Vous êtes sur la page 1sur 36

EXPOSÉ FISCALITÉ:

LIQUIDATION DE L’IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS


Réalisé par : Pr. Tarik SBAA
M. Moussadik
M. Ouattara 
M. El Azouzi
M. Kchikach
M. Hidani 

Vendredi, le 29 novembre 2013


INTRODUCTION

Promulgué par la loi n° 24/86 en remplacement de


l’impôt sur le bénéfice professionnel (IBP), l'IS est
en vigueur depuis le 27/01/87.

IBP: Ne concernait que les sociétés commerciales et


industrielles

IS: S'applique quelle que soit la nature des activités


exercées par les sociétés imposables sous réserve des
exclusions liées à leur forme juridique.
INTRODUCTION

Ainsi, pouvons nous dire que:

L’IS est un impôt direct qui s’applique sur


l’ensemble des produits, bénéfices et revenus
des sociétés et autres personnes morales qui
entrent dans son champ d'application,
conformément aux dispositions du CGI.
INTRODUCTION

Principaux axes à développer:

I. Période et lieu d’imposition


II. Les taux d’imposition
III. La cotisation minimale
IV. Paiement et régularisation de l’impôt
I.PÉRIODE ET LIEU D’IMPOSITION

1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.1 DIFFERENTES NOTIONS DE L’EXERCICE

- NOTION COMPTABLE DE L'EXERCICE = l’exercice se situe entre deux


inventaires
- NOTION JURIDIQUE DE L'EXERCICE = exercice social (répartition
annuelle des bénéfices)
- NOTION FISCALE DE L'EXERCICE = l'impôt sur les sociétés est calculé
d'après le bénéfice réalisé au cours de chaque exercice comptable qui ne
peut être supérieur à douze (12) mois.

Toute société passible de l'I.S. doit présenter à l'Administration fiscale une


déclaration faisant ressortir les résultats réalisés au cours de chaque exercice
comptable qui ne peut être supérieur à douze (12) mois. Il s’ensuit que
l’exercice social d’une société peut ou non coïncider avec l'année civile.
1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.2 CAS PARTICULIERS

• Cas d’exercices inférieurs à douze (12) mois ;

• Début d'activité ;
• Cessation d'activité ;
• Changement de date de clôture de l'exercice social.

• Cas de liquidation prolongée d'une société.

• Pendant la durée de l’opération de liquidation


• Après la clôture de l’opération de liquidation
1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.2.1 Cas d’exercices inférieurs à douze (12) mois

A- Début d'activité.

• Exemple : Une société débute son activité le 1er août 2013.


Ses statuts prévoient que l'exercice comptable coïncide avec
l'année civile. Cette société est tenue de déposer une
déclaration du résultat fiscal de la période de cinq (5) mois
allant du 1er août au 31 décembre 2013.

• Si ladite société ne dépose sa déclaration qu'au 31 décembre


2014, soit pour une période de dix sept (17) mois, elle se trouve
en infraction par rapport à la loi et l’Administration est en droit
de recourir à la procédure de taxation d'office pour défaut de
déclaration du résultat fiscal au titre de la période allant du 1er
août 2013 au 31 décembre 2013.
1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.2.1
Cas d’exercices inférieurs à douze (12) mois

B- Cessation d'activité

• La société qui cesse son activité au cours d'un


exercice social déterminé, est imposée sur les
résultats de la période allant de la date du début
de l'exercice jusqu'à la date de la cessation
effective de son activité.
1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.2.1
Cas d’exercices inférieurs à douze (12) mois

C- Changement de la date de clôture de l’exercice


social

• Exemple : L'exercice social d'une société s’étend du


1er octobre au 30 septembre. Pour des motifs
professionnels le conseil d'administration de la société
décide en 2012 de faire coïncider l'exercice social
avec l'année civile. Dans ce cas, la société est tenue
de déposer une déclaration des résultats réalisés
durant les trois (3) derniers mois de l’année 2012, soit
du 1er octobre jusqu'au 31 décembre 2012.
1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.2.2 Cas de liquidation prolongée d'une société.

A- Pendant la durée de l’opération de liquidation

- Conformément aux dispositions de l’article 17 du C.G.I.


