Vous êtes sur la page 1sur 81

CONSOLIDATION

IAS 27 IAS 28 IAS 31


IFRS 3 IFRS 10 IFRS 11
SCF Loi 07-11
Décret exécutif 08-156
Arrêté du 26 juillet 2008
M BOULAHDOUR Yassine
Expert-comptable diplômé
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
1
diplômé d'état
NORMES INTERNATIONALES
IAS IFRS
• IAS 27 « États financiers individuels »,
• IAS 28 « Participation dans les entreprises associées et
co-entreprises»,
• IAS 31 « Participations dans les coentreprises »
• IFRS 3 « Regroupements d’entreprises ».
• IFRS 10 Etats Financiers Consolidés
• IFRS 11 Partenariats
• IFRS 12 Informations à fournir sur les entités détenues
par les autres entités
• IFRS 13 Evaluation à la Juste Valeur
• IAS 38 Immobilisations Incorporelles
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
2
diplômé d'état
Réglementation Algérienne
• Code de commerce:
Ordonnance 75-59
Ordonnance 96-27 du 09.12.1996
Décret législatif 93-08 du 25.04.1993
« Section II Art 729..… »
• Code des impôts directs Loi de fin 1997
« Art 138 Bis »
• SCF :
Loi 07-11 du 25.11.2007
« Art 31 «
Décret exécutif 08-156 du 26.05.2008
« Art 39 »
Arrêté du 26 juillet 2008 Comptes consolidés
« Art 132-1 à 132-18 »

• Ord n°03-11 du 26.08.2003 relative


BOULAHDOUR à la
Yassine monnaie et au crédit
Expert-comptable « Art 103 »3
diplômé d'état
.

HOLDING & GROUPE


Compréhension/ stratégies/Définitions/Création par le
haut, Création par le bas/ Holding pur Holding impur/

BOULAHDOUR Yassine
4
Expert-comptable diplômé d'état
.

HOLDING & GROUPE


Notions juridiques/Réglementation fiscale/
/Code de commerce/

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


5
diplômé d'état
SOCIÉTÉ HOLDING

• Code de cce : La société qui exerce un


contrôle sur une ou plusieurs sociétés,
……, est appelée pour l’application de la
présente section, "Société holding".
Art 731 Ordonnance 96-27 du 09.12.1996.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


6
diplômé d'état
LE « GROUPE  » EXISTE ECONOMIQUEMENT.

• JURIDIQUEMENT Il n’est que la


juxtaposition de sociétés ayant leur
propre identité juridique, alors que
l’ensemble n’est pas sujet de droit et n’a
pas de personnalité morale.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


7
diplômé d'état
.

LA CONSOLIDATION
Nécessité/ Définition/Historique

8
.
LA CONSOLIDATION

Réglementation fiscale
Code de commerce
SCF loi 07-11
Réglementation Européenne « Directive unique »

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


9
diplômé d'état
LE DROIT FISCAL
GROUPES DE SOCIETES
• Les groupes de sociétés tels que définis
dans le présent article et à l’exclusion
des sociétés pétrolières peuvent opter
pour le régime du bilan consolidé.
• Art 14 loi de finances pour 1997 complétant l’article
138 en créant l’art 138bis

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


10
diplômé d'état
DÉFINITION FISCALE DU GROUPE

• …..le groupe de sociétés s’entend de toute


entité économique de deux ou plusieurs
sociétés par actions juridiquement
indépendantes dont l’une appelée «société -
mère»
tient les autres appelées «membres» sous sa
dépendance par la détention directe de 90%
ou plus du capital social et dont le capital ne
peut être détenu en totalité ou en partie par
ces sociétés ou à raison de 90% ou plus par une
société tierce éligible en tant que société mère
.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
Art 138 bis
11
diplômé d'état
CONSOLIDATION FISCALE

• La consolidation s’entend de celle de


l’ensemble des comptes du bilan.
• L’option est faite par la société mère
et acceptée par l’ensemble des sociétés
membres.
• Elle est irrévocable pour une durée de
quatre (04) ans.
Art 138 bis

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


12
diplômé d'état
DÉFINITION FISCALE DU GROUPE

• Les relations entre sociétés membres du


groupe au sens fiscal doivent être
régies exclusivement par les
dispositions du code du commerce.
• Les sociétés qui cessent de remplir les
conditions sus-indiquées sont exclues
d’office du groupe au sens fiscal.
CID Art 138 bis

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


13
diplômé d'état
COMPTES CONSOLIDÉS - Code c/ce

• Par comptes consolidés, on entend la


présentation de la situation financière et des
résultats d’un groupe de sociétés, comme si
celles-ci ne formaient qu’une seule entité.
• Ils sont soumis aux mêmes règles de
présentation, de contrôle, d’adoption et de
publication que les comptes annuels
individuels.
Art. 732 bis 4 Ord 96-27 du 09.12.1996

