Vous êtes sur la page 1sur 33

GESTION

DES SITUATIONS
D’URGENCE

1
L’URGENCE

C’est tout incident, accident,situation


critique ou n’importe quel événement
pouvant mettre en danger le navire,
l’équipage et l’environnement.

2
CODE ISM

Préparation au situation d ’urgence:


(Chapitre 8 du code ISM )

La Compagnie devrait établir les procédures


pour identifier les situations d’urgence
susceptibles de survenir à bord ainsi que les
mesures à prendre pour pour y faire face
3
PROCEDURE

C’est l’ensemble de mesures qui permettent


d’identifier une urgence, d’y faire face, de
minimiser ses effets et de déterminer ou
d’accomplir la tâche de façon efficace

4
I- ANALYSE DES RISQUES

5
1- Introduction:

toute activité induit nécessairement des


risques et il est obligatoire d’en tenir
compte et donc les connaître, les étudier et
organiser la prévention et la lutte contre les
incidents.
Ces actions permettent à la fois de protéger
le personnel, le navire (moyens),
l’environnement et l ’image de marque.
6
A bord d’un navire, les risques existent
néanmoins, il faut en permanence
s’assurer que les moyens mis en place
pour prévenir et combattre les dangers
sont opérationnels.
C’est une tache lassante, mais qui seule

7
peut donner l’assurance de l’efficacité
maximale si une intervention s’avère
nécessaire.
Donc, il est nécessaire de bien planifier
les mesures d’urgence pour être en
mesure de réagir le mieux possible à une
situation difficile (danger ).
8
Le terme planification signifie:
« décider immédiatement des actions qui
seront entreprises plus tard ».
La planification des mesures d’urgence est
un processus continu comportant quatre
étapes principales:

9
- L’analyse
- L’élaboration d’un plan d’urgence
- L’implantation
- L’évaluation et les mises jour

10
2- Principes fondamentaux:

Le danger réside dans la possibilité de


déclenchement d’un événement importun.
Il suppose l'existence d’un péril inhérent du,
par exemple à un produit chimique, à une
réaction, à une énergie ou à une installation et
susceptible d’être activé par une causalité à
répercutions fâcheuses.

11
Les causalités peuvent être classées en deux
catégories distinctes:
a- une erreur du système: soit à une cause non
décelée, un vice de construction, une
mauvaise conduite.
b- une avarie: soit à des défaillances techniques
ou humaines, soit à des influences venant de
l’extérieur.
12
3- Analyse des risques:

Les analyses des risques se feront:


 en vue d’améliorer le niveau de sécurité
 dans l’éventualité de nouveaux dangers
après par exemple:
- changement d’appareils
- modifications et réparations.

13
4- Evaluation des risques:

Le risque est une mesure qui permet d’évaluer un


danger quant à la gravité et à la probabilité
d ’un éventuel danger.
L’évaluation des dégâts et des conséquences
concernant tout les dangers reconnus, constitue
le fondement des mesures de sécurité.
La porté d’un accident peut être définie par

14
l’inventaire des dommages portées aux
personnes et aux installations.
En s’appuyant sur cet inventaire, il devient
possible de regrouper par catégories les
dangers potentiels, par exemple:

15
- Risque faible:
blessure légère, dégâts réduits, réparation facile
avec les moyens bord.
- Risque moyen:
blessés sans conséquences durables, dégâts aux
installations sans arrêt de longue durée, la
réparation dépasse les moyens du bord

16
- Risque élevé:
événement dont les conséquences
dépassent le cadre des dommages
mentionnés ci-dessus.

17
5- Conclusion:

Une sécurité suffisante exige l'exécution


d’analyse des risque systématiques.

Cette analyse des risques doit s’étendre sur


tout les domaines critiques concernés.

18
II- PLAN D’URGENCE

19
1- Elaboration d’un plan d’urgence

Une fois les risques connus et les ressources


identifiées, le plan d’urgence sera élaboré.
Le plan d’urgence doit préciser pour chacune des
situations, les procédures à suivre afin de corriger
la situation et de faire face à tout danger. Il doit
également préciser les responsabilités de chaque
intervenant et s’assurer qu’il ne manque rien
pour répondre efficacement à l’urgence

20
2- Objectifs d’un plan d’urgence
 sauver et traiter les blessés
 mettre en sécurité les autres personnes
 limiter les dommages aux biens (terminal-
navire)
 contenir et amener le sinistre sous contrôle
 préserver les documents et pièces nécessaires
à l’investigation pour les leçons à retenir.

21
3- Implantation et fonctionnement des
plans d’urgence

Il est essentielle que chaque personne


connaisse son rôle et ses responsabilités dans
les différentes situations pouvant se présenter
et que chacune d’elles soit formée pour
remplir efficacement son rôle.

L’implantation des plans d’urgence exige


que:
22
 Les plans sont être testés régulièrement à des
intervalles réguliers.
 Le respect de ces plans et leur efficacité sont
vérifies.
 Après chaque exercice, ces plans sont revus et
rangés.
 Tout anomalies constatée est rapportée et les
plans corrigés en conséquence.
23
4- Responsabilité et coordination
 Plans d’urgence terre
 Check-list d’interface navire/terre
 Plans d’urgence bord ou plan d’intervention
bord
A bord de chaque navire, il devrait exister un
plan d’urgence qui détermine:
- la composante d’une équipe d’urgence terre

24
- la mise en place de cette équipe
- les contacts avec le navire
- les informations à réunir
- l’assistance à fournir
- les organisations à avertir
- les sociétés spécialisées dans l’assistance

25
- les attributions des taches et
responsabilités à bord (équipes
d’intervention bord )
- les actions à entreprendre
- les autorités à aviser
- les procédures pour demander assistance,
etc...
26
5- Mise en œuvre de plans d’urgence
 A la naissance d’une urgence l’alarme est donnée
immédiatement. L’opérateur du terminal et/ou
l ’officier de quart doivent initier cette action.
 Les premières mesures sont prises par les
personnes qui sont sur les lieux. Ces mesures
sont essentielles.
 A bord, l’évaluation de la situation et la mise en
œuvre des plans sont du ressort du capitaine.

27
6- Les communications:
 Maillon important du plan d’urgence
 Un plan d’urgence ne peut être mis en œuvre
efficacement si ces moyens sont défaillants
 C’est pour cela que les système de
communications doivent être testés
régulièrement notamment pour les opérations
aux ports où ils sont testés avec le terminal
avant le début des opérations.
28
III- EXERCICES DE SECURITE

29
1- Buts des exercices
Des situations d’urgences potentiels susceptibles
d’affecter le navire doivent être analysées et des
actions pour y faire face pratiquées sous forme
d’exercice.
Les buts d’un exercice sont:
- relever les défaillances et faiblesses
- recenser le manque des ressources
- améliorer la coordination
- améliorer les compétences des intervenants

30
 relever les défaillances et faiblesses
 recenser le manque des ressources
 améliorer la coordination
 améliorer les compétences des intervenants

31
2- Exercice d’urgence

 Définir le (les) objectif (s)


 Décider du type d’exercice
 Déterminer les parties à impliquer
 Déterminer le scénario
 Réaliser l’exercice programmé
 Récolter et analyser les informations
 Mener les actions correctives si nécessaire
32
2- Exemples

Voir exemples d’exercices du navire Berkine

33