Vous êtes sur la page 1sur 17

La corruption

Présenté par:
 Oumaima faridi
 Chaimae yechoukh
Le plan :
I. Introduction
II. Définition
III. Les types de la corruption
IV. les formes de la corruption
V. Les causes et les conséquences de cette phénomène
VI. Peine et sanction
VII.Des solutions pour réduire la corruption dans le monde
VIII.Classement des pays selon le niveau de corruption
IX. conclusion
Introduction
définition
• La corruption est un comportement pénalement
répréhensible par lequel une personne (le corrompu)
sollicite, agrée ou accepte un don, une offre ou une
promesse, des présents ou des avantages quelconques en
vue d'accomplir, de retarder ou d'omettre d'accomplir un
acte entrant d'une façon directe ou indirecte dans le cadre
de ses fonctions.
Les types de corruption

 La corruption passive (article 432-11 du Code pénal) lorsqu'une personne


exerçant une fonction publique profite de cette fonction en sollicitant ou
en acceptant des dons, promesses ou avantages en vue d'accomplir ou de
s'abstenir d'accomplir un acte de sa fonction cette personne reçoit le nom
de corrompu.
 La corruption active (article 433-1 du Code pénal) lorsqu'une personne
physique ou morale obtient ou essaie d'obtenir, moyennant des dons, des
promesses ou avantages, d'une personne exerçant une fonction publique,
qu'elle accomplisse ou retarde ou s'abstienne d'accomplir ou de retarder
un acte de sa fonction ou un acte facilité par elle ; le tiers reçoit le nom
de corrupteur.
Les formes de la corruption
 les « dessous de table » : ce sont des versements à des
responsables officiels afin qu’ils agissent plus vite, de façon
plus souple et plus favorable12.
 La « fraude » : c'est la falsification de données, de factures, la
collusion etc.
 « L’extorsion » : c'est l’argent obtenu par la coercition ou la
force.
 Le « favoritisme » (« Népotisme », « Collusion ») : c'est le
fait de favoriser des proches.
 Le « Détournement de fonds » : c'est le vol de ressources
publiques par des fonctionnaires.
Les causes et les conséquences
Les causes :
• Mauvaise gouvernance : cadre législatif flou, système judiciaire
inadéquat, manque de transparence et de responsabilisation,
manque de liberté de la presse ;Absence de toute politique anti-
corruption préventive et de prise de conscience de l'importance des
questions comme l'éthique professionnelle, les conflits d'intérêts
(pour éviter par exemple que les personnes entrent dans les conseils
municipaux pour y défendre leurs propres intérêts fonciers,
entrepreneuriaux ou autres ; manque de réflexe de se "désengager"
de certaines décisions), le refus des cadeaux et autres avantages qui
finissent par créer des relations troubles ou mal perçues par les tiers
(y compris les cadeaux de fin d'année) ;
Institutions faibles : fonctionnaires à forte autorité ayant peu
de comptes à rendre, responsables officiels attirés par des
rémunérations coupables et ayant des salaires faibles, facteurs
culturels ayant trait au mode de contrôle dans l'administration
ou à la croyance au « droit aux bénéfices » des responsables
administratifs.
Faibles salaires : l'administration publique de nombreux États
prévoit des salaires relativement faibles pour certains de leurs
agents ; typiquement les médecins, les policiers (corruption
policière (en)), les douaniers, par exemple, sont les victimes
faciles de systèmes où la culture admet qu'il n'est pas besoin de
les payer [de manière décente] étant donné qu'ils peuvent tirer
un avantage occulte de leurs fonctions.
 Les conséquences :
Pour la démocratie et la règle de droit :
 Dévalorise la confiance et la légitimité,
 Démotive et bouleverse la participation politique,
 Déforme le résultat des élections,
 Complique la mise en œuvre des politiques.
Pour les services sociaux :
 Moins de résultats pour plus d’argent,
 Les dépenses publiques pour les projets à potentiel de corruption,
 Marginalise le pauvre et le faible.
Pour le développement économique :
 Distorsion de la concurrence et réduction de
l’investissement,
 Environnement des affaires dégradé,
 Les pots-de-vin sont perçus comme un impôt.
Peine et sanction
• La corruption est sévèrement sanctionnée par le Code
pénal. La loi prévoit que le corrompu et le corrupteur
encourent chacun une peine maximale de 10 ans
d'emprisonnement ainsi qu'une amende pouvant atteindre
jusqu'à un million d'euros.

• Outre ces sanctions, corrompu et corrupteur s'exposent


également à des peines complémentaires et notamment à
l'interdiction d'exercer une fonction publique ou l'activité
professionnelle ou sociale concernée par l'infraction.
Les solutions
• Le public devrait savoir qui détient et bénéficie des sociétés, trusts et
autres entités légales
• Nous devons renforcer la régulation de secteurs tels que l'immobilier et
le luxe pour empêcher qu'ils servent au blanchiment de l'argent de la
corruption
• L'obligation des banques et des entreprises d'identifier leurs clients et de
signaler les sociétés écrans ou les pratiques suspectes qu'elles
découvrent devrait être renforcée.
• Les entreprises qui achètent du pétrole, du gaz ou des minerais, ainsi que
celles qui opèrent dans les secteurs de la défense ou du BTP, devraient
rendre public le détail de leurs paiements aux gouvernements projet par
projet.
Les solutions
• Les entreprises devraient révéler le montant des taxes qu'elles
paient dans chacun des pays où elles ont des activités.
• Toutes les procédures de marchés publics à travers le monde
devraient être transparentes et ouvertes.
• Les budgets nationaux de tous les pays du monde devraient être mis
en ligne et accessibles à tous les citoyens.
• Les militants de la lutte contre la corruption devraient avoir accès à
toutes les données pertinentes - en format ouvert, dans les temps et
dans des formats comparables - ainsi qu'aux technologies qui leur
permettront de travailler de manière efficace
Classement des pays selon le niveau de
corruption
• Les dix pays les moins corrompus sont : Danemark (1er du
classement), Nouvelle-Zélande, Singapour, Suède, Canada,
Pays-Bas, Australie, Suisse, Norvège.

• Les dix pays les plus corrompus sont : Somalie (dernier du


classement), Birmanie, Afghanistan, Irak, Ouzbékistan,
Turkménistan, Soudan, Tchad, Burundi, Guinée.

• Les États-Unis arrivent en 22e position, France (25e), Italie 67e,


Brésil 69e, Chine 78e, Inde 87e, Mexique 98e, Iran 146e, Russie
154e.
conclusion