Vous êtes sur la page 1sur 23

Complications

urogénitales de la
bilharziose
OG: comprendre les différentes
manifestations
Objectifs spécifiques

• OS1. décrire physiopathologie infection SH

• OS2. Décrire différentes formes cliniques

• OS3. Organiser traitement


Epidémiologie
• 2 ème endémie parasitaire mondiale
(après paludisme) :

• 74 pays atteints,

• 200 000 000 de sujets infectés,


• 800 000 morts/an.
Etiopathogénie
• Bilharziose urogénitale  shistosoma
haematobium.
• Tropisme  veines Pl. hypog.
• Œufs de SH  enzyme traversant
endothélium des capillaires  paroi
vésicale.
• Œufs enkystiqués: granulomes
Lésions
• Vessie: inflammation diffuse, ulcération
granulomes, muqueuse parsemée d’œufs
de SH (sandy patches), cicatrisation
fibreuse, vessie califiée, pancystite 
petite vessie
• Col vésical:
- sclérose
- dysectasie
• Uretères
- calcifications et fibrose pariétales
 sténose uretère pelvien +++

• Urètre:
- sténose
- fistules périnéales
- pseudo-éléphantiasis
Evolution
• Pancystite
• Rétrécissements urétéraux pelviens
• Cancer de vessie
• IRA/IRC
• Stérilité
• Lithiases urinaires
Lésions génitales
• Inflammation granulomateuse
- veru montanum: lieu privilégié ponte
ovulaire  fribrose  oblitération orifices
canaux éjacul/ prostatiques
- vésicules séminales
- prostate
- Testicules: hydrocèle
Formes cliniques

• Cystite bilharzienne

- aigue: hématurie totale/terminale,

douleurs mictionnelles, pollakiurie, dysurie


• cystite hémorragique : terminale,
hématurie , capricieuse, intermittente,
récidivante et provoquée
par l'effort physique.

• chronique: petite vessie acontractile:


pollakiurie permanente, dysurie
Formes cliniques (suite)

• Rétrécissement urétéral pelvien:


méga uretère sténosant  dysurie,
lombalgies,
infections urinaires, IRC
• Lithiases urinaires (coliques néphrétiques)
• Cancer de la vessie: Cr transitionnel,

adénocr, épithélioma

épidermoïde spino-cellulaire
manifestations génitales
•       femme : lésions vulvaires, cervico-
vaginales, endométrites, annexites.
grossesses ectopiques
stérilités secondaires, avortements.

•    homme : urétrite, prostatite, orchi-


épididymite, hémospermie,
spermatocystite, funiculite (infection du
cordon spermatique)
complications : lésions évoluées
cicatricielles:

- infection vésicale, urétrite, pyélonéphrites


aigues
- dysectasie du col
- néphropathie interstitielle + HTA et/ou
IRC
dégénérescence maligne
Diagnostic
• Examens paracliniques 
- bandelettes urinaires : protéinurie,
hématurie, leucocyturie
- dosage de la créatininémie
Recherche d’œufs
- urines (filtration)

• sperme

• frottis vaginal, colposcopie : biopsies


(col, vagin), si lésions cervico-vaginales
Cystoscopie

•  lésions primaires: granulations (grains de


semoule),
• secondaires: à type d'acné,
• tertiaires en tapis sableux. 
• tumeurs framboisées (bilharziomes) 
Diagnostic (suite)

ASP  : calcifications de la vessie


(aspect en coquille d’œuf, vessie
porcelaine), calcifications de l’uretère
UIV  : urétérohydronéphrose, lithiases
urétérales ou pyéliques, résidu post-
mictionnel
échographie
-          vessie : irrégularité pariétale,
hypertrophies localisées (aspect polypoïde),
résidu post-mictionnel
-          urétère : dilatations bilatérales,
associées aux lésions vésicales
-          rein  : dilatations
pyélocalicielles, lithiases
Traitement
• Cystite aigue: praziquantel 40mg/kg
• dose unique, ATB, AINS
• Cystite chronique: entérocystoplastie
• Cr vessie f(stade)
• Lithiases urinaires
• Rétrécissement urétéraux: résection,
urétéronéocystostomie, entérocystostomie
• Le praziquantel (BILTRICIDE®)
•       Actif sur tous les schistosomes.
•   comprimés quadri-sécables à 600mg
• Posologie : 40mg/kg, en prise unique
Traitement chirurgical

• Hydronéphrose surinfectée, parenchyme rénal


détruit,  néphrectomie de sauvetage
• Atteinte vésicale (petite vessie): plastie
d’agrandissement.
• Insuffisance rénale
- hémodialyse
- néphrostomie.