est l’ensemble des actions entreprises par


les dirigeants et le personnel en vue de fournir une assurance
raisonnable quant à la réalisation des objectifs.

L’audit interne est une fonction d’appréciation et d’évaluation


dont la tâche essentielle est, notamment, la validation du contrôle
interne.
III . Relation Audit Interne – Contrôle Interne

Audit interne Contrôle interne


L’audit interne est une activité professionnelle qui Le contrôle interne est un important moyen de
aide les organisations à atteindre leurs objectifs vérification institué par la direction pour avoir
déclarés : l’assurance raisonnable :
 En analysant les processus clés, les procédures
et les opérations ;  Que les activités sont menées de manière
 En déterminant les contrôles clés dans chacun efficiente et efficace ;
de ces processus, procédures et opérations ;
 En communiquant les résultats de l’évaluation  Que les opérations sont enregistrées de
des contrôles et de la vérification de la façon exacte et complète ;
conformité des opérations ;
 En recommandant un renforcement des  Que les actifs sont correctement enregistrés
contrôles chaque fois que cela est nécessaire ; et protégés ;
 En suggérant des méthodes pour améliorer la
conformité avec les contrôles clés ;  Que les lois sont respectées ;
 En suivant les mesures prises en application
des recommandations formulées dans de  Que des rapports sincères sont établis.
précédents rapports.
L’audit interne fait partie intégrante du contrôle interne;
Il forme la couche de « suivi »;
Par une évaluation permanente qui maintient le processus
« plan – action – évaluation – correction » en mouvement;
Il est le lien entre les deux systèmes que sont le contrôle
interne et la gouvernance.
Partie 2 : Principes et
Méthodologie d’audit interne
I. Règles et normes de l’audit interne

La pratique de l'audit interne nécessite un professionnalisme et


un savoir faire de hauts niveaux, que les auditeurs internes ne
peuvent atteindre sans avoir recours à un cadre de référence
établi par leur profession.

L'Institute Of Internal Auditors (I.I.A) (Organisation


Internationale consacrée à la promotion et au progrès de l'audit
interne) incite ses membres à respecter les critères généralement
admis pour une profession en adoptant une doctrine de la
pratique de l'audit interne.
Les normes de l’audit interne se proposent :
 de définir les principes de base ;
 de fournir un cadre de référence ;
 d’établir des critères d’appréciation ;
 d’être un facteur d’amélioration.
Pour atteindre ces objectifs ambitieux, on retient quatre grandes
catégories de normes :
1. Le code de déontologie ;
2. Les normes de qualification (série 1000) qui énoncent les
caractéristiques que doivent présenter les services d’audit interne
et les personnes qui en font partie ;
3. Les normes de fonctionnement (série 2000) qui décrivent les
activités d’audit interne et définissent des critères de qualité ;
4. Les normes de mise en œuvres (série 1000 ou 2000 assortie
d’une lettre) qui déclinent les précédentes pour des missions
spécifiques.
Les principaux objectifs des normes de l'audit interne sont:

de clarifier le rôle et les responsabilités de l'auditeur interne


vis-à-vis de la hiérarchie, des auditeurs externes, et des
organismes publics et professionnels,

d'encourager l'amélioration de la pratique de l'audit interne,

d'informer les personnes extérieures à la profession du rôle,


du champ d'action et des performances de l'audit interne,

Ces normes et standards fixent quatre obligations aux auditeurs


internes:
1. Règles d’éthique et de déontologie :
Les règles d’éthique et de déontologie sont l'exigence impérative de toute
profession. Pour l'audit interne, c'est en 1968 que ces règles déontologiques
ont été adoptées par le Conseil d'Administration de l'I.I.A.
Révisées et complétée en 2009, les règles de déontologie définissent des
normes de comportement professionnel que tout auditeur interne à travers le
monde doit respecter et appliquer et faire appliquer.
En effet, les auditeurs internes doivent respecter certaines règles d'éthique.

