Vous êtes sur la page 1sur 11

Histoires des idées, de l’art et de la

littérature (17ème et 18ème siècles)

Les Lumières du 18ème siècle


Les Lumières et les formes littéraires

. Des formes s’opposant/se décalant des formes classiques et des principes de


Boileau, une littérature pour une autre couche sociale (pas celle de la cour, la classe),
mais pour une bourgeoisie (artisan, commerçant, petit industriel, affairiste, … classe
moyenne) consciente de son rôle économique et politique (les écrits sur
l’organisation sociale ne manquent pas), un autre goût pour les choses (en plus de la
sensibilité rococo –libertin et précieuse-)
. Instruire et la vérité, telles sont les principes des classiques : l’instruction ou jouer le
moralisateur n’est plus l’apanage des philosophes encyclopédistes (les leçons de
Racine ou de Molière n’ont plus de place dans un monde plus libre et en
changement), instruire mais autrement (connaitre les secrets de la sexualité de
l’univers); la vérité n’est plus liée à l’Antiquité, mais à la nature contemporaine (ce qui
détruira les principes de la vraisemblance, lieu, …) pour être au goût des bourgeois
(vulgarisation de la philosophie)
. Une écriture où la philosophie (essai) est indissociable de la littérature, où
l’individu commence à se libérer des contraintes d’une doctrine de l’ordre
pour découvrir soi-même par l’éclairage des sciences naturelles et pas une
réflexion à la portée de tous en cherchant et en forgeant son propre savoir
Jean Raoux, Jeune fille
lisant une lettre, XVIII
Alexandre-François Desportes,
Autoportrait de l'artiste en chasseur, 1699
Nature morte à l’orfèvrerie, 1720
Cherchez le nom de ce tableau et sa relation avec l’époque : où apparait l’esprit des
Lumières et des encylopédistes?
Le déclin de la poésie ( et la tragédie)

. Art poétique de Boileau est à éviter et par conséquent, l’aspect versifié de la


pensée se décline (la naissance de la poésie en prose), même avec les efforts
de la revue poétique (1765) Almanach des Muses par Sautreau de Marsy, où
les grands publient leurs poèmes (Voltaire, Delille, Dorat, Saint Lambert …),
mais sévèrement critiquée par Mercier (Almanach des Buses, allié à son
caractère éclectique)
«  La prose est à nous ; sa démarche est libre ; il
n’appartient qu’à nous de lui imprimer un caractère plus
vivant. Les prosateurs sont nos vrais poètes ; qu’ils osent,
et la langue prendra des accents tous nouveaux »

Mercier, Néologie
L’âge d’or de la narration
Le conte, la nouvelle et le roman
. Le conte reflète la sensibilité orientale (traduction de Mille et une nuits
par Antoine Galland) et la découverte des trois tiers du monde où le
« sauvage » reflète le parfait exemple à suivre. Le conte philosophique
prend la même forme avec l’esprit des Lumières ; sa forme brève et son
style familier sont plus proche d’un lecteur bourgeois. Rousseau (La
Reine fantasque), Voltaire (Zadig), Diderot (L’oiseau blanc : conte bleu)
→ cet engouement pour le conte reflète le goût bourgeois pour
l’imaginaire (interdit par les classiques)
Le conte, la nouvelle et le roman

. La forme du roman (souple pas encore codifié) reflète le goût pour le


réalisme (la nature), pour la confrontation entre les couches sociales,
pour l’autodidacte et l’ascension sociale avec le roman picaresque
(Jacques le Fataliste de Diderot, Histoire de Gil Blas de Santillane de
Lesage), roman d’analyse/roman psychologique (Les Egarements du cœur
et de l’esprit de Crébillon), roman libertin/érotique (Les bijoux indiscrets
et La philosophie dans le boudoir), roman sentimental, roman fantastique
roman d’apprentissage, roman autobiographique (Confessions), roman-
mémoires, roman épistolaire (Lettres persanes, La nouvelle Héloïse, Les
liaisons dangereuses)
Travaux à faire :

. Toutes ces œuvres citées dans ce cours nécessitent la


lecture, pour saisir l’apport des encyclopédistes sur la
littérature.
. Cherchez la relation entre le théâtre de l’époque et la
Révolution française
. Cherchez d’autres tableaux liés à cette époque.
. Les étapes de la Révolution française de 1789.