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


14
diplômé d'état
COMPTES CONSOLIDÉS-SCF

• Les comptes consolidés visent à présenter le


patrimoine, la situation financière et le
résultat d’un groupe d’entités comme s.il
s’agissait d’une entité unique.
Arrêté du 26.07.2008 /Art 132.1
• L’établissement et la publication des états
consolidés sont à la charge des organes
sociaux de l’entité dominante de l’ensemble
consolidé, dite entité consolidante. Art. 33
Loi 07-11 du 25.11.2007/Art33

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


15
diplômé d'état
RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE
Règlement CE 1606 du 19 juillet 2002 sur l’application des normes comptables
internationales :
Les sociétés régies par le droit national d’un état membre sont tenues de préparer
leurs comptes consolidés conformément aux normes comptables internationales
adoptées …si à la date de clôture leurs titres sont admis à la négociation sur le
marché réglementé d’un état membre ».

7ème directive du 13 Juin1983 a été remplacée par la


Directive unique du 26 juin 2013 relative aux états financiers annuels, aux états
financiers consolidés et aux rapports associés de certaines entreprises
Obligations de consolidation aux seules sociétés mères définies comme des
sociétés qui contrôlent une ou plusieurs filiales.
03 catégories de groupes :Grands / Moyens / Petits
Grands: obligation de consolider
Moyens Option laissée aux états membres
Petits exemptés de l’obligation
Ses dispositions devront être transposées dans le droit national au plus tard le 20
juillet 2015, pour une application en 2016.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
16
diplômé d'état
.
OBLIGATION DE CONSOLIDER

CODE DE COMMERCE
SCF Loi 07-11
DROIT BANCAIRE

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


17
diplômé d'état
OBLIGATION DE CONSOLIDER- Code de C/ce

• Code Cce-. . La société holding qui


fait appel public à l’épargne et/ou
cotée en bourse, est tenue à
l’établissement et à la publication des
comptes consolidés….
Art. 732 bis 3 Ord 96-27 du 09.12.1996

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


18
diplômé d'état
OBLIGATION DE CONSOLIDER - SCF
 TOUTE ENTITÉ, QUI A SON SIÈGE SOCIAL OU
SON ACTIVITÉ PRINCIPALE SUR LE TERRITOIRE
ALGÉRIEN ET QUI CONTRÔLE UNE OU PLUSIEURS
AUTRES ENTITÉS, ÉTABLIT ET PUBLIE CHAQUE
ANNÉE LES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE
L’ENSEMBLE CONSTITUÉ PAR TOUTES CES
ENTITÉS.
SCF Art 132-2Arrêté du 26 juillet 2008  
Art 31 loi 07-11 du 25.11.2007
Art 39 Décret exécutif 08-156 du 26.05.2008

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


19
diplômé d'état
OBLIGATION DE CONSOLIDER

 DROIT BANCAIRE
 « Les banques et établissements financiers
sont tenus d’établir leurs comptes sous forme
consolidée dans les conditions fixées par le
Conseil »
Art 103 Ord n°03-11 du 26.08.2003
relative à la monnaie et au crédit

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


20
diplômé d'état
.
EXEMPTIONS DE CONSOLIDATION

SCF Loi 07-11


IFRS 10
Réglementation Européenne

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


21
diplômé d'état
EXEMPTION DE CONSOLIDATION

• Une entité dominante est dispensée d’établir


des états financiers consolidés si elle est
détenue quasi-totalement par une autre entité
et si elle a obtenu l’accord des détenteurs des
intérêts minoritaires.
La détention quasi-totale signifie que la
société dominante détient au moins 90% des
droits de vote. Art 132-4Arrêté SCF

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


22
diplômé d'état
EXEMPTIONS DE CONSOLIDATION-IFRS 10

• Une société mère n’a pas l’obligation de présenter des états financiers consolidés
si toutes les conditions suivantes sont remplies :
• 1. Il s’agit d’une filiale entièrement détenue, ou encoure d’une filiale partiellement
détenue par une autre entité et tous ses autres propriétaires , y compris ceux qui
ne sont généralement pas admis à voter, ont été informés que la société mère ne
présente pas d’états financiers consolidés et ne s’y opposent pas.
• 2. Ses instruments de dettes ou de capitaux propres ne sont pas négociés sur un
marché organisé, une bourse des valeurs nationale ou étrangère, ou un marché de
gré à gré, y compris un marché local ou régional.
• 3. Elle n’a pas déposé et n’est pas en voie de déposer ses états financiers auprès
d’une autorité de réglementation des valeurs mobilières ou d’une autre autorité de
réglementation aux fins d’émettre des instruments d’une catégorie quelconque sur
un marché organisé.
• 4. La société mère ultime ou l’une de ses sociétés mères intermédiaires
produit des états financiers consolidés mis à la disposition du public, qui
sont conformes aux normes IFRS.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


23
diplômé d'état
.