• Le code de déontologie énonce quatre principes fondamentaux, déclinés en


douze règles de conduite. Les quatre principes sont :
 L’intégrité, base de la confiance accordée aux auditeurs ;
 L’objectivité, déjà explicitée à propos de l’indépendance ;
 La confidentialité, impérative, sauf obligation légale ;
 La compétence, impliquant la mise à jour des connaissances.
Les douze règles de conduite :
1. Accomplir honnêtement les missions ;
2. Respecter la loi ;
3. Ne pas prendre part à des activités illégales ;
4. Respecter l’éthique ;
5. Etre impartial ;
6. Ne rien accepter qui puisse compromettre le jugement ;
7. Révéler les faits significatifs ;
8. Protéger les informations ;
9. Ne pas en tirer un bénéfice personnel ;
10. Ne faire que ce qu’on peut faire ;
11. Améliorer ses compétences ;
12. rRspecter les normes.
Les normes de qualification
Les normes de qualification / Indépendance et objectivité
Les normes de fonctionnement
Les normes de fonctionnement / Nature du travail / Contrôle
Les normes de fonctionnement / Communication des
résultats
L’audit interne et la qualité:

Le responsable d’audit interne doit définir et mettre en œuvre un plan


de contrôle qualité, pour évaluer les activités du service d’audit.
Le but de ce plan est de fournir une assurance raisonnable que
le travail d’audit s’effectue en conformité avec les normes d’audit
interne.
Le plan de contrôle qualité doit s’intéresser aux thèmes
suivants :
· la supervision,
· les contrôles internes,
· et les contrôles externes.

Le responsable d’audit interne n’est pas le


seul responsable concerné par la qualité
de l’audit interne. La hiérarchie supérieure
y est également impliquée.
II. Planification technique et déroulement des missions
d’audit interne

Toute mission d'audit interne doit faire l'objet d'une planification technique afin
de s'assurer de son bon déroulement, et que les moyens utilisés sont adéquats
par rapport aux objectifs fixés.

La planification d'une mission d'audit doit comprendre les étapes suivantes :

1 Réalisation des travaux d’enquête et de vérification

2 Prise de connaissance du chantier

3 Suivi et évaluation des travaux d'audit

4 Rapport d'audit et suivi des recommandations


1 Réalisation des travaux d’enquête et de vérification

Le responsable de la mission d'audit interne élabore le programme de travail à


exécuter sur le terrain. Ce programme de travail consiste en :

· l'examen physique pour prouver l'existence d'un actif, par exemple,

· la vérification sur documents, pour prouver le bien fondé des écritures comptables,

· le contrôle arithmétique, pour s'assurer que les totaux sont corrects sur un document
ou sur un compte,

· le recoupement d'informations provenant de sources différentes et décrivant un seul


et même processus,

· l'étude séquentielle de toutes les opérations dans un circuit pour vérifier si la pratique
est conforme aux règles et procédures en vigueur,
2 Prise de connaissance du chantier

Cette étape consiste à recueillir les données clés caractérisant les activités de l’entité à
auditer. Cette prise de connaissance pourra être obtenue par l’exploitation des
Réalisation des travaux d’enquête et de vérification
documents et informations suivantes :

· informations sur l’activité concernée,

·organigrammes et descriptifs de postes,

· informations comptables et statistiques (chiffres significatifs),

·audits ou études déjà réalisés,

·entretiens avec les principaux chefs de l'entité,


2 Prise de connaissance du chantier (Suite)

·détermination des risques principaux,

·définition des postes (Qui - Fait - Quoi - Où - et - Comment),

·élaboration des diagrammes de circulation de l’information,

·élaboration d'un questionnaire de contrôle interne qui permettra


de vérifier ultérieurement les procédures.

