Vous êtes sur la page 1sur 21

L’action publique

Chapitre 1:l’exercice de l’action publique


Section 1: les sujets de l’action publique
Section 2 :les modes d’exercice de l’action publique
Chapitre 2: l’extinction de l’action publique
Section 1: les causes d’extinction particulières à l’action
publique
Section 1: les causes d’extinction commune à l’action
publique et civile
L’exrcice de l’action publique
L’action publique que l’on appelle aussi l’action pour l’application des peines a pour but de réprimer le
trouble social, par l’application d’une peine une d’une mesure de sureté à l’auteur de l’infraction. C’est
une action d’intérêt général ou d’ordre public, par opposition à l’action civile qui est d’intérêt privé.
Elle appartient la société et à elle seule. Celle-ci seul le droit de l’exercer ou d’ y renoncer. Vrai dire la
société la fait exercer par des représentants qualifiés les magistrats du ministère public Etant titulaire de
cette action
Cette prééminente du MP ne doit pas faire oublier les autres acteurs possibles. Tout d’abord la victime
qui pourra jouer un rôle certain en engageant l’action civile devant les juridictions répressives
L’étude de l’exercice de l’action publique requiert l’examen successif des sujets de l’action ainsi qu’aux
modes de son exercice.
Rédigé par: KHOLTEI KAOUTAR
LAHMER LAILA

Encadré par: madame Gennouni

Sujet :l’exercice de l’action publique


SECTION 1 les sujets de l’action publique
Deux questions se posent à cet égard contre qui peut être exercée l’action publique ?(sujet passif)qui peut
exercer l’action publique ?(sujet actif)
Sous section 1 le sujet passif de l’action publique
Etant une action pour l’application d’une peine d’action publique ne peut être évidemment dirigée que contre
l’auteur de l’infraction (auteur co auteur) ou le complice même s’il n’est pas encore identifiée. Le principe de
la responsabilité pénale individuelle et celui de la personnalité des personnes interdisent de l’intenter contre les
personnes qui ne sont pas civilement responsables du délinquant. En cas d’infraction reprochée à une personne
morale, l’action publique est en principe exercée contre les dirigeants de celle-ci

• Sous-section 2 : le sujet action publique


Exercices x mis en mouvement de l’action publique : la mise en mouvement est l’acte initial de la
poursuite, celui par lequel l’action publique est déclenchée et qui saisit la juridiction d’instruction
(réquisitoire introductif du procureur ou constitution de partie civile) ou la juridiction de jugement
(citation directe ) . Elle est le premier acte de l’exercice mais elle ne constitue pas à elle seule
l’exercice.
A°LE MINISTERE PUBLIC
A coté des magistrats qui rendent l justice assis, il existe d’autres magistrats qui représentent le
gouvernement .ceux ci requièrent la justice debout, ce sont les membres du MP ;.
Organisation du ministère public
Composition : le MP existe auprès des juridictions de droit commun : TPI, cour d’appel , cour de
cassation n’y en a pas des juridictions communales et d’arrondissement. En revanche il est présent
dans les juridictions répressives.
 
