Vous êtes sur la page 1sur 16

V.

Les automates à Piles


Plan
V.1 Présentation
. Définition d’un automate à pile
V.2 Description d’un automate à pile
. Exemple d’automate à Pile
V.3 Fonctionnement d’un automate à pile
. Langages acceptés par des automates
V.4 à pile
. Construction d’un automate à pile à partir
V.5 d’une grammaire non contextuelle
. 1

V.6
V.1. Présentation
L’automate fini permet de représenter une grammaire régulière. Par suite, il permet de
reconnaître des mots d’un langage régulier (associé à une grammaire régulière).
À une règle (A  x B) d’une grammaire régulière, on peut associer une transition
(A, x, B)

A x B

Partant d’une grammaire non contextuelle ayant une règle de production de la forme (A
 x B y), l’automate doit se souvenir qu’il doit lire la chaine y après avoir lu la sous
chaine dérivant de B. Pour cette raison, on ajoute une pile à l’automate fini où on
empile ce que nous avons à lire (y) et après avoir dérivé la sous chaine dérivant de B,
on doit lire y et dépiler le y de la pile.
On parle d’automate à pile

2
V.2. Définition d’un automate à pile
Un automate à pile A est un septuplet

A = < X, Q, q0, F, , Z0, >


X est un alphabet
Q est un ensemble d’états
q0  Q est l’état initial
F  Q est l’ensemble des états finaux
 est le vocabulaire de la pile
Z0 est le symbole initial de la pile (symbole de fond de pile)
 est une fonction de transition
 : Q x (X  {}) x   { parties finies de Q x *}

3
V.3. Description d’un automate à pile
Z0 Pile

Tête de lecture/écriture

q Unité de contrôle

Tête de lecture
U V Ruban d’entrée

L’unité de contrôle, se trouve à un état q munie de deux têtes (L/E sur pile
et L sur ruban d’entrée). Le ruban d’entrée sert de support à un mot de X*.
La lecture se fait de gauche à droite. La pile est un ruban infini du côté droit
où sont lus et écrits les symboles de la pile (*). La case lue est toujours
celle qui contient le symbole le plus à droite.
4
V.4. Exemple d’un automate à pile qui
accepte {ancbn / n 0}
(a, Z0, Z0a)
(a, a, aa) •Commencer par empiler tous les a
q0 •On doit lire un c
• Le c peut être précédé d’un a
comme il peut être le seule
symbole dans le mot
(c, a, a) • Dans les deux cas, il ne doit
(c, Z0 , Z0) être
pas empilé et il faut changer
d’état pour séparer la lecture
des a de la lecture des b.
•si on lit un b alors il doit être
q1 (b, a, ) précédé d’un a. On le dépile et on
(, Z0, ) continue à accepter uniquement des
b et dépiler les a correspondants.
•A la fin, il faut arriver à vider la pile

5
Exemple d’un automate à pile qui
accepte {ancbn / n 0} suite
Acceptation du mot aacbb

aacbb aacbb aacbb aacbb aacbb aacbb aacbb


q0 q0 q0 q1 q1 q1 q1

Z0 Z0a Z0aa Z0aa Z0a Z0

Le mot aacbb est lu et la pile est vide alors il est accepté

Rejet du mot acbb


Le mot acbb n’est pas
acbb acbb acbb acbb accepté par ce que le mot
n’est pas entièrement lu.
q0 q0 q1 q1
La transition de q1 avec b,
Z0 n’est pas définie.
Z0 Z0a Z0a Z0

6
Exemple d’un automate à pile qui
accepte {ancbn / n 0} suite
Le mot c est accepté

C C C
q0 q1 q1

Z0 Z0

Le mot c est lu et la pile est vide alors il est accepté

Rejet du mot aacb


aacb aacb aacb aacb aacb
q0 q0 q0 q1 q1

Z0 Z0a Z0aa Z0aa Z0a

Le mot aacb n’est pas accepté par ce que on n’arrive pas à vider la pile
7
V.5. Fonctionnement d’un automate à
pile
a- Configuration
Une configuration d’un automate à pile est le contenu des deux rubans, d’un état
et de la lettre à lire

 = (U, q, aV, Z)


Où Le contenu du ruban d’entrée est : UaV Le
contenu de la pile est : Z avec  *
Z:
somm
et de
pile

