Vous êtes sur la page 1sur 27

CHAPITRE II :

TRANSPORT IONIQUE TRANSMEMBRANAIRE

DANS LES ECHANGES LIQUIDIENS ET ACTION

MEDICALE DES IONS


INTRODUCTION
•Le transport transmembranaire des électrolytes traduit le phénomènes
nécessaires mis à contribution pour que les électrolytes ou les composés
ioniques ou cationiques traversent la membrane cellulaire pour se
retrouver soit à l’extérieur soit à l’intérieur de la cellule.

•Pour comprendre le phénomène des transports des électrolytes


transmembranaires, il est utile de comprendre les notions suivantes:

- Les ions du sang

- La Notion de pression osmotique

- Tonicité et pression osmotique plasmatiques

- Principe de la déshydratation
•  
- Principe de l’hyperhydratation
- Dosage des principaux électrolytes
 - Valeurs normales de l’ionogramme sanguin

Définition de quelques notions

Le Sang: C’est un liquide biologique vital qui circule continuellement


dans les vaisseaux sanguins et le cœur, notamment grâce à la pompe
cardiaque.

● Ce liquide transporte le dioxygène (O2) et les éléments nutritifs


nécessaires aux processus vitaux de tous les tissus du corps, ainsi que
les déchets, tels que le dioxyde de carbone (CO2) ou les déchets azotés,
vers les sites d'évacuation (reins, poumons, foie, intestins)
● Il permet également d'acheminer les cellules et les molécules du
système immunitaire vers les tissus, et de diffuser les hormones dans
tout l’organisme.

1- Les ions du sang

● Le sang contient dans son espace plasmatique différents anions à


savoir Cl-, HCO3- ; SO42- ; PO42-, qui sont essentiels au point de vue de
la concentration sanguine et qui sont biologiquement utiles.

● Il contient aussi des cations tels que : le Sodium (Na+), le Potassium


(K+), le Calcium (Ca2+), le Magnésium (Mg2+), le Manganèse (Mn2+), qui
sont autant utiles dans l’expression biologique et fondamentalement
dans les réactions biologiques.

● Ces deux catégories d’ions contribuent pour une grande part à la


notion de pression osmotique.
2. La Notion de pression osmotique

- La pression osmotique = la force attractive exercée par une solution électrolytique sur
l’eau pure lorsque les deux liquides sont mis en contact à travers une membrane semi-
perméable.
- La pression osmotique (π) se calcule par la formule suivante :

•π= R.T.i.M
 
•R = 8,31 J/mol K T=273+ t (°C)

•i= nombre de particules par entité formulaire


 
•M= concentration molaire (mole/l)
• Exemple :
• Quelle est la pression osmotique (en atm et en Pa)
développée par rapport à l'eau pure pour une
solution aqueuse de glucose 0,01 M à 25°C ?
• i = 1 

• C = 0,01 M 

• R=8,31 J/mol.K= 0,082 L.atm/mol.K

• T=298 K 

• 1 atm. = 101325 Pa 

• glucose =1x0,01x0,082x298 = 0,24 atm 

• glucose = 0,24x101325= 2,4104 Pa


NB: ♦ L'eau pure tend donc à diffuser dans le compartiment contenant
le glucose.

♦ Il faut appliquer une pression supplémentaire = 0,24 atm sur le


compartiment 1 pour rétablir l'équilibre des pressions.

♦ La solution de glucose est dite hypertonique par rapport à l'eau


pure qui est dite hypotonique par rapport à la solution de glucose:
2,4104
3- Tonicité et pression osmotique plasmatiques

● La tonicité plasmatique (mosmol/L) se définit comme l’osmolalité


efficace du plasma.

● L’osmolalité = la concentration en moles/kg d’eau


plasmatique.

► Lorsque deux solutions de concentrations différentes sont séparées


par une membrane semi-perméable (exemple la membrane
cellulaire), l'eau qui est le solvant naturel dans notre corps va toujours
passer du milieu le moins concentré vers le milieu le plus concentré,
pour le diluer, jusqu'à atteindre une pression d'équilibre.
► C'est ce phénomène = Phénomène d'osmose.

