Vous êtes sur la page 1sur 14

La Médecine au XXème siècle

Pr Jamal MEHSSANI
ANESTHÉSIE ET RÉANIMATION :

 L'anesthésie ne se fait plus au masque à l'éther.


 Elle devient générale par injection intra­veineuse
de penthotal, un barbiturique, avec intubation
trachéale pour ventiler directement l'arbre
respiratoire.
 Pour certaines interventions viscérales, on emploie
l'anesthésie péridurale ; c'est aussi de plus en
plus sous ce type d'analgésie (suppression de la
douleur) que les femmes accouchent.
 Pour la surveillance des opérés dans une salle dite de
réveil, une nouvelle discipline apparaît dans ces
quarante dernières années la « réanimation ».
 En 1952, à la suite d'une grande épidémie de
poliomyélite au Danemark, Lassen a mis au point une
technique de respiration artificielle utilisant un
appareil qui envoie de l'air dans la trachée après
trachéotomie. Ce procédé a permis d'abaisser
fortement la mortalité de ces patients victimes d'une
paralysie des muscles de la respiration .
BIOLOGIE
 L'identification des germes responsables de maladies connues
s'est poursuivie au début du siècle sur la lancée de la fin du
XIXe.
 C'est ainsi qu'ont été reconnus en 1906 par Schaudinn le
Tréponème pâle, agent de la syphilis tant redoutée à cette
époque et le bacille de la coqueluche par Bordet et Gengou.
 Pendant trente années on n'a pu étudier les virus que de
manière indirecte, en observant leurs effets sur des animaux
de laboratoire contaminés.
 Le virus de la poliomyélite a été ainsi isolé en 1909
(Landsteiner et Popper).
 Dans cette même période ces pionniers ont mis
au point des vaccins contre la tuberculose
(Calmette et Guérin, 1921), contre le tétanos et
la diphtérie (Ramon, 1922), contre la coqueluche
(1931), contre la fièvre jaune (1932).
 Ces recherches dans les domaines du diagnostic
et de la thérapeutique n'ont cessé d'être très
actives. Le microscope électronique a permis
de voir les virus.
 L'analyse chimique a permis la détection de certaines
maladies .
 En 1902, Widal, Sicard et Ravaut ont réalisé pour la
première fois un examen cytochimique du liquide
céphalo-rachidien.
 En 1924, Westergren quantifie dans le sang le degré
d'inflammation des maladies par la mesure de la «vitesse
de sédimentation».
 Tiselius met au point l'électrophorèse en 1937 et Ouchter­
lony pratique la première immunoélectrophorèse en 1948.
CARDIOLOGIE :

 L'exploration du cœur et des vaisseaux a bénéficié au début


du siècle d'un nouvel outil, la prise de la tension artérielle au
pli du coude (Korotkov, 1905).
 Entre 1907 et 1911, l'électrocardiogramme est mis au point
par Einthoven, Lewis puis Wilson.
 L'étude des bruits du cœur (phonocardiogramme)
enregistrés sur papier date de 1929 avec Duchosal.
 L'introduction d'une sonde souple dans un vaisseau remontant
jusqu'au cœur a été réalisée par Forssmann sur lui-même en
1929. Ce «cathétérisme» cardiaque fut effectué sur le cœur
droit en suivant le sens du courant sanguin dans les veines.
 La chirurgie cardio-vasculaire est une des grandes
nouveautés des cinquante dernières années .
 Un rétrécissement de l'aorte (coarctation) est opéré
pour la première fois en 1944 par Crafoord. Taussig et
Blalock,
 en cette même année, la même équipe opèrent une
malformation complexe du cœur (tétralogie de Fallot).
 En 1953 naît avec Gibbon la chirurgie à cœur ouvert,
la circulation sanguine étant dérivée par un circuit extra-
corporel.
 Le choc électrique utilisé pour stimuler le cœur date de
1955. Un stimulateur cardiaque est posé pour la
première fois par Furman en 1958.
 De nombreuses malformations du cœur étaient acquises,
constituant les séquelles d'une angine ou d'un
rhumatisme articulaire aigu contractés dans l'enfance.
 Des prothèses valvulaires ont été posées à titre de
remplacement, d'abord métalliques par Starr en 1960,
puis en 1965 sont apparues les premières bioprothèses
dont certaines sont d'origine porcine (Binet et Carpen­tier) .
 En 1967, Barnard effectue la première transplantation
cardiaque .
 Cette greffe est réalisée sur une grande série de malades en
France par Cabrol et Gandjbakhch avec des résultats
particulièrement améliorés par l'arrivée depuis 1980 d'un
nouvel immunosuppresseur, la ciclosporine.
 Les difficultés majeures pour disposer d'un nombre de cœurs
suffisants face à la demande de transplantations ont favorisé
les recherches pour mettre au point un cœur artificiel. Ces
travaux en sont encore au stade expérimental.  
INFECTIOLOGIE :

 La pandémie de grippe qui a sévi en 1918-1919 a fait


environ trente millions de morts, plus que la guerre 14-18.
 En 1929, Fleming (1881-1955) constate, à partir de cultures
microbiennes, qu'une moisissure appelée penicillium
notatum empêche la prolifération de certaines colonies.
 Il faudra attendre 1940 et les travaux de Chain et Florey
pour que la production de cet «antibiotique», la
«pénicilline», devienne suffisante et que des hommes
atteints d'infections bactériennes puissent être soignés.
 La streptomycine découverte par Waksman
en 1944 s'avéra active contre le bacille de
Koch et vers 1946 quelques malades atteints
de tuberculose échappèrent pour la première
fois à la mort.
 Avec l'emploi de l'isoniazide à partir de 1950,
des guérisons durables sont obtenues ; la
tuberculose semble enfin vaincue ; les
sanatoriums se vident.
 La variole a pratiquement disparu de notre planète au point que,
dans bien des pays, la vaccination n'est plus pratiquée.
 En revanche, la peste continue à se déclarer dans des zones
urbaines infestées de rats.
 Par manque d'hygiène de l'eau, le choléra, les infections d'origine
alimentaire restent très répandues.
 La poliomyélite et la lèpre marquent un recul considérable mais la
rougeole tue encore un million d'enfants par an.
 Des maladies nouvelles ont fait une entrée spectaculaire dans le
monde des catastrophes infectieuses : le SIDA a déjà fait quatre
millions de victimes et vingt-quatre millions de personnes ont
été/sont contaminées.
 Dans ces dernières années, l'envol spectaculaire de la fré­quence des
hépatites , avec leur risque de cancer du foie ou de cirrhose, est une
préoccupation économique nouvelle; il nécessiterait un dépistage à une
très large échelle.
 Parmi les mesures préventives se développe la vaccination contre
l'hépatite B, la plus dangereuse.
 Les maladies virales dont la plus commune est la grippe, restent une
préoccupation de santé publique.
 Des médicaments antiviraux efficaces ont vu le jour dans les années
1990 mais la vaccination contre la grippe, indispensable pour protéger
les personnes à risque, n'est efficace qu'à condition d'être régulièrement
adaptée aux changements des caractéristiques du virus.