PERIMETRE DE CONSOLIDATION

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


24
diplômé d'état
PERIMETRE DE CONSOLIDATION.

 
•  L’ensemble des sociétés ayant des
relations financières entre elles constitue
l’ensemble à consolider.
 
•  Toutes ces sociétés ne sont pas
retenues dans la consolidation, certaines
sont exclues du périmètre de consolidation.
 

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


25
diplômé d'état
EXCLUSIONS - SCF

• Sont laissées en dehors du champ d’application de la


consolidation les entités pour lesquelles des restrictions
sévères et durables remettent en cause
substantiellement le contrôle ou l’influence exercée sur
elles par l’entité consolidante.
• Il en est de même pour les entités dont les actions ou
parts ne sont détenues qu’en vue de leur cession
ultérieure dans un avenir proche.
• Toute exclusion de la consolidation d’entités entrant
dans les catégories visées dans ce point est justifiée
dans l’annexe des comptes consolidés.
Arrêté du 26 juillet 2008 -Art 132-6

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


26
diplômé d'état
PARTICIPATION DIRECTE.   PARTICIPATION INDIRECTE. PARTICIPATION DIRECTE ET INDIRECTE .

SM SM
SM

F1 F1 F1

F2 F2

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


27
diplômé d'état
‘PARTICIPATION CIRCULAIRE SIMPLE
‘PARTICIPATION CIRCULAIRE’
DITE CROISÉE OU RÉCIPROQUE’
 

SM SM

SM SM SM

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


28
diplômé d'état
INTÉRÊT ET CONTRÔLE

•  La notion financière d’intérêt permet de


valoriser les droits de la société mère du
groupe dans la situation nette et les
résultats des sociétés consolidées.
 
•  La notion économique de contrôle permet
de fixer le périmètre de consolidation et
de déterminer la méthode de consolidation
appropriée à chaque entité.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
29
diplômé d'état
CONSOLIDATION
Le pourcentage de contrôle détermine
   L’entrée dans le périmètre de
consolidation
   La méthode de consolidation à appliquer.
 
Le pourcentage d’intérêt détermine
 les calculs de consolidation.

  % de contrôle  METHODES.
% d’intérêt  CALCULS.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
30
diplômé d'état
.

MÉTHODES DE CONSOLIDATION

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


31
diplômé d'état
METHODES DE CONSOLIDATION .
 
 METHODE «  D’INTEGRATION GLOBALE  » (IG ) :
 RESERVEE AUX SOCIETES SUR LESQUELLES LA SM A UN CONTROLE EXCLUSIF.
 
 METHODE PROPORTIONNELLE  » ( IP ) :
S’APPLIQUE AUX SOCIETES DANS LESQUELLES LE CONTROLE EST PARTAGE
ENTRE LA SM ET UN PETIT NOMBRE D’ASSOCIES.
 
 METHODE DE MISE EN EQUIVALENCE (MEQ ) :
RESERVEE AUX SOCIETES DANS LESQUELLES LA SM EXERCE UNE INFLUENCE
NOTABLE .

Deux des méthodes de consolidation répondent à la démarche d’intégration, la


troisième correspond à une valeur d’équivalence.
 Le choix de la méthode est dépendant de la nature du contrôle exercé par la
SM.

 
 
 

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


32
diplômé d'état
IFRS 10
Le contrôle d’une entité
• « Un investisseur contrôle une entité faisant
l’objet d’un investissement lorsqu’il est exposé
ou qu’il a droit à des rendements variables en
raison de ses liens avec l’entité faisant l’objet
d’un investissement et qu’il a la capacité
d’influer sur ces rendements du fait du
pouvoir qu’il détient sur celle-ci ».

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


33
diplômé d'état
CONTRÔLE « SCF »
Le contrôle est défini comme le pouvoir de diriger les politiques
financière et opérationnelle d’une entité afin de tirer des
avantages de ses activités.
Le contrôle est présumé exister dans les cas suivants :
Détention directe ou indirecte (par l’intermédiaire de filiales) de
la majorité des droits de vote dans une autre entité
Pouvoir sur plus de 50% des droits de vote obtenu dans le cadre
d’un accord avec les autres associés ou actionnaires
Pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des dirigeants
d.une autre entité
Pouvoir de fixer les politiques financière et opérationnelle de
l’entité en vertu des statuts ou d’un contrat
Pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans les réunions
des organes de gestion d.une entité
Art 132-5 Arrêté du 08-07-2008 / Expert-comptable
BOULAHDOUR Yassine Art 39 & 40 Décret 08-156
34
diplômé d'état
CONTRÔLE « Code de C/CE »

Une société est considérée comme en contrôlant une autre :


- lorsqu’elle détient directement ou indirectement une fraction du
capital lui conférant la majorité des droits de vote dans les
assemblées générales de cette société
- lorsqu’elle dispose seule de la majorité des droits de vote dans
cette société en vertu d’un accord conclu avec d’autres associés ou
actionnaires et qui n’est pas contraire à l’intérêt de la société ;
- lorsqu’elle détermine en fait, par les droits de vote dont elle
dispose, les décisions dans les assemblées générales de cette
société.
 
