Vous êtes sur la page 1sur 22

Anémie et activité physique

Réalisé par : Younes Brouki


Mohamed Hassiki
Nada Ezzahra Rahnaooui
Adnane Drif
Plan:

 INTRODUCTION

 DEFINITION

 STATISTIQUES

 PHYSIOPATOLOGIE

 TYPES

 DIAGNOSTIC

 TRAITEMENT

 ANEMIE ET SPORT

 CONCLUSION
INTRODUCTION
 La pratique sportive régulière constitue une situation exposant à un risque plus élevé de déficit en fer.

 L’anémie n’est que le stade ultime de la carence.

 Une étude récente parue en 2012 a étudié l’impact de l’exercice aigu sur le statut en fer de 12 sportives âgées
de 19 à 32 ans. Les effets d’un exercice de course à 65% VO2max pour des durées de 60 ou 120 minutes ont
été comparés:

 des diminutions des taux sériques de fer 9h après l'exercice.

 Une diminution de 10,1% en fer sérique après la course de 60 min et une diminution de 26,7% en fer après la course
de 120 min.

 Il existe donc une relation statistiquement significative entre l’activité sportive et l’anémie.
DEFINITION
 L'anémie est un nom générique qui regroupe de nombreuses maladies associées à un
manque de globules rouges ou d'hémoglobine, et donc à un transport inadéquat de
l'oxygène par le sang.

 Taux d'hémoglobine normal


Hommes : de 14 g/100 ml à 16 g/100 ml (ou de 140 g/L à 160 g/L)
Femmes : de 12 g/100 ml à 14 g/100 ml (ou de 120 g/L à 140 g/L)
STATISTIQUES
 une carence en fer touche environ 20% de la population mondiale dont respectivement
 9 à 40% pour les adolescentes et les femmes jeunes

 En France: 15,4% chez les adolescentes et 6,8 à 10% chez les femmes selon leur âge sont carencé en
ferritine.

 L'UNICEF, estime que l'anémie à elle seule peut être responsable de 20% des décès maternels du monde
entier.
STATISTIQUES CHEZ LES SPORTIFS

 Sport :d’équipe
 Une étude mené par Dubnov et Constantini sur 103 pratiquants d’élite du basket-ball a montré que 22% était carencé
en fer sur la base de niveau de ferritine <2 0µg/L (15% des hommes, 35% des femmes).

 une anémie ferriprive est retrouvé chez 7% des athlètes (3% des hommes, 14% des femmes).

 Sport d’endurance
 Sinclair et Hinton ont mené une étude en 2005 sur un échantillon de 121 adultes (72 femmes et 49 hommes) bien
entrainés à l’exercice aérobie, compétiteurs de niveau régional pour la course à pied et le cyclisme. 10% femmes et
2% des hommes avaient une anémie ferriprive
PHYSIOPATHOLOGIE

Pour que le taux d'hémoglobine reste normal, il doit y avoir équilibre entre la quantité de globules rouges
produits dans la moelle osseuse et celle détruite en particulier dans la rate. Sinon, le taux d'hémoglobine
baisse et l'anémie s'installe.
PHYSIOPATHOLOGIE

 Tout ce qui affecte la production des globules rouges, augmente leur destruction peut entraîner l'anémie (parfois
provoquée par des enzymes défectueuses dans les globules rouges).

 Une fuite de sang importante en dehors du système circulatoire - l'hémorragie – provoque l'anémie

 Un défaut de production des globules rouges ou une destruction anormale des globules rouges.

 Dans certains cas, l’anémie est liée à un processus de destruction des globules rouges, qui survient pendant la
grossesse, en cas d’incompatibilité sanguine entre la mère et le futur bébé.
PRINCIPAUX TYPES D’ANEMIE

1. Défaut de production des globules rouges

2. Perte ou destruction anormale des globules rouges


1-Défaut de production des globules rouges
 Anémie ferriprive

C'est la forme la plus répandue et, comme son nom l'indique, elle provient d'une carence fer, qui est un
composant essentiel de l'hémoglobine,
Causes :
 Règles abondantes.
 Certains médicaments ex : aspirine et AINS
 Grossesse
 Alimentation pauvre en fer.
 malabsorption du fer ex maladie de l’intestin ( RCH )
 Anémie aplasique

Rare la moelle osseuse ne produit plus assez de globules rouges

Causes :

 Agents toxiques.

 Certains médicaments.

 Exposition à des radiations.

 Par de graves maladies comme la leucémie.


 Anémie mégaloblastique
la moelle osseuse produit des globules rouges déformés et très gros

- Carence en vitamine B12


 Carence en vitamine B9
Causes :
 Grossesse, allaitement.
 Cuisson excessive des aliments.
 Certains médicaments (médicaments contre le cancer, anticonvulsivants, etc.).
 Maladies du petit intestin (maladie de Crohn, etc.).
 Ablation d'une part importante du petit intestin, ce qui réduit l'absorption des nutriments.
 Alcoolisme, tabagisme.
 Hémodialyse (procédé d’épuration extra rénale, débarrassant le sang des déchets
toxiques).
2-Perte ou destruction anormale des globules rouges
 Anémie hémolytique

production de globules rouges est normal ou élevé,

mais ceux-ci sont détruits trop rapidement.

