Vous êtes sur la page 1sur 49

L’édifice cristallin

Les techniques de diffraction des rayonnements


appliquées à l’étude des cristaux nécessite
l'utilisation de deux espaces

l'espace objet « réseau R » l'espace image « réseau R* »


dans lequel on repère les dans lequel on repère les
positions des atomes, ou directions des rayonnements
ions, constituant le cristal diffractés par l'objet.

A partir de l’image « espace image » obtenue


par diffraction, on déduit la structure de
l’édifice cristallin « espace objet »
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Définitions d’un réseau cristallin

Un réseau est défini par trois  


vecteurs de base non-coplanaires a, b , c
(linéairement indépendants),

Et de sorte que les propriétés du cristal    


(nature et position des atomes) restent t  ua  vb  wc
invariantes en tout point extrémité du
: vecteur de translation u,v,w sont des entiers

Le réseau est donc constitué de tous les points « nœuds »


extrémités du vecteur t en donnant à u,v ,w toutes les
valeurs entières possibles
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
L’édifice cristallin ou espace objet
La maille du réseau est le parallélépipède
construit sur les trois vecteurs de base

a,b,c sont les paramètres


linéaires c

a,b,g sont les paramètres


angulaires
b
a
Lamaille
La mailleainsi
ainsi
b
construiteest
construite est
a g
diteprimitive
dite primitive

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
paramètres Nom symbole Maille
a,b,c Parallélépipède
T TRICLINIQUE
a,b,g quelconque

a,b,c Prisme oblique à base


M MONOCLINIQUE
b    rectangle

Prisme droit à base


a,b,c rectangle
R ORTHORHOMBIQUE

a,c Prisme droit à base carrée Q QUADRATIQUE

a cube C CUBIQUE

a Rhomboèdre (cube
déformé suivant une H RHOMBOEDRIQUE
a diagonale)

Prisme droit à base


a,c losange d'angle 120°
H HEXAGONAL

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
triclinique monoclinique orthorhombique quadratique

rhomboédrique
cubique hexagonale

Pr. M. Bouabdallah cours de CRISTALLOGRAPHIE


Maille simple – maille multiple

La maille simple est une maille primitive construite sur la base


a,b,c de sorte que les nœuds du réseau soient distribués sur les
8 sommets du parallélépipède

Le volume de la maille simple


contient donc un seul noeud

La maille multiple ayant plus de 1 nœud est choisie


lorsque la structure le permet afin d’obtenir une
symétrie supérieure

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
b
La maille a,b ’b
est simple
a
’a
La maille a’,b’
est double

On utilise la maille multiple lorsque

La maille contient un nœud au centre géométrique

La maille contient un nœud au centre de chaque face

La maille contient un nœud au centre de deux faces opposées


Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Exemple 1
La maille violette est cubique
centrée de paramètre ac

maille double
On peut décrire le même cristal
à l’aide d’une maille simple
rhomboédrique R (verte) de
paramètres ar et ar = 109° 28
 1 1 1
ar  2 ac  2 bc  2 cc
   
br   2 ac  2 bc  2 cc
1 1 1

 1 1 1
cr  2 ac  2 bc  2 cc

Le volume de
la maille R est:
VR  12 ac3  12 VC
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Exemple 2
On peut construire
une malle multiple
hexagonales à partir
de 3 mailles
hexagonales
primitives

On peu démontrer
facilement que la maille
hexagonale multiple
contient 3 noeuds

Un nœud au sommet est partagé entre 6 mailles voisines


Un nœud à la base est partagé entre 2 mailles voisines
Soit au total :
12 x 1/6 + 2 x 1/2 = 3
Pr. M. Bouabdallah cours de CRISTALLOGRAPHIE
Notion de rangée cristallographique
On peut construire l’édifice cristallin Nous remarquons que toutes
en empilant parallèlement des lignes les rangées parallèles est
de nœuds ou des équidistantes sont
rangées cristallographiques équivalentes

