Vous êtes sur la page 1sur 43

INTRODUCTION

A L’ETUDE DE DROIT
PLAN DU COURS
Ière Partie : LE DROIT OBJECTIF
Chp I : LES CARACTERES DE LA REGLE DE DROIT
I. - La règle de droit est obligatoire
II. - La règle de droit est générale
III. - La règle de droit est permanente
IV. - La règle de droit a une finalité sociale
PLAN DU COURS (suite)
Chp II: LES MATIERES DU DROIT
I. - L'opposition du droit public au droit privé
A - Le droit privé
B - Le droit public
C - Les droits mixtes
II. - L'opposition du droit interne au droit
international
A - Le droit international privé
B - Le droit international public
PLAN DU COURS (suite)
Chp III : LES SOURCES DU DROIT
Section I : LES SOURCES DIRECTES DU DROIT
§ 1 : LA LOI
I. - Notion de loi
A - Distinction de la loi et du règlement
B - Autres textes spéciaux (interne et internatx)
. II- Force obligatoire de la loi
A - Naissance et l’abrogation de la loi
B - Force variable de la loi
§ 2 : LA COUTUME
I. - Elaboration de la coutume
Section II : LES SOURCES D’INTERPRETATION DU
DROIT
§ 1 : LA JURISPRUDENCE
I. - Les méthodes d’interprétation
A - La méthode exégétique
B - Les méthodes modernes
C- Les procédés techniques d’interprétation
1) Les procédés logiques d’interprétation
2) Les maximes d’interprétation
II. - Le produit de l’interprétation du droit
A - L’interdiction de créer le droit
B - L’obligation d’appliquer la loi
C - Le juge, législateur supplétif ?
§ 2 : LA DOCTRINE
I. - Les modes d’expression de la doctrine
II. - Les fonctions de la doctrine
Chapitre IV : LE DOMAINE
D’APPLICATION DE LA REGLE DE DROIT
Section I : L’APPLICATION DE LA REGLE
DE DROIT DANS L'ESPACE
I- Le territoire national
notion du territoire
étendu du territoire
Section II : L’APPLICATION DE LA REGLE DE DROIT DANS
LE TEMPS
§ 1 : LA NON-RETROACTIVITE DES LOIS
I. - Le principe de non-rétroactivité
II. - Les limites au principe de non-rétroactivité
A - Les lois expressément rétroactives
B - Les lois interprétatives
C - Les lois pénales plus douces
§ 2 : L’EFFET IMMEDIAT DE LA LOI NOUVELLE
I. - Le principe de l’effet immédiat
II. - Le principe de la survie de la loi ancienne en matière
contractuelle
2ème partie : LES DROITS SUBJECTIFS
Définition du droit
LE DROIT OBJECTIF : un ensemble
de règles destinées à organiser la vie en
société

