Vous êtes sur la page 1sur 67

SCM

2016 _2017

LF 2 SL
ACCUEIL
Accueil du module « Supply Chain Management »
● Vous allez acquérir les connaissances générales en logistique et supply
chain nécessaires pour :
– Savoir ce qu'est la logistique et la supply chain

– Comprendre l'évolution actuelle des entreprises

– Pouvoir analyser une supply chain d'entreprise

– Pouvoir exercer un métier en relation directe avec la logistique et la supply


chain :

Ce que vous devez savoir avant d'aborder ce module :


● Il n'y a pas de pré-requis particulier à l'étude de ce module sinon la
connaissance du vocabulaire français normal du monde des entreprises
et, autant que possible, du vocabulaire américain correspondant.
Préambule?
● L’entreprise fait face à de nombreuses menaces (…..), et
s’adapter à de multiples mutations (….) que connait
l’environnement pour pouvoir survivre et maximiser sa
rentabilité;
● Une réponse adéquate à ces changements exige la
disponibilité de l’information au bon moment;
● Cette information doit être fiable, cohérente, et accessible à
tous les preneurs de décisions;
● S’impose ainsi la nécessité de l’échanger avec tous ses
partenaires;
● Le défi est donc de dépasser les frontières de l’entreprise ,
mais aussi ses contraintes pour voir la chaine logistique
globale comme le cadre qui garantit la disponibilité de
cette information
Rappel: Définition de la logistique

● Colin, Mathé et Tixier ont proposé la définition


suivante : « La logistique est le processus
stratégique par lequel l’entreprise organise et
soutient son activité. A ce titre, sont déterminés et
gérés les flux matériels et informationnels
afférents, tant internes qu’externes, qu’amont et
aval ».
Définition de la logistique

La logistique peut être définie comme étant le processus de


planification, d’implantation, de contrôle et d’intégration
des activités d’une entreprise ou d’un secteur d’activité
afin de satisfaire les exigences des clients au moindre
coût.
La logistique aujourd’hui

● Concept multi-facettes: pas de consensus sur le concept de la


logistique entre les experts.
● Concept dynamique: le concept et le domaine d’application
de la logistique changent au fur et à mesure du
développement industriel, technologique, sectoriel et des
pratiques de management.
● Nouveaux rôles à jouer: stratégique et transversal;
● Nouveaux défis et toujours le même objectif: satisfaire le
client final tout en réalisant du profit.
Comment faire? 1/3
● Toute entreprise voulant rester sur le marché doit veiller à
ce que:
– elle trouve de nouveaux marchés;
– la qualité de ses produits soit améliorée d’une
manière continue;
– le coût des produits soit plus faible qu’avant;
– l’entreprise diminue les délais des livraisons et qu’elle
soit « réactive », autrement dit que la vitesse de
satisfaction des demandes non anticipées soit de plus en
plus courte.

7
Comment faire? 2/3
● Pour trouver de nouveaux marchés, l’entreprise peut
opter pour la création des alliances, soit entre des
entreprises concurrentes, soit entre fournisseur et client.

● Pour améliorer la qualité du produit, l’entreprise peut


améliorer la qualité des matières premières et des produits
semi-finis. La coopération entre le producteur et ses
fournisseurs peut aider à parvenir à cet objectif.

● Pour diminuer le coût, l’entreprise cherche à avoir des


coopérations durables avec ses clients et ses fournisseurs.

8
Comment faire? 3/3

● Pour diminuer les délais et augmenter la réactivité, on


constate les phénomènes suivants : L’utilisation croissante de
méthodes pour accélérer le processus de conception
(ingénierie simultanée), une coopération forte entre les
entreprises qui sont dans une même « chaîne logistique ».

