Vous êtes sur la page 1sur 18

Traumatologie du quadriceps

1. Claquage – contusion

- Diagnostic : dlr localisée à la face antérieure de la cuisse


gène fonctionnelle à la marche
palpation douloureuse sur une zone +/- étendue
diminution du ballotement musculaire
extension de la jambe douloureuse
- Piges : rupture totale du droit antérieure
rupture du tendon quadricipital
- Evolution : guérison si le blessé respecte le délai de cicatrisation
2 . Ossification post-traumatique
Devant faux claquages à répétition, Douleur sur surface variable
Diminution du ballotement ,zones musculaires indurées

- Radiographie : micro calcifications linéaires


masse ossifiée para-fémorale
- Complications :
ossification intramusculaire
fracture de l’ossification
- Traitement :
repos sportif complet ( 6 à 12 mois )
3 - Rupture du droit antérieur

Claquement sur shoot ou démarrage, gène fonctionnelle marquée d’emblée Encoche à


la palpation minutieuse ou à l’inspection sur terrain
Tuméfaction lors de la contraction musculaire

- Echographie : hématome
- Piège : adiponécrose post-traumatique
- Evolution : sans chirurgie évolution très lente ( 1 an )
opérée , reprise sportive ( 4 à 6 mois )
Les crampes

Excluant les grandes causes générales :

Affections neurologiques, endocriniennes, infectieuses ou inflammatoires, pathologies


musculaires congénitales
1 Les crampes d’effort:
- Les causes technologiques :
Geste technique défectueux
Matériel mal adapté
Crampe de la cuisse, mollet ( cycliste , nageur )

- Les causes vasculaires : syndrome tibial antérieur (doppler veineux et artériel


hyperviscosité (exploration biologiques très poussées radio vasculaires
- Les causes statiques :
genou : varus, valgus ,recurvatum ,anomalies rotatoires fémoro-tibiales
2- Les crampes post effort :
- Crampes de fatigue : favorisées par des erreurs quantitatives ( après
entrainements et compétitions )
- Corrigés par une alimentation de récupération et une diététique appropriée
( ration d’attente , boissons de la mi-temps ; ration de
récupération )

3- Les crampes nocturnes :


- Rares chez les hommes , fréquentes chez les sportives , corrigés par une thérapie
vasculaire adaptée et décontracturante )

4- Les crampes d’origine thérapeutiques :


- Les diurétiques dans les sports à catégorie de poids ( boxe, haltérophilie )
Désordre ionique surtout la fuite du potassium
Epaule

1 - Entorse acromio-claviculaire
- Accidents fréquents chez joueurs (rugby, handball, judo, caraté )

Stade I : lésion ligament acromio-claviculaire ( dlr )

Stade II : douleur ,touche de piano ,décrochage acromio-claviculaire

Stade III : douleur , touche de piano, ecchymose ,luxation, diastasis


2- Epaule douloureuse simple :
Syndrome fréquent en traumato du sport
Tendinite de l’épaule ( sus épineux, long biceps )
Syndrome tunnellaire ( impingement syndrome )
- Diagnostic :
dlr d’installation progressive sans traumatisme précis
dlr par abduction et rotation
dlr aux mouvements actifs et passifs
- Pièges : névralgie cervico-brachiale
- Complications : rupture du long biceps
la migration de la calcification du sus épineux dans la
bourse séreuse sous deltoïdienne
3- Epaule douloureuse et instable
- Diagnostic :
luxation initiale éventuelle
contusion initiale
répétition de gestes stéréotypés (armés du bras )
douleur avec ressaut
la pression du sillon delto-pectoral est douloureuse
- Traitement :
chirurgical
reprise sportive après 4 ème mois post opératoire
4 - Luxations de l’épaule :

Antéro-internes les plus fréquentes


Ne jamais essayer de la réduire sur le terrain ( risque de complication en cas de
fracture associée )
Immobilisation ( 30 j ) pour une cicatrisation complète
5 - Luxations récidivantes :

Indication chirurgicale après 3 ème luxation

Limitation de la rotation externe de l’épaule en post chirurgie

reprise sportive après 4 ème mois après chirurgie

La chirurgie n’est pas obligatoire


Le coude

1 - Pathologie micro-traumatique et chronique :

Sports : le javelot, la lutte ,la boxe, l’haltérophilie, le golfe, le


tennis , le football

Souvent : l’épicondylalgie représente un grand pourcentage de


souffrance

Causes : geste technique défectueux ,


échauffement et progression mal conduits
matériel inadapté
excès quantitatifs
2 - Le tennis Elbow
Epicondylalgie :

- Trois formes anatomo-cliniques :


La maladie d’insertion épicondylienne
Le syndrome intra-articulaire
Le syndrome neurogène
3 - La maladie d’insertion épicondylienne:
Épicondylite
Tennis Elbow

Diagnostic : dlr gestes quotidiens ( ouvrir une porte , bloquer une vis )

recherche d’un point douloureux exquis


Radiologie : irritations périostées
calcifications para-épicondyliennes
Traitement : repos prolongé
anti-inflammatoires ( local,général)
correction des gestes techniques
4 - Le syndrome intra-articulaire :
Diagnostic :
dlr à la palpation de la tête radiale ou du condyle
ressaut à la prosuppination contrariée ou non
Radiologie :
négative : car les lésions sont cartilagineuses
parfois des micro géodes avec corps étrangers dans l’ interligne
huméro-radiale
Traitement :
anti-inflammatoires ( local, général )
5 - Le syndrome neurogène :

Souffrance de la branche postérieure du nerf radial


Douleur rebelle à paroxysme nocturne

- EMG ( électromyographie ) :
signes d’atteinte neurogène
- Traitement :
chirurgical ( nodule tendineux cicatriciel, hernie
capsulo-synoviale, chondrite , bride de compression neurogne
Le poignet

1 - Fractures du scaphoïde carpien


- Piège classique , considéré souvent comme une simple entorse du poignet
- Radiologie souvent négative les premiers jours
- Evolution souvent vers une pseudarthrose du poignet

- Diagnostic : chute sur la paume de la main


douleur de la tabatière anatomique
compression du scaphoïde par l’hyper extension de la colonne du pouce
- Radiologie :
incidence de shreck
- Traitement :
immobilisation plâtrée 30 j
- Evolution :
guérison , parfois pseudarthrose
2 - Fracture du pyramidal :

- S cliniques : Chute sur le dos de la main ( avec raquette ou fusil…..)


- Radiologie : étude du profil
- Traitement : immobilisation plâtrée de 6 semaines en hyper extension du poignet et
flexion des métacarpo-phalangiennes
3 - Les poignets douloureux chroniques
- Causes favorisantes :
sexe féminin
jeune âge
hyper laxité ou raideur en flexion dorsale
excès quantitatifs
sports agressifs : tennis, gymnastique, tennis de
table,cyclisme
- S cliniques : dlr au niveau des insertions tendineuses et
ligamentaires
ressaut évoquant l’instabilité scapho-lunaire
- Radiologie : RX simples en inclinaison radiale et cubitale
- Traitement : symptomatique
rarement chirurgical

Vous aimerez peut-être aussi