Vous êtes sur la page 1sur 45

IFRS 9 Instruments financiers

IFRS 4 Phase II Contrats d’assurance

De grands changements en perspective

Le 6 novembre 2015
Ordre du jour

Introduction

• Michel Giguère

IFRS 9 – Instruments financiers

• Geneviève Noël

IFRS 4 – Phase II Contrats d’assurance

• Michel Giguère

Questions / Discussions

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 2


IFRS 9
Instruments financiers

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 3


Présentation de l’IFRS 9
• L’IFRS 9 Instruments financiers comporte trois volets et vise à remplacer l’IAS 39,
Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation dans son intégralité.

• La norme définitive s’appliquera aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2018 et


porte sur :

‒ le classement et l’évaluation des instruments financiers

‒ la dépréciation d’actifs financiers

‒ la comptabilité de couverture

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 4


Dispositions transitoires et date d’entrée en
vigueur

IFRS 9 doit être appliquée aux


exercices ouverts à compter du

1er janvier 2018


de manière rétrospective
Application anticipée
• Pas nécessaire de retraiter les informations
permise des périodes précédentes
• Application de toutes les exigences d’IFRS 9
• Exposé-sondage à venir pour les sociétés
d’assurance pour différer l’application ou
utiliser une approche minimisant les
incidences sur une période donnée

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 5


IFRS 9
Instruments financiers – Classement et évaluation

6 © Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées.


Classement des actifs financiers
Modèle économique
Méthode du
taux d’intérêt
détenu pour percevoir les flux de effectif
trésorerie contractuels
Coût amorti Dépréciation

=
détenu pour percevoir les flux de Gains/pertes de
Juste valeur
trésorerie contractuels et en vue de la change
( AÉRG)
vente
(autre)
Changements
dans la juste
Option de la juste
valeur
valeur en cas de non-
concordance
Caractéristiques des flux de trésorerie contractuels comptable

Versements d’intérêts
Principal sur le principal restant Juste valeur
dû ( par le biais Variations de la
du résultat juste valeur
net)
Valeur JVAERG - Option pour
Autres risques les instruments de
temps Risque Variations de la
des prêts de capitaux propres non
de de crédit juste valeur
base ou coûts détenus à des fins de
l’argent
transaction
Incidence sur les autres
Classement dans les Classement à la juste
Classement au Incidence sur le résultat net éléments du résultat
autres éléments du valeur par le biais du
coût amorti global
résultat global résultat net

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 7


Caractéristiques des flux de trésorerie contractuels

Juste valeur
à la
comptabilisa
tion initiale

Versements d’intérêts sur le


Principal
principal restant dû

Contrepartie
pour le Valeur Autres risques ou
Risque de
passage du temps de coûts des prêts de
temps crédit
uniquement l’argent base

Par exemple :
• Risque de
Les conditions contractuelles de l’actif financier donnent lieu, à liquidité
des dates spécifiées, à des flux de trésorerie qui • Frais
administratifs
correspondent uniquement à des remboursements de
• Marge
principal et à des versements d’intérêts sur le principal • etc.
restant dû (URPI).
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 8
Modèle économique
Le modèle économique est déterminé par les
principaux dirigeants de l’entreprise (au sens donné
dans IAS 24)

Un modèle économique peut généralement être


observable dans les activités que l’entité effectue pour
atteindre son objectif économique, p. ex.
Évaluation de la performance du
modèle économique et de l’information
Gestion de groupes interne
d’actifs financiers en
vue d’atteindre un
Évaluation du Risque qui a une incidence sur la
modèle économique
modèle performance du modèle économique
donné
économique et la gestion de ces risques
selon IFRS 9

La façon dont les dirigeants de


l’entreprise sont rémunérés (p. ex.
d’après la juste valeur)

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 9


IFRS 9
Instruments financiers – Dépréciation

10 © Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées.


IFRS 9 propose un modèle de dépréciation
unique pour tous les instruments financiers
entrant dans le champ d’application de la norme
Instruments de Garanties
Engagements
capitaux propres, financières Créances
Instruments d’emprunt de prêt (sauf
dérivés, certains (sauf celles à locatives
ceux à la JVRN)
instruments hybrides... la JVRN)

Évaluation ultérieure…

Option JVRN/JVAÉRG
pour les instruments de Coût amorti JVAÉRG
capitaux propres


Le modèle de 
dépréciation ne peut Application des règles d’IFRS 9 concernant la dépréciation
s’appliquer

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 11


Quelles pertes de crédit et à quel moment?