● Cette coopération forte est nécessaire. En effet, si une


partie de cette chaîne n’assure pas correctement sa fonction,
le produit final ne peut pas être disponible à l’heure. En fait,
aujourd’hui la concurrence n’est pas entre les producteurs,
elle est entre les « chaînes logistiques »

9
Représentation classique

retours retours

FOURNISSEURS ENTREPRISE CLIENTS

Flux physiques classique Flux physiques classique

Flux d’informations :
Bon de commande, facture, bon de réception,
Avoirs, litiges, AO…
Récapitulons:

● ƒQuelques tendances dans l’environnement de


l’entreprise donnant naissance à certaines
ƒOpportunités et menaces
● ‰Le concept du SupplyChain Management n’est
qu’une :
– ƒRéponse de l’entreprise aux nouvelles exigences
de l’environnement ƒ
– Intégration de la chaîne de valeur
– ƒOrientation marché ƒInnovation continue
CHAPITRE 1:

● SCM: Présentation et
importance pour la compétitivité
des entreprises
De la Logistique au SCM

● La logistique au sein de l’entreprise peut être appréhendée à


travers trois groupes d’activités distinctes, on parle alors de
logistique purement industrielle, logistique de stockage et de
logistique de distribution. Parmi ces activités, Colin, Mathé et
Tixier (1981) distinguent la logistique de produit (elle
concerne toutes les phases du cycle de production, depuis
l’approvisionnement en matières premières jusqu’au
stockage dans les magasins de détail) de la logistique de
soutien (elle intervient à partir de la vente des produits, et
inclut l’après-vente et la maintenance).
13
De la Logistique au SCM

● Ainsi la logistique est devenue un concept transversal


mettant en étroite relation les différents services de
l’entreprise (approvisionnement, production, distribution...).
Cette volonté de développer une « logistique GLOBALE »
vise essentiellement à suivre le produit dans les différents
stades de l’entreprise.
● C’est la philosophie de la supply chain management.

14
De la Logistique au SCM
● Pratiquée aux Etats-Unis depuis quelques années,
le Supply Chain Management intéresse de plus en
plus les entreprises confrontées à une forte
concurrence, une mondialisation des marchés et
une évolution rapide des nouvelles technologies
informatiques. Derrière ces pratiques, se cache un
nouveau concept propre aux sciences de gestion.
● Une traduction littérale présenterait la supply chain
comme une chaîne d’approvisionnement. Il serait
cependant plus juste de lui substituer la notion de
logistique globale.

15
Vocabulaire
● La chaîne logistique est un réseau d’entreprises liées
entre elles par des échanges de produits, de services et
d’informations en vue de répondre à la demande d’un
consommateur final

● La gestion de la chaîne logistique est la coordination de


l’ensemble des actions de tous les acteurs de la chaîne
logistique en vue d’éliminer les activités qui n’ajoutent
aucune valeur ajoutée.
SCM???

● La chaîne logistique globale recouvre l'ensemble des


mécanismes permettant de fournir des produits ou des
services au bon moment, avec les bonnes quantités et au
bon endroit :

– Elle traite de l'ensemble des infrastructures, de


l'organisation, des processus physiques et de
l'information nécessaires à la mise à disposition de ces
produits-services, depuis la matière première jusqu'au
client final ;
suite
– Elle inclut les processus d'achats-approvisionnements,
de production et de distribution, et doit opérer de façon
entièrement intégrée avec les ventes, le marketing et le
développement de produits nouveaux.
● La différence fondamentale introduite par cette approche
de gestion de la chaîne globale vis-à-vis du
fonctionnement classique tient dans le caractère
transversal aux fonctions et à l'organisation de l'entreprise.
La chaîne logistique doit être alignée avec la stratégie de
l'entreprise et mise en oeuvre en conséquence.
Suite
● Autrement dit, la supply chain ou chaîne logistique est un
modèle séquentiel d’activités organisé autour d’un réseau
d’entreprises dont le but est de mettre un produit ou un
service à la disposition du client dans des conditions
optimales en termes de quantité, de date, du lieu… Ce
réseau regroupe des organisations se trouvant à l’amont et à
l’aval du processus productif. Elles partagent un objectif
commun, celui de s’engager dans un processus de création
de valeur représenté par le produit ou le service livré au
consommateur.
suite

