Vous êtes sur la page 1sur 28

Interprétation du texte

Fait par docteur ès lettres


I. Viatkina
Contenu

1. Introduction
2. Notion de «texte»
a. Texte littéraire
b. Texte fonctionnel (texte non
littéraire)
3. Interpréter le texte
1. Introduction

 Autrefois il n'y avait pas de


"littérature": l’improvisation
s'exprimait dans un chant
 Seuls les mythes et les épopées
héroïques s'inscrivait dans la
mémoire des peuples -
désormais il y a la Littérature
 conception de l'Inspiration -
l'oeuvre littéraire est une création,
accomplie par des Forces sacrées
s'emparant du poète et parlant à
travers lui (Marsile Ficin, Ronsard).
 grands écrivains ont contesté cette
conception - l'activité de l'écrivain
est la production d'un objet d'art
(La Bruyère, Boileau, Valéry).
 Etudier un texte, c'est prendre conscience
des procédés utilisés par l'écrivain pour
que le texte produise une émotion
poétique.
 Cette étude exige des connaissances
théoriques sur:
 les procédés rhétoriques
 le fonctionnement de la langue littéraire
 les modèles socialement attendus au moment
où le texte fut écrit, etc
 Il faut apprendre à étudier les modalités
de fonctionnement du langage dans un
texte littéraire.
 Il ne suffit pas de savoir parler français
pour comprendre, apprécier et
commenter un texte littéraire.
 Le mot «interprétation» dans les
dictionnaires est défini comme
explication, action d’interpréter quelque
chose, donner une signification claire à
une chose obscure ou ambiguë.
la place de l’interprétation du texte parmi les autres
disciplines philologiques

 L’interprétation du texte ne décrit


pas le système de la langue
(comme la grammaire théorique,
la lexicologie ou la stylistique).
 L’interprétation du texte analyse
la réalisation de ce système dans
les textes concrets.
 Selon Dolinin (Долинин) l’interprétation
du texte s’adresse au «plan du
contenu»; le «plan de l’expression» est
l’objet d’étude de la stylistique.
 L’interprétation du texte est une
découverte du contenu qui est mis dans
le texte - découverte plus ou moins
profonde, plus ou moins complète.
 La lecture d’un texte est une
sorte d’interprétation de ce
contenu qui a été mis par
l’énonciateur.
 Le lecteur doit recevoir le
maximum d’informations
contenues potentionnellement
par le texte.
2. Notion de «texte»
 La notion de «TEXTE» est définie dans
«Petit Robert» comme la suite des
mots, des phrases qui constitue un
écrit ou une œuvre (écrite ou orale).
 Le texte est un message, un fait de
discours, lié à une situation
d’énonciation, qui forme un tout à
cause de sa cohésion et de sa
cohérence.
a) Texte littéraire
 Les caractéristiques pouvant servir à
définir le texte littéraire:
 Une vision du monde