(2ème alinéa) l’impôt doit être calculé en cas de
liquidation prolongée d’une société, d’après le résultat
provisoire de chaque période de douze (12) mois.
- De même, selon les dispositions de l’article 150-II du
C.G.I., les liquidateurs doivent souscrire, à l'expiration
de chaque période de douze (12) mois et dans les trois
(3) mois de la clôture des comptes de ladite période une
déclaration des résultats provisoires de l'opération.
1.PÉRIODE D’IMPOSITION
1.2.2 Cas de liquidation prolongée d'une société.

B- Après la clôture de l’opération de liquidation

- Après la clôture de l’opération de liquidation, les


liquidateurs doivent souscrire, dans les quarante cinq (45)
jours qui suivent la clôture des comptes, la déclaration du
résultat final de toute la période de liquidation,
conformément aux dispositions de l’article 150-II du C.G.I.
- Il convient de souligner, qu'étant donné l'unicité de
l'opération de liquidation, la société ne peut se prévaloir de
la prescription lorsque l'apurement de ses comptes a duré
plus de quatre (4) ans, conformément aux dispositions de
l’article 232- VIII-6° du C.G.I.
2.LIEU D’IMPOSITION
CAS GENERAL

• Dans le cas normal, à savoir les sociétés, les établissements publics, les
associations et organisations légalement assimilés, les fonds, les centres
de coordination et les établissements stables de sociétés non résidentes, le
lieu d’imposition peut être :

• soit le lieu de leur siège social au Maroc ;


• ou le lieu de leur principal établissement.

CAS PARTICULIERS

• des sociétés non résidentes :


• des sociétés en participation ;
• des sociétés de personnes.
2.LIEU D’IMPOSITION
SOCIÉTÉS NON RÉSIDENTES
• Les sociétés non résidentes au Maroc, mais y disposant de propriétés
immobilières, sont imposées au lieu de situation des immeubles qu'elles
possèdent au Maroc ou en cas de pluralité de lieux d'imposition au lieu de
la propriété immobilière la plus importante qui pourra être éventuellement
désignée par la société elle-même.

SOCIÉTÉS EN PARTICIPATION
• Les sociétés en participation qui ont opté pour l'I.S. sont imposées au lieu
de leur siège social ou de leur principal établissement au Maroc, au nom
de l'associé habilité à agir au nom de la société en participation et
pouvant l'engager.

SOCIÉTÉS DE PERSONNES
• Les sociétés en nom collectif et les sociétés en commandite simple ne
comportant que des personnes physiques qui optent pour l'I.S. sont
imposées pour l'ensemble de leurs revenus et bénéfices au nom desdites
sociétés au lieu de leur siège social ou de leur principal établissement.
II.TAUX D’IMPOSITION
1. TAUX NORMAL DE L’IMPOT

TAUX de 30% TAUX de 37 %

Les sociétés résidentes ou non • les établissements de crédit et


résidentes, sauf option de ces organismes assimilés (Banques+
dernières pour l'imposition forfaitaire, sté financement+sté leasing) ;
sur l'ensemble de leurs bénéfices, • Bank Al-Maghrib;
revenus ou gains de source • la caisse de dépôt et de gestion
marocaine (C.D.G.) ;
• les sociétés d'assurances et de
réassurances.
II. TAUX D’IMPOSITION
2. TAUX D’IMPOSITION SPÉCIFIQUES
8,75 % 10% 17,50 %
- stés installées aux zones - Sur option, banques - les entreprises prévues à l’article 6 (I-B-
franches d'exportation, offshore durant les quinze 1° et 2°) CGI;
durant les 20 exercices (15) - les entreprises hôtelières prévues à
consécutifs suivant le 5ème premières années l’article 6(I-B-3°) CGI;
exercice d’exonération consécutives suivant la - les entreprises minières prévues à
totale date de l’obtention de l’article 6 (I-D-1°) CGI;
- sociétés de service ayant l’agrément - les entreprises prévues à l’article 6 (I-D-
le statut "Casa Finance - les sièges régionaux ou 2° et II-C-1°-a)) CGI;
City", au-delà des 5 internationaux ayant le - les entreprises artisanales prévues à
exercices d’exonération statut « Casablanca l’article 6 (II-C-1°- b)) CGI;
Finance City », à compter - les établissements privés
du 1er exercice d’octroi d’enseignement ou de formation
dudit statut professionnelle prévus à l’article 6 (II-C-
- sociétés réalisant un 1°-c)) CGI;
bénéfice fiscal inférieur ou - les promoteurs immobiliers prévus à
égal (300.000) dirhams l’article 6 (II-C-2°)) CGI;
- les sociétés sportives prévues à l’article
6 (II-C-1°-d)) CGI
II. TAUX D’IMPOSITION
3. TAUX D’IMPOSITION SPÉCIFIQUES (TAUX ET MONTANTS DE
L’IMPÔT FORFAITAIRE)