Elle est présumée exercer ce contrôle lorsqu’elle dispose directement
ou indirectement, d’une fraction des droits de vote supérieure à
40% et qu’aucun autre associé ou actionnaire ne détient directement
ou indirectement une fraction supérieure à la sienne.
Art 731 Code de C/ce
 
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
35
diplômé d'état
CONTRÔLE EXCLUSIF
 
•  Contrôle de droit.
 
•  Contrôle de fait.
 
•  Contrôle contractuel ou statutaire.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


36
diplômé d'état
IAS 11
CONTRÔLE CONJOINT
• Le contrôle conjoint est le partage
contractuellement convenu du contrôle
exercé sur une entreprise (ou une
opération), qui n’existe que dans le cas
où les décisions concernant les activités
pertinentes requièrent le consentement
unanime des parties partageant le
contrôle.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


37
diplômé d'état
CONTRÔLE CONJOINT « SCF »

• Les opérations faites en commun ou les


communautés d’intérêt correspondent à un
accord contractuel par lequel deux parties
ou plus conviennent d’exercer une activité
économique sous contrôle conjoint.
• L’enregistrement de ces opérations chez
chacun des coparticipants dépend des
clauses contractuelles et de l’organisation
comptable prévue par les coparticipants.
Art 131-1 Arrêté du 08.07.2008

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


38
diplômé d'état
CONTRÔLE CONJOINT « SCF »

• Lorsque les opérations faites en commun


sont effectuées dans le cadre d’une
entité séparée dans laquelle chaque
coparticipant détient une participation,
les coparticipants comptabilisent chacun
la quote-part leur revenant dans les
actifs, les passifs, le résultat, les
charges et les produits et les flux de
trésorerie de l’entité commune.
Art 131.4 Arrêté du 08.07.2008

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


39
diplômé d'état
INFLUENCE NOTABLE
IAS 28
• Influence notable est le pouvoir de
participer aux décisions de politique
financière et opérationnelle de
l’entreprise détenue (appelée « entité
associée ») sans toutefois exercer un
contrôle ou un contrôle conjoint sur ces
politiques.

 
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
40
diplômé d'état
ENTITÉ ASSOCIÉE-SCF

INFLUENCE NOTABLE-SCF
Une entité associée est une entité dans laquelle l’entité consolidante
exerce une influence notable et qui n.est ni une filiale, ni une entité
constituée dans le cadre d’opérations faites en commun.
L’influence notable est présumée exister dans les cas suivants :
* détention (directe ou indirecte) de 20% ou plus des droits de vote ;
* représentation dans les organes dirigeants ;
* participation au processus d’élaboration des politiques
stratégiques ;
* transactions d’importance significative, échange d’informations
techniques essentielles ou échange de cadres et de dirigeants.

Art 132.11 Arrêté du 26.07.2008

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


41
diplômé d'état
MÉTHODES DE CONSOLIDATION

Relation Normes IFRS Règles antérieures


&
SCF ‘Art41 décret08-156’
Contrôle exclusif Consolidation Intégration globale

Contrôle conjoint MEQ Intégration


(SCF) proportionnelle

Influence notable MEQ MEQ

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


42
diplômé d'état
MÉTHODES DE CONSOLIDATION

• Les entités…….., établissent des comptes


consolidés ou des comptes combinés
suivant la méthode de l’intégration
globale et la méthode de la mise en
équivalence.
Décret exécutif n° 08-156 du 26 mai 2008 - Art. 41

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


43
diplômé d'état
 
DEMARCHE DE LA CONSOLIDATION

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


44
diplômé d'état
DEMARCHE DE LA CONSOLIDATION

 
 L’objectif essentiel de toute
consolidation est de substituer au coût
historique des titres de participations
dans la SM la valeur patrimoniale
correspondante de la filiale, ajustée en
fonction des normes de consolidation .
 
 
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
45
diplômé d'état
INTEGRATION GLOBALE.

 
 L’intégration globale : Seule méthode complète de
consolidation
 
 En remplacement des titres de participation sont
intégrés 100% des éléments d’actif et de passif, des
produits et des charges des sociétés contrôlées de façon
exclusive.
   Ce cumul nécessite des corrections.
 Les capitaux propres et le résultat sont répartis entre
les intérêts de la sociétés consolidante et les intérêts
des autres actionnaires, dits «  intérêts minoritaires ».