Pour définir une rangée il suffit de


prendre le plus petit vecteur de
translation joignant l’origine au
nœud le plus proche de la rangée
 

Famille de rangées
Donc :  
r  ua  vb  wc
u,v,w entiers premiers entre eux

Et on note : [uvw]
Famille de rangées
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Notion de plan cristallographique
On peut construire l’édifice
Un ensemble de plans équivalents, cristallin en empilant
parallèles et équidistants sont noté parallèlement des plans de
nœuds
par les indices de Miller (hkl)

Un nœud quelconque uvw


appartenant au plan (hkl) vérifie la
relation:

hu + kv + lw = m

m représente le mieme plan à partir


de l’origine
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Comment retrouver les indices de
Miller d’un plan cristallographique ?
Sur la figure ci-contre, les
Y
lignes bleu représentent la
trace d’une famille de plans
parallèles à l’axe OZ

On prend le premier plan à


partir de l’origine
Ce plan coupe
l’axe a en ½
b
L’axe b en 1

Et l’axe c à l’infini O
a X

Donc: h =2;k=1;l=0
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Comment retrouver les indices de
Miller d’un plan cristallographique ?
En règle générale, le premier
Y
plan à partir de l’origine
intercepte les axes a,b,c aux
points A,B,C tel que:

OA = a/h

OB = b/k
B
OC = c/l
b
Lorsque un indice est nul
l’intersection avec l’axe O A a X
correspondant est poussée à
l’infinie

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Une autre manière de retrouver les
indices de Miller
Prenons 2 nœuds
Y
appartenant à un plan de la
famille (hkl) soient:
A’(1,0,0) ; B’(0,2,0)
On a : h  0  0  m
 ’B
0  2k  0  m
La solution est :
h=2;k=1;l=0 b
m = 2 montre bien que c’est le
2eme plan à partie de l’origine O
a ’A X

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Z

c En règle générale
C l’équation du mième plan réticulaire à partir
 de l’origine s’écrit sous la forme

X Y Z
+ + =m
OA OB OC
B
b
Y

)hkl( X Y Z
h + k + l = m
A a b c
a

X
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Réseau réciproque ou espace image
Définition du réseau R*
Le réseau réciproque est un concept
purement géométrique d'un réseau tel que
chacun de ses points comporte une relation
de réciprocité avec le réseau initial.

La base du réseau réciproque est


étroitement liée à la base du réseau directe

  
 * * *
a, b , c  a , b , c 
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Les vecteurs de base du R*
se définissent en fonction
de ceux du réseau R

     
* b  c * c  a * a  b
a  ;b  ;c 
V V V

*  *  * 
a  a  1;a  b  0 ;a  c  0 ;
On peut également *  *  * 
écrire
b  a  0 ;b  b  1 ;b  c  0 ;
*  *  * 
c  a  0 ;c  b  0 ;c  c  1;

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Les propriétés essentielles du réseau réciproque
.découlent directement de la définition

Dans l'espace réciproque, la distance entre deux points a la dimension


.inverse d'une longueur

Le réseau réciproque du réseau réciproque est le réseau direct lui-


.même
*  
a est perpendiculaire au plan b ; c
* *  
Le sens de a est tel que le trièdre a ; b ; c soit directe

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 1
Les vecteurs de base du RR peuvent être définis en fonction des
vecteurs de base du RD par les relations
     
* b  c * c  a * a  b
a  ; b  ; c 
V V V
V étant le volume de la maille élémentaire du réseau direct

De même, on définit les vecteurs de base du R.D. à


: partir de ceux du R.R. par les relations
* *    *
 b c  c a  a b
* * *
a  * ; b  * ; c 
V V V*

