Vous êtes sur la page 1sur 65

ECOLE NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS

Soutenance de Fin d’Etudes

THÈME

ETUDE D’UN PONT POUR LE CROISEMENT


DE L’AUTOROUTE EST-OUEST AVEC
LA NAPPE SONATRACH

Proposé par ENGOA


Présentée par : Encadré par :

Mr: B.Y. MRAIN


Mr: AKOUCHE SLIMANE .
Mr: OUAISSI SEKKOUTI Slimane.
Plan de travail
Présentation de l’ouvrage
Première partie: étude de tablier en BP
Deuxième partie : étude de tablier en BA
Troisième partie : étude de l’infrastructure
conclusion
Présentation de l’ouvrage

 L’ouvrage s’inscrit dans le cadre de la réalisation de


l’autoroute Est-ouest pour relier ALGER à
CONSTENTINE .Au niveau de PK165+249,48 , cet ouvrage
permettra le franchissement de la RN5 sur les conduites de
sonatrach, L’ouvrage est constitué en réalité de deux
ouvrages jumelées, qui présentent tout deux les mêmes
caractéristiques transversales
L’ ouvrage présent un biais de 70 grade. Avec une
langueur totale d’environ 115.2m à 3 travées indépendants
et identiques de 33.4 m de longueur a poutres en béton
précontrainte et une travée de 15 m en béton armé.
Dans chaque cas, le choix du type d’ouvrage dépend
des contraintes imposées, qui sont de deux sortes :
Données naturelles : qu’il faut absolument respecter,
et qu’il n’est pas possible de modifier.
Données fonctionnelles et dimensionnelles :
fixées par le maître de l’ouvrage, en fonction des
contraintes de la voie portée et de l’obstacle à franchir.
Données relatives à l’ouvrage

Données naturelles Données fonctionnelles

Données Tracé en Profil en Profil en


géotechniques plan long travers
Données naturelles:
Bonne sol

Rapport Marne compacte


géotechnique Semelle
superffeciele

Le maître de
l’ouvrage il a
exigé de faire les
pieux
Données fonctionnelles

Tracé en plan Profil en long Profil en travers

Ouvrage biais une dénivelé 3 voies (3,5m)


d’une portée très faible de bande d’arrêt
de 115,2m. 0,03% d’urgence (2,86 m)
un trottoir(1,15m)
3. CARACTÉRISTIQUES DES MATÉRIAUX:

Le béton :
la résistance à la compression : fc28 = 35MPa pour la superstructure.

fc28 = 27MPa pour l’infrastructure.

la résistance à la traction: f t28=0.6+0.06fc28.

L’acier passif: Nuance Fe E 40 type HA


Limite d’élasticité fe = 400 MPa
Module d’élasticité Es = 2.105 MPa

L’acier actif (Câbles à torons): .fpeg= 1600 MPa


Selon ALGA
.fprg= 1800 MPa
EP = 2.105 MPa.
4.CARACTÉRISTIQUES DE LA POUTRE:
Le pré dimensionnement est fait selon le document « SETRA ».
L L
L’élancement des poutres varie entre :  ht 
20 17

Détail à mi-travée de la poutre Détail à l’about de la poutre


103cm

11cm

Épaississement
de 21 à 35cm

150cm

15cm

47cm
5. ÉVALUATION DES CHARGES ET SURCHARGES:

Charges:

Charges permanentes = poutres + dalle = 23.715 t/ml.

Complément charge permanentes = revêtement + chapes + trottoir +


corniche + garde corps+ glissières
de sécurité = 5,036 t/ml.
Poids total propre du tablier = 960 t.
Surcharges:

D’après le fascicule 61 titre II, les surcharges a utilisé pour le


dimensionnement des ponts routiers sont les suivantes :

Les surcharges réparties Chargement A (L),sur trottoirs


Les surcharges ponctuelles Chargement Bc et Bt.