Passé Futur

Pertes
Pertes attendues,
attendues y
Pertes subies reflétant uniquement
compris tous
uniquement l’information à la date
les événements
du bilan
futurs

Moins subjectif Plus subjectif

Pertes subies Économie stagnante Tous les événements futurs


Fondées sur des éléments Évaluation conservative Considération de l’avenir
probants
Clairement comparables Des faits nouveaux liés aux Aggravation du déclin
emprunteurs économique
Populaires auprès des analystes Mais situation économique Avec toutefois des
(et des auditeurs?) stationnaire redressements ponctuels?

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 12


Dépréciation selon l’IAS 39 – Perte subie
Événement
générateur de pertesÉvénement générateur de Sortie du
Création pertes observé Défaillance patrimoine

Pas de provision Provision au titre des Provision fondée sur la Provision spécifique
pertes connues probabilité de défaillance fondée sur les pertes
mais non déclarées en cas de défaillance

« Provision pipeline » / « perte latente » /


« provision collective »

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 13


Pertes sur créances attendues – IFRS 9
Le risque de crédit Événement
a considérablement Événement générateur
augmenté depuis la générateur de de pertes Sortie du patrimo
Création création pertes observé Défaillance

Pertes attendues Pertes sur créances attendues sur la durée de vie


sur 12 mois

Comptabilisation des pertes sur créances attendues sur 12 mois

Permet un « équilibre approprié entre la fidélité aux pertes sur créances attendues et les coûts
opérationnels et la complexité de la mise en œuvre ». Pour l’IASB, l’horizon de 12 mois est à
des fins de simplification pratique et n’a pas de justification théorique (BC61).

Le modèle fondé sur les pertes attendues sur 12 mois est semblable aux mesures que
certaines institutions réglementées appliquent déjà et serait, par conséquent, moins coûteux à
mettre en œuvre pour elles (BC62).
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 14
IFRS 9 – Modèle des pertes attendues
Modèle général de dépréciation

Modification du risque de crédit depuis la comptabilisation initiale

Augmentation Indication
importante du objective d’une
risque de crédit? dépréciation?
Comptabilisation
initiale
Étape 1 Étape 2 Étape 3

Correction de
Pertes de crédit Pertes de crédit Pertes de crédit
valeur pour
attendues sur attendues sur la attendues sur la
pertes
12 mois durée de vie durée de vie
(provision)
Appliquer le taux
Valeur Valeur Valeur
d’intérêt effectif
comptable brute comptable brute comptable nette
à…
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 15
Pertes de crédit attendues
Évaluation des pertes de crédit attendues
Valeur attendue
Valeur temps de l’argent L’estimation doit toujours refléter les éléments
Actualisées à la date de suivants :
• la possibilité qu’une perte de crédit se
clôture au moyen du taux
d’intérêt effectif produise
• la possibilité qu’aucune perte de crédit ne se
déterminé lors de la
comptabilisation initiale produise
ou d’une approximation Insuffisance de flux de
de ce taux trésorerie
Remboursements
Informations insuffisants de principal et
Toutes les informations d’intérêts et paiements en
raisonnables et justifiables retard sans
dont on peut disposer sans dédommagement
devoir engager des coûts
ou des efforts
déraisonnables, ce qui Niveau
comprend des informations Évaluation pour un
sur les événements passés instrument pris
Période
et les circonstances isolément ou au
actuelles et des prévisions Période contractuelle
niveau de
concernant la conjoncture maximale prévue en vertu
l’ensemble du
économique future des options de
portefeuille
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. prolongation 16
Questions et réponses

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 17


IFRS 4
Contrats d’assurance

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 18


IFRS 4 en quelques mots
Une nouvelle norme pour l’évaluation des
contrats d’assurance
- Un projet international en cours depuis près de 20 ans…
- Mené par l’International Accounting Standards Board (IASB)
- Objectif initial principal: rendre les ÉF ayant trait à l’assurance plus
comparables d’une compagnie et d’un pays à l’autre
- Étapes récentes: 2010 Exposé sondage, 2013 Exposé sondage révisé, 2016
Norme définitive? 2020 Mise en application?
- Une norme fondée sur les principes, par opposition à une norme basée sur des
règles
- Une résistance de l’industrie qui semble diminuer (à mesure que des
raffinements sont effectués suite aux commentaires)
- Des résultats plus comparables? Dépendra peut-être de l’encadrement
d’application; pas le même progrès pour chaque juridiction