● Le SCM s'inscrit dans la continuité d'une logistique


stratégique intégrative. Il met l'accent sur l'évolution des
structures organisationnelles tant en interne qu'en externe.
Les entreprises doivent ainsi passer d'un système structuré
en fonctions à une logique en termes de processus, d'une
notion de profit à une notion de performance (éléments
financiers et non financiers), d'une gestion des produits à une
gestion des clients, d'une logique verticale à une logique
virtuelle (Christopher, 1997).
suite
● Récemment, une définition unifiée du SCM et un modèle
conceptuel ont été proposés par Mentzer et al. (2001, pp. 14-
15). Les auteurs définissent le SCM comme : “ la coordination
systémique, stratégique, des fonctions opérationnelles
classiques et de leurs tactiques respectives à l'intérieur d'une
même entreprise et entre des partenaires au sein de la chaîne
logistique, dans le but d'améliorer la performance à long terme
de chaque entreprise membre et de l'ensemble de la chaîne ”.

● Cette définition a permis le développement du modèle de SCM


et montre le rôle essentiel de la création de valeur et de la
satisfaction du client pour gagner un avantage concurrentiel et
améliorer la rentabilité au niveau individuel et collectif. Ce qui
suppose une coordination inter-fonctionnelle et inter-
entreprises sans failles.
La chaîne logistique
La représentation de la chaîne
logistique

Matières – Produits - Services

Fournisseurs Manufacturier Distributeur Consommateurs

Information
Chaine logistique et chaine de valeur:
quelles différences????

La chaîne de valeur peut se définir comme l’étude précise


des activités de l’entreprise afin de mettre en évidence ses
activités clés, c’est-à-dire celles qui ont un impact réel en
termes de coût ou de qualité et qui lui donneront un
avantage concurrentiel. Cette distinction permet de savoir ou
se placer et travailler son positionnement pour développer
de la valeur ajoutée de l’entreprise, valeur nécessaire pour
pérenniser l’entreprise.
Pour Michael Porter, on peut distinguer parmi les activités
impliquées dans la chaîne de valeur :
- Les activités principales, c’est-à-dire celles qui
concourent directement à la création matérielle et à la vente
du produit : Logique d’approvisionnement, fabrication,
logistique et commercialisation ; marketing et ventes,
services.

- Les activités de soutien ou support : elles viennent en


appui de l’activité principale et forment l’infrastructure de la
firme : Infrastructure de l’entreprise, GRH, Recherche et
développement, achats.
 
La chaîne de valeurs

Administration générale

Gestion des ressources humaines


Activités
secondaires Recherche, technologie et développement de système

Approvisionnement Marge

Logistique Logistique
Ventes et
de Opérations Services de
marketing
production distribution

Activités primaires
Source : Porter, 1985
La chaîne de valeurs d’une
industrie

Fournisseur Manufacturier Distributeur


La chaîne logistique est une
partie de la chaîne de valeur
• Infrastructure de la firme
Activité • Gestion des ressources humaines
supportant la • Développement de technologie
chaîne de valeur • Approvisionnement
F3 C3
F3 F2 C2 C3
F3 Logistique
Fournisseurs de production
Logistique Ventes et Service à C3
clientèle Clients
Opérations
F3
F2 de livraison marketing C2 C3
F3 C3
F2 C2
F3 C3
Activités primaires de la chaîne de valeur/chaîne logistique