 Un pouvoir d'évocation

 Un produit sur la forme

 Un texte pluriel

 Une certaine intemporalité


Une vision du monde
 L'oeuvre littéraire traduit une représentation
qu'une époque se fait de la réalité → des
éléments communs se retrouvent chez des
auteurs contemporains.
 La connaissance du contexte historique de
l'oeuvre en facilite la compréhension.
 Mais l'écrivain est aussi un visionnaire et la
réalité est perçue à travers ses émotions et
ses réactions → cet ensemble d'impressions
confèrent à l'oeuvre sa personnalité et en
déterminent l'atmosphère générale.
Un pouvoir d'évocation
 Tout le contenu du message n'est
pas explicitement formulé → le sens
est présent dans une succession de
mots, un rythme de phrases, une
sonorité.
 De plus, certaines oeuvres portent
en elles toute une symbolique.
Un produit du travail sur la forme
 Le langage est non seulement un moyen
pour communiquer mais une fin.
 L'écrivain valorise la forme en inventant
des métaphores, en produisant des
alliances inusitées de mots, en
renouvelant les images, pour mieux
découvrir le monde sous un autre jour.
 La fonction poétique demeure la fonction
dominante dans le texte littéraire.
Un texte pluriel
 Le texte littéraire est non univoque.
Par sa richesse sous tous les plans,
il se prête à de nombreuses
interprétations → on parle de
lecture plurielle du texte littéraire,
de son caractère polysémique.
Une certaine intemporalité
 Bien que l'oeuvre littéraire soit le produit
et le miroir d'une époque, elle renferme
des valeurs universelles.
 On relit les oeuvres littéraires anciennes
non uniquement pour leurs qualités
esthétiques, mais aussi parce que leurs
thèmes n'ont pas vieilli (l'amour, la mort,
la religion, la misère humaine, l'angoisse
existentielle, les relations
interpersonnelles).
b) Texte fonctionnel (texte non
littéraire)
 Dans les écrits fonctionnels la part
d'évocation diminue et la problématique
de l'analyse de texte est centrée autour
de l'efficacité de la transmission d'une
information → on passe d'un langage
plutôt connotatif (pour le texte littraire) à
un langage plutôt dénotatif.
 Certains écrits fonctionnels réunissent bon
nombre des qualités stylistiques d'une
oeuvre littéraire (style de journalistes).
 Le texte fonctionnel se distingue du
littéraire par les traits suivants:
 il est plus dénotatif que connotatif
 il renvoie à une réalité plus ou moins objectivée
 il a pour but principal de communiquer une
information
 il donne lieu généralement à une seule
interprétation
 il se formule parfois dans un "langage codifié"
 il a une utilité immédiate et souvent éphémère
 il est plus ou moins didactique
 La lecture des textes littéraires exige une
compétence littéraire (sensibilité à l'art qui
permet de percevoir toute la force des
sentiments, la résonance des mots et le
symbolisme des images – de rendre tout
l'aspect proprement artistique d'une oeuvre).
 Dans la communication littéraire, le code est
double (sémantique et esthétique).
 Le code sémantique correspond au code de la
langue, le code esthétique vise une
communication se situant à un niveau
artistique.
 Nous qualifions de "littéraire" tout
texte pour la rédaction duquel
l'auteur a utilisé la fonction
"poétique" du langage, c'est-à-dire
le mode d'utilisation du langage qui
rend la forme de l'ouvrage, (son
organisation, son écriture) porteuse
de sens.
3. Interpréter le texte
 Interpréter le texte c’est faire son
commentaire composé qui doit présenter
un bilan de lecture d’un texte littéraire
organisé de façon à donner force aux
jugements personnels, qu’il prépare et
qu’il justifie.
 Le commentaire composé suppose une
pluralité de lectures, chacune prenant en
compte la totalité du texte.
 L’objectif du commentaire composé est
de mettre en lumière le sens et le
fonctionnement du texte littéraire.
 Deux opérations font le commentaire:
1. l’analyse (relevé des procédés)
2. le jugement qu’il faut toujours fonder sur
l’étude minutieuse du texte.
• Pour faire un commentaire composé, il
faut savoir lire le texte et l’analyser.
L’acte de lecture comprend 3
opérations:
1. Lire c’est comprendre
 compréhension générale,
 compréhension du sens de chaque
phrase, chaque expression, chaque mot
du texte
 recherche d’information sur l’oeuvre
(date de parution, thème, situation du
texte dans l’oeuvre) et la biographie de
l’auteur
 explication les allusions historiques,
culturelles
2. Lire c’est évoquer
 Après la lecture d’un texte, il
subsiste des évocations
mentales, soit visuelles (des
images),
 soit auditives (des sons).
3. Lire c’est réagir
 un auteur parle et cherche à établir une
certaine forme du contact avec son lecteur
 saisir une tonalité, la façon qu’a l’auteur de
voir le monde (comique, grave, dramatique,
réaliste, fantastique, romanesque, etc.)
• Il faut éviter d’admirer l’auteur sans
réflichir, mais il faut éviter d’affirmer
trop fortement sa réaction en «se
posant» au texte.
Analyser le texte:
 C’est entrer dans les détails du texte pour
identifier les procédés que l’auteur a
utilisés.
 C’est découper un ensemble complexe en
parties plus simples.
 C’est faire succéder à une première lecture
globale qui déclenche une réaction
d’ensemble, une série de lectures partielles
qui sont chacune s’entraine sur un seul
aspect du texte, en vue d’expliquer aussi
précisément que possible par quel procédé
l’auteur obtient la réaction du lecteur.
 Il y a 2 opérations:
1. Le relevé des éléments
2. L’interprétation de l’effet
qu’ils produisent
Les différents aspects à étudier sont:

1. Le plan du texte
2. La syntaxe
3. Le vocabulaire
4. Les figures du style
5. La versification (pour la poésie)
6. Les techniques narratives (pour la
prose)

Vous aimerez peut-être aussi