Les surcharges militaires Chargement Mc120, D 240.


6. Évaluation des efforts longitudinaux :
Moment fléchissant : P P

a- charges uniformément réparties :

M = q . max
ab
b- Charges concentrées : l

M = ∑ Pi yi max P P

Efforts tranchants :
a- charges uniformément réparties :
b/l
T= q. max
a/l
b- charges concentrées :
a b
T = ∑ Pi yi
7. RÉPARTITION TRANSVERSALE DES EFFORTS:

La répartition transversale des charges est faite par


deux méthodes qui sont :
A-La méthode de Guyon-Massonnet
B. La méthode numérique (Robot Millennium) .
MODÉLISATION DU TABLIER:

La modélisation par la méthode des éléments finis (MEF) a pour


objectif d’élaborer un modèle capable de décrire d’une manière
approchée le fonctionnement de l’ouvrage sous différentes
conditions.

La MEF est basée sur la subdivision (discrétisation) d’une forme


complexe en un grand nombre de sous domaines élémentaires de
forme géométrique simple (éléments finis) interconnectés en des
points appelés noeuds. Nous considérons le comportement
mécanique de chaque élément séparément, puis nous assemblons
ces éléments de telle façon que l’équilibre des forces et la
compatibilité des déplacements soit satisfaite en chaque noeud.
La modélisation se faite a l’aide de logiciel robot
Millennium
Le logiciel robot Millennium permet d’effectuer les
étapes d’une modélisation (définition de la
géométrie, définition des caractéristiques mécaniques du matériau,
conditions aux limites, chargement de la structure, etc..)aussi ,
il permet de définir des charges roulantes, c’est à
dire la charge d’un convoi modélisé par une
combinaison de forces quelconques d’une façon
totalement graphique:
Modélisation de la poutre
Modélisation de la dalle
Modélisation du tablier
Les surcharges appliquées

Les surcharges sont disposées selon le règlement Fascicule 61


titre II, de façon à obtenir les sollicitations maximales.

On distingue:
Les surcharges réparties Chargement A (L),sur trottoirs

Les surcharges ponctuelles Chargement B c , B t

Les surcharges militaires Chargement Mc120, D 240


Les résultats obtenus
designation Moment en L’effort
travée tranchant aux
(t.m)
appuis (t)
ELS
Cp + Ccp +1, 2 (A(l) + St) 541,45 68,24
Cp + Ccp +1, 2 (B c + St) 492,4 65,83
Cp + Ccp +M c120
+ 1, 2 St 457.79 57,59
Cp + Ccp +D240 + 1, 2 St 534.20 72,39
ELU
1,35 (Cp+ Ccp)+1,6(A(l)+St) 728,23 91,83
1, 35(Cp + Ccp )+1,35Mc120 616 ,40 77,86
1, 35(Cp + Ccp )+ 1, 35 D240 719,15 97,57
9. ÉTUDE DE LA PRÉCONTRAINTE:

Ap (section nominale de la précontrainte ) = 1668 soit 12T15

Dimensionnement de l’effort de la précontrainte Pmin :

Pmin= Max (PI ,PII). Avec : PI = ∆M / ρ.h


PII = Mmax/ (ρ.V +V’- d’)
Pmin = Max ( PI ; PII ) = PII =432 t

Détermination du nombre de câbles ( N ):


Pmin = PII = 432 t.
P0 = min ( 0.8 fprg Ap, 0.9 fpeg Ap) = 240,2 t.

P 432
n   2,40 on prend 3 câbles de12T15
0,75 Po 0,75 x 240,2
Disposition des câbles :

CABLE N°30,16m

CABLE N°2

CABLE N°1
Yi(m)

vue en plan
du cablage.

Programme de la mise en tension des câbles :


1ére phase : Tirer à 50% au 7éme jour les câbles 1 et 2.
2éme Phase : Tirer à 100% au 28éme jour les câbles 1 et 2.
3éme Phase : Tirer à 100% du câble 3 après le durcissement de l’hourdis.
Programme de la mise en tension des câbles :

1ére phase : Tirer à 50% au 7éme jour les câbles 1 et 2.