.V* est le volume de la maille élémentaire du réseau réciproque

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE

Pour vérifier ces relations, prenons un vecteur a' tel que
 
 bc
a' 
V
 *
Et montrons que a' ne peut être que a

   
 bc a ' . b  0
a'    
V a ' . c  0

Multiplions par a les deux membres de l’équation
 
  bc  V
a' . a  a  1
V V
 *
a'= a
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 2 Le volume d’une maille du réseau réciproque
est l’inverse du volume de la même maille
définie dans le réseau direct

 
* * *
V  b c .a
*

   
 c  a a  b  *
V 
*

 V

V  V
1     *
  a  2  c  a  a  b . a  
 
 

    

 c  a  a  b  a . a . b  c  a .V 

1 *  1
V  (a . a ) 
*
V V
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 3
*
Si rhklreprésente le vecteur joignant l'origine du RR à un nœud quelconque de
coordonnées hkl de celui ci, alors ce vecteur est orthogonal au plan (hkl) du
RD et son module est égale à l’inverse de la distance interréticulaire dhkl

* 1
( hkl )  rhkl
*
r
hkl 
et d hkl

Prenons un plan (hkl) passant par l'origine. L'équation d'un


point M quelconque de ce plan s'écrit

X Y Z
h +k +l =0
a b c
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
dans l’espace réciproque, le vecteur joignant l’origine au nœud hkl s’écrit

* * * *
rhkl  ha  kb  lc
:Dans l'espace direct un vecteur joignant l’origine à un point M du plan hkl est
 X  Y  Z
OM  a  b  c
a b c
 X  Y  Z 
 
 * * * *
OM . rhkl   a  b  c  . ha  kb  lc
a b c 
X Y Z
 h k l 0
a b c
Une famille de plans réticulaires (hkl) est normal au
vecteur réciproque correspondant

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
c 
Considérons le vecteur rhkl*
orthogonal a (hkl)

n et n son vecteur unitaire
C

*
 rhkl 
P n  * n 1
rhkl

O b D’après la définition du plan (hkl)


B

)hkl( 1  1  1
OA  a ; OB  b ; OC  c
A h k l
  
OA . n  OB . n  OC . n  OP
a

Or la longueur OP est la distance


interréticulaire
Pr. M. Bouabdallah coursou
de dhkl
CRISTALLOGRAPHIE
Remplaçons par exemple

1 
OA par a
h

 
 * * *
 1   1 a ha  kb  lc 1
OA . n  a.n  *  *
h h rhkl rhkl

1
d hkl  *
rhkl

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Sur la base (a,b,c), le vecteur a* est
perpendiculaire au plan (b,c) donc
perpendiculaire au plan (100)
*  1 1 1
a  a  1  a*   
a cos  a0 d100
a*
:De la même manière on a
ao
a
(100)
j
1 d100
b 
*

d 010 c

1
c 
*
b
d 001
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
De manière générale, un vecteur de RR
est fonction des indices du plan
cristallographique perpendiculaire
* 1
rhkl  (hkl ) et r *
hkl 
d hkl
* * * *
On écrit rhkl  ha  kb  lc

rhkl   hkl 
donc
* *

Un vecteur du RR définit une rangée de nœuds réciproques


qui ne sont que les indices d’un plan dans le RD
DANS R* LES PLANS SE TRANSFORMENT EN NŒUDS

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
calcul des distances interréticulaires

   * * *
a,b ,c a ,b ,c systèmes cubiques,
quadratiques et
trirectangles trirectangles orthorhombiques

  
* 2 * * * * * *
rhkl  ha  kb  lc . ha  kb  lc
 2  2  2 h 2
k 2
l 2

h a k b l c
2 * 2 * 2 *
 2  2  2
a b c
1
d hkl 
2 2 2
h k  l 
     
a b c
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Réseau hexagonal
1 1 
a  *
 * 
a cos ( a , a ) π 
a cos   O
b
6
2 1 2 1 1 *
a*  ; b*   a * ; c*  
3 a 3 b c
a  b
*
a
  ha   kb     lc   2hk a . b
* 2 * 2 * 2 * 2 * * 
rhkl
2
* 2 4  h 2  k 2  hk   l 
rhkl   2   
3 a  c

a
d hkl 
4 2 l2
( h  k  hk ) 
2

3 (c / a ) 2

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Réseau rhomboédrique

1

h 2
 k 2  l 2  sin 2   2 hk  kl  lh   cos 2   cos  
d 2
hkl a 2 1  2 cos 3   3 cos 2  