La configuration initiale est : (, q0, , Z0)


U =  par ce que rien n’a été lu donc  lu
aV =  puisqu’il reste tout le mot à lire
L’état initial est q0 8
Le symbole sommet de pile est le symbole fond de pile Z0 puisque la pile est
vide initialement
V.5. Fonctionnement d’un automate à
pile
b. Configuration successeur de  = (U, q, aV, Z)
 est une configuration successeur de  qu’on note  |--  si

Si (qi, i)  δ(q, a, Z) alors  = (Ua, qi, V,  i)


(qi, i)  δ(q, , Z) alors  = (U, qi, aV,  i)

Autrement dit, le symbole a peut ou non être lu ( transition, sans consommer un


symbole), l’unité de contrôle passe de l’état q à l’état qi. Le symbole au sommet Z
est remplacé par i

c. Configuration k successeur

k
 |--    |-- 1 |-- 2 |-- … k / k = 
* k
 |--   k0  |-- 
9
+ k
 |--   k>0  |-- 
V.5. Langages acceptés par un
automate à pile
Deux critères d’acceptation sont définis pour un automate à pile
- Le critère pile vide (mot accepté = mot lu + pile vide)
- Le critère état final (mot accepté = mot lu + état final)

Pour un automate à pile A= <X, Q, q0, F, , Z0,  >,


L(A) désigne le langage accepté avec le critère pile vide
c-a-d un mot  est accepté par A ssi en partant d’une pile contenant Z0
comme symbole de fond de pile, après la lecture du mot, on arrive à vider la
pile.
N(A), le langage accepté avec le critère état final
c-a-d un mot  est accepté par A ssi en partant d’une pile contenant Z0
comme symbole de fond de pile, après la lecture du mot, on arrive à un état
final ; pas de soucis sur le contenu de la pile.

10
V.5. Langages acceptés par un
automate à pile
Pour un automate à pile A, deux langages sont acceptés L(A) et N(A) qui peuvent être
vides (cas de N(A) lorsqu’il n’ya pas d’état final N(A) =  si F = )
*
L(A) = {  X* / (, q0,  , Z0) |-- ( , q, , )}
*
N(A) = {  X* / (, q0,  , Z0) |-- (, qF, , )/ qF  F}

On n’a pas toujours L(A) = N(A) mais on a :


 A’ / L(A) = N(A’) et
 A’’/ L(A’’) = N(A)

11
V.5. Langages acceptés par un
automate à pile
Pour un automate à pile A sans état final,N(A) = 
(a, Z0, Z0a)
Pour l’automate A suivant
A q0 (a, a, aa)
L(A) = {anbn /: n 1}
N(A) = {aibj / i j>0}

a2b2  L(A) en effet


(b, a, )
(, q0, aabb, Z0) |-- (a, q0, abb, Z0 a)
|-- (aa, q0, bb, Z0 aa) |-- (aab, q1, b, Z0 a)
|-- (aabb, q1, , Z0 )|-- (aabb, q1,  ,  )

q1 (b, a, )
(, Z0, ) a2b  N(A) en effet
( , q0, aab , Z0) |-- (a, q0, ab, Z0 a)
|-- (aa, q0, b, Z0 aa) |-- (aab, q1,  , Z0 a)

12
V.6. Construction d’un automate à pile à partir d’une
grammaire non contextuelle (GNC)
Définition. Un langage est dit non contextuel ou indépendant du contexte ou hors
contexte s’il existe un automate à pile qui l’accepte

Construction d’un automate à pile à partir d’une


grammaire non contextuelle
Soit G = (V, T, S, R) une GNC, il existe un automate
à pile A / N(A) = L(G)
A = < X, Q, q0, F, , Z0, >

X=T
Q = {q0, q1}
F = {q1}
= X 
{Z0}
 / (q0, ,  A  ~ 
Z0) = (q1, R
S) aX
(q1, , 13
A) =
(q1, )
V.6. Construction d’un automate à pile à partir
d’une grammaire non contextuelle (GNC)
V.6. Construction d’un automate à pile à partir
d’une grammaire non contextuelle (GNC)
V.6. Construction d’un automate à pile à partir
d’une grammaire non contextuelle (GNC)

Vous aimerez peut-être aussi