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 19


IFRS relative aux contrats d’assurance – Phase II
Survol des principales caractéristiques et des principes
clés
• Une évaluation propre à l’entité du passif des
Actif ou passif net du contrat contrats d’assurance qui maximise l’utilisation de
données observables sur les marchés
Marge pour services contractuels:
Profit prévu pour le contrat • La marge pour services contractuels (MSC)
représente les bénéfices attendus du contrat;
reconnus à mesure que les services sont rendus
Flux de trésorerie de réalisation pendant la période de couverture
Marge pour le risque :
Une évaluation de l’incertitude
• Estimation courante et conforme au marché des
entourant le montant des flux de montants que l’entité compte tirer des primes et
trésorerie futurs verser au titre des prestations et des frais

Actualisation : Un procédé qui • Ajustée pour le risque et de la valeur temporelle de


convertit les flux de trésorerie l’argent
futurs en dollars actuels
• Exigences additionnelles touchant la présentation et
Flux de trésorerie futurs : Flux de
trésorerie attendus des primes, frais
la divulgation
et prestations
Il en résulte une approche d’évaluation complexe
qui vise l’atteinte de tous les objectifs de l’IASB
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 20
Approche de répartition de la prime
Une approche simplifiée
• L’approche de répartition de la prime peut être utilisée au lieu de l’approche modulaire
plus complexe pour la période précédant les prestations dans le cas des contrats de
courte durée
• Similaire à l’approche des primes non acquises actuellement employée par les assureurs
IARD et pour l’assurance collective temporaire 1 an

Approche simplifiée pour mesurer le passif pour la période résiduelle


de couverture. Peut être employée si :
Approche de • La période de couverture du contrat d’assurance lors de la
répartition de la comptabilisation initiale ne dépasse pas un an, ou
prime • Si la méthode produit une estimation qui est une approximation
raisonnable de l’évaluation autrement obtenue en appliquant
l’approche modulaire.

• Lorsque la période de couverture est supérieure à un an, l’approche de répartition de la


prime peut être utilisée en certaines circonstances très balisées

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 21


Une réalisation des profits différente: illustration
Pour une année de ventes profitables

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 22


Une réalisation des profits différente (suite)
AVEC IFRS 4:

- Pas de profit au temps zéro (pas de réserves négatives)


- Une libération graduelle des profits (MSC)
- Les changements favorables aux hypothèses s’ajoutent à la MSC et se libèrent
graduellement
- Les changements défavorables passent aux résultats seulement lorsque la
MSC devient négative
- Les pertes antérieurement reconnues peuvent être renversées jusqu’à
concurrence des gains réalisés
- Au global, probablement moins de profits initiaux et plus en renouvellement
- Pour un bloc d’affaires en vigueur, il y aura une certaine compensation (i.e. des
polices à toutes les durées)

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 23


Activités de l’IASB en 2014 / 2015
Quatre décisions provisoires sur les cinq questions
visées
Dégel de la marge pour services contractuels (MSC)

Présentation de l’incidence des variations dans les taux d’actualisation


dans les autres éléments du résultat global (AÉRG)

Présentation de l’état des résultats

Comptabilité pour les contrats avec participation

Transition

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 24


Marge pour services contractuels (MSC)
De quoi s’agit-il, et comment la mesurer?

• Profits non réalisés dans un contrat d’assurance


Définition • Survient lorsque la valeur actualisée (VA) des primes > que la
VA des sorties de trésorerie futures + la marge pour le risque

• Évaluée au niveau d’un portefeuille de contrats d’assurance


Unité de compte similaires ou homogènes

• Calculée lors de la comptabilisation initiale et amortie au cours


des évaluations subséquentes
• Lors des évaluations subséquentes, la MSC doit être revue et
ajustée en fonction des changements à l’estimation des flux
Évaluation de trésorerie futurs

• La réalisation de la MSC (son amortissement) au cours de la


période de couverture devrait s’opérer d’une façon
systématique et refléter les services résiduels à fournir en
vertu du contrat

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 25


Illustration du concept
Pour une cohorte de polices XYZ :

Valeur actualisée des primes = 100 M

Valeur actualisée des prestations = 60 M


Valeur actualisée des marges = 10 M
Valeur actualisée des frais admin. = 8M
Frais d’acquisition admissibles = 12 M
sous-total = 90 M

