Vous êtes sur la page 1sur 45

Définition de l’IS

 l'ensemble des produits,


 bénéfices
 revenus prévus
- Personnes obligatoirement imposables
- Personnes imposables sur option irrévocable
1°- les sociétés quels que soient leur forme et leur
objet
2°- les établissements publics et les autres
personnes morales qui se livrent à une
exploitation ou à des opérations à caractère
lucratif
3°- les associations et les organismes légalement
assimilés
4°- les fonds créés par voie législative ou par
convention
5°- les centres de coordination d’une société non
résidente ou d’un groupe international dont le
siège est situé à l’étranger
- Les sociétés en nom collectif
- les sociétés en commandite simple constituées
au Maroc et ne comprenant que des personnes
physiques
- Les sociétés en participation
1°- les sociétés en nom collectif et les sociétés en
commandite simple constituées au Maroc et ne
comprenant que des personnes physiques ainsi
que les sociétés en participation, sous réserve de
l’option
2°- les sociétés de fait ne comprenant que des personnes
physiques
3°- les sociétés à objet immobilier, quelle que soit leur
forme, dont le capital est divisé en parts sociales ou
actions nominatives
4°- les groupements d’intérêt économique
I.- Les sociétés, qu'elles aient ou non un siège au
Maroc, sont imposables à raison de l'ensemble des
produits, bénéfices et revenus de source marocaine,
II.- Les sociétés n'ayant pas leur siège au Maroc sont
imposables à raison des produits bruts énumérés à
l'article du CGI qu'elles perçoivent en contrepartie
de travaux qu'elles exécutent ou de services qu'elles
rendent, soit pour le compte de leurs propres
succursales ou leurs établissements au Maroc, soit
pour le compte de personnes physiques ou morales
indépendantes, domiciliés ou exerçant une activité
au Maroc.
Résultat fiscal =
l'excédent des produits sur les charges de l’exercice
I.- Les produits imposables
II.- Les subventions et dons reçus de l'Etat, des
collectivités locales ou des tiers sont rapportés à
l'exercice au cours duquel ils ont été perçus
A.- Produits d’exploitation
B.- Produits financiers
C.- Produits non courants
1°- le chiffre d'affaires comprenant les recettes
et les créances acquises
2°- la variation des stocks de produits
3°- les immobilisations produites par l’entreprise
pour elle-même
4°- les subventions d’exploitation
5°- les autres produits d’exploitation
6°- les reprises d’exploitation et transferts de charges
1°- les produits des titres de participation et autres
titres immobilisés
2°- les gains de change
3°- les intérêts courus et autres produits financiers
4°- les reprises financières et les transferts de charges
1°- les produits de cession d’immobilisations,
2°- les subventions d’équilibre
3°- les reprises sur subventions d’investissement
4°- les autres produits non courants y compris les
dégrèvements obtenus de l'administration au titre des
impôts déductibles
5°- les reprises non courantes et les transferts de charges
I.- Les charges d’exploitation
II.- Les charges financières
III.- Les charges non courantes
A.- les achats de marchandises revendus en l’état et les
achats consommés de matières et fournitures
B.- les autres charges externes
C.- les impôts et taxes à la charge de la société
D.- les charges de personnel et de main-d'œuvre et les
charges sociales y afférentes
E.- les autres charges d'exploitation
F.- les dotations d’exploitation
1°- les cadeaux publicitaires
2°- les dons en argent ou en nature
1°- les dotations aux amortissements
2°- les dotations aux provisions
A.- les charges d’intérêts
B.- les pertes de change
C.- les autres charges financières
D.- les dotations financières
1°- les intérêts constatés ou facturés par des tiers ou
par des organismes agréés en rémunération
d'opérations de crédit ou d'emprunt,
2°- les intérêts constatés ou facturés relatifs aux
sommes avancées par les associés à la société pour
les besoins de l'exploitation, à condition que le
capital social soit entièrement libéré,
3°- les intérêts des bons de caisse.
Les écarts de conversion-actif, relatifs aux
diminutions des créances et à l’augmentation des
dettes libellées en monnaies étrangères.
A.- les valeurs nettes d’amortissement des
immobilisations cédées,
B.- les autres charges non courantes,
C.- les dotations non courantes.
I.- les amendes, pénalités et majorations,

II.- A concurrence de 50% de leur montant, les dépenses


afférentes aux charges, ainsi que les dotations aux
amortissements relatives aux acquisitions
d’immobilisations dont le montant facturé est égal ou
supérieur à dix mille (10 000) dirhams et dont le règlement
n'est pas justifié par chèque barré non endossable, effet de
commerce, moyen magnétique de paiement, virement
bancaire ou par procédé électronique,

III.- les montants des achats, des travaux et des prestations


de services non justifiés par une facture régulière ou toute
autre pièce probante établie au nom du contribuable ,

