Vous êtes sur la page 1sur 33

ACTIONS DYNAMIQUES SUR LES PONTS

Réalisé par :

•Oussama Zair .Jihane Benhaddou


•Houda Moujan .Chaimae Rahhali
•Nadifi Mohammed Salim .Ziad Laaguist
Introduction
LES CHARGES DYNAMIQUES DE TYPE
NATURELS
PONTS
SUSPENDUS
L’affouillement
On peut calculer la variation de la longueur en fonction de la variation
de la température pour tous les matériaux par la formule :
DL = a x L0 x DT
DL : la variation de la longueur (m)  
a  : le coefficient de dilatation linéaire en kelvin -1(K-1)
L0  :  la longueur initiale (m)
DT : la variation de température(en kelvin K)

La dilatation La dilatation est l’expansion du volume d’un corps occasionné par son
réchauffement. Un pont s’allonge ou se raccourcit en fonction de la température
Accélérogramme

Représentation de l’accélération du mouvement


sismique en fonction du temps

Le comportement d’un pont sous séisme ACTION sismique

Les séismes provoquent des mouvements du sol qui excitent les ouvrages par
déplacement de leurs appuis et sont plus ou moins amplifiés dans la structure
Spectre de réponse

Une collection d’oscillateurs élastiques


linéaires de périodes variées et de taux
d’amortissement ξ

Influence du site sur le spectre d’un séisme 


Il est souvent constaté que les ouvrages sur un sol meuble subissent
des dommages plus importants que ceux situés sur un sol rocheux
Comportement idéalisé de la pile

Le déplacement en tête peut être


séparé en deux termes :
- un déplacement élastique
- un déplacement plastique
Une pile de pont sur laquelle
repose un tablier par
Modèle de fonctionnement non linéaire d’une pile l’intermédiaire d’un appareil
d’appui ne transmettant pas
les moments 
LES CONSÉQUENCES DES ACTIONS DYNAMIQUES

-LA RESONANCE
-FLOTTEMENT DU
DÉCROCHAGE :
•Rupture de la zone d’encastrement
•Flambements des aciers longitudinaux
•Augmentation des sollicitations dans les
fondations profondes

•Déplacements des têtes et pile

•Déplacements des appuis


La ruine des appareils d’appuis
Concernant les solutions  : Utilisation des armatures
-Dimensionner les éléments en phase élastique a transversales en zone critique
l’ELU pour limiter les dommages causés par le
séisme au maximum ou bien dimensionner en
phase plastique en introduisant des appuis
bloquant les mouvements sismiques (très cher).
-Pour éviter l’emploi des appareils appuis
(cher), il faudra encastrer le tablier sur deux
piles voisines formant ainsi un portique qui est
compté comme construction parasismique.
-Puisque la force du séisme F = √  𝑚 ∗ √alors
𝑘 pour la diminuer il faut réduire la masse et la
raideur au maximum obtenant ainsi une construction légère.

-La diminution du nombre d’appuis influence directement sur le tour T de manière à l’accroitre
en vue d’avoir un tour en dehors de la gamme de la période dominante des mouvements du sol
susceptibles de se produire pendant le séisme. Il est à noter que ce choix ne convient pas avec
les sites où sa période est élevé(site rocheux par exemple).

-A cause de la réduction des efforts, le déplacement augmente il est donc recommandé


d’augmenter l’amortissement en tenant compte de l’entretien
-Lorsqu’on se place dans des sites où le séisme est violet on devra alors s‘éloigner minimum
de 0.5km des failles actives.
-Symétrie de travure : la diminution de la distance entre le centre de masse du tablier et le
centre de raideur élastique des appuis entraine des appuis ans rotation autour de l’axe vertical.

-Lorsqu’on se situe en zone ferroviaires ou bien le tablier supporte des canalisations contenant
des produits dangereux alors il est indiscutable de bloquer le tablier sur des culées car elles
conduisent à des efforts horizontaux et sismiques considérables, pour ces cas on cherche à
établir un système d’appuis de telle sorte que l’ouvrage puisse subir des efforts horizontaux
plus grandes que ceux verticaux.
-L’utilisation des appareils d’appuis ou des butées de blocage longitudinales et
transversales influe sur la répartition des efforts transversaux entre piles et culées.
Lorsqu’ils sont présents la souplesse des piles est négligée devant celle des appareils
d’appuis et donc on considéré que le coffrage des piles en zone sismique sera semblable
au coffrage des piles en zone non sismique .

-Pour les ponts courants , on encaisse l’effet transversal du séisme par le blocage au
culée par des appareils d’appuis monodirectionnelle ou appareils d’appuis en élastomère
fretté.
L’effet du VENT
Forces aérodynamiques


force de traînée
 force de portance
 Moment

L’aéroélasticité : L'aéroélasticité étudie les vibrations des structures élastiques dans un écoulement


d'air. un grand pont comme celui de Millau, peut se mettre à vibrer à cause de
l'écoulement d'air .
Phénomènes aéroélastiques :  Flottement classique
 Flottement de décrochage
Flottement classic:
Résulte d’un couplage aéroélasique entre plusieurs modes de vibration de la
structure :TORSION et FLEXION ,

Flottement de décrochage
DES SOLUTIONS POUR
LUTTER CONTRE LES
ACTIONS DYNAMIQUES:
DONNER AU TABLIER UN PROFIL D'AILE
INVERSÉE
• Ce concept permet au pont d'être plus résistant en période de
vent fort. De plus il diminue la détérioration des câbles et
améliore la solidité de la structure.
PROFIL AÉRODYNAMIQUE : UNE AILE D'AVION
INVERSÉE

Le flux d'air ayant un plus long trajet à parcourir


sous le tablier qu'au-dessus, il est donc accéléré sous
le tablier. Cette accélération d'air crée une dépression
sous le tablier qui l'aspire vers le bas le rendant
d'autant plus stable sur ses pylônes que le vent
souffle fort.
Le vent exerce donc une force
vers le bas grâce à la forme
plate du tablier et bombée en
dessous.  C'est ainsi que cette
force empêche au tablier de se
soulever.
LE PONT DE NORMANDIE
LE VIADUC DE MILLAU
Ecrans brise-vent
POUTRE WARREN

pont du Golden Gate


UN AMORTISSEUR HARMONIQUE
Dampers on the  Millennium Bridge  in London
MERCI POUR VOTRE ATTENTION !