2éme Phase : Tirer à 100% au 28éme jour les câbles 1 et 2.

3éme Phase: Tirer à 100% du câble 3 après le durcissement


de l’hourdis.
Calcul des pertes :
Par frottement

Par glissement à
Pertes instantanées
l’ancrage

Par raccourcissement
élastique du béton

Pertes de tension

Retrait du béton

Pertes différées Fluage du béton

Relaxation des aciers


Le tableau qui résume les pertes de précontrainte

Désignation 0,00L 0,25L 0,50L

Pertes
instantanées 28832,681 46140.394 30104,0852
Pertes différées
50174,121 38661.0283 44538,1213
Pertes totales
79006,802 84801,4223 74642,2065
% pertes
18,28 19,62 17,27

L’estimation des pertes est de 18,5%


Vérification  :
àx=5m
Contraintes
normales
à x =0,5L

à x = 0L
Vérification Contraintes
tangentielles

à x =0,25L

En flexion

À la rupture

à l’effort tranchant.

10.Moment de torsion du au biais de l’ouvrage

Le moment de torsion du au biais de l’ouvrage se


détermine par les formules suivantes :

D (tg 2 ( k )  tg ( k )tg ( k 1 )  tg 2 ( k 1 ))
3

   100 - 70  30 grade
E bh 3
Cp 
21  v 
 3
D= 1
Cp=9,47628.10-5 x E
Cp
   3,35082.10 12
EI
Moment de torsion du au biais pour une charge reparte :

   d2 C2  d d2 C2
Tk $   PCd 
6D  1  L2  4 L2 tg k  PC  L  d  ( 2  L  L2  4 L2 ) xtg k 1 ) 

 

  
PCe  2tg 2 k 1  tg k xtg k 1   (2tg k  tg k 1 ) xM k   M K 1 (tg k  2tg k 1)


6D  6 
Moment de torsion pour une charge concentrée :

  Pj a j aj  aj aj  
TK   (1  ) (1  )tg k  (2  )tg k 1 L    M J (2tg 2 k 1  tg k xtg k 1 
6D  L L  L L  6
Tableau récapitulatif des moments de torsion du au
biais :
Cas de charges TK (t.m) Coeff. Coeff.xTk (TK/10)
A (L) 1 voie 9,55 1 9.55 0,955
2 voies 17,48 1 17.48 1,748
3 voies 21,39 0,9 19.251 1,925
ST 1 trottoir 0,504 - - 0,050
Bt 1 file 0,5112 0,54033
1,057
84 0,054
2 files 0,5112 0,54340
1,063
56 0,054
Bc 1 file 0,8217 0,87330
1,0628 276 0,087
2 files 0,8217 1,071 0,88004
07 0,088
3 files 0,8217 1,079 0,88661
43 0,089
D240 - 18,54 - - 1,854
Mc120 - 9,77 1,07 10.4539 1,045
G - 60,33 - - 6,033

Mmax=6,033 t.m
11.ÉTUDE DE L’HOURDIS:
L’étude de l’hourdis revient à étudier une section rectangulaire en
flexion simple longitudinalement et transversalement.

0,25m
L = 1,00 m

D’après les résultats obtenus par robot Millennium  :

Les moments flichaisants max et min sont obtenus par la combainison:


(1,35 G+1,35 D240 telles que:

Longitudinalement: Le moment maximal positif: MELU = 7,90 t.m


Le moment maximal négatif: MELU = 10,30 t.m

Transversalement: Le moment maximal positif: MELU = 5,86 t.m


Le moment maximal négatif: MELU = 15,30 t.m
Ferraillage de la dalle

Longitudinalement:

Transversalement:
12. CALCUL DES DÉFORMATIONS:
Une poutre isostatique simplement appuyée peut subir des déformations
sous l’effet de G.P.C et qui sont calculées ci-dessous:
- Calcul des flèches 
En service à vide : f  f p  f G  f C  10,54  9,48  0,795  0,265cm
En service en charge:
f  f p  f G  f C  f G  0,265  1,3  1,035cm

- Calcul des rotations 


En service à vide : B  BG  B p  0.26 103  0.0115  11,48 103 rd
En service en charge : B  BG  B p  BG  11,7 x103  0,001  0,24 x103  0,0104rd

- Calcul des déplacements 

2 2
 max  (B  r  f )  t  (0,78  0,324  4)  0,324  1,6cm
3 3
13. ÉQUIPEMENTS DU TABLIER:
Appareils d’appuis:
On utilise des appareils d’appui en élastomère fretté.
Dimensionnement des appareils d’appuis:
Rmax
σmax = ≤ 15Mpa.
a.b
T ≥ 2 U1.

5 T < a < 10 T Avec T est la hauteur de


l’élastomère.
On prend un appareil d’appuis de dimensions 300 x 350 x 4 (10+3).
Vérification des appareils d’appuis :

Vérification des contraintes normales.


Vérification des contraintes de cisaillement.

Vérification de l’épaisseur des frettes.

Condition de non glissement.


Condition de non cheminement.
Condition de non soulèvement.

Ferraillage de dé d’appui  :
Joints de chaussée:

Détermination de type de joint :

Déplacement dû aux variations linéaires.

Déplacement dû au séisme et au freinage.

D’après le bulletin technique de ALGA, on admet le joint T50.


14. ÉVALUATION DES CHARGES ET SURCHARGES:

Charges:
Poids total propre du tablier = 364,57 t.
15. RÉPARTITION TRANSVERSALE DES EFFORTS:

DESIGNATION MOMENT EN L’EFFORT


TRAVÉE (T.M) TRANCHANT AUX
APPUIS
(T)
ELS
Cp + Ccp +1, 2 (A(l) + St) 97,29 30,88
Cp + Ccp +1, 2 (B c + St) 95,17 31.22
Cp + Ccp +Mc120 + 1, 2 St 63,88 20,86
Cp + Ccp +D240 + 1, 2 St 99,14 34,67
ELU
1,35 (Cp+Ccp)1,6(A(l)+ St) 130,53 41,42
1, 35(Cp + Ccp )+ 1,35Mc120 86,24 28,20
1, 35(Cp + Ccp )+ 1,35 D240 133,74 46,80
16.Ferraillage des poutres en béton armé

 Le ferraillage se fait à l’ELU


 La poutre travaille avec l’hourdit (poutre en T)

le ferraillage longitudinal :
As= 54,16 cm2 On prend 12HA25
Les armatures de montage :
A’s = 18,05 cm2 On prend   4HA25
les armatures transversales :

On prend 2 cadres et 3 épingles HA12

On prend St=20 cm en zone courante et st= 8 cm en


zone d’appuis
Vérification des contraintes :

Vérification des contraintes dans le béton et l’acier  :

 bc
 3,327 MPa   bc
 16.2 MPa
C’est vérifié

 st
 9,306MPa   st
 201,36MPa

Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant :

T
  0,256MPa  
u , max
  2,5MPa
u , max
bd u
17. ÉTUDE DE LA PILE:

• Implantation des piles

Désignation Pile 1 Pile 2 Pile 3


Hauteur de la pile (m) 5,67 6,13 6,52
Hauteur du Fût (m) 2,67 2,93 3,32

On s’intéresse a la pile la plus haute (Pile n°3 )


ferraillage de la pile :

La chevêtre:
Le ferraillage de la chevêtre est faite sur deux parties, Une étude à la
flexion et une autre à la torsion.
2,4m

1,2m
Cadres HA12
st= 10cm appui
st= 20cm travée
Le fût:
Le fût est soumis à un moment fléchissant et à un effort normal, donc
il faut le ferrailler à la flexion composée, sous les efforts engendrés
par la condition sismique qui représente le cas le plus défavorable.
Le fût ne présente pas un risque du flambement.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


La semelle:
La semelle est soumise à un moment fléchissant et à un effort normal, donc il
faut la ferrailler à la flexion composée, sous les efforts engendrés par la condition
normale qui représente le cas le plus défavorable.