Gestion du matériel Distribution physique/Gestion des canaux

Chaîne de valeur étendue/Chaîne logistique intégrale


L’objectif de la chaîne Logistique
● Seule Source de revenu: Le Client!
● Sources des côuts : flux d’information, de produits ou de
l’argent entre les étapes de la chaîne logistique
● Le gestion de la chaîne logistique (Supply chain
management) implique la gestion des flux dans le
réseau afin de maximiser la ‘profitabilité’ totale de la
chaîne, càd:
● Maximiser la création de la valeur
– Valeur de la chaîne logistique: Différence entre ce que
le produit vaut pour un client et les efforts déployés
dans la chaîne pour satisfaire à la demande du client.
● Cette valeur est corrélée avec la profitabilité de la chaîne
logistique
– Différence entre le revenu et les coûts à travers les
étapes de la chaîne
Récapitulons:
● En un mot, le Supply Chain Management (SCM) – en français
Gestion de la Chaîne Logistique (GCL), c’est la gestion de
l’ensemble des opérations liées à la supply chain, c’est-à-dire
dès la gestion des flux circulant dans l’entreprise et entre
l’entreprise et son environnement (approvisionnement,
livraison, stockage, information…).
● La supply chain doit sa naissance à la combinaison de deux
facteurs clefs :
– - L’évolution de la structure de l’entreprise (avec
l’apparition de la notion de profit, de la limitation du capital
travail, de la globalisation, de l’augmentation des fonds
spéculatifs dans le capital de l’entreprise)
– - L’évolution des techniques de gestion de l’information
(avec l’explosion de la technologie de l’information et de la
téléphonie).
Fonctionnalités de SCM
● Prévision de la demande
● Planification des besoins
● Gestion de la distribution
● Optimisation des niveaux de stock

» Gestion d’entrepôts et emplacements


» Gestion relation fournisseur
» Gestion des achats et GP
» Traçabilité des flux
Mutation de l’environnement et impact sur le SCM
- De nouvelles données économiques 

● L’intermittente et exceptionnelle croissance économique que nous avons


connue ces dernières années, couplée à un effet conjoncturel, a fortement
participé à l’expansion du nombre d’initiatives dans le domaine du Supply
Chain Management. En effet, l’accroissement de la consommation des
ménages et l‘augmentation des volumes de ventes ont eu pour
conséquences majeures une amplification et la complexification des flux qui
ont impliqué et impliquent toujours une prise de conscience plus importante
de la chaîne d’approvisionnement.
● Par ailleurs, la réalité de la mondialisation des marchés et l’accélération des
échanges, facilités par l’introduction des nouvelles technologies de
l’information ainsi qu’un réseau de communication et de transport plus
efficace, demandent aussi de repenser globalement les supply chains.
Mutation de l’environnement et impact sur le SCM
- Une nouvelle stratégie marketing et l’arrivée de l’e-business