► Il régit tous nos échanges cellulaires, ainsi que la filtration


glomérulaire et la réabsorption tubulaire au niveau des reins pour
la production d'urine.

● L’osmole = la pression osmotique exercée par une molécule-gramme


d'un corps non ionisé dissous dans un litre d'eau;

● pour un corps complètement ionisé dissous dans un litre d'eau , on


parle d’un ion-gramme.

● Ainsi, La pression osmotique totale du plasma est d'environ 308 à 310


mosm/L.

● On calcule aussi la pression osmotique efficace du plasma en lui


retranchant la pression osmotique de l'urée et celle du glucose.
● La pression osmotique efficace du plasma ≈ 292 à 308 mosm/L.

● La pression oncotique = la pression osmotique exercée par les


colloïdes et surtout par les protéines, qui sont généralement de grosses
molécules.

► Elle traduit en fait la facilité qu'ont ces grosses molécules de


protéines du plasma d'attirer (toujours par le phénomène d'osmose)
l'eau des tissus de l'organisme.

► La pression osmotique est proportionnelle aux nombres de


molécules de corps non dissociés et aux nombres d’ions des
électrolytes en solution.

► Ainsi l’osmolarité = concentration en osmole ou en milliosmole de


substance par litre de solution.
NB:
● Les ions carbonates (HCO3-), chlore (Cl-) et sodium (Na+) sont à eux
seuls responsables de 85% de la pression osmotique totale du sang.
 
● Les substances organiques comme l’urée et le glucose n’ont qu’une
importance relativement faible à ce point de vue.

4. Principe de la déshydratation

Définition: C’est une perte de l’eau organique au détriment de


l’organisme et en faveur du milieu extérieur.

4.1- La déshydratation hypertonique


  Une solution hypertonique contient plus de solutés qu’à la normale.
La notion de tonicité est liée à la concentration de soluté dans le milieu.
● Les solutions peuvent être aussi isotoniques c'est-à-dire à concentration
osmolaire identiques.
 
► Par conséquent, une déshydratation hypertonique se qualifie par une
dépression aqueuse (perte d’eau du liquide extracellulaire) et une
augmentation de solutés dans le milieu (diminution du liquide extracellulaire).

►Dans ce cas, l’organisme perd plus d’eau que de sels minéraux (sudation
(transpiration) excessive, diarrhée liquide excessive, perte d’eau par
hyperventilation pulmonaire ou par effet d’un diabète insipide).

►En conséquence:
- l’eau des liquides intracellulaires passe dans les compartiments
extracellulaires;
- l’eau de ces liquides intracellulaires augmente la concentration osmotique
en même temps que leur volume se réduit.
- Il y a donc à la fois perte d’eau plasmatique extracellulaire et
intracellulaire.
4.2- La déshydratation hypotonique 
● Ici, les pertes de sels sont plus importantes dans l’eau éliminée.

● les liquides ainsi perdus sont hypertoniques. Ce qui rend le milieu


intracellulaire hypotonique. C’est le cas des néphrites avec des polyurèses.

► Les liquides extracellulaires devenus ainsi hypotoniques entrent dans la


cellule et diluent les liquides intracellulaires qui deviennent alors aussi
hypotoniques et peuvent provoquer à l’équilibre des sorties de potassium
intracellulaire ou d’autres cations intracellulaires.

4.3- La déshydratation isotonique 


● Dans ce cas, l’organisme perd des liquides isotoniques: cas du suc intestinal.
► Il n’y a donc pas de compensation et seul le milieu extracellulaire a perdu du
volume.
► Dans ce sens, on peut tomber parfois dans un cas d’acidose (perte de sodium
(Na+)) ou dans un cas d’alcalose (perte de chlorure (Cl-)).
NB:
♦ En somme la déshydratation porte d’une manière ou d’une autre
sur le compartiment extracellulaire.

♦ Elle induit un certains nombres de pathologies dont l’asthénie,


l’apathie et la fatigue.

♦ On note aussi des cas de tachycardie, d’hypotension artérielle qui


s’aggravent par des syncopes.

♦ La peau et les muqueuses se dessèchent, la peau se ride et se plie : on


parle d’un signe gaspère.