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


46
diplômé d'état
MISE EN ÉQUIVALENCE
« Equity acounting »
• Le coût historique des titres de participation est remplacé à
la date de la consolidation par une valeur calculée,
équivalente au pourcentage des capitaux propres de la filiale.

•  La valeur comptable du titre est remplacée par la valeur


du titre «  mis en équivalence  » .
 
•  Les postes du bilan de la société n’apparaissent pas.
 
•  Dans le bilan consolidé, le poste titres mis en équivalence
représente la valeur comptable des titres de participation
de la société à la date de la consolidation .

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


47
diplômé d'état
MISE EN EQUIVALENCE .

•  Plus qu’une méthode de consolidation, la mise en


équivalence est une méthode d’évaluation des titres.
 
• Consiste à substituer dans le bilan de la société mère à
la valeur comptable des titres, la quote-part des
capitaux propres ( y compris le résultat ) déterminés
d’après les règles de consolidation de la société à laquelle
ils sont «  équivalents  » à la date de la consolidation.

• La différence entre cette quote-part de capitaux


propres et le coût d’acquisition est portée dans les
réserves et le résultat consolidé.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
48
diplômé d'état
MISE EN EQUIVALENCE - SCF

Dans le cadre de l’établissement de comptes consolidés, les


participations dans les entités associées sont comptabilisées selon la
méthode de mise en équivalence qui consiste :
. Au niveau de l’actif du bilan consolidé ;
* à substituer à la valeur comptable des titres la part qu.ils représentent
dans les capitaux propres et le résultat de l’entité associée ;
* à imputer l’écart ainsi dégagé aux réserves consolidées et au résultat
consolidé.
. Au niveau du compte de résultat consolidé :
* à présenter sous une rubrique particulière la part du groupe dans le
résultat de l’entité associée ;
* à prendre en compte dans le calcul du résultat consolidé cette part du
groupe dans le résultat de l’entité associée.
Art 132.12 Arrêté du 26.07.2008

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


49
diplômé d'état
INTEGRATION PROPORTIONNELLE

•  L’intégration proportionnelle consiste à ne


retenir que la fraction représentative des
intérêts de la société mère dans les éléments
d’actif et de passif, de charges et de produits
à intégrer dans les comptes. 
•  Aucun minoritaire n’apparaît.
•  Ce cumul des comptes nécessite des
corrections.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


50
diplômé d'état
. METHODOLOGIE GENERALE
DE LA CONSOLIDATION

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


51
diplômé d'état
CHOIX METHODOLOGIQUES

 
  - CONSOLIDATION DIRECTE OU PAR PALIERS
 
 
- ECRITURES DOUBLES OU QUADRUPLES.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


52
diplômé d'état
METHODOLOGIE GENERALE DE LA
CONSOLIDATION DE COMPTES DE GROUPE.

• Travaux Préalables.
 
•  Première étape : l’organigramme du groupe .
• Deuxième étape : le tableau des méthodes.
• Troisième étape : le périmètre de
consolidation .
•  Quatrième étape : le calcul des écarts de
périmètre consolidation .

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


53
diplômé d'état
ORGANIGRAMME GROUPE CONDOR.
 

.
CONDOR
SA
70% 95% 65% 15%

Groupe 50% SODIM BOG SGT


SGC

80% 15% 30%

SFM° SOMAR SADO

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


54
diplômé d'état
METHODOLOGIE GENERALE DE LA
CONSOLIDATION DE COMPTES DE GROUPE.

• Deuxième étape : Elaborer le tableau des


méthodes.

•  Tableau récapitulatif des pourcentages de


contrôle détenus par la société mère dans
l’ensemble des sociétés du groupe.
 
•  Permet de choisir rapidement les méthodes de
consolidation.
 
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
55
diplômé d'état
METHODOLOGIE GENERALE DE LA
CONSOLIDATION DE COMPTES DE GROUPE.
• Troisième étape : Tracer le périmètre de consolidation .

Le périmètre de consolidation :
 
Représentation schématique
 
Fait apparaître les sociétés à consolider.
 
Fait apparaître les méthodes utilisées pour chacune d’elles.
 
A la différence de l’organigramme du groupe,
les sociétés exclues du périmètre ne sont pas représentées dans ce
schéma,
les sociétés en intégration proportionnelle sont représentées à la
frontière de l’ensemble ainsi constitué .
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
56
diplômé d'état
METHODOLOGIE GENERALE DE LA
CONSOLIDATION DE COMPTES DE GROUPE.
• Quatrième étape : Calcul des écarts de première consolidation .
 
• Lors de la première consolidation d’une société entrant dans le
périmètre. Calculer extra-comptablement l’écart de première
consolidation.