Cette maladie est :

Acquise :

 Une réaction du système immunitaire (auto-immune ou allergique).

 La présence de toxines dans le sang.

 Des infections (ex : la malaria).

Héréditaires :

 un mauvais assemblage de la molécule de l’hémoglobine ou une instabilité de cette molécule; ces anomalies
peuvent aussi concerner la paroi du globule rouge par exemple : anémie falciforme ou drépanocytose
 Anémie causée par une maladie chronique

L’anémie ici est une conséquence ou complication d’une autre maladie qui dure dans le temps dite chronique.

Causes :

 Cancer, maladies du foie, maladies chroniques inflammatoires, sida

 Maladies qui engendrent des hémorragies persistantes, affectant le tube digestif.

 Les maladies gastro-intestinales, la principale cause d'anémie chez les hommes.

 Certaines formes de chirurgie. Maladie cœliaque, d’un trouble digestif ou de

l'intestin grêle, l'ablation chirurgicale d'une partie ou de tout l'estomac peut nuire à

l'absorption du fer.
SYMPTOMES

Ses manifestations cliniques dépendent essentiellement de la diminution de la capacité du sang à


transporter l’oxygène et de l’augmentation compensatrice du débit cardiaque. On observe les symptômes
suivants :
 PÂLEUR de la peau et du teint, surtout visible au niveau des paumes des mains, à la conjonctive
palpébrale (membrane tapissant la face interne des paupières), aux lèvres et aux ongles.
 SYMPTÔME SUBJECTIFS : Fatigue inexpliquée, faiblesse, perte d'énergie, somnolence, vertiges,
céphalées, bourdonnements d’oreille, mouches volantes, tendance aux syncopes, parfois irritabilité.
 ESSOUFLEMENT : fonction respiratoire augmente d’amplitude et de rythme.
 TACHYCARDIE : le cœur bat plus vite pour faire circuler l’oxygène.
 HYPOTENSION ARTERIELLE : souvent orthostatique,
Pour le sportif

 Diminution des performances physiques à l’effort

 Contre-performance
TRAITEMENT

 Anémie ferriprive supplémentation en fer


 Anémie aplasique transfusions de sang ou transplantation
 Anémies mégaloblastiques supplémentation en vit B9 et B12
 Anémie hémolytique transfusion et traitement de la cause
ANEMIE ET SPORT
 Près d’un sportif sur deux, homme ou femme, peut être concerné par la carence en fer, avec ou sans anémie.

 Les conséquences sont très pénalisantes sur les performances : difficultés à s’entraîner et à récupérer, baisse de
forme, endurance réduite, manque de motivation pour la pratique sportive.
 Quelles sont les causes d’une anémie chez le sportif ?
 Comment se manifeste-t-elle ?
 Quelles solutions pour combler une carence en fer sans consommer de viande rouge ?
UN RISQUE D’ANÉMIE PLUS ÉLEVÉ CHEZ LE SPORTIF

 L’anémie la plus répandue est l’anémie par manque de fer, appelée « anémie ferriprive ». Il s’agit d’un déficit
en globules rouges dans le sang, provoquant un transport d’oxygène vers les muscles insuffisant. Pour imager,
c’est comme si on réduisait le nombre de wagons dédiés au transport de l’oxygène par le train sanguin !
LES PRINCIPALES CAUSES D’ANÉMIE CHEZ LE
SPORTIF
Chez le sportif, cette déficience en fer peut arriver plus rapidement que chez le sédentaire à cause des facteurs
suivants :

 Un besoin d’une grande quantité de globules rouges : l’entraînement des sportifs favorise une production de
globules rouges plus importante. Comme ces derniers sont constitués en partie de fer, les besoins en sont
augmentés et le risque de déficience est élevé.

 Une transpiration importante : certaines pratiques sportives induisent une transpiration abondante. Or, la sueur
contient du fer.

 L’utilisation de médicaments anti-inflammatoires : l’utilisation abusive d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou


d’aspirine chez les sportifs (pour réduire par exemple les courbatures), augmente les risques de saignements
gastro-intestinaux.
L’ALIMENTATION POUR PRÉVENIR
L’ANÉMIE
 La prévention d’une carence en fer passe en premier lieu par une

 alimentation riche en fer.

 Entre 5% et 30% seulement du fer contenu dans les aliments que nous mangeons est absorbé par notre
organisme. Il faut différencier deux typologies :

Le fer héminique, d’origine animale, qui est le mieux assimilé (de 20 à 30%)

Le fer non héminique, d’origine végétale, moins bien assimilé par l’organisme (5%)

 Parmi les aliments riches en fer d’origine animale, privilégiez la viande rouge, le boudin noir, le foie de veau,
la volaille et le poisson bleu.
EN CONCLUSION

 Si le sportif pense d’être anémié, il faire un bilan biologique.

 En cas d’anémie il faut privilégié les aliments riches en fer, qu’ils soient d’origine animale ou
végétale, et accompagnez-les d’aliments riches en vitamines C, B9 ou B12. Enfin, limitez ceux qui
réduisent l’absorption du fer tel que le café.

Vous aimerez peut-être aussi