♦ Il y a aussi les cas graves d’hémoconcentration ou augmentation du


taux d’hémoglobine (Hb), les urines deviennent hyponatriuriques et
hypotoniques en chlorure (Cl-).
5. Principe de l’hyperhydratation
 Trois (3) types d’hyperhydratation sont à distinguer.

5.1- Hyperhydratation hypotonique


● Elle est consécutive à un apport excessif d’eau à l’organisme sans apport suffisant
d’électrolytes.

● Il en résulte une hypo osmolarité des liquides extracellulaires.

● Ces liquides extracellulaires hypotoniques migrent dans la cellule et hypo-tonifient le


liquide intracellulaire.

5.2- Hyperhydratation hypertonique 


● Dans ce cas, il y a une hyperhydratation du compartiment extracellulaire par des liquides
hypertoniques
.
● Ce qui hyper-tonifie ce compartiment.

migration des liquides intracellulaires hypotoniques vers les liquides


extracellulaires hypertoniques.
Conclusion:
● l’hyperhydratation hypertonique est une hyperhydratation du
compartiment extracellulaire dont la conséquence est l’hyper-
tonification de la cellule.

● Des signes cliniques peuvent en résulter. Ce sont l’hypertension


artérielle, l’augmentation pondérale, les œdèmes localisés, des
surcharges cardiovasculaires, des affections rénales et bien d’autres
gènes respiratoires.

5.3- Hyperhydratation isotonique 

● Cela s’observe au cours de l’augmentation du volume de perfusion qui


reste localisé au niveau du liquide extracellulaire en maintenant
l’osmolarité cellulaire normale.
6. Dosage des principaux électrolytes

● Les ions sodium (Na+), potassium (K+) et chlore (Cl-) sont très importants
dans le maintien de la pression osmotique et les mouvements de l'eau
dans l'organisme (hydratation/déshydratation);

● dans l'équilibre des charges positives et négatives (équilibre acido-


basique).

● Leurs variations sont liées les unes aux autres et également à celles
d'autres ions (bicarbonates).

● L’ionogramme sanguin est le dosage des ions (Na+; K+; Cl-; CO3-) dans le
plasma.

● L'étude de ces ions renseigne sur l'équilibre hydro-électrolytique de


l'organisme, c'est-à-dire l'équilibre entre les différents ions dans le plasma.
● Cet équilibre est physiologiquement assuré par:
- le rein, - la peau, - la respiration et - le système digestif.

● Il peut être perturbé dans différentes circonstances:


- cas de diarrhée ou de vomissements importants, - de maladie rénale
ou respiratoire et - de trouble de l'hydratation.

● Les ions ont une valeur médicale, un taux thérapeutique est


certainement nécessaire pour leur utilité.

- Le chlore et le sodium représentent les ions principaux du


compartiment extracellulaire c'est-à-dire le plasma plus les liquides
interstitiels.

- Dans le compartiment cellulaire, les ions prédominants sont le


potassium (K+) et le phosphore (PO42-).
● En dosant le sodium (Na), le potassium (K), le calcium (Ca), et le magnésium
(Mg), on peut calculer le nombre de milliéquivalent (mEq) basique par la
formule :

Na (mg/l) K (mg/l) Ca (mg/l) Mg (mg/l)


mEq/l = + + +
23 39 20 12

7. Valeurs normales de l’ionogramme sanguin


 
● En pathologie, on peut observer des variations quantitatives de l’ionogramme.

● La valeur supérieure de l’ionogramme est à 310 mEq et constitue un critère


d’augmentation de la pression osmotique.

● Si cette valeur diminue, c’est aussi un critère de la réduction de la pression


osmotique.
Le tableau ci-dessous résume les valeurs normales de quelques
électrolytes de l’ionogramme sanguin

Tableau II : Valeurs normales des électrolytes du ionogramme sanguin

Ion mEq/l ou mg/l mmol/l


 
Sodium 135 à 145 mEq/l 135 à 145

Potassium 3,5 à 5 mEq/l 3,5 à 5

Chlore 95 à 105 mEq/l 95 à 105

Bicarbonates 22 à 30 mEq/l 22 à 30

Calcium 90 à 100 mg/l 2,25 à 2,5


7.1- Le sodium
 * Le sodium peut être dosé par précipitation sous la forme d’un
acétate triple d’uranyle de sodium et de magnésium, soit par
photométrie de flamme.