Valeur de la MSC initiale = 10 M

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 26


La solution relative à l’AÉRG
Façon de composer avec les variations de taux d’intérêt
Objectif de la solution relative à l’AÉRG
• Présenter de l’information qui représente fidèlement la performance financière en
séparant les effets de la performance des affaires d’assurance des effets des
variations dans les taux d’actualisation
• L’IFRS 9 introduira une nouvelle catégorie « juste valeur comptabilisée dans
l’AÉRG » pour les obligations

Traitement comptable projeté


• Les changements dans le passif d’assurance qui découleront des variations dans
le taux d’actualisation seront présentés dans l’AÉRG. Les charges d’intérêt
seront comptabilisées dans l’état des résultats et seront déterminées à l’aide du
taux d’actualisation en vigueur à la date où le passif d’assurance a été comptabilisé
initialement

Considérations pratiques
• Il faudra tenir deux ensembles de données sur les taux d’intérêt: un ensemble
aux taux d’intérêt en vigueur chaque trimestre et un ensemble au taux d’intérêt
immobilisé à la date initiale

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 27


Présentation des produits tirés des contrats
d’assurance et des charges
Un exemple
• Portefeuille de contrats d’assurance État du revenu global An 1 An 2 An 3
comportant une période de couverture de Produit tiré des
trois ans 300 $ 300 $ 300 $
contrats d’assurance
• Prime de 900 $ au début de la période de Réclamations et frais
couverture; aucune autre prime 200 $ 250 $ 200 $
engagés
subséquente
Profit ou perte 100 $ 50 $ 100 $
• Sorties de trésorerie estimées à 200 $ par
an
• Le montant réel des réclamations pendant Produit tiré du
l’année 2 est supérieur de 50 $ au montant contrat d’assurance :
estimé Réclamations et frais
200 $ 200 $ 200 $
• Aucun changement dans les hypothèses anticipés
• L’actualisation et l’ajustement au titre du Libération de la
100 $ 100 $ 100 $
risque ne sont pas considérés par souci de composante MSC
simplicité Produit tiré des
• Passif d’assurance à la souscription = 900 $ 300 $ 300 $ 300 $
contrats d’assurance
(sorties de trésorerie prévues de 600 $ +
composante MSC de 300 $)
• Libération uniforme de la MSC pendant
toute la durée de la période de couverture
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 28
Présentation des produits tirés des contrats
d’assurance et des charges
État du résultat global
Actif ou passif net du contrat État du résultat global (en millions $)
Marge pour services
contractuels : 2019
Profit prévu pour le contrat
Produits tirés des contrats 800
d’assurance
Flux de trésorerie de réalisation
1

Réclamations et frais engagés (700)


Flux de trésorerie futurs : Flux de 2 Résultat d’exploitation 100
trésorerie attendus des primes,
frais et prestations Revenu de placement 150
Intérêt sur le passif d’assurance (130)
Marge pour le risque : Une
évaluation de l’incertitude Résultat des placements 20
entourant le montant des flux de 3
Profit ou perte 120
trésorerie futurs
Incidence des variations dans le taux (30)
d’actualisation sur le passif
Actualisation : Un procédé qui 4 d’assurance
convertit les flux de trésorerie
futurs en dollars actuels Résultat global total 90

1. Variations dans les estimations liées aux services 3. En fonction d’une vision initiale
futurs 4. En fonction d’une vision courante
2. Toutes
© Deloitte les autres
S.E.N.C.L.R./s.r.l. variations
et ses dans les flux de trésorerie
sociétés affiliées. 29
Contrats avec participation: une approche en
évolution

• Contrats en vertu desquels les paiements aux titulaires varient en fonction du rendement
d’éléments sous-jacents
• L’entité partage avec le titulaire une part des risques d’investissement et des avantages
qui résultent des actifs sous-jacents.
• L’exposé-sondage de 2013 prévoyait une exception pour les flux de trésorerie qui varient
directement en fonction des actifs sous-jacents – évaluation faite à partir de la valeur
comptable des actifs (approche dite « miroir »).
• En octobre 2015 l’IASB a décidé que l’approche miroir ne serait pas utlisée/permise
• L’IASB continue le développement de l’approche « Variable Fee » (VFA)

