Vous êtes sur la page 1sur 26

INTERACTION

SOL-STRUCTURE
PROGRAMME
1- INTRODUCTION
2- FORMULATION DE L'INTERACTION SOL STRUCTURE
2.1 Méthode global
2.2 Interaction cinématique et interaction inertielle
2.3 Méthode de sous-tructure
2.3.1 Méthode de frontière
Fondation rigide
Fondation flexible
2.3.2 Méthode de volume
2.4 Méthode hybride
3- COMPARAISON DES DIFFERENTES METHODES
4- IMPEDANCE D'UNE FONDATION SUPERFICIELLE
5- EXEMPLES
RAPPEL
L’interaction action sol-structure traduit littéralement la modification du
mouvement du sol ou de la structure lors d’un séisme du fait de la présence de
l’autre composant. Elle dépend:
–Le mode de fondation
–La nature du sol et ses caractéristiques
–Les caractéristiques de l’ouvrage
De nombreux aspects nécessitent une étude approfondie pour résoudre
complètement un problème d’interaction sol-structure. Ce sont :
–La définition de l’aléa sismique et du mouvement résultant
–L’étude du comportement du sol sous chargement cyclique
–L’évaluation de la réponse du sol en champ libre
–L’évaluation de la réponse dynamique des structures.
Une analyse complète du phénomène d’interaction sol-structure doit prendre en
compte :
–La variation des caractéristiques du sol avec la profondeur
–Le comportement non linéaire du sol
–Le caractère tridimensionnel du problème
–Le schéma complexe de propagation des ondes qui engendrent le mouvcement
–L’interaction avec les structures avoisinantes
Dans l’état actuel des connaissances, des simplifications doivent être éffectuées
FORMULATION D’UN PROBLEME D’INTERACTION SOL-STRUCTURE

1-Les méthodes globales, résolvent le problème global de la partie gauche de


la figure ci-dessous
2-Les méthodes de sous-structure qui s'appuient sur une décomposition du
système en sous systèmes comme indiqué ci-dessous
•Le mouvement est calculé à la base inférieure du modèle,cette étape est la dite de déconvolution
•Le mouvement déconvolué est imposé uniformément à la base du système sol structure
•Le mouvement sismique est connu (spécifié) à la surface du sol, en champ libre;
Frontière rigide
1. détermination du mouvement d'une fondation rigide sans masse soumise à la sollicitation
sismique;
2. détermination de la matrice d'impédance de la fondation
3. calcul de la réponse dynamique de la structure reliée à la matrice d'impédance déterminé en
2et sujette à son support au mouvement d'interaction cinématique déterminé en 1
Frontière flexible
Dans le cas général, la fondation n’est pas infiniment rigide ; le problème
à résoudre est plus complexe. La structure, reliée aux impédances du sol,
est soumise à un système de sollicitations multiples à chacune de ses
liaisons avec le sol. Dans le principe, la résolution des trois étapes que
précédemment est nécessaire :

1- Diffraction du champ libre


2- Impédance
3- Réponse de la structure

Mais chacune est plus complexe que dans le cas d’une fondation rigide.
En particulier, on ne peut plus avoir recours à des solutions publiées pour
la détermination des impédances
Méthode de volume
La méthode de volume permet d’éviter la résolution du problème de diffraction.
L’interaction entre le sol et la structure est prise en compte, non seulement à l’interface
entre le sol et la structure , mais à tous les éléments (nœuds) de la structure sous la
surface du sol
Les équations du problème peuvent alors être formulées comme pour les méthodes de
sous-structure envisagées précédemment.

= +

Structure moins
Système global Fondation sol excavé
La solution du problème d’ interaction est réduite alors
aux trois étapes suivantes :

1-Détermination de la réponse de champ libre. Aucun


problème de diffraction n’existe à ce stade, si les couches
de sol sont horizontales. Le problème peut alors être
résolu, pour n’importe quel type d’ondes, à l’aide des
méthodes classiques.
2- Détermination de la matrice d’impédance. Cette dernière
contient plus de terme que celle des méthodes de frontière 
3- Détermination classique de la réponse dynamique de la
structure.

Cette méthode à été incorporée dans un programme d’interaction de calcul


SASSI(1981) qui permet de prendre le caractère tridimensionnel du problème
pour une stratigraphie régulière autour de la structure.
Méthode hybride
La résolution du problème d’impédance constitue une étape longue et coûteuse
dans la méthode de sous structure.
Pour s’affranchir de cette étape, l’idée consiste à séparer le sol en un champ libre
et un champ lointain
Le champ lointain est modélisé à l’aide d’une matrice d’impédance.

Les problèmes sont alors :


–la solution du problème de diffraction du champ incident. le long de la
frontière séparant le champ proche du champ lointain
–La définition des coefficients de la matrice d’impédance du champ lointain.
Par définition, l'impédance de la fondation est égale à la réaction exercée sur la
fondation sans masse lorsqu'elle est soumise à des déplacements harmoniques
unitaires dirigés suivant l'un quelconque de ses degrés de liberté
La fondation étant sans masse, l'impédance représente également le quotient
d'une force directement appliquée à la fondation (qui est égale à la réaction du
sol) par le déplacement résultant
Les termes k1 et c1 dépendent plus ou moins fortement de ω et comme on l'a
signalé pour l'oscillateur simple, qu'ils peuvent devenir négatifs.