● La stratégie des entreprises a aussi fortement évolué ces dernières années,


migrant d’un marketing de masse vers un marketing one to one, dit de
personnalisation.  
● De fait, les flux physiques sont plus difficilement rationnels et optimales, se
retrouvant éclatés à travers différentes unités de transport et de manutention
qui se multiplient sur les sites logistiques et sur les routes.
● De plus, les cycles de vie des produits se raccourcissent et les départements
de Recherche et Développement ont maintenant pour challenge de concevoir
davantage de nouveaux produits, compétitifs sur le marché en terme de coûts
de conception, et dans des périodes toujours plus courtes, afin d’assurer
l’indispensable Time to Market. Il en résulte là aussi un besoin d’accélération
des mouvements physiques et des flux d’informations associés.
Mutation de l’environnement et impact sur le SCM
● Aussi, le constat devenu évident qu’il coûte plus cher à une entreprise
de conquérir un nouveau client que d’en garder un existant a généré un
changement profond des mentalités, menant aujourd’hui de nombreuses
entreprises à organiser l’entreprise autour du client, placé au cœur du
système et de toutes les préoccupations. Ainsi, la relation client devient
aussi un enjeu stratégique et une priorité pour les entreprises, à
l’exemple du service après vente.
● Enfin, la vague de l’e-business, supportée par l’arrivée des technologies
de l’information, a aussi permis de cristalliser la démarche de SCM à
travers le commerce BtoB et BtoC. L’e-business morcelle les flux
physiques et informationnels en cherchant à atteindre le consommateur
jusque chez lui. Il faut donc repenser voir inventer une nouvelle
logistique appropriée à l’e-business.
Mutation de l’environnement et impact sur le SCM
- Une forte politique d’externalisation
● Depuis plus de trente ans, le phénomène d’externalisation se développe dans les entreprises pour
des raisons stratégiques et de baisse des coûts. Ceci s’explique par le fait que les entreprises ont
cherché systématiquement depuis une trentaine d’années à se recentrer sur leurs métiers de base
● Ainsi, elles ont commencé par sous-traiter peu à peu une part croissante des tâches auparavant
confiées à leurs propres équipes. Elles sont passé à la sous-traitance d’activités proches du cœur
de métier, comme la maintenance ou le transport, voire depuis quelques années, à la sous-
traitance de tâches très qualifiées comme la gestion logistique (entreposage, préparation de
commande, conditionnement emballage,…), ou la conception partielle. Ceci a pour conséquence
majeure d’exiger un effort de collaboration beaucoup plus fort entre fournisseurs et clients,
afin de rapprocher les processus et de définir des objectifs communs au sein de la chaîne
de valeur.
La gestion de la chaine logistique et les coûts
● La gestion de la chaîne logistique (ou supply chain management)
est une vision intégrée de la logistique qui s'occupe de
l'ensemble des flux et processus de mise à disposition des
produits de la conception jusqu'au client final et ce pendant tout
le cycle de vie des produits. Le supply chain management intègre
de plus en plus les contraintes liées à la "reverse logistic" (flux de
retour et de recyclage des produits). De même pour les coûts
logistiques qui englobent l’ensemble des coûts relatifs aux toutes
les étapes du cycle du vie du produit, et qui doivent être
optimisés dans le cadre d’une stratégie SCM.
La gestion de la chaine logistique et les coûts
● Gérer la chaîne logistique, c'est fluidifier les flux en
optimisant autant que possible les coûts. Les coûts sont
principalement :
– Les coûts de conception des produits.
– Les coûts d'approvisionnement.
– Les coûts de production.
– Les coûts de possession des stocks.
– Les coûts d'acheminement.
– Les coûts de rupture.
– Les coûts financiers associés.
● Dans le processus d'optimisation globale de la chaîne
logistique, on parle de plus en plus de
coût total de possession.
Pourquoi le SCM est important dans la
gestion stratégique????
● parce que les économies d’échelle nécessitent une
coordination parfaite des opérations globales

● parce que les coûts logistiques peuvent être très importants et


qu’il faut faire en sorte d’avoir des activités logistiques
efficientes

● pour assurer un niveau de service et une performance


logistique uniforme, peu importe où les opérations se déroulent

● pour maintenir l’image de l’entreprise via un système de


distribution performant

● pour assurer un flux continu et sans accrocs à travers toute la


chaîne logistique
LE SCM: Pourquoi c’est aussi important?????