LES DROITS SUBJECTIFS : Les


prérogatives dont les individus
peuvent se prévaloir dans leurs
relations avec les autres
LES CARACTERES DE LA
REGLE DE DROIT
LA REGLE DE DROIT EST OBLIGATOIRE
 LA REGLE DE DROIT EST GENERALE
 LA REGLE DE DROIT EST PERMANENTE
 LA REGLE DE DROIT A UNE FINALITE
SOCIALE
LA REGLE DE DROIT EST
OBLIGATOIRE
 La règle de droit est un commandement
 La règle de droit ordonne, défend, permet, récompense
ou punit
La règle de droit est assorti de sanctions. Il a un caractère
coercitif, elle est sanctionnée par l'Etat
la règle de droit s'oppose aux autres règles.( la règle
religieuse, la règle morale , politesse…)
L'existence d'une sanction est le propre de la règle de
droit
La RD opposée à l’obligation civile et à L'obligation
naturelle
LA REGLE DE DROIT EST
GENERALE
Elle a vocation à s'appliquer à toutes les personnes qui forment
le corps social
Elle est toujours formulée de manière générale et
impersonnelle
Parfois elle s'applique à un groupe de personnes voir même à
une seule personne
Ce caractère général est une garantie contre l'arbitraire, et la
discrimination individuelle
La règle de droit doit régir des situations d’une façon abstraite
et non pas des cas particuliers
Ce caractère général permet de la distinguer d'autres normes
juridiques
LA REGLE DE DROIT EST
PERMANENTE
Elle a une application constante pendant son
existence
Elle a vocation à régir l'avenir, à durer un certain
temps
elle a un début et une fin
S’applique avec constance et de façon uniforme
à toutes les situations
S’applique jusqu’à ce qu’elle soit abrogée par
l’autorité compétente
LA REGLE DE DROIT A UNE
FINALITE SOCIALE
Le droit a pour ambition de faire régner une
certaine paix sociale
Le droit ne se manifeste que lorsque l'homme
vit en société
La règle juridique est un facteur d'ordre, un
régulateur de la vie sociale
Le droit fourni un certain nombre de règles de
conduite pour faire régner le progrès et la Justice
Le Droit entretient des rapports étroits avec la
règle religieuse, la règle morale et l'équité
Droit et Religion
 Il existe des règles de droit qui n’ont aucune
relations avec des commandements religieux
Dans d’autres cas la règle de droit est fortement
imprégnée par les commandements religieux
Oppositions méthodologique entre droit et religion
 Origine : divine # intelligence sociale
 Sanction : du groupe sociale # dualité de sanction
 Domaine sociale # sphère individuelle sociale et
spirituelle

Droit et Morale
La morale est plus exigeante et idéaliste que le droit
La morale est individualiste
Le droit régit le corps social, la morale régit les
consciences
La règle de droit a un caractère coercitif
‘’Mieux vaut une injustice qu'un désordre’’ !?
La morale et le droit doivent coïncider
Le droit doit s'inspirer de la morale
l'évolution des mœurs conduit à la modification des
règles de droit
Droit et Equité
si la justice réglemente des cas particuliers Le juge
statue selon le droit et non selon ce qui lui paraît
juste
le droit milite pour la sécurité des transaction
alors que l’équité milite pour la justice
Le droit est une garantie d’égalité des citoyens
devant la loi # L’équité est subjective et personnelle
Néanmoins le législateur renvoie parfois
expressément à l'équité des juges
Le juge applique la loi en recherchant l’équité
LES MATIERES DU DROIT
I. - L’OPPOSION DU DROIT PUBLIC AU DROIT PRIVE
A - LE DROIT PRIVE :
celui qui régit les rapports entre particuliers ou avec les
collectivités privées
comprend principalement le droit civil et le droit commercial.
1) droit civil constitue le droit commun.
Les principales règles du droit civil sont regroupées dans le DOC
Dahir des Obligations et des contrats
2) Le droit commercial : Les règles réservées aux particuliers qui
effectuent des actes de commerce commerce
Les règles du droit commercial sont principalement réunies dans
un Code de commerce
B - LE DROIT PUBLIC
Le droit public régit l'organisation de l'Etat et des
collectivités publiques ainsi que leurs rapports avec les
particuliers
+ droit constitutionnel fixe les règles de base d'organisation
de l'Etat
+ droit administratif qui réglemente la structure de
l'Administration et ses rapports avec les particuliers, + Les
finances publiques et le droit fiscal qui réunissent les règles
gouvernant les dépenses et les recettes des collectivités
publiques
+ Les libertés publiques qui définissent les divers droits de
l'individu dans la société et les modalités de leur protection
Différentiation droit privé
droit public
* une finalité différente : satisfaction de l’intérêt public #
protection des interêts privés
* un caractère impératif : droit public s’impose aux
administrés # droit privé = droit de l’autonomie
*Les privilèges de l'Administration: ( ex privilège de
l'exécution d'office)
* Possibilité de contrainte : pas d’execution forcée contre
l’administration, contrainte politique seulement
* Des juridictions différentes : juridictions
administratives, cours des comptes conseil
constitutionnel, le médiateur
C - LES DROIT MIXTES
1. Le droit pénal :
1. définit les comportements constitutifs d'infractions, et de fixer les sanctions applicables à
leurs auteurs,
2. S’interesse aux attitudes des particuliers et leurs rééducation
Protège l'intérêt général (ministère public # personnes de droit privé)
L'exécution de la sanction faite par la puissance publique

2. Le droit processuel :
1. regroupe procédure civile, la procédure pénale et la procédure administrative
2. objet mise en place et le fonctionnement de la justice service public .

