Vous êtes sur la page 1sur 20

Contrainte tangentielle et viscosité

Z
P’, plaque mobile U0
Par frottements dus à la Z0
viscosité, des forces df liquide
ralentissent la plaque mobile P’
P, plaque fixe
 dU 
Si F est la somme de ces forces de frottement : F  Sµ  
F est en N  dZ Z  Z0
S est la surface de contact entre P’ et le liquide, en m2

 dU  est la dérivée de la vitesse du liquide par rapport à Z, pour


 
 dZ ZZ0 Z = Z0, en s – 1

 est la viscosité dynamique ou absolue, en Poiseuille ou en Pa.s


La contrainte tangentielle est la force exercée F dU
par unité de surface :
 µ
S dZ
 Est en N/m2 ou en Pa
Viscosimètre à mobile tournant
(viscosimètre de Couette) : principe
Support fixe

fil de torsion
Cylindre intérieur
entraîné par le
liquide
liquide

Cylindre extérieur
tournant à vitesse
fixe
Viscosimètre à mobile tournant
Viscosimètre à capillaire
Le viscosimètre mesure le temps
d’écoulement de l’échantillon dans un
tube calibré en verre : l’opérateur aspire
le liquide en partie supérieure du tube à
l’aide d’une poire. Après mise à
l’atmosphère du tube, les deux
détecteurs photo-électrique repèrent le
passage du liquide et mesure le temps
d’écoulement. 4 à 10 mesures
successives sont indispensables pour
déterminer un temps d’écoulement par
moyenne. La viscosité est calculée en
multipliant ce temps d’écoulement par la
constante du tube.

Pour une mesure précise, il faut utiliser un bain thermostaté.


Viscosimètres à chute de bille
Viscosimètres en ligne
Différents régimes d’écoulement
Régime laminaire
Il existe des lignes de courant

Régime turbulent

Il n’existe pas de ligne de


courant
Nombre de Reynolds
Vm la vitesse moyenne dans la conduite, en m.s – 1

D le diamètre intérieur de la conduite, en m

 (nu), la viscosité cinématique ;  = µ/ où µ est la viscosité


dynamique et  la masse volumique du liquide.  est en m2.s – 1

Vm D
Re = Re est sans dimension et sans unité


Si Re < 2000, le régime est laminaire
Si Re > 2000, le régime est turbulent

Si Re = 2000, le régime est critique


Exercice
De l’eau à 15 °C s’écoule à 4,0 m/s dans une conduite de
20 cm de diamètre.

Quel est le régime d’écoulement sachant


que µ = 1,13 mPl ?

A quelle vitesse doit s’écouler un fuel


moyen à 32 °C (d = 0,85 et µ’ = 2,52 mPl),
dans une canalisation identique, pour que le
régime soit semblable à celui de l’écoulement
précédent (même nombre de Reynolds).
Perte de charge linéaire
2
V
H = L m

2Dg
H est la perte de charge linéaire, en m
L est la longueur de conduite considérée, en m
Vm est la vitesse moyenne, en m.s – 1
D est le diamètre de la conduite, en m
g est l’accélération de la pesanteur, en m.s – 2
 est le coefficient de perte de charge linéaire
 est sans unité
Calcul de  pour un régime laminaire

 64
Re
2
32LV
Formule de
H = m
Poiseuille
DgRe
Calcul de  pour un régime turbulent
Rugosité relative
conduite

k=

aspérité
liquide
D
Limite intérieure
de la conduite

k =  est la rugosité absolue de la conduite


D est le diamètre intérieur de la conduite k 
La rugosité relative est : r 
D D
Exercice, partie 1
On étudie le transport de fuel moyen (d = 0,85 et µ = 2,52 mPl).
Le débit doit être de 50,0 L/min.

1) Quel doit être le diamètre D0 des conduites pour que


le régime soit critique (Re = 2000) ?
On choisit des conduites de diamètre D1 = 2 D0. Quel
sont le régime et le coefficient de perte de charge linéaire ?
Pour D1 = 2 D0, calculez la vitesse moyenne dans les
conduites, la perte de charge par km de conduite et la
puissance perdue par km de conduite.
Exercice, partie 2
Pour économiser au niveau du coût des conduites, on choisit
maintenant des conduites en fonte de diamètre D2 = 10 cm et de
rugosité absolue k = 1 mm.

Quels doivent être le débit et la vitesse


d’écoulement pour que Re = 20000 ?
Déterminez le coefficient de perte de charge
linéaire à l’aide d’un abaque de Colebrook. (Porter Re,
porter la rugosité relative (ou son inverse suivant
l’abaque), lire  (ou )).
Calculez la perte de charge et la puissance perdue
par km de conduite.
Abaque de Colebrook

ε
 0,01
 = 0,042
D

Re = 20 000
Nomogramme des débits
Calculer la perte de charge pour
un tuyau droit et très lisse de
diamètre 150 mm
pour un débit de 15 L/s.
Coefficient De Hazen-Williams :
C1 = 140

Débit corrigé: Q100 =


(100/140)Q140 = 10,7 L.s – 1 H
Porter le diamètre D = 150 mm
Lire la perte de charge pour 1
km de conduite D
Q100
H = 5,00 m par km de
conduite
Bernoulli adapté

1 1
En pression : pA  ρ U   ZA  pB  ρ U B   ZB   ΔHAB
2 2
A
2 2

En hauteur pA U2A pB U2B


  ZA    ZB  ΔHAB
de liquide :  2g  2g

Avec une pA U2A pB U2B


  ZA    ZB  ΔHAB  Hmt
pompe :  2g  2g
Rappels de quelques formules
La puissance perdue pour une perte de charge H est : P =  qvΔH
Elle a pour unité : le Watt
L’énergie par unité de masse perdue pour une perte de charge H est :

e = g ΔH Elle a pour unité : le Joule par kg

La formule donnant la puissance en fonction de l’énergie massique e est :


P = q me Où qm est le débit massique

U 2A p A
Rappelons qu’en un point A : Z ch (A)    ZA
2g 
est la charge dont on dispose en A, c’est à dire l’énergie en terme de
hauteur de liquide.
U2/2 est l’énergie cinétique par unité de masse.
gz est l’énergie potentielle de pesanteur par unité de masse.
p/ est l’énergie due à la pression par unité de masse.
Perte de pression motrice
Z

x B ZB

x A ZA

La pression motrice en A est : pgA = pA +  ZA


La pression motrice en B est : pgB = pB +  ZB
Bernoulli adapté entre A et B permet d’écrire la perte de pression
motrice :
pg = pgA – pgB =  HAB où HAB est la perte régulière entre A et B
Détermination
de longueur
équivalente