Vous êtes sur la page 1sur 18

CPRS CHIRURGIE

CENTRE
Journée de formation médicale continue
Immersion des résidents 4eme année chirurgie générale

« Cancer du Cardia »

Epidémiologie et Facteurs de Risques

Dr. MOUSSI, Dr. SIFOUR


Service de Chirurgie Générale Chef du Service: Pr. MERAD-BOUDIA
CHU-BEO
29 Avril 2017
PLAN:
I. Introduction.
II. Epidémiologie descriptive:
A. Incidence.
B. Variabilité géographique.
C. Variabilité selon le sexe.
D. Variabilité selon l’origine ethnique.
E. Variabilité selon l'Age.
III. Epidémiologie causale:
A. Facteurs de risques:
1. Reflux gastro-œsophagien.
2. Indice de masse corporelle.
3. Tabac.
4. Alcool.
B. Facteurs protecteurs:
1. Helicobacter pylori.
2. Alimentation riche en fibres et anti oxydants.
C. Lésion précancéreuse.
IV. Stade et pronostic
V. Conclusion.
I. INTRODUCTIO
N:
• Le cancer du cardia est de mauvais pronostic
• C’est le cancer le plus rapide en augmentation d’incidence.
• C’est une pathologie très mal défini du fait qu’il s’agisse d’une zone de
transition entre deux organe plutôt que d’un organe à part entiere.
II. EPIDEMIOLOGIE
DESCRIPTIVE:
A. INCIDENCE DU CANCER DU CARDIA:
• Dans les pays occidentaux, la diminution de l'incidence des
cancers gastro-intestinaux et des cancers gastriques distaux
est parallèle à une augmentation concomitante de l'incidence
du cancer de l’œsophage distal et du cardia.
• En conséquence, les tumeurs gastro-intestinales supérieures
diminuent globalement, mais se concentrent autour de la
jonction œso-gastrique (JOG).
• Rapidité de progression.
œsophage œsophage

CJOG
*Pera J Surg Oncol 2005, Bonavina World J Surg 2003 AUTRE Kc
**The National Cancer Institute’s SEER Program (SEER*Stat Database:
Incidence: SEER 9 Regs Public Use, November 2010 submission
B. VARIABILITE GEOGRAPHIQUE:

• Grandes variations en fonction des pays.


• Selon la base de données Five-Continent, la plus faible
(0%) parmi les femmes de Concordia (Argentine) et la
plus élevée parmi les hommes hollandais (0,52%).

• Différence dans le même groupe ethnique lorsqu'elles


vivent dans différents pays; L'incidence cumulée chez
les Indiens vivant dans le continent (0,08%, 0,06-0,10%)
a doublé chez les indiens ayant migré vers Singapour
(0,15%, 0,01-0,29%).

Oesophageal and gastric cardia adenocarcinomas: analysis of regional


variation using the Cancer Incidence in Five Continents database
Douglas A Corley a,b,c and Patricia A Buffler.
International Journal of Epidemiology 2001; 30 :1415–1425
C. VARIABILITE SELON LE SEXE:
• Les taux de CJGO sont significativement plus
élevés chez les hommes par rapport au
femmes.

Oesophageal and gastric cardia adenocarcinomas: analysis of regional


variation using the Cancer Incidence in Five Continents database
Douglas A Corley a,b,c and Patricia A Buffler.
International Journal of Epidemiology 2001; 30 :1415–1425
D. VARIABILITE SELON L’ORIGINE ETHNIQUE:

Il clairement établie que le CJOG est variable en fonction de l’origine ethnique.


E. VARIABILITE SELON L’AGE:

L'âge du début l‘ADK du cardia (62,5 ± 8,5 ans) selon


l'étude EPIC.
L'âge médian au début était similaire dans l’adk du cardia
(69,3 ans) et l'œsophage (69,6 ans) aux Pays-Bas.
Aux États-Unis, la plupart des patients atteints de cardia
étaient âgés de plus de 60 ans au moment du diagnostic.
L'incidence du CJOG augmente considérablement avec
l'âge après les trois ou quatre premières décennies de vie
dans tous les sous-groupes, avant de se stabiliser vers la
fin de la huitième décennie;
II. EPIDEMIOLOGIE CAUSALE:
A. FACTEURS DE RISQUES:
1. Le Reflux Gastro-Oesophagien:
• Des études multiples ont montré une
association entre le RGO et le risque élevé de
CJOG.
• Deux études de cas-témoins basées sur la
population en Suède et en Australie ont
rapporté une relation entre la sévérité/
fréquence du RGO et le risque de survenue du
cancer du cardia.