● Au-delà de l’extension du domaine de la logistique, il faut


aussi percevoir un changement essentiel d’état d’esprit :
la maîtrise des coûts n’est plus l’objectif, elle constitue un
prérequis ; le véritable objet du supply chain management
doit être la création de valeur. C’est une rupture à la fois
technique et culturelle pour le logisticien et l’ensemble de
ses interlocuteurs internes.
LE SCM: Pourquoi c’est aussi important?????
● Parce qu’il donne aux entreprises, qui le maitrisent, un
avantage concurrentiel indéniable. Il constitue un atout
stratégique dans 4 domaines: Coûts; Innovation; Qualité et
Service.
● La situation économique actuelle, mais aussi les hypothèses
économiques pour le futur, poussent les partenaires SC à
collaborer;
● Ainsi, le SCM n’est que la mise en œuvre d’outils permettant
de:
- réduire les coûts;
- diminuer les délais de la production au consommateur;
- améliorer la qualité des produits et des services.
SCM: Bénéfices pour l’entreprise
● Augmentation du profit: en minimisant les coûts de CL;
● Satisfaction du client: par l’amélioration d la qualité du
service;
● Amélioration de la productivité avec un impact direct sur
l’utilisation des actifs;
● Suivi en temps réel: le traitement des commandes précise
l’état réel des stocks et simplifie le réapprovisionnement;
● Collaboration productive basée sur le web entre
partenaires commerciaux et partenaires permettant la
transparence et la diffusion de l’information;
● Assure plus rapidement le retour sur investissement
Exemple:
● Nous avons choisi le cas IBM pour retenir les avantages dans
les missions de déploiement de supply chain
• Qualité de service : + 2 à 5% des ventes.
• Planification : baisse de 5 à 10% des coûts de production.
• Distribution : baisse de 10 à 20% des coûts des stocks.
• Transport : baisse de 10 à 20% des coûts des transports.
• Approvisionnements : baisse de 5 à 20% des coûts de possession.
• Mise sur le marché : 15 à 30% de réduction du temps.
En outre, IBM a transformé sa propre supply chain. Les résultats sont
significatifs :
• Les délais de planification sont passés de 45 jours à 20 jours.
• La qualité de service est passée de 30 - 60% à 91 - 95%.
• Les délais du cycle de commande – livraison sont passés de 35 - 65 jours à
2 -23 jours.
• La rotation des stocks est passée de 4.2 à 6.0.
Suite exemples: Divers stratégies de distribution

● Dell a choisi de vendre par internet et d’assurer les livraisons en direct, Evian a privilégié
le transport par rail, Valeo n’arrête jamais sa chaîne de production, le groupe Benetton a
externalisé entre 75 et 90 % de sa production (environ 1000 personnes travaillent
directement dans l’entreprise et 25000 travaillent indirectement pour le groupe).
● But externalise sa logistique (websun.supplychainmagazine.fr du 22/09/2016) : « ID
Logistics inaugure aujourd'hui une nouvelle plate-forme logistique de 30.000 m2 à
Châtres, entièrement dédiée à l'activité de But, principalement sur des produits à forte
rotation. L'enseigne d'ameublement dispose déjà de 4 plates-formes logistiques qu'elle
gère en propre. L'ouverture de ce site traduit une volonté de rapprocher ses gros volumes
des bassins de consommation afin d'améliorer sa qualité de service. La plate-forme
devrait compter près de cinquante collaborateurs et traiter 220.000 colis par an. David Le
Bozec, Directeur Supply Chain de But voit dans ce nouvel outil « le moyen de rester au
meilleur niveau du service logistique et d'accompagner la croissance dans les mois et les
années qui viennent:

● donc: There is no best way


Les enjeux du SCM

● Le contrôle des coûts


● L’amélioration du niveau de service
● La réduction des temps de cycle
● La couverture géographique
● La flexibilité
SCM : les contraintes pour l’entreprise?
● La mise en place du SCM implique des changements
d’organisation chez les partenaires;
● Des compétences habituellement exercées par les
distributeurs peuvent être transférées vers les fournisseurs;
● La vision collaborateur individuel prime sur la vision
d’entreprise;
● Des habitudes de travail au sein de l’entreprise sont bien
ancrées;
● Difficulté de gérer les changements au niveau des
méthodes du travail;
● Difficulté de tout prévoir ( à y revenir)
SCM : les contraintes pour l’entreprise?
● Ainsi les inconvénients reliés à la mise en place du SCM:
– Résistances internes liées à la perception de perte de
responsabilités;
– Exige des outils et des compétences pointues absentes dans
les anciennes organisation;
– Investissements d’implémentation dépassent les prévisions
de coût;
– La mise en place impacte l’ensemble des autres fonctions de
l’entreprise

– Il faut déployer des efforts réalistes assidus en matière de


retour sur investissement;
– Modéliser la chaine logistique
– Sensibiliser les cadres et le personnel des changements à
venir
L’effet coup de fouet « bullwhip »: à ne pas
négliger!!!!!