Réseau monoclinique

1 h2 k2 2hk cos  l2
 2  2   2
2
d hkl a sin 
2
b sin 
2
ab sin 
2
c
Réseau triclinique

 h h h 
 cos  cos  1 cos  1 cos  
a a a
h k k k l k 
 1 cos   cos  cos   cos  1 
a b b b c b 
 l l l 
cos  1 cos  1 cos  cos 
1  c c c 

2
d hkl 1 cos  cos 
cos  1 cos 
Pr. M. Bouabdallah cours de
cos  cos 
CRISTALLOGRAPHIE
1
Proposition 4 On défibi les indices uvw de la rangée cristallographique,
intersection de deux plans réticulaires quelconques par
le produit vectoriel des indices de ces deux plans

Soient (h'k'l') et (h"k"l") deux plans du R.D. La rangée [uvw], intersection des
 deux plans est perpendiculaire au plan formé par les vecteurs réciproques

rh ' k ' l '   h' k ' l '


* *
[hkl]*
(hkl)

rh" k " l "   h" k " l"


* *

[uvw]

(h’k’l’)
[h’k’l’]*
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
vecteurs rangées

 *
ruvw  rh 'k 'l '  uvw   h' k ' l ' *
 *
ruvw  rh "k "l "  uvw    h" k " l " *

 * *
ruvw rh 'k 'l '  rh "k "l "
 * *
ruvw rh 'k 'l ' . rh "k "l "

 uvw   h' k ' l '   h" k " l"

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 5
On définit les indices d’un plan réticulaire (hkl) à partir des indices de deux
rangées quelconques contenues dans ce plan, par le produit vectoriel des deux
.vecteurs correspondants
[hkl]*
[u’’v’’w’’]

(hkl)
* [u’v’w’]
rhkl .est perpendiculaire à [u'v'w'] et [u"v"w"]

 hkl    u' v' w'   u" v" w"


Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 6
Un ensemble de trois plans réticulaires sont en zone lorsque le
produit mixte des vecteurs réciproques correspondant est nul
et [h"k"l"]*, appartiennent tous au même plan *]'h'k'l[ ,*]hkl[
(hkl)
Ils forment un volume nul
h’k’l’)
(

rhkl .  rh ' k ' l '  rh" k " l "   0


* * * (h"k"l")

 hkl  *   h' k ' l ' *   h" k " l"


*
0 [h’k’l’]*
[hkl]*
[h"k"l"]*
h k l
h' k' l'  0
h" k " l" Axe de zone

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Représentation de R* d’un réseau cubique simple

Ce réseau contient un seul


nœud situé à l’origine 0,0,0
Donc à un nœud quelconque [010]*
u,v,w on associe un plan hkl
tel que: 130* 230* 330*
030*
hu + kv + lw = m
avec hkl entiers 120* 220* 320*
020*

110* 210* 310*


010*
Leréseau
Le réseauRRRRsera
seradonc
donc
constituéde
denœuds
nœudshklhkl b*
constitué
entiersquelconques
entiers quelconques
a* 300* [100]*
000* 100* 200*

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Représentation de R* d’un réseau cubique centré
Ceréseau
Ce réseaucontient
contientdeux
deuxnœuds
nœudssitué
situéààl’origine
l’origine0,0,0
0,0,0et
etau
aucentre
centre ½½,½
,½,½