8% 25.000 USD 500 USD


8% du montant HT des la contre-valeur en la contre-valeur en
marchés, tels dirhams de vingt cinq mille dirhams de cinq cent (500)
que définis à l’article 16 ci- (25.000) USD dollars US par an
dessus, en ce qui par an sur option libératoire de tous autres
concerne les sociétés non libératoire de tous autres impôts et taxes frappant
résidentes adjudicataires impôts et taxes frappant les bénéfices ou les
de marchés de travaux, de les bénéfices ou les revenus, pour les sociétés
construction ou de revenus pour les banques holding offshore
montage ayant opté pour offshore
l’imposition forfaitaire.

Le paiement de l’impôt sur


les sociétés à ce taux est
libératoire de
l’impôt retenu à la source
II. TAUX D’IMPOSITION

4. TAUX D’IMPOSITION SPÉCIFIQUES (TAUX DE L’IMPÔT RETENU À LA


SOURCE)
10% 15% 20%
10% du montant des 15% du montant des 20% du montant, hors
produits bruts HT, perçus produits des actions, taxe sur la valeur
par les personnes parts sociales et revenus ajoutée, des produits de
physiques ou morales assimilés, énumérés à placements à revenu fixe
non résidentes, l’article 13 CGI énumérés à l’article 14
énumérés CGI
à l’article 15 CGI
III. La Cotisation minimale

• Article 144 du C.G.I relatif aux dispositions communes à


l’I.S et l’I.R ;

• C’est un minimum d’imposition que les contribuables


soumis à l’I.S, sont tenus de verser, même en l’absence
de bénéfice.
III. La Cotisation minimale
• La base de calcul de la cotisation minimale est constituée
par le montant H.T, des produits suivants :
 Le Chiffre d’affaires ;
 Les Autres produits d’exploitation ;
 Les Produits financiers ;
 Les Subventions d’exploitation et d’équilibre ;
 Les Autres produits non courants.
III. La Cotisation minimale

• Le taux de la cotisation minimale est égal à 0,50 %,


rapporté à la base de calcul précitée.

• Ce taux est ramené à 0,25 % pour les opérations


effectuées par les entreprises commerciales au titre des
ventes portant sur certains produits de base cités dans le
même alinéa.
III. La Cotisation minimale
• Les sociétés autres que les sociétés concessionnaires de
services publics, sont exonérées de la cotisation
minimale, pendant les 36 premiers mois suivant la date du
début de leur exploitation.

• Cette exonération cesse d’être appliquée à l’expiration


des 60 premiers mois qui suivent la date de constitution
des sociétés concernées.
III. La Cotisation minimale

• La cotisation minimale acquittée au titre d'un exercice


déficitaire ainsi que la partie de la cotisation minimale qui
excède le montant de l'impôt acquitté au titre d'un
exercice, sont imputées sur le montant de l'impôt qui
excède celui de la cotisation minimale exigible au titre de
l'exercice suivant.

• NB : A défaut d’inexistence ou d’insuffisance de


l’excédent,
III. La Cotisation minimale
Exemple de calcul de la cotisation minimale :

•La société "X" S.A. ayant une activité commerciale et dont l'exercice comptable
coïncide avec l'année civile, a souscrit en 2013 au titre de l'exercice 2012 (01/01/12
au 31/12/12) la déclaration de son résultat fiscal faisant état des éléments ci-après :
 
•CA H.T : 42.520.000 DH constitué par les ventes des produits alimentaires comme
suit :

•Sucre : 8.000.000 DH ;


•Huile : 6.000.000 DH ;
•Farine : 11.800.000 DH ;
•Beurre : 6.000.000 DH ;
•Autre produits alimentaires : 10.460.000 DH ;
•Autres produits d'exploitation : 260.000 DH.
III. La Cotisation minimale
•Résultat fiscal : 180.000 DH.