Combined effects of obesity, acid reflux and smoking on the risk of


Adenocarcinomas of the oesophagus D C Whiteman,1S Sadeghi,2N Pandeya,2B M 1
for the Australian Cancer Study Gut2008; 57:173–180.
doi:10.1136/gut.2007.131375
A. FACTEURS DE RISQUES:
2. Indice de masse
Corporelle:
• L'obésité a toujours été identifiée comme
un facteur de risque pour GEJAC.
• Une étude de cohorte prospective plus
récente de 218 854 sujets aux États-Unis
a révélé que, comparativement à des
personnes ayant un IMC normal, un
IMC> = 35 était associé à un risque plus
élevé de 3,28 (IC 95%: 2,00 à 6,71).
• Whiteman et Al ont constaté que
l'obésité et le reflux fréquent en
combinaison étaient associés à un risque
considérablement plus élevé pour CJOG A prospective cohort study of obesity and risk of esophageal and gastric
adenocarcinoma in the NIH-AARP Diet and Health study
que l'un ou l'autre facteur seul. Mark G. O’Doherty, Neal D. Freedman, Albert R. Hollenbeck, Arthur Schatzkin, and
Christian C. Abnet 10.1136/gutjnl-2011-300551
A. FACTEURS DE RISQUES:
3. TABAC:

• Tramacere et ses collègues, qui ont


effectué une méta-analyse de 33
études publiées jusqu'en janvier 2010
on conclur que par rapport aux non-
fumeurs, le risque relatif combiné pour
les fumeurs a été de 2,32 alors qu’il est
de 1,62 pour les ex-fumeurs.
• L’étude cas-témoins australienne a
rapporté une augmentation du risque
en rapport avec la fréquence du tabac.
Combined effects of obesity, acid reflux and smoking on the risk of
Adenocarcinomas of the oesophagus D C Whiteman,1S Sadeghi,2N Pandeya,2B M 1
for the Australian Cancer Study Gut2008; 57:173–180.
doi:10.1136/gut.2007.131375
A. FACTEURS DE RISQUES:
4. ALCOOL:

• Des études portant sur une association entre la consommation d'alcool et le risque
pour CJOG ont donné des résultats incohérents et ont été entravés par de petites
tailles d'échantillon.
• Une analyse récente effectuée par le consortium BEACON: 09 études cas-témoins +
02 études cohorte pour un total de 1837 cas de CJOG et 10 854 témoins rapporte
que:
« aucune augmentation des risques pour CJOG n'a été observée pour l'un des modes de
consommation d'alcool analysées. Pour les pour> = 7 boissons / jour était de 0,77 (IC 95%: 0,54-
1,10).
L'apport modéré (0,5 à <1 boisson / jour) a également été associé à un risque réduit de CJOG
(OR 0,78, IC 95% 0,62-0,99);
L'intervalle de confiance et le potentiel de faux positifs en raison de comparaisons multiples
indiquent la nécessité de Études supplémentaires.
A. FACTEURS
PROTECTEURS:
1. HELICOBACTER
PYLORI:

• L'infection par la bactérie H. pylori est


associée à un risque accru de maladie
de l'ulcère peptique et de cancer
gastrique, par des mécanismes
d'inflammation chronique, d'atrophie
et de dysplasie.
• En revanche, une association inverse a
été signalée entre l'infection par H.
pylori et le risque de CJOG et de
l’œsophage. Opposing Risks of Gastric Cardia and Noncardia Gastric Adenocarcinomas
Associated With Helicobacter pylori Seropositivity Farin Kamangar
Sanford M. Dawsey Martin J. Blaser J Natl Cancer Inst (2006) 98 (20): 1445-1452.
A. FACTEURS PROTECTEURS:
1. ALIMENTATION (FIBRES ET
ANTIOXYDANTS):
• Plusieurs études ont suggéré qu’une alimentation riche en fibres est
associées à un risque réduit de CJOG, tandis qu’une alimentation riche en
matières grasses accroit le risque.
• Une étude multicentrique aux États-Unis a rapporté un odds ratio de 0,43
(IC 95% 0,30 -0,61) associée à l‘alimentation totale en fibres.
• Une méta-analyse portugaise publiée en 2007 retrouve que la
consommation de fruits et légumes réduit de manière significative le
risque de cancer du cardia, surtout en cas de type histologique intestinal
OR respectivement de 0,58 et 0,63 pour les autres types.
C. LESION PRE-
CANCEREUSE:

• L’endobrachyoesophage ou l’œsophage de Barett : la muqueuse


d’allure glandulaire quelque soit son ettendu. Metaplasie intestinale
• Dans la série de Theisen publiée en 2002, plus de 97 % des patients
ayant un adénocarcinome classé Siewert I ont un œsophage de
Barrett associé. Par sa fréquente association au RGO, la hernie hiatale
constitue un facteur de risque du cancer du cardia.
IV. STADE ET SURVIE:
• Selon les données SEER de 1973 à 2008, la majorité des CJOG est
diagnostiquée au stade d’envahissement loco-régional T3-T4
( 71,8%-59,2%) ou à distance.
• Etude néerlandaise, environ 45% des CJOG, diagnostiqués en
2004-2008, ont été M0, 40% en M1 et 15% étaient inconnus.
• Le pronostic est médiocre dans les pays occidentaux. Chez les
néerlandais, la survie était de 20,6% à 5 ans chez les M0 et passe
à 6% à 2 ans chez les M +.
• Dans la base de données SEER américaine, la survie à 5 ans était
de 17% de 1997 à 2008.
• La survie a été nettement plus élevée chez les patients subissant
une chirurgicale avec intention curative, soit 32,5% 5 ans après la
chirurgie dans une étude multicentrique américaine et 40,2% à 3
ans dans une série italienne.
• Une meilleure survie à 5 ans (58,7%) a été enregistrée dans une
série japonaise.
Eur J Cancer. 2012 Jul;48(11):1624-32. doi: 10.1016/j.ejca.2012.01.009. Epub 2012 Feb 6.
Katai H, Ishida M, Yamashita H et al (2014) HER2Expression in carcinomas of the true cardi
V. CONCLUSION:
Le cancer du cardia est rare mais souvent létal.
Bien que le diagnostic de cette maladie ait été compliqué historiquement par l'absence de
normes de classification uniformes, l’etude SEER montrent une augmentation
approximative de 2,5 fois de l'incidence de CJOG de 1973 à 1992, avec des taux stabilisants
au cours des deux dernières décennies. mais les taux sont significativement plus élevés
chez les hommes par rapport aux femmes et chez les mâles blancs par rapport aux mâles
noirs.
Le tabagisme, l'obésité et la maladie de reflux gastro-œsophagien sont des facteurs de
risque importants pour GEJAC et peuvent représenter une fraction importante du fardeau
total de la maladie. L'infection par Helicobacter pylori a été associée à une incidence
réduite, et une consommation élevée de fibres alimentaires a également été associée à une
réduction du risque de maladie.
References:
• Olsen CM, Pandeya N, Green AC, Webb PM, Whiteman DC. Population attributable fractions of adenocarcinoma of the
esophagus and gastroesophageal junction. Am J Epidemiol. 2011;174(5):582–590.
• Simone Giacopuzzi • Andrea Zanoni, Giovanni de Manzoni Adenocarcinoma of the Esophagogastric Junction
From Barrett’s Esophagus to Cancer DOI 10.1007/978-3-319-28776-8 © Springer International Publishing Switzerland
2017.
• Epidemiology and risk factors for gastroesophageal junction tumors: understanding the rising incidence of this
disease Semin Radiat Oncol. 2013 January ; 23(1): 3–9. doi:10.1016/j.semradonc.2012.09.008.
• Pathology findings and validation of gastric and esophageal cancer cases in a European cohort (EPIC/EUR-GAST)
Fátima Carneiro, Cátia Moutinho, Guillem Pera, Carlos Caldas, Claus Fenger, Johan Offerhaus,l
Pages 618-627 | Received 10 Oct 2006, Published online: 08 Jul 2009
• Opposing Risks of Gastric Cardia and Noncardia Gastric Adenocarcinomas Associated With Helicobacter pylori
Seropositivity Farin Kamangar Sanford M. Dawsey Martin J. Blaser