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 30


Transition
Calcul rétrospectif à l’aide de solutions pratiques

La valeur initiale des MSC pour tous les contrats en vigueur


doit être établie

1. Les flux de trésorerie peuvent être évalués directement; des conseils spécifiques seront
fournis afin de determiner rétrospectivement le taux d’actualisation
2. Si une application rétrospective s’avère non réalisable dû au manque de données
objectives, une solution pratique acceptable sera d’utiliser des estimés basés sur des
renseignements objectifs raisonnablement accessibles (p.ex. la MSC)
3. Si la solution pratique décrite ci-haut n’est toujours pas possible, une approche simplifiée
pour determiner la MSC rétrospective sera d’utiliser l’équivalent d’une valeur intrinsèque (“fair
value”)

L’IASB a pris la décision provisoire de consever les propositions de transition de l’ES 2013 et a
ajouté une approche additionnelle lorsqu’on peut démontrer qu’il n’est pas faisable d’estimer la
MSC à la date d’émission en utilisant l’information raisonnablement accessible. Une option de
juste valeur est alors permise.

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 31


Volatilité potentielle résultant de l’actualisation
• Certains craignent que le modèle IFRS donne lieu à
une « volatilité non justifiée ».
Les taux d’intérêt à terme du gouvernement américain
• Les contrats de longue durée sont les plus sensibles en supposant que les taux restent constants au-delà
aux variations des taux d’actualisation. de l’échéance la plus éloignée (30 ans).

Des variations relativement petites des taux


d’actualisation peuvent entraîner des
changements importants dans la valeur du
passif.
• L’établissement du taux d’actualisation au-delà de la
courbe de rendement observable est une question
très importante --- aplatissement de la courbe de
rendement à partir du dernier point observable
(approche la plus volatile), moyenne mobile ou
gradation vers un taux ultime(?)
• Dans l’exposé-sondage, on indique que l’estimation
faite doit respecter les directives de niveau 3 relatives à
l’évaluation de la juste valeur. On y indique d’accorder
plus de poids aux estimations à long terme qu’aux Périodes au-delà
fluctuations à court terme. de la courbe de
• Ceux qui ont répondu à l’exposé-sondage ont demandé rendement
qu’on clarifie davantage les normes pour cet aspect. observable

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 32


Taux d’actualisation
Décisions provisoires et directives supplémentaires
• L’IASB a confirmé le principe général selon lequel les taux d’actualisation devraient être des
taux conformes au marché, qui reflètent uniquement les caractéristiques des flux de trésorerie
du contrat d’assurance.
• L’établissement des taux d’actualisation devrait se faire en conformité avec l’IFRS 13
(Évaluation de la juste valeur).
• Des modifications appropriées devraient être apportées aux données observables afin de tenir
compte de toute différence constatée entre les transactions observées sur le marché et les
contrats d’assurance évalués.
• Les données non observables déduites devraient être fondées sur la meilleure information
disponible, tout en respectant l’objectif de refléter comment les joueurs dans le marché les
évaluent; les données non observables ne doivent pas entrer en contradiction avec les
données du marché disponibles et pertinentes.
• Des techniques d’estimation devraient être utilisées pour déterminer les taux d’actualisation
appropriés, en tenant compte des autres données observables, lorsque disponibles.

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 33


Récents développements
• Possibilité de différer l’application d’IFRS 9
• « Overlay Approach »
DE FAÇON TRÈS PRÉLIMINAIRE (Précisions à venir de l’IASB):
- Pour les sociétés dont le modèle d’affaires est l’assurance, on pourrait
différer au plus tard au 1er janvier 2021 (ou IFRS 4 Phase II si plus tôt)
- Résoudrait la problématique d’incohérence temporaire IFRS 9
principalement pour les contrats à long terme
- L’ « Overlay Approach » pourrait être la solution temporaire pour les
sociétés d’assurance vie dans les groupes bancaires
- En bref, une façon de faire au 1er janvier 2018 des choix cohérents à
long terme, mais de « redéfaire » les résultats incohérents à court
terme

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 34


À quoi s’attendre d’IFRS 4?
Quelques défis pour les assureurs

- Confirmation de l’utilisation de la méthode de la répartition de la prime (durée


des contrats d’un an ou moins)
- Établissement du taux d’actualisation des passifs et justifications (passif des
sinistres, principalement)
- Établissement de la marge pour les risques et réflexions sur sa divulgation
dans les ÉF (intervalle de confiance)
- Création des cohortes et établissement des MSC (contrats actuels et passés
de plus d’un an)
- Utilisation judicieuse de l’AÉRG
- Impacts possibles sur les ratios de solvabilité (fonds propres différents)
- Émergence des profits futurs

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 35


À quoi s’attendre d’IFRS 4?
Quelques défis pour les assureurs (suite)

- Harmonisation avec IFRS 9: « overlay approach », « deferral » ?


