Vous êtes sur la page 1sur 14

LA MEDECINE EN GRECE

ANTIQUE

Pr J.MEHSSANI
DES DIEUX GUÉRISSEURS

Les anciens Grecs connaissent de nombreux dieux et demi-dieux


guérisseurs.
Ces divinités peuvent provoquer des maladies par courroux, par
vengeance ou par punition à la suite d’un sacrilège.
Elles peuvent également guérir les maladies.
Contrairement à celles des Mésopotamiens et des Égyptiens, ces
divinités ont le plus souvent une forme humaine.
Apollon est le dieu-guérisseur le plus puissant.
Chiron enseigne la médecine et pratique la chirurgie.
Asklépios ( Esculape ), fils d’Apollon , a été l’élève de Chiron qui lui a
appris à soigner les malades .
 Les noms de deux filles descendants d’Asklépios,
ont donné naissance à des termes de médecine:
 Hygie , déesse de la santé, qui enseigne les
manières les plus saines de mener notre vie. Son
nom est à l’origine du mot “hygiène” .
 Panacée , déesse de la médecine. Son nom se
retrouve dans le mot “panacée” , remède
universel .
 Le traitement comprend l’établissement de
l’anamnèse , des bains, des prières et des offrandes
à Asklépios et à ses enfants.
 Il se caractérise surtout par la pratique de
l’incubation: le malade passe la nuit dans le temple.
 Le dieu ou ses enfants le guérissent pendant son
sommeil et lui donnent des conseils sous forme de
rêve.
 Au réveil, les prêtres-médecins interprètent ce rêve
et en dérivent leur thérapeutique.
 Dans les temples étaient élevés des serpents inoffensifs (Couleuvre
d’Esculape , taille 2 m) censés intervenir dans le traitement
nocturne.
 Il arrivait même qu’ils lèchent les yeux des malades et les blessures
ouvertes.
 Le traitement était payant. En signe de reconnaissance, le malade
guéri offrait souvent au dieu une offrande représentant l’organe ou le
membre malade.
 Les prêtres gravaient sur de grandes stèles ou des plaques en pierre
le compte rendu des guérisons particulièrement miraculeuses.
 Asklépios est en fait la version grecque d’Imhotep!
HIPPOCRATE, LE “PÈRE DE LA
MÉDECINE”

Hippocrate est né vers 460 av JC dans l’île de Cos .


Hippocrate apprend la médecine auprès de son père Héraclide qui est
médecin et prétend comme tant d’autres descendre d’Asklépios.
À l’âge de vingt ans, Hippocrate quitte l’île de Cos et parcourt la Grèce
comme médecin itinérant pour approfondir ses connaissances .
Il a réalisé un grand voyage en Égypte , en Italie et en Syrie .
Il retourne dans l’île de Cos où il enseigne la médecine et il y écrit des
ouvrages dont le célèbre Corpus Hippocraticum .
Plus tard, il reprend ses voyages.
Il est mort vers 370 av JC à Larissa, en Thessalie.
Corpus Hippocraticum
 Une édition complète des textes éparpillés dans les
bibliothèques du monde a été réalisée au 19e.
 Elle comprend une soixantaine de traités, dont:

• Des airs, des eaux et des lieux. [une sorte de traité


antique d’écologie humaine]
• De la maladie sacrée. [= épilepsie]
• De l’art.
• Des fractures.
• Des articulations.
Les Aphorismes du corpus ont été appris par cœur par des générations
de médecins jusqu’au XVIIe S .
Le Père de la Médecine

 Il libère la médecine de la religion : il excluait toute intervention divine


ou magique sur la santé « Les maladies ont une cause naturelle et
non surnaturelle , cause que l’ont peut étudier et comprendre » 
 Il pose les bases du diagnostic médical.
 Il observe des symptômes (Hippocratisme digital= bouts des doigts en
baguette de tambour du à une insuffisance respiratoire).
 Il les regroupe en syndromes.
 Il isole quelques maladies.
 Il s'intéresse à l’environnement du patient.
 Il impose les fondements de la déontologie.
L’examen du malade par
Hippocrate
 Méthode très rigoureuse en quatre étapes :
1) Recherche des antécédents du malade .
2) Identification des signes généraux : fièvre ,
dyspnée , troubles digestifs , troubles d’élimination .
3) Etude des signes locaux de la maladie .
4) Examen méthodique du malade , palpation ,
auscultation du corps par l’oreille , examens des
urines , vomissements et selles .
La nature de la maladie et la doctrine des quatre
humeurs

 La médecine hippocratique relie le microcosme (corps humain) au


macrocosme (univers).
 Le macrocosme comprend 4 éléments fondamentaux: le feu, la terre,
l’eau et l’air.
 Sur ces 4 éléments se plaquent les caractères suivants: le chaud, le sec,
le froid et l’humide.
 Pour les médecins hippocratiques le corps humain comprend des parties
solides et quatre humeurs (analogie avec les quatre éléments):
le sang, originaire du cœur;
la pituite ou phlegme, originaire du cerveau;
la bile jaune, originaire du foie ;
la bile noire ou atrabile, originaire de la rate.
 La santé = l’équilibre mélange harmonieux de ces
quatre humeurs. (eucrasie)
 La maladie = déséquilibre de ces quatre humeurs
du corps. (dyscrasie)
 La cause primordiale de la maladie est une
substance nuisible (matière ou humeur pectante);
elle peut se former dans le corps lui-même ou être
introduite de l’extérieur. C’est elle qui provoque la
dyscrasie.
HIPPOCRATE
LE PERE DE LA MEDECINE MODERNE

 la naissance de l'éthique médicale, c'est à


dire du respect de la personne humaine et
de la vie : Le serment d’Hippocrate .
Aristote
 Considérait qu’il y avait trois sortes d’âmes :
 L’âme végétative pour les plantes ;
 L’âme sensitive ( sensitivomotrice ) pour les animaux ;
 L’âme rationnelle pour l’homme et qui disposait également des
deux autres types d’âmes .
 Il a été le précurseur de l’anatomie comparée .
 Il considérait que chaque organe avait une une fonction .
 Il pensait que le cœur avait trois chambres et qu’il était l’organe de
la circulation et le siège de l’âme .
 Les poumons et le cerveau assuraient le refroidissement du corps .
LA MÉDECINE À ALEXANDRIE :
LES PREMIÈRES DISSECTIONS
 À la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand (356 -
323 av. J.-C.), Athènes et l’Ionie déclinent.
 Un grand centre culturel : Alexandrie où une immense
bibliothèque est créée qui réunira plus de 900.000
manuscrits.
 Vers 300 av. J.-C. une renommée école de médecine y
est établie,  « empiriques »
 L’école d’Alexandrie : deux anatomistes Hérophile et
Érasistrate, à qui le pharaon Ptolémée Soter a accordé
le privilège de disséquer des cadavres humain .