Vous êtes sur la page 1sur 21

ALGODYSTROPHIE ou

SYNDROME
DOULOUREUX RÉGIONAL
COMPLEXE DE TYPE I
(SDRC I)
F.HADJARAB-MECHID
Définition:
 Syndrome douloureux régional vasomoteur et
qlq fois trophique portant sur des structures:
- sous cutanées
- articulaires
- periarticulaires
- osseuses
 Causes :traumatismes+++
 Évolution: favorable.
Épidémiologie - Étiologie

 Age: tout âge.


 Sexe: prédominance féminime.
 Localisations:
M > :main , poignet, épaule, syndrome épaule
main
coude (except)
M < :cheville, pieds
genou, hanche
 Étiologies: 1/3 cas primitives
2/3 cas secondaire à:
a) traumatismes:
toute nature, d’intensité variable, contusion,
entorse, luxation, plâtre, kinésithérapie
itérative, microtraumatismes, ect...
b) Atteintes viscérales:
M >:
- atteintes cardio vasculaire: IDM,péricardite…
- atteinte pleuropulmonaire: PNO, Kc bronchique
ect..
M > et <:
- atteinte du SNC: hémiplégie, traumatisme
cranien, Tm cérébrale, épilépsie
atteinte SNP: zona, radiculalgie sévère ect…
- psychique: anxieux, terrain dépressif
- métabolique: diabète, dyslipidémie,
hyperuricémie, ect…
- pathologie inflammatoire ou infectieuse.
- Immobilisation.
c) iatrogénes: gardénal (phénobarbital), INH,
iode 131, ciclosporine, indinavire (crixivan).
Physiopathologie:
 Dénervation sympathique entrainant une
sensibilité des récepteurs adrénergiques
aux catécholamines.
 Implication de l’inflammation neurogène du
site lésionnel avec accumulation ou
déplétion de neuromédiateurs (substance P,
neuropeptide Y).
 Dysautonomie d‘origine centrale.
 Histologie:
- Synoviale:
hypervascularisation.
- Osseux:
hyperhémie, stase V* , exagération du
remodelage osseux avec prédominance de
l’ostéolyse (prolifération des ostéoclastes).
Diagnostic positif:
TDD: forme œdémateuse post traumatique:

A) Phase chaude:(dure qlq S à 3mois)


- qlq jours ou semaines après un traumatisme .
- Douleur +++:
tonalité: brûlures, piqures, allodynie, hyperalgésie,
permanente, disproportionnée par rapport à
l’événement initial, siège à la région articulaire ou la
débordant.
- impotence fonctionnelle: limitations des mvts.
- Troubles vasomoteurs:
Œdème, peau rouge ou cyanotique
hyperthermie locale ou hypothermie,
hypersudation parfois anhidrose,
épanchement articulaire pauci cellulaire
aseptique
hypertrichose ou diminution de poussée des
poils et d’ongles
- Signes généraux: absents
 B) phase froide: (3 à 6mois)
-atténuation: dlr , troubles vasomoteurs
- restitution ad-intégrum
- phase séquellaire ( atrophique)

 C) phase séquellaire 2 ans et +)