·L'élaboration d'une stratégie et d'un plan d'audit qui déterminent la


nature et l'étendue des travaux de vérification, et qui permettent
d'établir ou d'adapter les programmes de travail.
3 Suivi et évaluation des travaux d'audit

Le responsable d’audit interne doit s'assurer que la mission d'audit se déroule de la


manière Réalisation
prévue quantdes
: travaux d’enquête et de vérification

· Au respect du programme de travail


· A la signature des Feuilles de Révélations et d'Analyse de Problème (FRAP)
par les auditeurs et les audités.
· Au maintien de bonnes relations avec l’entité auditée.

Il convient alors que les auditeurs internes évitent :

·d'émettre des doutes sur l'honnêteté et sur la compétence de quelque


personne que ce soit,
·de tirer des conclusions hâtives sans preuves ni fondements,
·de s'immiscer dans la gestion de l’entité auditée,
·d'avoir des idées préconçues et de ne pas étudier les faits réels.
4 Rapport d'audit et suivi des recommandations

Une attention particulière doit être accordée à la structuration et à la formulation


des rapports d'audit interne.

Ces rapports doivent se baser sur l'ensemble des feuilles de travail insérées dans
le dossier d'audit et doivent contenir :

• les
· les faits, justifiant recommandation
les points forts, les s visant à
· les remédier aux
faiblesses et les
conclusions dysfonctionneme
dysfonctionnement
validées par les s, nts et à améliorer
tests et les l'existant.
vérifications,

L’auditeur interne est tenu également d’assurer le suivi des recommandations émises
dans les rapports d’audit.
III. Relations entre l’auditeur interne et les autres
entités d’audit et de contrôle

- Le responsable du service d’audit doit coordonner entre


les efforts de l’audit interne et de l’audit externe.

- Les travaux mutuels des auditeurs internes et externes


doivent être coordonnés afin que toutes les activités ou
fonctions soient auditées sans redondance ou double
emploi. Cette coordination relève du responsable de l’audit
interne.
Type de contrôle Inspection Audit Contrôle interne

Ponctuelle, voire improviste Périodique et systématique


1. Périodicité Permanente
(secret) (plan accepté)

Extérieure au service, voire


2. Position Interne Intégrée
supérieure

Opérations Système Gestion


3. Objet
Personnes Résultats Risques

La régularité
4. But
(voire découvrir des Efficacité Maîtrise
(préoccupation majeure)
irrégularités)

Référentiels de Cl
5. Méthodologie Guides Standards
(piste d’audit)

Régularisations
6. Conséquences Sanctions Recommandations
(plan d’action)

Opinion Accountability( la reddition


7. Responsabilité Garantie
Assurance raisonnable des comptes)

8. Métiers « Policier » Consultant Manager


Conclusion
- L’audit interne est devenu un élément actif de la nouvelle ère de comptabilité
et de contrôle. La façon dont les entités du secteur aussi bien public que privé
assurent un contrôle interne et sont tenues de rendre compte a évolué : une
meilleure transparence et une plus grande responsabilisation sont à présent
exigées de la part de ces organisations.

- Cette tendance a eu un impact significatif sur la façon dont la direction assure


la mise en œuvre et la surveillance du contrôle interne .

- Bien que l’auditeur interne puisse s’avérer une précieuse source de conseils en
matière de contrôle interne, il ne devrait pas se substituer à un système de
contrôle interne fort, qui constitue la réponse de première ligne face aux
risques.

- Le rôle de l’audit interne a évolué en partant d’une procédure administrative


axée sur la conformité pour se muer en un élément clé de bonne gouvernance.
Bibliographie & Webographie
« Théories et pratiques de l’audit interne » - Jacques
RENARD
http://lpaudit.com/index.php/laureats/promotion-3/2
-non-categorise/45-l-audit-interne-entre-universalite-
et-specialisation
http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article199
http://fr.scribd.com/doc/81512036/Audit-Interne-
Cours-d-Audit-Interne