IV.- les montants des achats et prestations revêtant un


caractère de libéralité.
- Le déficit d'un exercice comptable peut être déduit
du bénéfice de l'exercice comptable suivant. A défaut
de bénéfice ou en cas de bénéfice insuffisant pour que
la déduction puisse être opérée en totalité ou en
partie, le déficit ou le reliquat de déficit peut être
déduit des bénéfices des exercices comptables
suivants jusqu'au quatrième exercice qui suit
l'exercice déficitaire.
-Toutefois, la limitation du délai de déduction n'est
pas applicable au déficit ou à la fraction du déficit
correspondant à des amortissements régulièrement
comptabilisés et compris dans les charges déductibles
de l'exercice.
A-.Période d’imposition
B-. Lieu d’imposition
C-.Taux d’imposition
L’ exercice comptable ne peut être supérieur à
douze (12) mois.
Le siège social de la société ou de le principal
établissement au Maroc pour une société non
résidente.
I.- Le Taux normal,
II.- Les Taux spécifiques,
III.- Taux et montants de l’impôt forfaitaire,
IV.- Taux de l’impôt retenu à la source,
- 30%
- 37% en ce qui concerne les établissements de
crédit et organismes assimilés, Bank Al Maghrib, la
Caisse de dépôt et de gestion, les sociétés
d'assurances et de réassurances.
-8,75% pour les entreprises qui exercent leurs activités dans
les zones franches d'exportation, durant les vingt (20)
exercices consécutifs suivant le cinquième exercice
d’exonération totale ;
-10%, sur option, pour les banques offshore durant les
quinze (15) premières années consécutives suivant la
date de l’obtention de l’agrément.
- 17,50%.
A.- 8% du montant hors taxe sur la valeur ajoutée
des marchés, en ce qui concerne les sociétés non
résidentes adjudicataires de marchés de travaux,
de construction ou de montage ayant opté pour
l’imposition forfaitaire.
B.- la contre-valeur en dirhams de vingt cinq mille
(25.000) dollars US par an sur option libératoire de
tous autres impôts et taxes frappant les bénéfices ou
les revenus pour les banques offshore .
C.- la contre-valeur en dirhams de cinq cent (500)
dollars US par an libératoire de tous autres
impôts et taxes frappant les bénéfices ou les
revenus, pour les sociétés holding offshore
- 10% du montant :
- des produits des actions, parts sociales et
revenus assimilés ;
- des produits bruts, hors taxe sur la valeur
ajoutée, perçus par les personnes
physiques ou morales non résidentes.
-20% du montant, hors taxe sur la valeur ajoutée,
des produits de placements à revenu fixe.
-Recouvrement par paiement spontané
- Recouvrement par voie de retenue à la Source
- Recouvrement par voie de rôle
L'impôt sur les sociétés donne lieu, au titre de
l'exercice comptable en cours, au versement par la
société de quatre (4) acomptes provisionnels dont
chacun est égal à 25% du montant de l'impôt dû au
titre du dernier exercice clos, appelé "exercice de
référence".
La cotisation minimale est un minimum
d’imposition que les contribuables sont tenus de
verser, même en l’absence de bénéfice.
- le chiffre d’affaires et les autres produits
d’exploitation ;
- les produits financiers ;
-les subventions et dons reçus de l’Etat, des
collectivités locales et des tiers figurant parmi les
produits d’exploitation.
Les sociétés, sont exonérées de la cotisation
minimale pendant les trente-six (36) premiers
mois suivant la date du début de leur
exploitation.
0,50%.
Ramené à 0,25 % pour les opérations portant sur :
- les produits pétroliers ;
- le gaz ;
- le beurre ;
- l'huile ;
- le sucre ;
- la farine ;
- l'eau ;
- l'électricité.
- Imputation sur le montant de l'impôt qui excède
celui de la cotisation minimale exigible au titre
de l'exercice suivant,
- Déduction du montant de l'impôt sur les
sociétés dû au titre des exercices suivants
jusqu'au troisième exercice.
Exercice de référence 2007 :
Chiffre d’affaires hors taxes..............................4 000 000 DH
Résultat fiscal .................................................. 200 000 DH
Cotisation minimale ........................................... 20 000 DH
Impôt exigible 200 000 X 30% .......................... 60 000 DH
Exercice 2008 :
1er acompte échu le 31/03/2008 : 60 000 X 25%=15 000 DH
2ème acompte échu le 30/06/2008 : .................... 15 000 DH
3ème acompte échu le 30/09/2008 : .................... 15 000 DH
4ème acompte échu le 31/12/2008 :…… ............. 15 000 DH
REPORT DES DEFICITS :
Soit une société qui, après avoir enregistré au cours des
exercices n°1 et n°2 des déficits fiscaux s’élevant
respectivement à 15 000 DH et 25 000 DH, réalise au cours
de l’exercice n°3 un bénéfice fiscal de 55 000 DH.
Cette société n’est pas imposable au titre des exercices n°1
et n°2 et la base de son imposition de l’année n°3 sera
déterminée comme suit (abstraction faite de la cotisation
minimale).
Bénéfice fiscal de l’exercice N3…………..+ 55 000 Dh
Report déficitaire :
de l’exercice N°1…………………….15 000
de l’exercice N°2…………………….25 000
Base imposable ………………….………. + 15 000 DH
Les déclarations souscrites au titre des exercices N et N+1 par une société se
présentent comme suit:
CA Exercice N: 19 200 000
CA Exercice N+1: 30 000 000
Résultat fiscal N: -450 000
Résultat fiscal N+1: 850 000
CM EXERCICE N: 19 200 000 X 0,50% = 96 000
CM EXERCICE N+1: 30 000 000 X 0,50%= 150 000
IS EXERCICE N : 0,00
IS EXERCICE N+1: 850 000 X 30% = 255 000
Au titre de l’exercice N+1, la société procède à l’imputation du crédit de CM de
l’exercice N et acquitte au trésor un impôt de:
IS de l’exercice N+1 : 255 000
CM de l’exercice N+1: 150 000
Excédent de l’IS sur CM: 255 000 – 150 000 = 105 000
Crédit de CM de l’exercice N: 96 000
Impôt à payer en sus de la CM: 105 000 – 96 000 = 9 000