• L’écart de première consolidation : Différence constatée lors


de l’entrée d’une entreprise dans le périmètre de consolidation
entre le coût d’acquisition de ses titres et la part de
l’entreprise détentrice dans ses capitaux propres, y compris le
résultat de l’exercice acquis à cette date.
• « Les capitaux propres sont ceux qui apparaissent après que
des reclassements et des retraitements aient été effectués
… »
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
57
diplômé d'état
  
   PROCESSUS DE CONSOLIDATION

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


58
diplômé d'état
PROCESSUS DE CONSOLIDATION

• Les travaux comptables de consolidation


s’organisent en deux grandes étapes :
 
• Première étape :
• Travaux de Pré-consolidation.
 
• Deuxième étape :
• Travaux de consolidation proprement dits.
 
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
59
diplômé d'état
DEUXIÈME ÉTAPE : TRAVAUX
DE CONSOLIDATION PROPREMENT DITS.

•  Permettent de passer des comptes individuels


retraités aux comptes consolidés.
 
•  Les comptes retraités sont cumulés, puis sont
éliminés les comptes et les opérations entre sociétés
qui font double emploi.
 
•  Les comptes des sociétés intégrées globalement
sont retenus dans le cumul pour leur totalité, ceux
des sociétés intégrés proportionnellement pour partie,
ceux des sociétés mises en équivalence ne l’étant pas.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
60
diplômé d'état
DEUXIÈME ÉTAPE : TRAVAUX
DE CONSOLIDATION PROPREMENT DITS.

.
CSR de Fn

Ecritures d’élimination.
CSR de F1 CC

CSR de SM
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
61
diplômé d'état
DEUXIÈME ÉTAPE : TRAVAUX
DE CONSOLIDATION PROPREMENT DITS.
• CS : Comptes sociaux ou comptes individuels des sociétés à
consolider, à savoir la SM et les filiales, se composent des documents
annuels de synthèse – Bilan , compte de résultat – établis
individuellement par chaque société du groupe .
 
• CRS : Comptes sociaux retraités sont ceux de chaque société du
groupe modifiés par les écritures de «  préconsolidation  » ou « 
écritures de retraitement  ». Ce sont des écritures modificatives des
comptes individuels de chaque entreprise à consolider, destinées à
harmoniser les comptes selon des normes définies par le groupe eu
égard à la loi .
 
• CC : Comptes consolidés obtenus après avoir cumulé l’ensemble des
comptes sociaux retraités et éliminés les opérations réciproques à
l’intérieur du groupe. Les écritures de consolidation proprement dites
sont enregistrées dans un journal unique de consolidation .
 
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
62
diplômé d'état
.
SCHEMA METHODOLOGIQUE
DE CONSOLIDATION

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


63
diplômé d'état
SCHEMA DES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

Détermination du périmètre de consolidation


Choix de la méthode de consolidation.

Société
Mère

Comptes Comptes
Sociétés
intégrées globalement

Comptes Comptes Comptes


.
Sociétés
intégrées
proportionnellement

Comptes Comptes Comptes


Sociétés
mises en équivalence

Comptes Comptes
sociaux sociaux sociaux sociaux sociaux sociaux sociaux sociaux sociaux sociaux
M F1 F2 Fn SC 1 SC 2 SC n A 1 A 2 A n

Opération de pré-consolidation

Homogénéisation des comptes


Retraitements pour avoir des méthodes identiques
Conversion pour avoir une monnaie unique

Comptes Comptes Comptes Comptes Comptes Comptes Comptes Comptes Comptes Comptes
retraités retraité s retraité retraités retraités retraités retraités retraités retraités retraités
M F1 sF2 Fn SC 1 SC 2 SC n A 1 A 2 A n

Cumul des comptes


Totalité des comptes de la société mère et des sociétés intégrées globalement
Eliminations réciproques
-
- Quote – part des comptes des sociétés intégrées proportionnellement
Opération de consolidation
- Balance des comptes cumulés retraités

- Substitution aux titres de participation détenus de la fraction des capitaux propres de la


société consolidée à laquelle ils correspondent
- Répartition des réserves du résultat de chaque société entre les intérêts de la société
mère et les intérets minoritaires pour les sociétés intégrées globalement.

Etablissement des documents de synthèse consolidés

Balances des comptes consolidés

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


64
Bilan consolidé
diplômé d'état
Compte de résultat consolidé Annexe et autres
.
GOODWILL

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


65
diplômé d'état
ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION.
 

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


66
diplômé d'état
ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION
SCF Arrêté du 26.07.2008
 
• Ecart de première consolidation =
Prix d’achat des titres - Quote–part des capitaux
propres lors de l’acquisition.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


67
diplômé d'état
ÉCART DE PREMIÈRE CONSOLIDATION
SCF Arrêté du 26.07.2008
 
• L’écart ( appelé différence ) de première consolidation peut
être positif ou négatif . 