Le ministère public est ainsi composée :
Près du TPI : le procureur du Roi et ses substituts ( en nombre variable suivant l’importance du tribunal).
Parfois, dans les tribunaux des grandes villes du pays l’un des substituts prend le titre de ‘’premier
substitut’’
Près la cour d’appel : le procureur général du Roi et des substituts ou avocats généraux .
Près la cour de cassation : le procureur général, le premier avocat et des avocats généraux.
&caractère du ministère public :
A HIERARCHIE
Le trait fondamental de l’organisation du MP et qui tient à ce qu’il représente le pouvoir
exécutif ,est la subordination hiérarchique de ce corp placé sous la dépendance du
gouvernement,
,les magistrats du MP au contraire, reçoivent des ordres de leurs supérieurs hiérarchique
auxquels ils doivent obéir.
U sommet de la hiérarchie se trouve le ministre. Quand donc un MP reçoit l’ordre d’agir, il
doit se soumettre ou se démettre.
B)
B)indivisibilité
Les magistrats du ministère public sont considérés juridiquement comme ne formant
qu’une seule et même personne, la fonction absorbe la personnalité de chacun des
membres. Celui qui agit ou qui parle, ne le fait pas en son nom ;mais au nom du parquet
tout entier 
C INDEPENDANCE
VIS-A-VIS des juridictions d’instruction : serviteurs du pouvoir exécutif ,les
magistrats du MP ont une indépendance absolue par rapport aux juridictions
d’instructions et de jugement
VIS-A-VIS de la partie lésée : certes, la victime a le pouvoir de mettre l’action publique
en mouvement , malgré l’inertie ou contre le gré du parquet en se constituant partie
civile, mais l’attitude prise par la victime ne lie en rien le MP .
 Les prérogatives du ministère public :
Le parquet général est indépendant quant à l’engagement des poursuites . lorsque l’infraction lui est
assumée par une plainte ou une dénonciation, il est libre de mettre l’action publique en mouvement, ainsi
parle t on du principe de l’opportunité des poursuites.
Le principe de l’opportunité des poursuites :
L’opportunité des poursuites contrairement au principe de légalité des poursuites qui exige de
mettre l’action publique en mouvement quand une infraction est commise, permet au parquet
général ,alors que l’infraction est constituée quand l’action publique est recevable ,que la
responsabilité de la personne peut être valablement engagée, de ne pas donner suite.
A, l’option classique :
Face à une infraction, le MP peut choisir entre 2 solutions,poursuivre ou refuser de
poursuivre. Dans le 1ER cas,la règle de l’opportunité des poursuites s’efface derrière celle
de la légalité.
*les faits portés à la connaissance ne peuvent recevoir de qualifictions. Il a absence
d’infraction ou l’infraction est insuffisemment caractérisée.
*L’auteur est dempeuré inconnnu
*Le préjudice ou le trouble sont minimes
Les alternatives au poursuites :
Le recours à cette voie intermédiaire est laissé à l’appréciation du parquet. Les mesures les plus
intéressantes sont la médiation et la composition pénale, auxquelles vient s’ajouter la
transaction par un officier de police judiciaire.
A) La médiation :
La médiation permet au MP de différer la poursuite avec l’accord des parties. Concrètement
,cette mesure n’est pas envisageable que sous certaines conditions médiation doit être
susceptible d’assurer la réparation du dommage causé à la victime , de mettre fin au trouble à
l’ordre public ou de contribuer au reclassement social.
 B)La composition pénale
Cette mesure laissée à la discrétion du parquet implique le respect de conditions précises.
Il est impératif que la composition pénale intervienne avant la mise en mouvement de l’action
publique, quelle que soit la procédure qui a permis d’engager l’action.
Elle suppose en outre la reconnaissance des faits par l’auteur de l’infraction lequel peut être
majeur ou mineur d’au moins 13 ans.
Le recours à la composition pénale peut être fait pour les délits dont la peine d’emprisonnement
ne dépasse pas 5 ans ou à toutes les contraventions.
*_la procédure à suivre consiste dans la nécessité d’une proposition du parquet, l’accord de
l’auteur des faits et l’intervention du président du tribunal pour valider la proposition.
*_la composition pénale peut consister par exemple dans le paiement d’une amende au trésor
public ou dans le dessaisissement de la chose qui a servi à commettre l’infraction.
== l’exécution de la composition pénale interdit alors toute action publique
C )ROLE ET SITUATION DU MINISTERE PUBLIC AU PROCES PENALE ;
Le MP n’est pas juge mais partie :LE MP qui agit au nom de la société n’est pas un juge.il a
seulement le pouvoir de poursuivre et d’exercer l’action publique, mais il n’a ni le droit d’instruire
ni celui de juger c’est-à-dire de décider de l’innocence ou de culpabilité et de prononcer un
quittement ou une condamnation à une peine. C’est d’une requête ou suspicion légitime .
Le ministère public est un demandeur ;mais c’est un demandeur dont la situation est bien
différente de celle du demandeur au procès civil.
Il exerce en effet une action qui appartient à la société dont il est le représentant et au nom de
laquelle il agit.
B)les fonctionnaires de certaines administrations
L’article 3 alinea 2 du CCP, dispose’ l’action publique est mise en mouvement et exercée par les
magistrats du ministère public, elle peut aussi être mise en mouvement par les fonctionnaires auxquels
elle est confiée par la loi .
a) L’exercice de l’action publique par les administrations
L’administration des douanes a le droit de poursuivre les infractions douanière. Elle a seule ce droit
pour les contraventions douanière passibles d’amende ou de confiscation. Elle l’exerce concurremment
avec le MP en ce qui concerne les délits douaniers qui sont de la compétence du tribunal
correctionnel, tout aux moins pour faire condamner le délinquant aux peines pécuniaires d’amende ou
de confiscation et obtenir ainsi l réparation,, dans un intérêt public ; du dommage causé par la fraude.
Caractère particulièrs de l’action publique exercée par des administrations.
L’action publique ainsi exercée par les administrations intéressées en vue d obtenir la
condamnation du délinquant à une peine ;est d’une nature particulière.
;;alors que le MP n’a pas la disposition de l’action publique et ne peut transiger,
l’administration a le pouvoir d’arrêter cette action en faisant une transaction avec le coupable
SECTION 2 : les modes d’exercice de l’action publique.
Il s’agit d’indiquer les différents moyens dont dispose le MP, pour déclencher l’action publique, sont, l’avertissement
, l’information , la citation directe et le procédé particulier en cas de flagrant délit.
S1 l’avertissement
l’avertissement delivré par le MP dispense de la citation, et saisit le tribunal de jugement, lorsqu’il est suivi de la
comparution volontaire de la personne laquelle il est adressé .
S2 :l’information
Le procédé de l’information consiste à saisir un juge d’instruction qui va enquêter sur l’affaire de facon approfondie
avant de décider s’il y a lieu ou non de faire comparaitre le suspect devant une juridiction de jugement.
Cas dans lesquels il y a lieu à l’information :
Information obligatoire :l’information est obligatoire pour la poursuite des crimes. Il s’agit en effet,
d’infractions particulièrement graves, où il sera nécessaire de faire la lumière la plus complète non seulement
sur les faits, mais également sur la personnalité de l’auteur ,étant donné, l’importance des peines qu’il encourt.
L’information est également obligatoire pour certains délits par exemple la spéculation illicite.
-l’information est obligatoire lorsque le crime ou l délit a été commis par un mineur.
Le procédé de l’information doit également être employé si l’on veut exercer des poursuites contre l’auteur
d’une infraction alors qu’on ignore l’identité de celui-ci*
Information facultative :en dehors des cas ci-dessus, le procédé de l’information peut être employé
facultativement, ainsi, le MP ou la partie lésée useront ce procédé de l’information dans les affaires qui
nécessitent des investigations délicates, l’intervention d’un expert ou une surveillance étroite de la personne
poursuivie
B) Utilisation de l’information par le ministère public (le réquisitoire a fin d’informer)
Lorsqu’il emploie le procédé de l’information, le parquet rédige un réquisitoire . ce premier
réquisitoire ou réquisitoire introductif par lequel le ministère public requiert le juge d’instruction
d’informer, va mettre l’action publique en mouvement.