- Validation des éléments présentés à l’état des résultats et au bilan
- Implications organisationnelles: produits, systèmes, bonis RH, etc.
- Planification et mise en place harmonieuse de ce projet à large portée

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 36


Échéancier prévu - IASB et assureurs
Entrée en vigueur en 2019? 2020?

IASB Compléter les Publication prévue de la Date d’entrée Date d’entrée


déliberations nouvelle norme en vigueur de en vigueur de
l’IFRS 9 l’IFRS 4?

Période de mise en application

2014 2015 2016 2017 2018 2019


Conformité à IFRS 9 Conformité à IFRS 4

Assureurs
États financiers des exercices 2015 à
Divulgation des répercussions des nouvelles normes
2018

T1 T2 T3 T1 T2 T3
Rapports trimestriels-2019
IFRS 4 Données
comparatives
retraitées
États financiers de l’exercice 2019
Date de Données Rapport de
Transition comparatives fin d’année
Exemple d’une fin d’exercice en décembre retraitées

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 37


Répercussions pratiques
et mesures à prendre

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 38


Répercussions pratiques et mesures à prendre
à l’échelle de l’entreprise – exige un travail de
collaboration

Gens
Gestion
de projet

Produits Données
Comptabilité
actuarielles
Systèmes

Communication
avec les parties
prenantes
Processus

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 39


Répercussions pratiques et mesures à prendre
à l’échelle de l’entreprise – exige un travail de
collaboration
• Exigences en matière de
données

• Exigences et
• Conception et application modifications liées aux
People
Gens Gestion
des nouveaux contrôles et systèmes financiers,
procédures de projet d’assurance et
d’évaluation
• Gestion des risques
d’entreprise • Répercussions sur
Produits Données d’autres systèmes de
Comptabilité présentation de
• Intégration de l’information à actuarielles
Systèmes l’information
fournir concernant les
risques, le capital et les états Systems • Automatisation des
financiers Communication nouveaux processus et
avec les parties contrôles, et des
• Dispositif ORSA prenantes nouvelles procédures
Processus
• Mise à jour des manuels de
procédures

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 40


Répercussions pratiques et mesures à prendre
à l’échelle de l’entreprise – exige un travail de
collaboration
• Ressources qualifiées

• Formation

Interne : • Capacité vs affaires


• Conseil d’administration et courantes
People
Gens Gestion
comité d’audit
• TI • Mesures du de projet
• RH rendement et
• Distribution mesures incitatives
• Autres Produits
Données
Comptabilité
actuarielles
Externe :
• Actionnaires • Stratégie Systèmes
• Organismes de
réglementation • Tarification Communication
avec les parties
• Autres prenantes
• Besoins du marché Processus

• Réassurance

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 41


Étapes de la transition et de la mise en application

Solide gestion de projet

Détermination Évaluation
Établissement Plan pour Conception et Mise en œuvre
Analyse des Évaluation de des résultats et
et production
d’une stratégie changements
l’ensemble de établissement validation par
des l’incidence de rapports
et planification requis l’organisation de modèles rapport aux IFRS
écarts
Assess
Définir une Déterminer les Déterminer les Établir les effets Prévoir des activités Établir les Présenter
approche et un exigences de la options IFRS et des de développement modèles Évaluer les l’information
plan, attribuer nouvelle norme les changements et et de mise en d’estimés, résultats et financière
des changements à des options sur œuvre, y compris la d’évaluation et peaufiner les conformément
responsabilités, l’échelle de l’ensemble de gestion des de présentation modèles aux IFRS
établir une l’organisation l’organisation fournisseurs de de l’information
structure services liés aux IFRS
hiérarchique et
un calendrier

Communications avec les parties prenantes

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 42


Questions et réponses

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 43


Ressources
Perspectives de Deloitte concernant la norme
IFRS sur les contrats d’assurance (i2ii)
www.deloitte.com/i2ii
Webémission sur les contrats d’assurance
http://www.iasplus.com/en/publications/insurance
/webcasts/insurance-webcast-47

© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées. 44


Deloitte, l'un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la
consultation et des conseils financiers. Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre
canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.
Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son
réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de
Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir www.deloitte.com/ca/apropos.
© Deloitte S.E.N.C.L.R./s.r.l. et ses sociétés affiliées.
45