3. Le droit social : (droit du travail et sécurité sociale)


1. le droit du travail recouvre l'ensemble des règles qui définissent la
condition des travailleurs salariés
2. la sécurité sociale cherche a sécurisé les salariés contre les risques sociaux
3. regroupe l’intervention de l’Etat et de ces institutions
II.- L’OPPOSITION DU DROIT INTERNE AU
DROIT INTERNATIONAL

A - LE DROIT INTERNATIONAL PRIVE


 Régit les rapports des particuliers entre eux lorsqu'il existe un
élément étranger
 "conflits de lois". (loi applicable, exéquatur, extradition)
pose les règles applicables en matière de nationalité.
 Conventions internationales qui régissent les rapports de droit privé
sur le plan international
B - LE DROIT INTERNATIONAL PUBLIC
 Contient les règles applicables dans les rapports des Etats entre eux
 Définit l'organisation, le fonctionnement, la compétence et les
pouvoirs des organisations internationales
 caractère obligatoire contesté
Chapitre III : Les sources de la
règle de droit
Section I : Les sources directe
§1: La loi et le règlement
§2: La coutume
Section II : Les sources indirectes (interprétatives)
§1: La jurisprudence
§2: La doctrine
Section III : L’organisation juridictionnelle
§1: Régime de la magistrature
§2: Les juridictions de l’ordre juridictionnel
SOURCES DIRECTES DE LA
REGLE DE DROIT
§ 1 : LA LOI
I. - Notion de loi
A - Distinction de la loi et du règlement
B - Autres textes spéciaux
II- Force obligatoire de la loi
A – adoption et abrogation de la loi
B - Force variable de la loi
§ 2 : LA COUTUME
I. - Elaboration de la coutume
II. – Force obligatoire de la coutume
A - Distinction de la loi et du
règlement
Distinction quant à leur origine
 La loi est parlementaire
 la loi incarne la souveraineté du peuple
 distinction loi ordinaire et loi organique
 Le règlement émane du pouvoir exécutif et des
autorités administratives
 Les décrets :
 -chef du gouvernement;
 - chef du gouvernement et ministre concernés;

 - conseil des ministre avec contresigne du Roi


 les arrêtés:
 ministériels ou interministériels,

 les arrêtés préfectoraux


 les arrêtés municipaux

 les circulaires non pas de valeur réglementaire


c’est juste des instructions à des fonctionnaires
pour le bon fonctionnement su service
2. Distinction quant à leur
domaine
o Le domaine de la loi est limité, (détermine les principes
fondamentaux, les droits et obligations…)
o Le domaine du règlement est défini par négation (tout ce
qui ne relève pas du domaine de la loi)

Protection du domaine réglementaire contre les


empiétements du pouvoir législatif « le conseil
constitutionnel agit si une loi parait inconstitutionnelle »
 Protection du pouvoir législatif contre l'empiétement
réglementaire « les tribunaux administratives, exception
d’illégalité
Autres textes spéciaux

