Vous êtes sur la page 1sur 19

Etude thermodynamique des Cycles réversibles

Réalisé par :
DGAINI Marya
Proposée par :
DADOUN Maroua
Prof. Ediaa Ali

Année universitaire 2019-2020


plan:

Introduction

Rappels des principes de thermodynamiques

Etudes des Cycles thermodynamiques

Applications

Conclusion
Introduction
Le premier principe de la thermodynamique
La variation de l’énergie interne U d’un système est égale à l’énergie qu’il a reçue sous forme de travail ou de
chaleur :

dU = δW +δQ
Le deuxième principe de la thermodynamique
• il existe une quantité S appelée entropie, extensive et
non conservative, telle que sa variation peut s’écrire
pour un système quelconque, isolé ou pas, entre
deux temps t1 et t2 :

𝑑𝑆𝑐𝑟éé𝑒 = 0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛e 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑟é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒.


𝑑𝑆𝑐𝑟éé𝑒 > 0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛e 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑖𝑟𝑟é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑏𝑙e.
Cycles thermodynamiques

• Un cycle thermodynamique est une suite


de transformations successives qui part d'un système
thermodynamique dans un état donné, le transforme
et le ramène finalement à son état initial, de manière
à pouvoir recommencer le cycle.
Transformation réversible
• Une transformation réversible est une transformation
qui peut se faire en deux sens ,c’est une
transformation parfaite (sans frottements ni pertes
de chaleur).
Cycle de carnot:

• Cycle de Carnot le cycle réversible décrit par une


machine ditherme.
Le cycle est constitué de deux adiabatiques
réversibles (pas d’échanges de chaleurs) et de deux
isothermes (au contact des deux sources de chaleur).

1→2: Détente isotherme (avec apport de chaleur).


2→3: Détente adiabatique.
3→4: compression isotherme (avec
refroidissement).
4→1: Compression adiabatique.
Cycle de carnot:

• Rendement d’un cycle de carnot:


Considérons un gaz parfait:
δQ1=CvdT+LdV
 Sur l’isthorme (T1) :
δQ1=0 +LdV
PV=nRT1
 Sur l’isotherme ( T2):

 Les transformations 2---3 et 4---1 sont adiabatiques et réversibles:


• Les dispositifs thermiques ou les machines
thermiques sont l’une des applications de ce cycle.
Parmi les exemples, citons les pompes à chaleur pour
le chauffage, les réfrigérateurs pour le
refroidissement, les turbines à vapeur utilisées dans
les navires, les moteurs à combustion des véhicules à
combustion et les turbines à réaction.
Cycle de Stirling
• Le moteur Stirling est un moteur à combustion externe et à fluide de travail en cycle fermé. Le fluide est
un gaz soumis à un cycle comprenant quatre phases : chauffage isochore (à volume constant), détente 
isotherme (à température constante), refroidissement isochore, enfin compression isotherme.

• 1 à 2 : compression isotherme.


• 2 à 3 : chauffage isochore.
• 3 à 4 : détente isotherme
• 4 à 1 : refroidissement à volume constant (isochore)
Compression isotherme 1 − 2

W12 = −n RTF ln(V2 /V1) > 0 et Q12 = −W12 = nRTF ln(V2 /V1) < 0
• Chauffage isochore 2 − 3
W23 = 0 et Q23 = U3 − U2 = nCv (TC − TF)
Détente isotherme 3 − 4
W34 = = −nRTC ln(V4 /V3) < 0 et Q34 = −W34 = nRTC ln(V4 /V3) > 0
Refroidissement isochore 4 − 1
W41 = 0 et Q41 = U4 − U1 = nCv (TF − TC)
On constate que Q12 = −Q41, de sorte que les échanges peuvent s’effectuer sans contact
avec une source, mais par l’entremise du régénérateur, qui stocke la chaleur cédée par le
fuide en 4 − 1 pour la lui rétrocéder en 2 − 3.
L’efficacité du cycle vaut
• Les applications :
• Même si le moteur de Stirling à peu de chance de supplanter le moteur à explosion dans la
propulsion des véhicules classiques, il a peut être un avenir dans les véhicules à carburants hybrides
et à faible pollution.
• Il est déjà utilisé pour la propulsion de sous-marins car il est silencieux et sans vibration.
• Il a des applications biomédicales comme cœur artificiel.
• Il sert à la production d'électricité comme moteur de groupes électrogène dans des endroits peu
accessibles avec comme source de chaleur le soleil ou la biomasse.
• Il est aussi utilisé dans un cycle qui n'est plus moteur mais pompe à chaleur ou réfrigérateur. Dans
ce cas le travail est fourni et le "moteur" sert à refroidir une source. Le département de chimie du
Palais de la découverte est doté d'un moteur de Stirling qui refroidit l'air à une température
inférieure à -193°C pour le liquéfier.
• Enfin, il est utilisé dans la technologie spatiale comme source de courant, chauffé entre autres par
des radio-isotopes.
Cycle d’ericsson
• Ce cycle thermodynamique est composé de deux transformations isothermes
 et deux transformations isobares.
• Les quantité de chaleur et travail échangés au cours des quatre parties du cycle sont :
• Compression isotherme 1 − 2:

W12= - q12

et, en supposant l’échange de chaleur réversible, q12 = TF(s2 − s1) < 0

• Chauffage isobare 2 − 3: q23 = h3 − h2


• Détente isotherme 3 − 4 : w34 = −q34
et, q34 = TC(s4 − s3) > 0
• Refroidissement isobare 4 − 1 : q41 = h1 − h4
• Le travail net fourni vaut donc:
w = TC(s4 − s3) − TF(s1 − s2)
Mais, le fluide actif étant un gaz parfait,
s4 − s3 = −R ln p4 /p3 = −R ln p1 / p2 = s1 − s2
et par conséquent,
w = (TC − TF)(s4 − s3)
De sorte que l’efficacité thermique vaut:
• est utilisé dans les moteurs à turbine à gaz en
introduisant un grand nombre d'étages à l'aide
d'échangeurs de chaleur isolants, réchauffeurs.
• L’efficacité des moteurs régénérateurs Ericsson et
Stirling s’est révélée être à peu près la même que
celle du moteur Carnot; toutefois, la quantité de
travail développée avec le gaz comme fluide de
travail s’est avérée insuffisante en raison de la faible
conductivité thermique du gaz.