• Ecart positif : L’acquisition des titres à un prix supérieur à leur


quote-part dans les capitaux propres retraités peut résulter
de plus–values latentes sur certains postes du bilan comptable,
d’avantages procurés par la prise de contrôle ou tout
simplement de la réalisation d’une mauvaise affaire.
• Exemple : Plus–value latente sur un bâtiment constitue un écart
d’évaluation positif, affectable au poste des constructions.

• Ecart négatif : Il peut résulter d’une acquisition dans de bonnes


conditions ou de prévisions de pertes.
• Une insuffisance de provision constitue un écart d’évaluation négatif
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
68
affectable au poste de provisiondiplômé
concernéd'état .
ÉCART DE PREMIÈRE CONSOLIDATION
SCF Arrêté du 26.07.2008
• Ecart est positif : Il correspond à une valeur non affectable
payée par l’acheteur des titres.
• Comptablement l’écart d’acquisition positif constitue un élément
de l’actif incorporel .

• Ecart est négatif : Il s’apparente à une provision pour risques


et il est porté au passif.  Un écart d’acquisition négatif est justifié.

• Soit par une prévision de manque de rentabilité de l’entreprise


acquise. 
• Soit par des charges prévisibles liées à cette acquisition
( restructuration …).
• Soit tout simplement, il correspond à la réalisation d’une bonne
affaire.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


69
diplômé d'état
ÉCART DE PREMIÈRE CONSOLIDATION
SCF Arrêté du 26.07.2008

ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION.

=
  
ECART D’EVALUATION (ELEMENTS
IDENTIFIABLES).

ECART D’ACQUISITION ( SOLDE NON AFFECTE


).
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
70
diplômé d'état
JUSTE VALEUR IFRS

• Montant pour lequel un actif doit être


échangé ou un passif éteint, entre des
parties bien informées, consentantes, et
agissant dans des conditions de
concurrence normale ».

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


71
diplômé d'état
GOODWILL

• IFRS 03: Goodwill comptabilisé selon 02 méthodes


« pour chaque regroupement d‘entreprise, l’acquéreur
doit évaluer toute participation ne donnant pas le
contrôle détenue dans l’entreprise acquise soit à la
juste valeur, soit à la part proportionnelle de la
participation dans l’actif net identifiable de
l’entreprise acquise »
L’application de cette règle conduit à la détermination
de deux valeurs de goodwill
Purchased Goodwill (Goodwill partiel)
Full Goodwill (Goodwill total)

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


72
diplômé d'état
GOODWILL
• IFRS 03: Goodwill
« Un actif représentant les avantages économiques futurs résultant des
autres actifs acquis lors d’un regroupement d’entreprises qui ne sont pas
identifiés individuellement et comptabilisés séparément ».

• Règles françaises
Survaleur(JO du 07.09.2007) Différence positive entre la valeur d’une
entreprise sur le marché et la valeur comptable de son actif net, telle
qu’elle ressort de son bilan au moment de son, acquisition »
Fonds commercial ‘JO du 22.09.2000’’ Eléments incorporels qui ne font
pas l’objet d’une évaluation et d’une comptabilisation non séparées au
bilan, et qui concourent au maintien et au développement du potentiel
d’activité de l’entreprise.
Fonds de commerce: Ensemble des éléments corporels et incorporels qui
appartiennent à un commerçant ou à un industriel et qui lui permettent
d’exercer sa profession.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


73
diplômé d'état
GOODWILL
Dépréciation / Amortissement
• Norme IFRS « Une UGT Unité Génératrice de Trésorerie à laquelle un
goodwill a été affecté doit être soumise à un test de dépréciation tous
les ans ainsi que chaque fois qu’il y a un indice que l’unité peut s’être
dépréciée, en comparant la valeur comptable de l’unité, y compris le
goodwill, à la valeur recouvrable de l’unité.
Si la valeur comptable de l’unité excède sa valeur recouvrable, l’unité
doit comptabiliser la perte de valeur.
Cette perte de valeur s’impute d’abord sur le goodwill puis sur les
autres actifs affectés à l’UGT.
Une perte de valeur comptabilisée pour un goodwill ne doit pas être
reprise lors d’une période ultérieure »..
• Règles Françaises: L’écart d’acquisition positif doit être amorti sur une
durée qui doit refléter aussi raisonnablement que possible, les
hypothèses retenues et les objectifs fixés et documentés lors de
l’acquisition.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


74
diplômé d'état
GOODWILL NEGATIF
• Norme IFRS Le goodwill négatif correspond pour la part revenant à
l’acquéreur, soit à une prévision de perte ou de défaut de rendement,
soit, le cas échéant, à une plus value potentielle du fait d’une
acquisition effectuée dans des conditions avantageuses.
Le goodwill négatif doit être constaté immédiatement en résultat.