C) Utilisation de l’information par la partie lesée


La plainte avec constitution de partie civile.
Si la victime désire porter son action civile devant la juridiction répressive dans un cas oû
l’information est obligatoire, il est indispensable qu’elle puisse saisir le juge d’instruction. La loi lui en
offre le droit si l’infraction constitue un crime ou un délit mais non s’il s’agit d’une contravention.
* la communication u parquet : le juge d’instruction ordonne communication de la plainte u parquet .
*décision du juge d’instruction : à la suite des réquisitions du parquet ,le juge d’instruction doit décider s’il
est valablement saisi par la plainte de la partie lésée.
^^il peut s’estimer incompétent et renvoie alors la partie civile à se pourvoir devant de telle juridiction qu’il
appartiendra.
^^il peut estimer la constitution de la partie civile irrecevable.
S3 : la citation directe :
A coté du procédé technique de l’information ,qui aboutit à ouvrir une instruction préparatoire,le MP et l
partie lésée peuvent en utiliser au autre ,qui, lui permet de saisir directement la juridiction de jugement en
citant le coupable devant elle.
Cas dans lesquels il y a lieu à citation directe.
Ce mode d’exercice de l’action publique par citation directe ne peut être utilisé par le MP que pour
les contraventions et les délits, jamais pour les crimes pour lesquels l’instruction est toujours
obligatoire.
Conditions de forme de la citation directe :
La citation se présente sous la forme d’un exploit d’huissier, délivré soit à la requête du MP ,soit à
celle de la partie lésée ou l’administration habilitée.
Effets de la citation directe
la citation directe met en mouvement l’action publique ;c’est un acte de poursuite qui interrompt l
prescription
S4° PROCEDURE SPECIALE EN CAS DE FLAGRANT DELIT OU D INFRACTION SIMPLE

cette procédure spéciale et accélérée est applicable soit en cas du délit flgrant soit lorsqu’il apparait
u procureur que les charges réunies sont suffisantes.
La convocation par procès verbal
a)fixation de la date de l’audience
b)le placement éventuel sous contrôle judiciaire
la comparution immédiate
Chapitre 2: l’extinction de l’action publique
l’action publique s’éteint par la mort de l personne poursuivie, la prescription
,l’amnistie, l’abrogation de la loi pénale,…
section 1: les causes d’extinction particulières à l’action publique
s1: décès du délinquant
s2: l’amnistie
s3:l’abrogation de la loi pénale
Section 2: causes communes l'action publique et l'action civile
s1) les causes exceptionnelles d’extinction:
A) la transaction
B) le retrait de la plainte
s2)les clauses normales d’extinction:
A) la chose jugée
B) la prescription

Vous aimerez peut-être aussi