•L'impôt correspondant : (180.000 x 30 %) = 54.000 DH.

•Montant des acomptes provisionnels versés au cours de 2012 : 27 000 * 4 = 108 000 DH.

•Cotisation minimale :

•Produits soumis au taux normal de 0,50% : (10.460.000 + 260.000) * 0,50 % = 53.600 DH.
•Produits soumis au taux réduit de 0,25 % : (8.000.000 + 6.000.000 + 11.800.000 +
6.000.000) x 0,25 % = 79.500 DH.
•Montant de la C.M. exigible : 53.600 + 79.500 = 133.100 DH.

•Reliquat I.S. = (133.100 - 108.000) = 25.100 DH

•Au cours de l'exercice 2013, elle doit verser les acomptes provisionnels calculés par
référence à la cotisation minimale exigible de 133.100 DH.
III. La Cotisation minimale
Exemple d’imputation du crédit de la cotisation minimale :

• Les déclarations souscrites au titre des exercices N et N + 1 par la société commerciale "A" se
présentent comme suit :

Exercice N :

• C.A. H.T : 19.200.000 DH ;


• Résultat fiscal : - 450.000 DH ;
• Cotisation minimale : 96.000 DH ;
• I.S.= 0.
 
Exercice N + 1 :

• C.A. H.T : 30.000.000 DH ;


• Résultat fiscal : 850.000 DH ;
• Cotisation minimale : 150.000 DH ;
• I.S. = 255 000 DH.
III. La Cotisation minimale

• I.S. de l'ex. N + 1 : 255 000 DH ;


• Cotisation minimale ex. N + 1 : 150.000 DH.

• Excédent de l'I.S. sur C.M : 105 000 DH ;


• Crédit de C.M. de l'ex. N : - 96.000 DH ;
• Impôt à payer en sus de la C.M. : 9 000 DH.
VI. Paiement de l’impôt.
1. Principes des acomptes provisionnels:

• Exercice de référence;

• Versement spontané;

• En cas de minimum de la CM;

• Si l’exercice de référence est d’une durée inférieure à 12


mois.
Application:

• La SARL « CEC » est une entreprise saisonnière dont l’exercice fiscal était à cheval
(1er juillet au 30 juin).
• Au début de l’exercice 2013/2014 les associés décident lors d’une AGE de faire
coïncider l’exercice fiscal avec l’année civile.
• La société clôture alors l’exercice ouvert le 01/07/2013 au 31/12/2013 et dépose sa
déclaration du résultat fiscal de 6 mois le 31/03/2014.
• Cette déclaration comporte les éléments suivants :

 Produits d’exploitation : 16.000.000 DH;


 Résultat fiscal : 1.575.000 DH;
 Cotisation minimale : 80.000 DH;
 IS dû : 472.500 DH

• Pendant les deux trimestres de 2013, la société a payé deux acomptes provisionnels
de l’ordre de 140.400 DH chacun.

• TAF:
• Régulariser la situation fiscale au 31/03/2014.
• Calculer les acomptes que la société doit acquitter au titre de 2014.
VI. Paiement de l’impôt.

2. Dispense de paiement:

 Estimation de la société;

 Etablissement d’une déclaration de dispense;

 En cas de sous estimation de 10%;

 Application d’une amende et une majoration;


ApplicationN :

• La SARL « CEC 2 » réalise en 2013 des produits d’exploitation de


l’ordre de 2.350.000 HT et un résultat fiscal net de 143.500.

• Elle a payé à la source 12.050 DH d’impôt sur les intérêts d’un compte
à terme au taux de 20%.

• Elle dispose d’un crédit de CM de l’ordre de 16.230 DH.

• TAF:
• Régulariser la situation fiscale de la société au titre de l’exercice 2013.