• Règles françaises Un écart d’acquisition correspond négatif correspond


généralement soit à une plus-value potentielle du fait d’une acquisition
effectuée dans des conditions avantageuses, soit à une rentabilité
suffisante de l’entreprise acquise.
Lors de l’acquisition, les actifs incorporels identifiés qui ne peuvent pas
être évalués par référence à un marché actif ne doivent pas être
comptabilisés au bilan consolidé s’ils conduisent à créer ou à augmenter
un écart d’acquisition négatif.
L’excédent négatif est rapporté au résultat sur une durée qui doit
refléter les hypothèses retenues et les objectifs fixés lors de
l’acuisition. BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
75
diplômé d'état
.
GOODWILL- MISE EN EQUIVALENCE

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


76
diplômé d'état
MISE EN EQUIVALENCE
• Frais liés à l’acquisition des titres
Les frais liés à l’acquisition des titres sont incorporés dans le coût initial, pour une filiale,
entité contrôlée ils sont comptabilisés en résultat net.

Comptabilisation du Goodwill
Le Goodwill n’est pas comptabilisé séparément de l’investissement mis en
équivalence IAS 28/.32
« Le goodwill lié à une entreprise associée est compris dans la valeur
comptable de la participation »

Il n’y a pas, sauf exception, comptabilisation des pertes au-delà de la valeur nette
comptable de l’investissement.

Règles Françaises sont divergentes


L’écart qui en résulte est un écart d’acquisition présenté selon les mêmes modalités que les
écarts d’acquisition définis dans le cadre de l’intégration globale (Règlt 99-02/291)
_________ ___________
Ecart d’acquisition
Titres de participations
_________ ___________
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
77
SCF : … diplômé d'état
MISE EN EQUIVALENCE-IAS 28
• Nécessaire harmonisation des politiques comptables appliquées par
l’entreprise mise en équivalence avec celles du groupe
• Transactions Réciproques Ascendantes
Eliminer la quote-part de l’investisseur dans les profits et les pertes de
l’entreprise mise en équivalence découlant de ces transactions.
• Transactions Réciproques Descendantes
Eliminer la quote-part de résultat en réduisant la valeur des titres mis
en équivalence.

Normes IFRS : Le résultat provenant des transactions ascendantes et


descendantes entre un investisseur, y compris ses filiales consolidées, et
une entreprise associée n’est comptabilisé dans les états financiers de
l’investisseur qu’à concurrence des parts d’intérêts des investisseurs non
liés dans cette entreprise associée.
La quote-part de l’investisseur dans le résultat de l’entreprise associée
résultant de ces transactions est éliminée.

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


78
diplômé d'état
MEQ - ILLUSTRATION

• La société AMAR a pris une participation de 30% lors


de la constitution de la société OMAR, le, prix
d’acquisition des titres était de 300 000 DA.
• Les capitaux propres de la société OMAR s’analysent
ainsi au 31 décembre N :
Capital 1 000 000
Réserves 400 000
Résultat 100 000
Total 1 500 000

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


79
diplômé d'état
MEQ - ILLUSTRATION
• Valeur d’équivalence des titres OMAR détenus par la société AMAR
= 1500000 * 30% = 450000 DA
Ecritures Bilans
_________ __________
Titres OMAR 450 000
Titres de participations OMAR 300 000
Réserves AMAR 400000*30% 120 000
Résultat AMAR 100000*30% 30 000
MeQ Participation société Omar
_________ __________
Ecritures CDR
_________ __________
Résultat 30 000
Quote-port dans les résultats 30 000
des entreprises MeQ
MeQ Particpation société Omar
_________ __________

BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable


80
diplômé d'état
Immobilisations Incorporelles développées en interne

• IFRS 03 L’acquéreur doit évaluer les actifs identifiables acquis


et les passifs repris à leur juste valeur à la date d’acquisition.
• IAS 38 à la date d’acquisition, un acquéreur comptabilise
séparément du goodwill une immobilisation incorporelle
identifiable de l’entreprise acquise sans rechercher si l’actif
avait été comptabilisé par l’entreprise acquise avant le
regroupement d’entreprises.
• Exemple une marque, un brevet, une relation commerciale,. non
comptabilisé par l’entreprise acquise en en tant qu’actifs dans
ses états financiers parce qu’elle les a développés en interne et
qu’elle a comptabilisé les coûts correspondants en charges.
• Il y a lieu de tenir compte dans la détermination des
différences d’évaluation, entre valeurs comptables et justes
valeurs, et du goodwill, des immobilisations non constatées à
l’actif par la société acquise.
BOULAHDOUR Yassine Expert-comptable
81
diplômé d'état

Vous aimerez peut-être aussi