Doncààun
Donc unnœud
nœudquelconque u,v,w on
quelconqueu,v,w onassocie
associeun
unplan hkl
planhkl

telque:
tel hu++kv
que:hu kv++lw
lw==mm
Etaux
Et nœudsuu+
auxnœuds +½,
½,vv++½,
½,ww++½½correspond
correspond: :

h(u++½½))++k(v
h(u k(v++½½)+
)+l(w
l(w++½½)=
)=m'
m'

En combinant les deux


relations on trouve:
h/2 + k/2 + l/2 = m’-m (entier)
:h+
Donc:h
Donc +kk++ll==2(m’-m)
2(m’-m) ==2n
2n
Leréseau
Le réseauréciproque
réciproqued’un
d’unréseau
réseaucentré
centréest
estconstitué
constituéde
denœuds
nœuds
dontla
dont lasomme
sommedes
desindices
indicesest
estpaire
paire
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
[010]*

Onconstate
On constateque
quele
leréseau
réseau 130* 330*
RRd’un
RR d’unréseau
réseaucentré
centréetetun
un
réseauààfaces
réseau facescentrées
centrées
220*
020*

110* 310*
Réciproquement,le
Réciproquement, leréseau
réseau
RRd’un
RR d’unréseau
réseauààfaces
faces
centréeset
etun
unréseau
réseau b*
centrées
centré
centré
a* [100]*
000* 200*

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Changement de repère


Le choix d'un repère est souvent tel b
que la maille construite donne une 
description plus simple du réseau a 
de préférence de symétrie b'
supérieure

Les vecteurs de base de la maille 


simple peuvent s'écrire en
a '
fonction de ceux de la maille Matrice de transformation
double et réciproquement
c'est le principe du changement U1 V1 W1 
de repère  M 12   U 2 V2 W2 
U 3 V3 W3 
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Une fois que le changement de repère est défini,
:notre souci est de répondre aux questions suivantes

Etant donné un plan (h1k1l1) dans le repère (1), quels sont


les indices (h2k2l2) du même plan dans le repère (2)

Trouver les indices d'une rangée [u2v2w2] dans le repère


(2) connaissant les indices [u1v1w1] de la même rangée
.dans le repère (1)

Répondre aux mêmes questions lorsqu'il s'agit d'une


.transformations inverses

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 7 Transformation de plans

Soit (hkl) un plan réticulaire défini dans le repère (1). Les indices (h'k'l') du
même plan défini dans le repère (2) sont donnés par la relation entre les
 vecteurs du réseau réciproques dans les deux repères comme suit

r '   M 12  . r
* *
Démonstration

*
Repère 1 )hkl( rhkl * r'*
*
C’est le même
vecteur
rhkl = h 'k 'l '
Repère 2 )’h’k’l( r ' h ' k 'l '

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Qui s’écrit aussi sous la forme
* * * * * *
.

ha  kb  lc  h' a '  k ' b '  l ' c '


Multiplions scalairement les deux membres de l’équation par
   
a '  U1a  V1b  W1c
    
* * *    * * * 
ha  kb  lc . U 1a  V1b  W1c  h' a '  k ' b '  l ' c ' . a '

h'  hU 1  kV1  lW1


Par un calcul similaire on détermine les indices k' et l' comme suit

k '  hU 2  kV2  lW2


l '  hU 3  kV3  lW3
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
En utilisant l'écriture matricielle on a

h' U 1 V1 W1  h 
k '  U V W  . k 
   2 2 2  
 l '  U 3 V3 W3   l 

 qui s’écrit également sous la forme demandée

r '   M 12  . r
* *

La matrice de transformation des coordonnées


nous permet d’effectuer les transformation de plans

 M12 
( hkl )   ( h ' k ' l ' )
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 8 Transformation de rangées

Etant données les indices uvw d’une rangée dans le repère (1), les
 indices u’v’w’ de la même rangée dans le repère (2) s’écrit

r '   M 12  . r
 * 

Démonstration
  
*Repère 1 a*, b *, c *
  
*Repère 2 a '*, b '*, c '*
* * * *
a '  H 1a  K1b  L1c
* * * *
b '  H 2 a  K 2 b  L2 c
* * * *
c '  H 3 a  K 3b  L3c
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
la matrice de changement de repère
 réciproque