1. Textes d'origine interne: état d’exception


prévue par la constitution

2. Textes internationaux
Force obligatoire de la loi
A – adoption(Naissance) et abrogation (mort) de la loi
1. - L'entrée en vigueur de la loi
a. Conditions de l'entrée en vigueur
La promulgation par dahir royal : la date de ce dahir qui
devient celle de la loi
 La publication : "Nul n'est censé ignorer la loi".
b. Date de l'entrée en vigueur:
 directe = après un jour franc à compter de sa
parution au bulletin officiel
 retardée = par volonté du législateur ou
subordonnée a la publication des décrets
d’application
2. L'abrogation de la loi
La loi est faite pour durer, excepté certaines disposition
temporaires tel les loi de finance annuelles
La loi ne cesse d’être appliquée que lorsqu’elle est abrogée
(supprimée)
 L’abrogation expresse
 L’abrogation tacite ou implicite = texte nouveau non conciliable
avec l ancien texte avec impossibilité de les appliquer
simultanément
Réponse de la doctrine= si la loi est impérative l’usage ne peut se
prévaloir sur une disposition d’ordre public
Si la loi b=n’est que supplétive, l’usage peut prévaloir
Abrogation par désuétude:
Force variable de la loi
Dés leurs publication les lois s’imposent à tous
Toutefois certaines lois sont plus ‘’obligatoires’’
que d’autres
1) Les lois impératives: ordonnent ou défendent
et aucune disposition conventionnelle ne peut
les écarter, réputée non écrite ( ordre public)
2) Les lois supplétives : destinées souvent à
suppléer une volonté non exprimés mais
supposée des individus, peuvent être écartées
LA COUTUME
•Historiquement, les règles coutumières sont apparues avant la loi
écrite ou codifiée
•La codification n'a laissé que peu de place à la coutume

Notion de coutume = une pratique de la vie juridique qui


présente un caractère habituel qui tend à se poser en règle de droit

La coutume suppose la réunion d'un élément matériel et d'un


élément psychologique.
 L’ élément matériel= usage ancien constant notoire et général
(Une fois n’est pas coutume)
 L’élément psychologique = conviction du groupe sociale concernés
d’agir en vertu d’une règle obligatoire
Opposition entre coutume et loi

Formation lente et non délibérée de la coutume


 adaptation facile aux besoins économiques
sociaux et évolutions plus rapide avec les mœurs
et idées morales
 incertitudes et problème de preuve devant le
juge (Coutume général et coutume locale à qui incombe
la preuve)
Fonction de la coutume
Adaptation parfaite du droit à la conviction
sociale = une meilleur effectivité du doit
Adaptation du droit aux besoins économiques
et sociaux
Supplétive à la règle de droit trois hypothèses:
La loi renvois expressément à la coutume
La coutume vise à combler la loi
La coutume est contraire à la loi
Adages et maximes coutumières
adopté par la loi jurisprudentielle:
*L’accessoire suit le principal

* Affectio societatis

* La preuve incombe au demandeur

* pas de peine sans loi

* nul n'est censé ignorer la loi


Section II : LES SOURCES
D’INTERPRETATION DU DROIT
§ 1 : LA JURISPRUDENCE
sens large = l’ensemble des décisions
rendues par les juges
 sens étroit = création nouvelle de droit
suite à l’interprétation d’une règle de droit
Le juge a pour mission d’appliquer la loi,
toutefois il y’a de nouveau phénomène
juridique, des cas non prévu par la loi ou des
ambigüités dans le texte de loi
I. - LES METHODES D’INTERPRETATION

A - LA METHODE EXEGETIQUE

B - LES METHODES MODERNES

C - LES PROCEDES TECHNIQUES


D’INTERPRETATION
A - LA METHODE EXEGETIQUE
Méthode qui repose sur le culte de la loi
Attachement au texte en se demandant quelles
est la volonté du législateur
L’exégète précise le sens que la législateur a
voulu attribuer au texte : explique le texte obscure
et le complète s’il est incomplet
L’interprète se réfère donc aux travaux
préparatoires pour déceler la volonté du
législateur
Les caractères de la règle de droit
Les sources directes de la RD
Les branche de droit
L’application de la RD dans le temps
et dans l’espace
l’opposition de la RD aux autres
règle de conduite
La place de la loi dans l’ordre
juridique national
Les sources interprétatives de la
règle de droit
L’organisation judiciaire
Le contrôle de la règle de droit
La mise en œuvre de la loi
La procédure d’adoption de la loi
La hiérarchie des lois
Les droits subjectifs
Caractère général et abstrait
Finalité sociale opposition entre RD et règle religieuse
et morale
Règle extérieur cara ext = règle morale ou religieuse
Caractère spécifique : la coercition étatique
Chapeau
Transition
Règle impérative et règle supplétive (volonté)
Contrainte décision judiciaire puis recours à la force
publique , dédommagement dommage et intérêts ,
sanction civil rescision ou annulation sanction civil.
Volonté individuelle et suppléer à la volonté non
rxpromé;