C’est l’un des enjeux majeurs du SCM lié à l’amplification de la


demande et des variations de stocks le long d’une chaine
logistique. Plus on s’éloigne du client final, plus les
variations sont fortes. Plus on remonte vers l’amont d’un
système de production et de distribution, plus l’amplitude
de la demande client augmente
Illustrartion:
Origine de ces dysfonctionnements ?

 -Indépendance des acteurs et méconnaissance de la


demande client
 - Règles d’optimisations locales
 - Anticipation de situations de pénurie
 - Incidences des opérations promotionnelles
 - Effet induit des contraintes d’approvisionnement
amont (Capacités)

 Comment atténuer l’effet « Bullwhip ? 


 c’est la conséquence aux effets pervers des optimisations
locales.
Comment atténuer l’effet « Bullwhip ? 
- Connaissance de la demande
- Accélération des prises de décision
- Accélération des transports
- Réduction du nombre d’étapes dans la chaîne

Usine
Usine Entrepôt
Entrepôt Détaillant
Détaillant Clients
Clients
(ateliers)
(ateliers) central
central Plateforme
Plateforme finaux
finaux
livraison
livraison
La solution: VERS UNE SYNCHRONISATION DES FLUX ET
COLLABORATION

L’optimisation de la Supply Chain alimentaire passe par un


principe :
« Travailler ensemble pour mieux collaborer »

La pression sur les prix, les délais et sur les coûts nécessite
une collaboration plus forte entre industriels et distributeurs.
Périmètre couvert par la supply chain

La gestion de la supply
chain est complexe
Achats/Approvis.
Les stocks ont permis à
chaque boucle
de travailler de façon Production

indépendante.
Gestion
Stocks
Avec le JAT et la Distribution
réduction des stocks,
les différents maillons sont
devenus
dépendants.
Périmètre couvert par la supply chain

 Les trois niveaux d’évolution de la supply chain


Périmètre couvert par la supply chain

 Les trois niveaux d’évolution de la supply chain

Organisation fonctionnelle. (Niv. I)


Ce mode d’organisation privilégie les principales fonctions verticales.
Chaque fonction se focalise sur ses objectifs, principalement : qualité et
coûts.

Au niveau de l’optimisation de la supply chain, les efforts sont orientés sur


la productivité et la technologie.
Périmètre couvert par la supply chain

 Les trois niveaux d’évolution de la supply chain

Organisation interne intégrée. (Niv. II)


Les entreprises commencent à construire une organisation orientée client.
La focalisation est le service client et non les optimisations locales.
L’accent est mis sur le respect des engagements pour satisfaire la demande
clients
Le pilotage de cette organisation est dédié à un responsable supply chain.
Périmètre couvert par la supply chain

 Les trois niveaux d’évolution de la supply chain


Périmètre couvert par la supply chain

 Les trois niveaux d’évolution de la supply chain

Organisation externe intégrée. (Niv. III)

La supply chain étendue.