Le ferraillage se fait par la méthode des bielles.


Les pieux:
Le pieu est soumis à un moment fléchissant et à un effort normal, donc il
faut le ferrailler à la flexion composée, sous les efforts engendrés par la
condition sismique qui représente le cas le plus défavorable.

Le moment fléchissant est déterminé par la méthode de WARNER qui


permet de donner des moments fléchissant auxquels le pieu est soumis en
différents points, à l’aide de la formule suivante: M P
EI 0  M   P
 2
Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.
18.ÉTUDE DE LA CULÉE:
Vérification de la stabilité de la culée avec pieux 

Qadm  329.55t
L’effort par pieux est donnée par :

N M x yi M y xi
Ni   
 yi  xi
2 2
n

FH FV MR MS
CN 2659.55 9796.26
317.85 776.58
H+V 2845.7185 10482.00
402.95 2124.04
H+V 2473.3815 9110.53
354.28 2014.26

F1max= 243,22 t < 329,55 t


F1min= 61,63 t>0 ( la condition est vérifiée)
Étude et ferraillage des éléments:
Mur garde grève :

Le mur garde grève est soumis à des forces horizontales et


verticales, on prévoit un ferraillage à la flexion simple
horizontalement et verticalement.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


La dalle de transition :

La dalle de transition repose sur le corbeau et sur le remblai, elle


est soumise à des efforts verticaux produisant une flexion simple.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


Le corbeau :

Le corbeau est encastré dans le mur frontal , il est soumis à


des efforts verticaux produisant une flexion simple.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


Le mur frontal :

Le mur frontal est encastré sur la semelle, il travaille à la


flexion composée verticalement et à la flexion simple
horizontalement.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


Mur en retour :
Le mur en retour est soumis à des forces horizontales et
verticales, alors on envisage un ferraillage de flexion
horizontalement et un ferraillage supplémentaire dans la zone
de suspension.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


La semelle:
La semelle est soumise à un moment fléchissant et à un effort
normal, donc il faut la ferrailler à la flexion composée, sous les
efforts engendrés par la condition normale qui représente le cas le
plus défavorable.

Le ferraillage se fait par la méthode des bielles.


Les pieux:
Le pieu est soumis à un moment fléchissant et à un effort normal, donc il
faut le ferrailler à la flexion composée, sous les efforts engendrés par la
condition sismique qui représente le cas le plus défavorable.

Le moment fléchissant est déterminé par la méthode de WARNER qui


permet de donner des moments fléchissant auxquels le pieu est soumis en
différents points, à l’aide de la formule suivante: M P
EI 0  M   P
 
2

Le ferraillage se fait à l’aide des abaques de Walther.


Plot parasismique :

Le plot parasismique est destiné à empêcher le déplacement du tablier


sous l’effet d’un éventuel séisme transversal. Le plot étant encastré dans le
mur frontal, il subit une force latérale qui vaut à un effort sismique horizontal
égale à 0,1G/2.

Le ferraillage se fait à l’aide du logiciel SOCOTEC.


19. CONCLUSION

Ce projet de fin d’étude nous a permis non seulement


d’exprimer et d’appliquer nos connaissances acquises durant les
cinq années de notre formation d’ingénieur, mais aussi de mieux
appréhender notre avenir dans le monde professionnel .
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION

AKOUCHE OUAISSI SEKKOUTI

26------------------------------------------- JUIN ----------------------------------------- 2008

Vous aimerez peut-être aussi