• Calculer le montant des acomptes à payer au cours de l’année 2014


sachant qu’elle prévoit pour cette année un résultat fiscal déficitaire qui
résulterait d’une baisse des produits d’exploitation à concurrence de 50%.
VI. Paiement de l’impôt.

3. Régularisation de l’impôt:

 Cas de complément d’impôt à verser:

Exemple:
La société « CEC 3 » a payé au titre de l’exercice 2013, 4 acomptes
dont le montant total est de 100.000 DH.
L’IS dû selon le résultat fiscal déclaré au titre de l’exercice 2013 est de
150.000 DH.
On a alors versé, sous forme d’acomptes, une somme inférieure à
l’impôt dû.
Donc un complément de 50.000 doit être acquitté par la société dans
les 3 mois suivant la clôture de l’exercice, soit au plus tard le 31 mars
2014.
VI. Paiement de l’impôt.

3. Régularisation de l’IS - suite

Excédent d’impôt

En cas d’excédent d’impôt versé, celui-ci est imputé d’office


par la société sur le premier acompte provisionnel échu
et, le cas échéant, sur les autres acomptes restants.

Si Total AP > IMPOT DU Imputation sur le 1er, …. 4ième


acompte
VI. Paiement de l’impôt.

3. Régularisation de l’IS - suite

Lorsque l’ excédent d’impôt versé n’est pas totalement


imputé sur les acomptes provisionnels, le reliquat est
restitué d’office à la société par le ministre chargé des
finances ou la personne déléguée par lui à cet effet dans
le délai d’un mois à compter de la date d’échéance du
dernier acompte provisionnel.
VI. Paiement de l’impôt.

3. Régularisation de l’IS - suite

Exemple 1:

Durant l’exercice N, la société « CHOUKRANE » verse 4 acomptes


provisionnels d’un montant de 50 000 DHS chacun.

Le montant de l’IS dû au titre de l’exercice N= 150 000 DHS.

Soit un excédent d’impôt versé de 50 000 DHS à imputer sur les deux
premiers acomptes à verser en N+1:

1er acompte: Aucun versement et l’excédent d’impôt restant à


imputer:
50 000 - 37 500 =12 500 DHS
2ième acompte: 37 500 – 12 500 = 25 000 DHS
3ième acompte: 37 500 DHS
4ième acompte: 37 500 DHS
VI. Paiement de l’impôt.

3. Régularisation de l’IS - suite


Exemple 2:
Total acomptes versés en N: 200 000 DHS
IS dû au titre de l’exercice N= 80 000 DHS.
Soit un excédent d’impôt versé de 120 000 DHS à imputer en N+1:

Aucun acompte à verser en N+1 : Excédent d’impôt versé > IS dû.


Et un reliquat à verser d’office à la société : 40 000 DHS

Détail:
1er acompte: Aucun versement et l’excédent d’impôt restant à imputer:
120 000 – 20 000 = 100 000 DHS
2ième acompte: Aucun versement et l’excédent d’impôt restant à imputer:
100 000 – 20 000 = 80 000 DHS
3ième acompte: Aucun versement et l’excédent d’impôt restant à imputer:
80 000 – 20 000 = 60 000 DHS
4ième acompte: Aucun versement et l’excédent d’impôt: 60 000 – 20 000 = 40 000
DHS
Conclusion
La liquidation de l’IS suivant certaines règles:
Période d’imposition: Exercice Lieu d’imposition: Lieu du siège social
comptable qui ne peut être supérieur ou du principal établissement au Maroc.
à douze (12) mois.
Taux normal: du droit commun: 30 Un minimum d’imposition : CM après les
% 36 premiers mois suivant la date du début
d’exploitation ou à l’expiration des 60
premiers mois qui suivent la date de
constitution.
Recouvrement: Versement de Régularisation de l’impôt:
quatre (4) acomptes provisionnels Si Total AP < Impôt dû: complément
dont chacun est égal à 25% du d'impôt
montant de l’impôt dû au titre du
dernier exercice clos, appelé Si Total AP > Impôt dû: Excédent à
«exercice de référence». imputer sur les acomptes.

Reliquat éventuel: Restitué d’office à la


société dans le délai d’un mois à
compter de la date d’échéance du dernier
acompte provisionnel.