Vous êtes sur la page 1sur 24

Atmosphère et hypoxie

©CISPN – École de l’air T1


Structure et composition de
l ’atmosphère selon la température

ALTITUDE (km)
800

THERMOSPHERE

120

90

70 MESOSPHERE
60

30 STRATOSPHERE

TROPOPAUSE
10
0 TROPOSPHERE
-60 0 +60 +120 +180 +240 +300 +360
TEMPERATURE (°C)

©CISPN – École de l’air T2


Structure et composition de
l ’atmosphère selon l’état électrique

ALTITUDE (km)
800

IONOSPHERE

120

90

70
60

30

10
NEUTROSPHERE
0

©CISPN – École de l’air T3


Structure et composition de
l ’atmosphère selon la composition

ALTITUDE (km)
800

HETEROSPHERE

120

90

70
60
HOMOSPHERE
30

10
0

©CISPN – École de l’air T4


Structure et composition de
l ’atmosphère: la couche d’ozone

ALTITUDE (km)
800

HETEROSPHERE

120

90

70
60
OZONOSPHERE
HOMOSPHERE
30

10
0

©CISPN – École de l’air T5


La couche d’ozone

 La concentration
-L’ozonosphère joue un rôle
d’ozone
très important,est
carmaximale
elle absorbe
la aux
majeurealentours
partie du de 30
km d’altitude,
rayonnement et varie
ultraviolet solaire
selon:
dont l’effet biologique est
la latitude: maximale
-dangereux.
aux pôles, minimale à
l’équateur
-Mais l’ozone est aussi un gaz
Les
-très saisons:
corrosif, maximale
et il est toxique
aules
pour printemps,
organismes vivants.
minimale à l’automne

©CISPN – École de l’air T6


Les rayonnements cosmiques

 Les rayons cosmiques


galactiques:
protons (86%), particules alpha
(Hélium), noyaux lourds (1%)

 Le rayonnement solaire:
radiations électromagnétiques
(ondes radio, rayons X, rayons
gamma)

©CISPN – École de l’air T7


Lois de comportement des gaz

 La loi de Boyle-Mariotte :
A température constante, le volume d’un gaz est inversement
proportionnel à sa pression

PV = n RT
P1/P2=V2/V1 avec P1 = Pression initiale
P2 = Pression finale
V1 = Volume initial
V2 = Volume final

Cette loi pourra occasionner des problèmes physiologiques:


barotraumatismes.

©CISPN – École de l’air T8


Lois de comportement des gaz

 La loi des pressions partielles de Dalton :


La pression totale d’un composé gazeux est égale à la somme des
pressions partielles de chacun des constituants.

PV = V (p1 + p2 + p3 +….)  P =  pi
P = pression totale du composé
p1, p2, p3… = pression partielle de chacun des constituants

Cette loi pourra occasionner des problèmes physiologiques:


hypoxie et vision de nuit.

©CISPN – École de l’air T9


Lois de comportement des gaz

 La loi d ’Henry :
Un gaz se dissout dans un liquide proportionnellement à sa pression
partielle à condition qu’il ne réagisse pas chimiquement avec ce
liquide.

P/V =K avec K = coefficient de solubilité

Cette loi pourra occasionner des problèmes physiologiques:


maladie de décompression d’altitude (dysbarisme).

©CISPN – École de l’air T 10


Lois de comportement des gaz

 La loi de Charles:
Le volume d’une masse fixe de gaz, maintenue à une pression
constante varie directement avec la température absolue.

V1/V2=T1/T2 avec V1 = Volume initial


V2 = Volume initial
T1 = Température initiale en Kelvin
T2 = Température finale en Kelvin

©CISPN – École de l’air T 11


Variations de pression atmosphérique
et de température avec l'altitude

Température (C°) Pression atmosphérique (mm Hg)

20 800

10 700

0 600

-10 500

-20 400

-30 300

-40 200

-50 100

-60
0
10 20 30 40 50 60 10 20 30 40 50 60
Altitude (x1 000 ft) Altitude (x1 000 ft)

©CISPN – École de l’air T 12


Pressions partielles
Pressions partielles en mm de HG

Constituants Oxygène Azote Vapeur d’eau Dioxyde de


carbone
Air 160 (21%) 600
atmosphérique
Air alvéolique 103 (14%) 570 47 40 (5,3%)

A 10 000 ft
Air alvéolique 55 381 47 40 (5,3%)

Lorsque l’on dépasse les 10 000 ft il est nécessaire de rajouter de


l’oxygène pour que l’organisme soit alimenté suffisamment.
On arrive à de l’O2 pur à 33 700 pieds.
Au delà de 40 000 ft il faut que l’O2 soit en surpression
©CISPN – École de l’air T 13
Besoin en oxygène en fonction de
l’altitude

Du sol à 10 000 ft Air normal

10 000 à 33 700 ft Oxygène mélangé à de l’air

33 700 à 40 000 ft 100% oxygène

Au-dessus de 40 000 ft 100% oxygène en


surpression

L’air en surpression utilisé sur une longue période provoque de la


fatigue et nécessite une utilisation courante pour perfectionner la
technique. Cela concerne plus les équipages militaires.