Les entreprises identifient des potentiels d’améliorations au
travers d’approches coopératives.
L’entreprise est intégrée dans un réseau qui oriente le
management vers un management collaboratif de la supply
chain.
Les Phases de Décisions

● Niveau Stratégique:
– Conception de la chaîne
● Niveau Tactique:
– Planification et coordination dans la chaîne
● Niveau Opérationnel:
– Opérations et exécution
Niveau Stratégique:
Conception de la chaîne
● Décisions quant à la structure du réseau et les
processus à chaque étape:
● Décisions stratégiques
– Localisations et capacités des usines, entrepôts, etc
– Produits à fabriquer ou à stocker à divers endroits
– Modes de transport
– Système d’information
● La conception doit être conforme aux objectifs
stratégiques
● Les décisions à ce niveau sont pour le long
terme et sont très coûteuse à modifier
– Doit prendre en considération les aléas du marché
Niveau Tactique: Planification

● Définition d’un ensemble de directives pour la


gouvernance des opérations à court terme
● Hérite des contraintes de capacité fixé par la
phase prétendante
● Débute par une prévision de la demande de
la prochaine année
Niveau Tactique: Planification

● Décisions:
– De quel usine/ entrepôt va-t-on satisfaire la demande?
– Stratégie de production et de l’inventaire
– Sous-traitance
– Campagne de promotion: quand, à quel coût?
● On doit considérer les stratégies de planification,
l’incertitude de la demande, les taux d’échanges,
et la compétition sur l’horizon de temps
considérer
Niveau Opérationnel
● L’horizon de temps: jours ou semaines
● Décisions quant aux commandes individuelles
● La configuration du réseau logistique est fixée et
les directives opérationnelles sont déterminées
● Le but est d’implanter ces directives le plus
efficacement possible
● Allocation des commandes à la production,
détermination de la date promise, génération du
‘pick-list’ pour un entrepôt, allouer une
commande à un transporteur, déterminer les
calendriers de livraison, placer des commandes
de réapprovisionnement
● Moins d’incertitude – horizon très court
Récapitulons: Qu’est que la
Chaîne Logistique?
• Définition:
– La chaîne logistique comprend toutes les parties qui sont soient
directement ou indirectement liées à satisfaire la requête d’un client
• Les entités de la chaîne
– Les clients; Les entrepôts, les dépôts ; Les unités de transformations:
usines, manufactures, sous-traitants, etc ; Les fournisseurs
• Comprend aussi : Les mouvement du produit entre les entités; Les flux
d’information et d’argent

• À l’intérieur de la compagnie, la chaîne comprend toutes les fonctions


impliquées dans la satisfaction d’une demande d’un client:
– Développement de Produit, marketing, opérations, distribution,
finance, service à la clientèle
SCM - SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

Le SCM est un ensemble de pratiques de


management visant à

1. Mettre au centre du débat le consommateur final


=> flux de l’aval vers l’amont en maximisant la
personnalisation
2. Envisager globalement l’ensemble de la chaîne
logistique
=> du fournisseur du fournisseur au client du client
• Manager l ’entreprise selon cette logique nouvelle
=> au cœur d ’un ensemble de flux achat , production
,vente en build to demand et non en build to forecast
SCM - SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

Les apports du SCM

• Une entreprise flexible

• Capable de s’adapter aux changements du marché / aux nouvelles


opportunités

• Capable de proposer des services à valeur ajoutée et contrebalancer


l’érosion des prix

• Réduction des coûts de transaction et de l ’incertitude


SCM - SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

Une incontournable planification intégrée

planification planification planification Planification


commune
Appro Fabrication Livraison
Appro Livraison
Fabrication

Fournisseur Client Fournisseur Client

Planification par fonction Planification intégrée


- plusieurs planifications - une seule planification
- ressources mal réparties - ressources réparties sur
- temps de cycles et des coûts toute l ’entreprise
non optimisés - processus optimisés
SCM - SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

La gestion de la chaîne logistique globale


Principes de base

 agir et penser en termes de processus (Planifier,


Approvisionner, Fabriquer, Livrer) et non en terme
d ’organisation par process interne (découpage et
optimisation par service)

 structurer les processus autour du besoin client et non


autour du produit

 raisonner sur les temps de cycles et les flux

 intégrer la gestion des coûts et des actifs