 H1 K1 L1 
 M 12  *  H 2 K2 L2 
 
 H 3 K3 L3 

 
En écrivant que ruvw  r ' u ' v ' w '
     
Ou encore ua  vb  wc  u' a '  v ' b '  w' c '
*
En multipliant scalairement les deux membres de l’équation par a'
     
   * * *    *
ua  vb  wc . H 1a  K1b  L1c  u ' a '  v ' b '  w' c ' . a '

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
u'  H 1u  K1v  L1 w
* *
En multipliant successivement par b' et c' On trouve

v '  H 2 u  K 2 v  L2 w
w'  H 3u  K 3v  L3 w
Sous forme matricielle

 u'   H 1 K1 L1  u 
 v'    H K2 L2  . v
   2   
 w'  H 3 K3 L3   w

r '   M 12  . r
 sous forme condensée
 * 

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
Proposition 9 Changement de repères successifs

.Soient donnés trois repères (1), (2), (3) dans un même réseau cristallin

 M 13    M 23  .  M 12 
Démonstration

Repère 1 Repère 2 Repère 3

 M 12   M 23 
)hkl( )'h'k'l( )"h"k"l(

 M 13 
Pr. M. Bouabdallah cours de
CRISTALLOGRAPHIE
U 1 V1 W1  U '1 V '1 W '1 
 M 12   U 2 V2 W2   M 23   U ' 2 V ' 2 W ' 2 
   
U 3 V3 W3  U ' 3 V ' 3 W ' 3 
 M 23  .  M 12 
 U '1 U 1  V '1 U 2  W '1 U 3 U '1 V1  V '1 V2  W '1 V3 U '1 W1  V '1 W2  W '1 W3 
 U ' 2 U 1  V ' 2 U 2  W ' 2 U 3 U ' 2 V1  V ' 2 V2  W ' 2 V3 U ' 2 W1  V ' 2 W2  W ' 2 W3 
 
U ' 3 U 1  V ' 3 U 2  W ' 3 U 3 U ' 3 V1  V ' 3 V2  W ' 3 V3 U ' 3 W1  V ' 3 W2  W ' 3 W3 

’’ Écrivons l’expression de h h"  h' U '1  k ' V '1  l ' W '1


En remplaçant h', k', l' par leurs expressions

h"   hU1  kV1  lW1 U '1   hU 2  kV2  lW2 V '1   hU 3  kV3  lW3 W '1
h"  U '1 U1  V '1 U 2  W '1 U 3  h  U '1 V1  V '1 V2  W '1 V3  k  U '1 W1  V '1 W2  W '1 W3  l

c’est la première ligne de la


matrice [M ] recherchée
Pr. M. Bouabdallah
13
CRISTALLOGRAPHIE
cours de
Proposition 10 Changement de repère en sens contraire

: La matrice de changement de repère en sens contraire [M21], est telle que

 M 21  .  M 12    I  et  M 21    M 12 
1

Démonstration

r   M 21  . r '
:Pour transformer les plans on écrit
* *
*
En remplaçant r' par son expression

r   M 21  .  M 12  . r
* *

 M 21  .  M 12   I

Pr. M. Bouabdallah cours de


CRISTALLOGRAPHIE
r   M 21  * . r '
:Pour transformer les rangées on écrit
 
*   * 
par ailleurs r  r  r ' r '  m

r '   M 12  . r
* *
En remplaçant

r '   M 12  . r
 * 

 M 12  .r   M 12   r   I   m
* * 

On trouve alors que  M 12  .  M 12  *


 I

et  M 21    M 12 
Pr. M. Bouabdallah cours de
1
  M 12 
*

CRISTALLOGRAPHIE

Vous aimerez peut-être aussi