©CISPN – École de l’air T 14


Transport de l’oxygène

O² O²
O² O² O²
O² O² O² O²

Hb Hb Hb SANG

©CISPN – École de l’air T 15


L'hypoxie d’altitude

La pression partielle en oxygène


pO2 régule la saturation de
l'hémoglobine en oxygène, c'est-à-
dire la quantité d'oxygène utilisable
% de saturation de l'hémoglobine Z (ft)
100 0
90 10 000
par les tissus.
80 15 000
70 20 000 L'effet de la diminution de la pO2
est appelé hypoxie.
50 25 000
A 10 000 pieds la saturation de
l’hémoglobine descend à 87% et à
20 000 pieds elle n’est plus que de
65%.

0 La performance en vision nocturne


chute de 10% à 5 000 pieds.
Courbe de saturation de l’hémoglobine (O2)
en fonction de la pression partielle en oxygène (pO2)
La sensibilité à l’hypoxie varie d’une
personne à une autre.

©CISPN – École de l’air T 16


Tableau des signes cliniques de l'hypoxie
en fonction de l'altitude

La zone Sol à L’adaptation à l’obscurité est affecté dès 5000


d’indifférence 10 000 pieds.
pieds Légère accélération du rythme cardiaque et
respiratoire.
La zone de De 10 000 Augmentation du volume respiratoire et de la
compensation à 15 000 pression sanguine.
pieds Somnolence, dégradation du jugement et de la
mémoire. Difficulté à effectuer des tâches ou des
mouvements exigeant de la concentration.
La zone de De 15 000 Oxygénation insuffisante des tissus de
troubles à 20 000 l’organisme: euphorie, vertiges, maux de tête,
pieds processus de penser au ralenti, pertes de mémoire
de jugement et de coordination des mouvements,
« voile gris » et tunnélisation de la vue, fatigue,
endormissement.
La zone De 20 000 Performance mentale se dégrade très rapidement.
critique à 23 000 Confusion et vertiges se produisent en quelques
pieds minutes. Incapacité totale avec perte de
connaissance avec peu ou prou d’avertissement.

©CISPN – École de l’air T 17


Temps de conscience utile en cas
de décompression

Le temps de conscience
utile est le temps durant
lequel le cerveau reste
fonctionnel en état
d’hypoxie aiguë pour
initier des actions
correctives d’urgence.

©CISPN – École de l’air T 18


Temps de conscience utile en cas
de décompression

Décompression
Altitude en progressive Décompression
pieds Assis Activité rapide
modérée

18 000 ± 40 min. ± 30 min. 20 à 25 min


20 000 10 min. 5 min. 3 min.
25 000 5 min. 3 min 2 min.
30 000 1 min. 30 45 sec. 30 sec.
s
35 000 45 sec. 30 sec. 20 sec.
40 000 25 sec. 18 sec. 12 sec.
43 000 18 sec. 12 desec.
©CISPN – École l’air <12 sec. T 19
Tolérance à l’hypoxie

Les facteurs influençant la tolérance sont :


 la forme physique
 l’état de fatigue
 la consommation d’alcool et de tabac
 l’adaptation à l’altitude
 le taux de montée
 la durée du vol
 l’altitude cabine
 la température ambiante

©CISPN – École de l’air T 20


L’hypoxie en pratique

Alarme
 altitude cabine excessive : 10 000 pieds
 descente des masques en cabine : 14 000 pieds

Conduite à tenir
 apport rapide d’oxygène, initialement à 100%
 au-dessus de 35 000 pieds, apport en surpression
 descente d’urgence

Effet paradoxal
 l’oxygène pur peut provoquer une aggravation
transitoire des signes (15sec. à 1min.)

©CISPN – École de l’air T 21


Conclusion

L’hypoxie est dangereuse:


- parce qu’elle n’est pas facilement reconnaissable
- parce qu’elle affecte l’efficacité de l’ équipage
- Parce que, à moins de recevoir de l’oxygène et de
descendre rapidement, elle tue en haute altitude en
quelques minutes.

Il est donc important de surveiller régulièrement


son altitude cabine et de réagir rapidement en cas
de décompression.

©CISPN – École de l’air T 22


Conclusion

Le dernier sens qui fonctionne correctement: l’ouie.

©CISPN – École de l’air T 23


Passage au LEMP de Mont de Marsan

©CISPN – École de l’air T 24

Vous aimerez peut-être aussi