- la douleur peut ↓
- ↓troubles vasomoteurs
- raideur articulaire, fibrose, rétraction
tendineuse, capsulaire, aponévrotique.
dommage tissulaire irréversible (main en griffe
cubitale).
Étude paraclinique:
 Biologie: normale
liquide synovial mécanique
 Imagerie:
radiographies:
clichés bilatéraux, comparatifs.
signes R* inconstants, d’apparition tardifs 3-4 S.
hypertransparence osseuse homogène ou hétérogène micro ou
macrogéodiques à contours flou de l’os S/chondral soulignant
une corticale réspectée, limitées ou extensive.
Respect de l’interligne articulaire
Pas de déformations des surfaces articulaires
Pas d‘érosions
Pas de condensations osseuses
Pas calcifications des parties molles
 Scintigraphie osseuse au technétium 99m :
- examen précoce non spécifique.
- hyperfixation aux 3 temps (angiographique, précoce et tardif)
- détecte les formes plurifocales infracliniques et infra
radiologiques
hyperfixation ( phase chaude ++)
hypofixation ( enfant)
except: normale
 IRM: certaines localisations (hanche)
œdème médullaire transitoire ( hyposignal T1,
hypersignal T2).
normale au stade d’algodystrophie froide.
Formes cliniques
 Formes topographiques:
M > : syndrome épaule main:
limitation des mvts actifs et passifs avec aspect
de capsulite rétractile, main trés inflammatoire
pseudophlégmoneuse et en phase tardive main
en griffe.
coude: svt infraclinique
ce syndrome peut etre uni ou bilatérale ou à
bascule ( barbituriques et/ou Kc viscérale).
 M<:
-algo hanche:
impotence fonctionnelle douloureuse
conservation de la mobilité artic passive
femme enceinte 3émetrim ou post accouchée
( # ONTF :IRM)
-algo genou:plusieurs tableaux
tendinopathie quaricipitale ou rotulienne, arthrite
septique, simple hydarthrose mécanique
-algo pieds: fréquente svt post traumatique.
-algo rachis: Sd Kummel-Verneuil:
hypertransparence →tassement vértebrale
unique.
 Forme selon terrain:
Enfant: tableau atypique:
hypothermie à la phase aigue. évolution moins sévère,
guérison sans séquelle.
R° normal(70%),hypofixation à la scintigraphie.
 Formes symptomatiques:
- Algodystrophie d’emblée froide
- Formes pseudophlégmoneuse
 Formes frustes, guérison sans trt
 Formes incomplétes avec atteinte parcellaire
 Formes récidivantes
 Formes extensives
 Formes étiologiques:
algo iatrogène svt séquellaire et siège au M>.
Diagnostique différentiel:
 Affections rhumatismales: PR, Sclérodermie, ect…
 Affections infectieuses: arthrite septique, phlegmons
des gaines digitales, ténosynovites septique.
 Thrombophlébites ou artériopathies ischémiques.
 Tumorales: Tm maligne primitive, Tm à cellules
géantes, métastases osseuses.
 Ostéonécrose.
 Arthrose au début.
 Fractures de fatigue.
Évolution - Pronostic

 guérison qlq mois à une année parfois plus


avec ou sans séquelles.
 Le Pc éloigné est impossible à fixer.
 L’algo de la hanche et du genou évolue plus
rapidement que celle de l’épaule et de la main.
Traitement
 Objectif: (pas de TRT curatif).
- calmer rapidement la douleur
- restituer la fonction en évitant les raideurs
 Médicaments:
- Antalgiques (pallier I,II,III),AINS .
- Controversées: CTC, griséofulvine, ß bloquants
(avlocardyl 80à120mg/j), nifédipine.
Calcitonine (pas d’AMM).
- Bisphosphonates: pamidronate, alendronate.
- Blocs régionaux intraveineux: à la
guanéthidine, buflomédil (action vasoactive).
- Antidépresseurs, antiépiléptiques.
 Approche psycho-sociale:
- dédramatiser l’affection.
- reprise du travail le plus rapidement possible
en milieu adapté.
- techniques de relaxations si dlr chronique.
 Traitement physique:
-lutter contre la stase et la douleur avec mise en
décharge du membre, l’immobilisation strict est
proscrite( port de canne)
-massage de drainage de l’œdème à distance de la
région atteinte
-lutter contre la raideur: mobilisation active, douce,
contrôlée par le patient dans la limite de la non
douleur et proscrire toute mobilisation douloureuse
passive.
-balnéothérapie: bains écossais: alternant de qlq mn
eau chaude et froide.
-attelle de posture pour éviter les attitudes vicieuses.