* Il est donc possible de savoir le taux tolérés par l’organisme. Ces taux
sont compris entre 135 et 145 mEq/L.

* La membrane cellulaire sépare les liquides extracellulaires dont le


cation principal est le sodium du liquide intracellulaire dont le cation
principal est le potassium.

* Comme il n’existe pas de diffusion passive tendant à un état


d’équilibre entre les deux cations, on a envisagé l’existence biologique
d’un mécanisme actif au niveau de la membrane cellulaire qui maintient
les concentrations respectives des deux cartions dans leur milieu.
* Ce mécanisme actif est dirigé par une pompe à électrolytes qui chasse
le sodium du milieu intracellulaire en y faisant entrer le potassium qui
s’est échappé.

* Ce mécanisme qui consomme l’énergie d’hydrolyse de l’ATP est


sensible à l’action de plusieurs inhibiteurs (ouabaïne) métaboliques mais
aussi à l’action de certains médicaments comme les cardiotoniques.

* Le sodium total représente 58 – 60 mEq/kg de pc (kilogramme de


poids corporel). Soit 4.103 mEq pour un adulte de 70 kilos.

Constate:
- Tantôt une augmentation de ce taux de sodium par une
déshydratation un temps
d’hypernatrémie ou alors un apport excessif de sodium alimentaire qui
prédispose à une hypertension hydrique au niveau des vaisseaux.

- Si les taux décroissent d’hyponatrémie dont on connait


les cas sévères pour une concentration de sodium inférieure à 115
mEq/l.
7. 2- Potassium
 
● La plus grande partie du potassium se trouve dans les cellules (milieu
intracellulaire).

● L’ensemble des liquides extracellulaires n’en contient que 3,5 à 5 mEq/l.

► L’hypokaliémie est un syndrome clinique très répandu et elle se traduit


surtout par des troubles neuromusculaires et cardiaques.

● Dans le cas des troubles neuromusculaires, le déficit kaliémique (< 3


mEq/L)
une sensation de faiblesse musculaire.

● Si ce déficit augmente, on peut arriver à des paralysies.

● L’atteinte des muscles lisses peut provoquer une réduction ou même


une abolition de la motilité gastro-intestinale qui aboutit souvent à la
constipation, à la distension gazeuse des viscères.
7.3- Chlore
 
● On peut observer des variations quantitatives du chlore conduisant à
des valeurs inférieures aux valeurs médicales.

► On dit alors que nous sommes en état d’hypo-chlorémie. Si la valeur


est au dessus de la valeur médicale on est en état d’hyper-chlorémie.

● La valeur normale moyenne est égale à 95 à 105 mEq/l.

● Le chlore sanguin peut être dosé facilement par la méthode


argentimétrique avec comme élément de mesure un pH mètre et une
électrode.

● Les pertes en chlore produisent dans l’organisme une alcalose qu’on


appelle alcalose hyperchlorémique.
 
7.4- Phosphore et calcium
 
 ♦ Il existe une relation étroite entre le métabolisme du phosphore et
celui du calcium parce que la régulation du métabolisme
phosphocalcique est assurée par des facteurs hormonaux et
vitaminiques.
♦ Exemple: l’action de la parathormone s’exerce doublement sur:
- la production du calcium par décalcification osseuse
- et par augmentation du phosphore due à la réduction de la
résorption tubulaire du phosphore.

♦ D’autres problèmes comme l’action de la calcitonine et de la vitamine


D nous instruiront sur la corrélation entre le métabolisme du calcium
et celui du phosphore.
● Concernant le métabolisme du calcium, l’absorption du calcium par
l’intestin est liée à l’apport calcique alimentaire.

● La vitamine D joue un rôle important au cours de l’absorption


calcique.

● Quant à la parathormone elle augmente l’absorption du calcium au


cours de la digestion.

● Par contre, la présence de l’acide phytique complexe le calcium


alimentaire et réduit sa possibilité d’absorption.

● La valeur normale du calcium varie de 90 à 100 mg/l.

● L’ensemble des liquides extracellulaires renferme donc un peu plus de


1000 mg de calcium.